Ma journée préférée à Tokyo : Tsukiji Market, le jardin Hama-rikyu et Ginza

Si j’avais déjà adoré mes premiers pas à Tokyo à travers les quartiers de Ueno et Yanaka, puis la journée shopping à Harajuku et Shibuya, ma journée préférée à Tokyo reste définitivement celle consacrée à la visite matinale de Tsukiji Market, le fameux marché aux poissons de Tokyo, puis du jardin incroyablement relaxant de Hama-rikyu, avant de rejoindre le quartier ultra-moderne et très luxe de Ginza. Si vous ne devez passer qu’une journée à Tokyo, je vous recommande ce petit itinéraire dans le sud-est de Tokyo les yeux fermés !

Le marché aux poissons de Tsukiji

Impossible pour les foodies comme moi de ne pas passer par le marché aux poissons de Tsukiji, un des plus grands marchés de poissons au monde et sans aucun doute le meilleur endroit pour manger des sushis ultra-frais et à prix raisonnable à Tokyo ! Pour les plus motivés, il est possible d’assister de très, très bon matin à la vente aux enchères du thon… Etant donné les places limitées, et que de faire la file dès 3h du matin ne vous assurerait à priori même pas une place, on a évité le réveil aux aurores pour débarquer au marché vers 8h. Sans regret, car il y a énormément de choses malgré tout !

Notre visite du marché de Tsukiji a commencé par la visite du marché extérieur (ouvert de 5h à 14h) à l’ouest de Harumi Dori. C’est la partie du marché pour le grand public (poissons mais pas que, on retrouve des produits en tout genre) avec aussi beaucoup de vaisselle et accessoires. L’ambiance était touristique mais sympa tout de même, avec des dégustations à faire un peu partout pour quelques yens seulement. On a pas résité aux énormes makis de thon… un délice ! Ici, pas de doute sur la fraîcheur des ingrédients !

Mais le but principal de notre visite était d’aller déguster des sushis dans l’un des restos à sushis réputés de Uogashi-yokocho, une autre partie du marché extérieur de Tsukiji. Ici aussi, ce n’est pas rare que l’on fasse la file dès 3h du matin pour des sushis, à ce qu’il parait. Autant vous dire qu’à 9h, on était loin d’être les seuls… certaines files semblaient carrément interminables ! Mais on avait tellement entendu de bien de ces petits restos qu’on a quand même décidé de se mettre dans la file pour Daiwa Sushi (tout étant en japonais, c’est aussi un peu compliqué de trouver la bonne file – merci Google et le pocket wifi pour nous avoir dépanné une fois de plus !). Ici, on sert un menu « petit-déjeuner » unique à base de sushis. Il y a en fait deux salles (mais une seule file), avec dans chaque salle 3 maîtres sushis. Juste un comptoir dans la petite salle où nous nous installons, nous avons donc un maître sushi quasiment pour nous tous seuls ! On est bien content qu’il ne faille pas choisir, les sushis et makis arrivent petit à petit sur notre planche en bambou, et on observe le maître sushis à l’oeuvre entre deux bouchées. Alors oui, ça sent parfois un peu la mer (Monsieur a eu un peu du mal !) mais qu’est-ce que c’était bon… Je n’avais jamais mangé de sushis aussi goûteux ! Ca valait les 80 minutes environs dans la file…

Une fois terminé (impossible de traîner vu le monde !), on a continué la visite au marché de Tsukiji en visitant brièvement le marché intérieur, destiné aux grossistes. On est arrivé dans la dernière heure d’ouverture (ça ferme à 11h), du coup il ne restait plus grand chose mais la surface est tout de même très impressionnante ! Par contre, on se sent vachement moins bien accueillis ici en tant que touriste. Si vous voulez visiter cette partie avant 9h (heure officielle d’ouverture pour les touristes), il parait que c’est possible en indiquant à l’entrée que vous voulez acheter quelque chose (dire par exemple « kaimono » – shopping). Je pense que l’ambiance doit être beaucoup plus animée le matin, donc ça vaut le coup si vous avez l’occasion ! Cette partie du marché intérieur de Tsukiji aurait du déménager depuis plusieurs années, mais aux dernières nouvelles son déménagement a à nouveau été reporté ! Mais mieux vaut vérifier leur site web si vous voulez y aller.

Les jardins Hama-rikyu Onshi-teien

Nous avons ensuite rejoint à pied sous un grand soleil les jardins de Hama-rikyu non loin de là, qui se trouvent eux aussi au bord de l’eau, face à la baie de Tokyo. J’avais repéré ces jardins sur la carte en me disant que ça ferait une chouette pause après le marché puisqu’il semblait y avoir une teahouse en plein milieu, mais jamais je ne me serai attendue à découvrir une telle merveille… La prochaine fois que je vais à Tokyo, je crois que je me réserve une journée complète pour me balader dans ces jardins de rêve ! Ce jardin typique de l’ère Edo est un vrai coin zen en plein milieu de la ville, avec les petits temples et arbres bien entretenus faisant face aux gros immeubles de Ginza un peu plus loin. L’entrée est payante (pas chère, 300 yens) mais c’est pour moi un immanquable à Tokyo !

Après une magnifique balade, nous sommes arrivés à l’étang au milieu duquel se trouvait la maison de thé que j’avais repérée, la Nakajima No Ochaya (ouverte de 9h à 16h30 et facile à repérer en suivant le plan remis avec votre ticket). Le cadre est tellement magnifique que je n’arriverais même pas à le décrire, je vous laisse admirer les photos. J’en suis restée bouche bée ! La grande fana de matcha que je suis n’avais jamais bu son précieux breuvage dans un tel cadre, ça c’est sur. Entre la salle avec tatamis ou la petite terrasse avec vue, notre choix a vite été fait vu la météo. Nous avons eu la meilleure table je crois ! Le thé matcha, préparé de manière traditionnelle, est accompagné d’une petite douceur typique, aussi bonne que mignonne. Je crois que j’ai trouvé mon petit coin de paradis…

Ginza

Malheureusement, on a pas pu trop traîner car j’avais réservé une table dans un des meilleurs restos à sushi de Ginza (oui, c’était la journée sushis et non, on a jamais assez de sushis ! hihi), Manten Sushi dans le centre commercial Marunouchi Brick Square (et oui, ici ce n’est pas rare de trouver des restos très hauts de gamme dans des centres commerciaux !). Réputé pour l’excellent rapport qualité-prix de son « omakase » (menu d’inspiration du chef). Pour 6000 yens pour le lunch soit 45€ (rien par rapport à ce que demandent les restos à sushis étoilés !), nous avons eu droit à un défilé de sushis, nigiris et otsumami (petits plats) plus pointus les uns que les autres ! Je pense que je n’avais jamais goûtés à la moitié des poissons et fruits de mer qui nous ont été servis ! C’est ce qui m’a le plus marqué au Japon : la diversité des sushis, qu’on ne retrouve malheureusement pas en Europe. Tout y passe ici, y compris les abats des poissons. Le goût est parfois très, très relevés, mais avec le savant mélange de wasabi, sauce soja et yuzu préparé par le maître sushi (dans les restos à sushis hauts de gamme, c’est déjà préparé pour vous entre le riz et sa garniture) j’ai apprécié d’un bout à l’autre ce festival de saveurs !

Après ce divin repas, nous nous sommes un peu baladés à Ginza, d’abord dans le Marunouchi Square dont l’architecture à tendance européenne est vraiment surprenante, en passant ensuite par le Tokyo International Forum, et le bâtiment design du magasin Mikimoto.

Mais le centre de Ginza, c’est Chuo-dori. C’est dans cette grande avenue que se trouvent la plupart des magasins (très orienté luxe… on retrouve même Marcolini !!), et c’est une vraie compétition d’architecture ultra-moderne. A ne pas manquer : les bâtiments de Yamaha, Shiseido, Sony et si vous avez le temps le centre commercial Mitsukoshi.

Après cette belle balade, on a décidé de finir la journée à Asakusa… mais ça, ça sera pour un prochain article !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.