Visiter Nikko en un jour : temples, tofu, mystère et couleurs d’automne

Un an après mon retour du Japon (et quelques semaines avant d’y retourner, oups !), j’ai encore tellement de choses à vous raconter sur ce pays ! Je vous parle aujourd’hui d’une des excursions d’un jour populaires au départ de Tokyo, Nikko. Cette petite ville dont les temples et sanctuaires sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO est surtout populaire à l’automne. C’est en effet un des endroits préférés des japonais pour aller observer les couleurs de l’automne. Ils ont même un terme précis pour ça, « momijigari », le fait de chasser les feuilles rouges des érables japonais.

Visiter Nikko avec un Japan Rail Pass

Lors de ce voyage, nous avions acheté un Japan Rail Pass de 2 semaines. Et il est tout à fait possible d’aller à Nikko avec celui-ci. Il vous faudra par contre faire une correspondance si vous venez depuis Tokyo. En ce qui nous concerne, nous avons pris le Tohoku Shinkansen à partir de Ueno jusqu’à Utsunomiya, puis nous avons changé pour un train local de la ligne JR Nikko jusqu’à la gare JR de Nikko. Durée totale : un peu moins de 2 heures si on se renseigne bien sur les horaires avant pour réduire le temps de correspondance.

Si vous n’avez pas de rail pass, il y a plus de possibilités : téléchargez l’application Hyperdia sur votre téléphone pour voir les différentes options et prix de manière claire.

Se déplacer à Nikko

Une fois arrivés à la gare de Nikko, nous avions deux options : soit marcher jusqu’aux temples (20 minutes à pied mais ça monte), soit prendre le bus. Histoire de s’économiser un peu, on a opté pour le bus. A la sortie du train, nous avons donc acheté le pass journalier « World Heritage Sightseeing Pass » à 500 yen soit un peu moins de 4€ (sachant qu’aller-retour coûte 620 yen, c’est vite rentabilisé), et nous avons traversé Nikko jusqu’aux temples les plus lointains que nous voulions visiter, soit jusqu’à l’arrêt Taiyuin Futarasan bus stop. De là, nous nous sommes déplacés à pied entre les différents temples (ça ne faisait que descendre et ça allait beaucoup plus vite que d’attendre le bus à chaque fois !). A la fin de la journée, nous avons repris le bus depuis le Shinkyo Bridge.

Itinéraire d’un jour à Nikko

Maintenant que vous savez comment venir à Nikko, passons au plus intéressant : la visite de Nikko ! Avec les couleurs de l’automne, je dois dire que c’était vraiment magnifique. Nous étions là le 1er novembre 2017, les couleurs n’avaient pas encore atteint leur pleine intensité, mais le spectacle était déjà magique. Mais qui dit lieu incroyable dit aussi… le bain de foule. Même en arrivant tôt à Nikko, nous n’avons pas pu éviter la masse des touristes, en tout cas pour la visite des temples les plus populaires. Il faut aussi savoir que l’entrée des temples est payante. Nous avions lu qu’il y existait un ticket combiné, mais nous n’en avons pas vu… Nous avons donc acheté les tickets séparément à l’entrée de chaque temple. Un jour est suffisant pour voir la zone UNESCO de Nikko. Au début j’avais hésité à rester y passer la nuit, ou dans la région de Nikko au Lac Chuzenji autour duquel se trouvent quelques ryokans haut de gamme. Il faudra y revenir pour tout ça !

Voici les différents lieux visités lors de cette excursion d’un jour à Nikko au départ de Tokyo.

Sanctuaire de Futurasan

Nous avons commencé la visite par le sanctuaire de Futurasan. C’est l’endroit que j’ai trouvé le plus calme et merveilleux parmi les temples de Nikko, avec ses sculptures et bâtiments colorés en bordure de la forêt… peut-être car il y avait encore peu de monde à cette heure-là ! Il y a plusieurs volées d’escaliers pour arriver au centre du complexe.

Mausolée Taiyuin

Juste à côté se trouve le mausolée Taiyuin. Le temple était en partie en travaux lors de notre visite, et il n’y avait pas grand chose à voir. Sur la colline surplombant le temple se trouve le tombeau de Tokugawa Iemitsu, mais malheureusement nous n’y avons pas accès. Néanmoins nous observons les japonais faisant leurs prières, et ce sont toujours pour moi des moments hors du temps…

Ensuite, on continue en franchissant la porte principale de Taiyuin, qui mène à un joli chemin qui nous fait arriver directement au sanctuaire Toshogu, l’endroit le plus fréquenté de Nikko.

Le sanctuaire Toshogu

Le sanctuaire Toshogu est donc le plus grand temple de Nikko, il se situe au centre de la ville. Il est dédié au shogun Tokugawa Ieyasu, qui a fondé la dynastie des Tokugawa.

Si vous arrivez par le bas de Nikko, vous devrez d’abord monter un grand escalier en pierre, le Sennin Ishidan, et passer par la Ishidorii, la grande porte Torii en pierre du sanctuaire Toshogu. A côté de l’entrée se trouve une belle pagode à 5 étages, Gojunoto.

Une fois à l’intérieur, le monde est encore plus présent mais les différents bâtiments sont ornés de sculptures colorées et particulièrement raffinées, ça vaut le coup d’y aller. La particularité de ce sanctuaire est l’omniprésence des fresques d’animaux ! Éléphants d’un côté, singes de l’autre pour commencer, puis en montant vers les bâtiments situés plus haut dans le complexe, on retrouve aussi des phénix et d’autres oiseaux. Vraiment splendide.

Mais le « clou du spectacle » pour les japonais, c’est le « Nemurineko« , le chat qui dort. Vraiment kawaii on l’avoue. Et si on passe en dessous du chat, on peut monter vers un dernier petit temple situé au sommet d’une belle série d’escaliers. Une bonne raison de se laisser tenter par cet effort supplémentaire? C’est au sommet que vous pourrez vous procurer l’ema (plaquette de vœu) avec le Nemurineko !

Il y avait des Ema tellement craquantes dans ce temple que c’est ici que nous avons décidé de commencer une petite collection ! C’est devenu un souvenir populaire parmi les touristes, même si beaucoup les utilisent aussi pour leur fonction première, c’est à dire pour laisser un vœu au temple…

Le pont sacré de Shinkyo

Après la visite, nous redescendons de la colline aux temples. Nous passons par quelques petits temples que nous ne visiterons pas avant d’arriver au pont sacré de Shinkyo, un petit pont rouge traditionnel sur la rivière Daiya. Une image de carte postale !

Café-restaurant Takumi

C’est près du pont que nous mangerons, au café-restaurant Takumi, dans un cadre vintage. Je voulais absolument goûter à la spécialité de Nikko, le « Yuba », un plat fait à partir de la peau qui se crée quand on fait du tofu, et qui est ici coupée en lamelles ! Ce plat fait partie de la cuisine bouddhiste végétarienne. Ca se mange de différentes manières, ici je l’ai goûté en gratin et c’était très bon ! Un lunch (plat + dessert) qui nous aura coûté moins de 15€ par personne.

L’abysse de Kanmangafuchi et ses Bake-Jizô

Pour digérer, l’après-midi nous nous sommes baladé le long de la rivière jusqu’à l’abysse de Kanmangafuchi. J’avais vu des photos de ce lieu (vraiment très photogénique !) sur Instagram, mais il est étonnamment oublié des touristes… En cette fin d’après-midi nous n’étions que quelques personnes à faire la balade.

Pourtant, ce fut mon coup de cœur de la journée. Il faut dire que le lieu a un double attrait : il y a d’abord bien sur l’abysse de Kanmangafuchi, qui fait référence à la gorge creusée dans la roche par le fleuve, et qui est assez impressionnante, mais il y a surtout les statues de Bouddhas Jizô de Kanmangafuchi, alignés le long de l’eau, parés de leurs bonnets et bavoirs rouges. Ce qui fait leur charme et leur mystère, c’est aussi que même en se concentrant pour compter, d’après la légende on arrive jamais au même nombre à l’aller et au retour ! C’est pourquoi on les appelle les « Bake Jizô » ou « Bouddhas fantômes », puisqu’ils disparaissent sous nos yeux… On en est témoins pour avoir essayé !! Ils sont environs 70 à se trouver entre le fleuve et la forêt, on ne saurait pas être plus précis. Les Jizô sont traditionnellement les protecteurs des enfants, mais aussi des âmes perdues et des voyageurs. La couleur rouge des vêtements qu’ils portent sont sensés faire partir les démons et les maladies.

C’est sur cette note mystérieuse que se termine notre escapade à Nikko, qui je l’espère vous aura plu autant qu’à nous ! Dans le prochain épisode, ne vous emmènerai dans un autre endroit merveilleux, Hakone, où nous avons pu admirer pour la première fois le Mont Fuji !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.