Une journée shopping et kawaii à Tokyo : Harajuku et Shibuya

Voyages

Une journée shopping et kawaii à Tokyo : Harajuku et Shibuya

Par  | 

Après une première journée à Tokyo à explorer les quartiers de Yanaka et Ueno, nous avions décidé de consacrer notre deuxième journée à la découverte de l’ouest de la ville, et en particulier le quartier de Harajuku, LE quartier kawaii par excellence à Tokyo, très fréquenté en général le dimanche par les cosplays, les gothiques, les lolitas,… Enfin, ça c’était sans compter sur la pluie qui ne nous a pas quitté de la journée ! Mais même si nous n’aurons pas vu beaucoup de personnes costumées, on a quand même adoré ce quartier rempli d’adresses originales. On y est d’ailleurs retourné un deuxième jour. Du coup, pour ne pas vous perdre avec nos allers et venues dans les différents quartiers de la ville, je vais regrouper ici l’ensemble de nos découvertes à Harajuku, ainsi que dans le quartier de Shibuya, le quartier des grandes enseignes, que l’on peut facilement rejoindre à pied depuis Harajuku en passant par un autre quartier, plus hipster quant à lui, Cat Street. Vous pouvez visiter ces quartiers en un jour, c’est la sortie shopping parfaite !

Harajuku, le temple du kawaii

Harajuku, c’est un condensé du Tokyo que j’imaginais : des rues animées, des magasins plus bizarres les uns que les autres, les photomatons (purikura), les restos kawaii (il y a du lourd), les cafés à chats (et autres animaux…), et tout simplement une ambiance typiquement japonaise !

Harajuku, c’est l’endroit idéal pour acheter des souvenirs originaux, kawaii ou drôles. Tout se passe sur Takeshita dori, que je vous recommande de parcourir d’un bout à l’autre. J’ai eu un coup de coeur pour le magasin kawaii Sirotan, avec ses peluches en forme de nourriture, la vaisselle sushis, etc. J’ai craqué pour un porte clé avec un petit « phoque-sushi »… oui les japonais ont beaucoup d’imagination quand il s’agit de créer des objets mignons. Les « drugstores » sont également sympas, on y trouve des produits de beauté originaux et des snacks comme les Kit Kat au matcha, au thé, à la fraise,… A tester !

Les restaurants kawaii, ce n’est pas ça qui manque non plus ici. Après de longues hésitations (surtout avec le Kawaii Monster Café), on a décidé d’aller tester le Pompompurin Café (Pompompurin est un personnage très populaire au Japon). On a eu de la chance, il n’y avait presque pas de file et on a goûté aux plats qui nous semblaient les plus kitschs. Résultat: ce n’était pas de la grande gastronomie mais c’était bien marrant !

Comme il pleuvait beaucoup, après notre repas on a décidé de s’engouffrer directement dans le cat café juste en face, le Harajuku Bengal Cat’s and Owl’s Forest. Bon. La partie cat cafés avec les chats du bengal, c’était sympa. Il n’y a pas de tables donc on doit s’installer à terre dans cette espère de petite forêt en attendant que les chats viennent nous voir (on ne peut pas les forcer), et ils étaient très calins.

Je n’étais sure de vouloir tester la partie hiboux, mais comme on y était et que le billet était groupé… on a été y faire un tour. Et si les cat cafés, je n’ai en général pas de souci avec ça, je vous recommanderais vraiment de ne pas faire la même erreur que moi et d’éviter les Owl cafés, qui sont un vrai suplice pour ces animaux nocturnes. Outre le fait de devoir passer des journées entières à « travailler » alors qu’ils sont sensés vivre la nuit, dans la plupart des endroits comme ici les hiboux, chouettes et co sont attachés et ne peuvent même pas voler. Ca m’a vraiment fait mal au coeur. Non, tout n’est pas bon à prendre au Japon. J’avais fait quelques recherches avant de partir et j’avais trouvé quelques noms de cafés où apparemment, les hiboux étaient moins exploités, avaient des cages pour voler « entre deux services »… mais franchement, la différence est pour moi minime. N’encouragez pas ce business.

On est aussi tombé sur un Hedgehog Café, un café où on peut jouer avec des hérissons – c’est encore la toute nouvelle mode après les hiboux. Là, on a fait demi tour direct, on a juste eu le temps de voir une petite bête apeurée, ça nous a suffit. Je préfère quand même vous en parler pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Fréquenter ce genre d’endroits, c’est accepter que ces animaux soient mal traités pour que vous puissiez les toucher et jouer avec.

Bref, après ça on a quand même repris notre shopping et on a été faire quelque chose que j’adore : les purikura ! On a été chez プリクラ shop Noa, toujours sur Takeshita dori, où il y a vraiment un choix fou ! Ce sont des photo-matons japonais très particuliers, où vous pouvez retoucher votre photo à l’extrême, vous faire de vrais yeux de biche, des pommettes toutes roses, rajouter des petits éléments kawaii,… Bref, c’est vraiment drôle à condition d’arriver à l’utiliser ! Car dans la plupart des machines, tout est en japonais. On a donc erré un certain temps avant de trouver une machine qui nous semblait pas trop compliquée. Et on a quand même raté notre premier test ahah ! En gros, il y a souvent deux parties : vous devez d’abord aller faire vos photos dans la cabine photo, puis aller dans la salle de retouches pour choisir votre photo et la modifier, et puis enfin attendre votre photo ! Un petit conseil: certaines machines vous envoie gratuitement la photo par email, d’autres non. C’est quand même plus sympa que de l’avoir uniquement en mignature sur papier. On a vite compris que c’était devant ces machines qu’il y avait le plus de file…

La pause shopping traditionnelle ici, c’est de manger une crêpe ! Evidemment, une crèpe à la japonaise et choisir ses toppings parmi les dizaines de modèles en plastique peut parfois s’avérer difficile ! Parmi les enseignes les plus populaires, il y a Marion Crepes et Laforet.


A côté des petites boutiques kawaii, il y a également des shopping malls plus traditionnels, comme l’énorme Tokyo Plaza Omotesando Harajuku, à la limite avec le quartier d’Omotesando, le quartier pour faire du shopping plus haut de gamme. Sur le grand boulevard qui va de la station d’Harajuku jusqu’à la station d’Omotesando, vous trouverez encore plus de magasins de mode, de déco, de trucs divers et variés et de trucs inutiles. 😉 Ne manquez pas le grand Kiddy Land, le magasin de « jouets » où on a envie de tout acheter (ça va des studios Ghibli à Star Wars en passant par Hello Kitty, Pokémon, et tous les animes japonais…). Celui-ci est l’un des mieux assortis à Tokyo.

S’il fait beau, vous pouvez aussi faire un tour du côté du temple Meiji et de ses jardins, sinon vous pouvez continuer en direction de Shibuya via Cat Street, une rue de shopping un peu alternatif. On y a également mangé de délicieux gyozas à petit prix chez Harajuku Gyoza-ro.

Bain de foule à Shibuya

En ce qui concerne le quartier de Shibuya, je dois vous dire que j’ai beaucoup moins accroché. Mais bon j’avoue,  quelle idée de vouloir aller voir le passage pour piétons le plus fréquenté du monde (Shibuya Crossing), un soir d’Halloween, alors que le tout Tokyo a décidé d’aller se déguiser et se pavaner là-bas… Je vous le demande. Si je m’étais demandée jusque là où étaient passés tous les habitants de Tokyo (ça fait mégapole assez vide en général), ben là j’ai trouvé où se cachait la foule ! Ils attendaient tranquillement chez eux de pouvoir sortir leurs plus beaux costumes le soir d’Halloween 😉 Je vous laisse chercher ma petite tête paniquée dans la foule dans les photos qui suivent !

On y est donc retourné à un autre jour, et cette fois il y avait quand même un peu moins de monde. Pour profiter de la vue sur le fameux passage pour piétons sans la foule, vous pouvez monter au Starbucks juste en face du passage et attendre qu’une place à la fenêtre se libère… C’est quand même plutôt sympa de pouvoir observer ce chahut de là-haut, surtout quand on voit passer des touristes en petites voitures Mario Kart !

Le shopping mall que j’ai préféré à Shibuya, c’est Loft, un grand magasin style Inno avec une section différente à chaque étage (papeterie, cuisine, vêtements, souvenirs,…). Parmi les autres magasins à voir il y a également Tokyu Hands, Shibuya 109, ou encore Center Gai. La plupart des malls ont des food courts assez gigantesques, il s’agit souvent d’un étage entier où il n’y a que des restaurants. Si vous ne savez pas où aller manger, c’est souvent le bon plan car il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets, et c’est assez qualitatif. Pour choisir, on regarde les modèles en plastique, et on vérifie la note sur Google map pour être sur que c’est bon. On a très bien mangé en fonctionnant comme ça !

Dans le quartier de Shibuya, on a aussi beaucoup aimé le restaurant Genki Sushi Uobei, un restaurant high tech puisque vous commandez vos sushis sur un petit écran tactile qui se trouve devant vous et ceux-ci arrivent à la vitesse de l’éclair sur un petit plateau automatisé qui s’arrête devant vous ! Super sympa et vraiment pas cher !

Et pour une expérience encore plus insolite, il y a la colline Dôgenzaka, la colline des love hotels à deux pas de là, remplie d’hôtels plus kitschs les uns que les autres !


Dans le prochain article visiter le fameux marché aux poissons de Tokyo !

1 commentaire

  1. Mathilde

    12 avril 2018 à 18 h 01 min

    Je suis dégoutée d’avoir ratée le bar à cat de Harajuku (j’en ai cherché sans succès). Je suis passée à côté des bars à hiboux et à hérissons mais du coup sans regret, quelle horreur pour ces pauvres animaux…

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *