Une journée shopping et kawaii à Tokyo : Harajuku et Shibuya

Après une première journée à Tokyo à explorer les quartiers de Yanaka et Ueno, nous avions décidé de consacrer notre deuxième journée à la découverte de l’ouest de la ville, et en particulier le quartier de Harajuku, LE quartier kawaii par excellence à Tokyo, très fréquenté en général le dimanche par les cosplays, les gothiques, les lolitas,… Enfin, ça c’était sans compter sur la pluie qui ne nous a pas quitté de la journée ! Mais même si nous n’aurons pas vu beaucoup de personnes costumées, on a quand même adoré ce quartier rempli d’adresses originales. On y est d’ailleurs retourné un deuxième jour. Du coup, pour ne pas vous perdre avec nos allers et venues dans les différents quartiers de la ville, je vais regrouper ici l’ensemble de nos découvertes à Harajuku, ainsi que dans le quartier de Shibuya, le quartier des grandes enseignes, que l’on peut facilement rejoindre à pied depuis Harajuku en passant par un autre quartier, plus hipster quant à lui, Cat Street. Vous pouvez visiter ces quartiers en un jour, c’est la sortie shopping parfaite !

[Update : j’y suis à nouveau retournée lors de mon deuxième voyage en 2018 – et cette fois-ci il ne pleuvait pas ! -, j’ai donc mis à jour cet article avec les nouveaux endroits visités]

Harajuku, le temple du kawaii

Harajuku, c’est un condensé du Tokyo que j’imaginais : des rues animées, des magasins plus bizarres les uns que les autres, les photomatons (purikura), les restos kawaii (il y a du lourd), les cafés à chats (et autres animaux…), et tout simplement une ambiance typiquement japonaise !

Harajuku, c’est l’endroit idéal pour acheter des souvenirs originaux, kawaii ou drôles. Tout se passe sur Takeshita dori, que je vous recommande de parcourir d’un bout à l’autre.

J’ai beaucoup aimé le magasin kawaii Sirotan, avec ses peluches en forme de nourriture, la vaisselle sushis, etc. J’ai craqué pour un porte clé avec un petit « phoque-sushi »… oui les japonais ont beaucoup d’imagination quand il s’agit de créer des objets mignons. Les « drugstores » sont également sympas, on y trouve des produits de beauté originaux et des snacks comme les Kit Kat au matcha, au thé, à la fraise,… A tester !

Le kawaii pour les foodies à Harajuku

Les restaurants kawaii, ce n’est pas ça qui manque non plus ici. Après de longues hésitations (surtout avec le Kawaii Monster Café), on a décidé d’aller tester le Pompompurin Café (Pompompurin est un personnage très populaire au Japon). On a eu de la chance, il n’y avait presque pas de file et on a goûté aux plats qui nous semblaient les plus kitschs. Résultat: ce n’était pas de la grande gastronomie mais c’était bien marrant !

Comme il pleuvait beaucoup, après notre repas on a décidé de s’engouffrer directement dans le cat café juste en face, le Harajuku Bengal Cat’s and Owl’s Forest. Bon. La partie cat cafés avec les chats du bengal, c’était sympa. Il n’y a pas de tables donc on doit s’installer à terre dans cette espère de petite forêt en attendant que les chats viennent nous voir (on ne peut pas les forcer), et ils étaient très calins.

Je n’étais sure de vouloir tester la partie hiboux, mais comme on y était et que le billet était groupé… on a été y faire un tour. Et si les cat cafés, je n’ai en général pas de souci avec ça, je vous recommanderais vraiment de ne pas faire la même erreur que moi et d’éviter les Owl cafés, qui sont un vrai suplice pour ces animaux nocturnes. Outre le fait de devoir passer des journées entières à « travailler » alors qu’ils sont sensés vivre la nuit, dans la plupart des endroits comme ici les hiboux, chouettes et co sont attachés et ne peuvent même pas voler. Ca m’a vraiment fait mal au coeur. Non, tout n’est pas bon à prendre au Japon. J’avais fait quelques recherches avant de partir et j’avais trouvé quelques noms de cafés où apparemment, les hiboux étaient moins exploités, avaient des cages pour voler « entre deux services »… mais franchement, la différence est pour moi minime. N’encouragez pas ce business.

On est aussi tombé sur un Hedgehog Café, un café où on peut jouer avec des hérissons – c’est encore la toute nouvelle mode après les hiboux. Là, on a fait demi tour direct, on a juste eu le temps de voir une petite bête apeurée, ça nous a suffit. Je préfère quand même vous en parler pour que vous sachiez à quoi vous attendre. Fréquenter ce genre d’endroits, c’est accepter que ces animaux soient mal traités pour que vous puissiez les toucher et jouer avec.

A part ça, la pause shopping traditionnelle ici, c’est de manger une crêpe ! Evidemment, une crèpe à la japonaise et choisir ses toppings parmi les dizaines de modèles en plastique peut parfois s’avérer difficile ! Parmi les enseignes les plus populaires, il y a Marion Crepes et Laforet.

Ces dernières années, une mode qui s’est beaucoup répandue à Harajuku c’est celles de glaces kawaii et surtout trop Instagrammables ! Les endroits semblent ouvrir et fermer assez rapidement, mais j’en ai testé deux fin 2018. C’est très cher mais franchement c’est trop mignon ! (et c’est bon, donc l’un dans l’autre…)

Le premier, juste à l’entrée de Takeshita dori, c’est Elswelt Gelato ui propose des glaces en formes d’animaux (j’ai pris un renne, une glace saisonnière pour les fêtes, au milk tea). 

L’autre, qui est la plus connue bien qu’un peu plus difficile à trouver c’est Eddy’s Ice Cream aka les glaces les plus instagramable du monde. On choisit la couleur de son cône, sa glace et ses biscuits de plein de formes différentes. J’ai pris un chat et un love ! C’est cher (la glace en photo m’a coûté plus de 10€ !) mais ahlala, qu’est-ce que c’est kawaii !!

A la découverte des purikura !

Harajuku est aussi l’endroit parfait pour faire quelque chose que j’adore : les purikura ! On a été chez プリクラ shop Noa, toujours sur Takeshita dori, où il y a vraiment un choix fou ! Ce sont des photo-matons japonais très particuliers, où vous pouvez retoucher votre photo à l’extrême, vous faire de vrais yeux de biche, des pommettes toutes roses, rajouter des petits éléments kawaii,… Bref, c’est vraiment drôle à condition d’arriver à l’utiliser ! Car dans la plupart des machines, tout est en japonais. On a donc erré un certain temps avant de trouver une machine qui nous semblait pas trop compliquée. Et on a quand même raté notre premier test ahah ! En gros, il y a souvent deux parties : vous devez d’abord aller faire vos photos dans la cabine photo, puis aller dans la salle de retouches pour choisir votre photo et la modifier, et puis enfin attendre votre photo ! Un petit conseil: certaines machines vous envoie gratuitement la photo par email, d’autres non. C’est quand même plus sympa que de l’avoir uniquement en mignature sur papier. On a vite compris que c’était devant ces machines qu’il y avait le plus de file…

Yoyogi Koen et le temple Meiji

S’il fait beau, vous pouvez aussi faire un tour juste à côté dans le grand parc de Yoyogi Koen qui abrite le temple Meiji. Le weekend, il y a beaucoup d’animations dans et autour du parc, et vous avez de grandes chances d’apercevoir une cérémonie de mariage traditionnelle.

Le parc, qui servi de village olympique lors des JO de Tokyo en 1964, est libre d’accès mais il y a une partie payante (500 yen), qui permet de voir le jardin d’iris, la maison de thé Kakuuntei et le puits de Kiyomasa. Ça vaut le coup si vous avez envie de vous balader loin de la foule. A la période des Momiji (automne) c’est très beau, mais ça doit l’être encore plus lors de la floraison des iris entre mai et août.

De Harajuku à Omotesando

A côté des petites boutiques kawaii de Harajuku, il y a également des shopping malls plus traditionnels, comme l’énorme Tokyo Plaza Omotesando Harajuku, à la limite avec le quartier d’Omotesando, le quartier pour faire du shopping plus haut de gamme. Sur le grand boulevard qui va de la station d’Harajuku jusqu’à la station d’Omotesando (et dans les petites rues aux alentours), vous trouverez encore plus de magasins de mode, de déco, de trucs divers et variés et de trucs inutiles. ;)

Ne manquez pas le grand Kiddy Land, le magasin de « jouets » où on a envie de tout acheter (ça va des studios Ghibli à Star Wars en passant par Hello Kitty, Pokémon, et tous les animes japonais…). Celui-ci est l’un des mieux assortis à Tokyo.

Vous trouverez aussi à Omotesando un des restaurants de tonkatsu les plus populaires (et historiques, situé dans d’anciens bains publics) de Tokyo : Tonkatsu Maisen Aoyama. Il y a ici du tonkatsu pour tous les budgets, en fonction de la race et de la pièce que vous choisissez. N’importe quelle race japonaise est en général déjà bien tendre, je n’ai pas pris la plus chère mais je me suis régalée quand même. C’est assez cher mais ça vaut le coup ! Si c’est votre premier tonkatsu, il y a ici des explications en anglais sur comment le manger et utiliser les sauces (j’ai beau l’avoir déjà fait plusieurs fois, je m’y perds à chaque fois ! haha). 

De Cat Street à Shibuya

Pour rejoindre Shibuya, il suffit ensuite de descendre Cat Street, une rue de shopping un peu alternatif.

On y a mangé de délicieux gyozas à petit prix chez Harajuku Gyoza-ro.

Bain de foule à Shibuya

En ce qui concerne le quartier de Shibuya, je dois vous dire que j’ai beaucoup moins accroché. Mais bon j’avoue,  quelle idée de vouloir aller voir le passage pour piétons le plus fréquenté du monde (Shibuya Crossing), un soir d’Halloween, alors que le tout Tokyo a décidé d’aller se déguiser et se pavaner là-bas… Je vous le demande. Si je m’étais demandée jusque là où étaient passés tous les habitants de Tokyo (ça fait mégapole assez vide en général), ben là j’ai trouvé où se cachait la foule ! Ils attendaient tranquillement chez eux de pouvoir sortir leurs plus beaux costumes le soir d’Halloween ;-) Je vous laisse chercher ma petite tête paniquée dans la foule dans les photos qui suivent !

On y est donc retourné à un autre jour (et à nouveau l’année d’après), et il y avait quand même un peu moins de monde. Pour profiter de la vue sur le fameux passage pour piétons sans la foule, vous pouvez monter au Starbucks juste en face du passage et attendre qu’une place à la fenêtre se libère… C’est quand même plutôt sympa de pouvoir observer ce chahut de là-haut, surtout quand on voit passer des touristes en petites voitures Mario Kart !

Le shopping mall que j’ai préféré à Shibuya, c’est Loft, un grand magasin style Inno avec une section différente à chaque étage (papeterie, cuisine, vêtements, souvenirs,…). Comme je suis devenue accro aux washi tape et autres décorations pour mon carnet de voyage, j’ai vraiment trouvé mon bonheur ici.

Parmi les autres magasins à voir il y a également Tokyu Hands, Shibuya 109, ou encore Center Gai. La plupart des malls ont des food courts assez gigantesques, il s’agit souvent d’un étage entier où il n’y a que des restaurants. Si vous ne savez pas où aller manger, c’est souvent le bon plan car il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets, et c’est assez qualitatif. Pour choisir, on regarde les modèles en plastique, et on vérifie la note sur Google map pour être sur que c’est bon. On a très bien mangé en fonctionnant comme ça !

Et pour une expérience encore plus insolite, il y a la colline Dôgenzaka, la colline des love hotels à deux pas de là, remplie d’hôtels plus kitschs les uns que les autres !

Sans rigoler, Shibuya est une bonne base pour visiter Tokyo, super bien desservie par les transports. Il y a aussi de chouettes capsules hôtels dans le coin, notamment The Millennials Shibuya.

Shibuya pour les foodies

Shibuya non plus ne manque pas non plus de bonnes adresses pour les foodies. Dans ce quartier, on a beaucoup aimé le restaurant Genki Sushi Uobei, un restaurant high tech puisque vous commandez vos sushis sur un petit écran tactile qui se trouve devant vous et ceux-ci arrivent à la vitesse de l’éclair sur un petit plateau automatisé qui s’arrête devant vous ! Super sympa et vraiment pas cher !

Pour une expérience beaucoup plus personnelle (sur réservation uniquement et il va falloir demander à un japonais/à votre hôtel de réserver pour vous), j’ai également été manger un lunch sushi à tout petit prix (pour une telle qualité et fraîcheur !) chez Yajima (1-chōme-26-31 Higashi), tenu par un charmant petit couple.

La dame tient un carnet et a su nous dire de mémoire que nous étions les 20e belges qu’elle recevait !!! Ils étaient si heureux de nous recevoir qu’ils nous ont même offert un verre de saké ! Mention spéciale pour le dessert étrange : du poulpe cru à la sauce soja. Why not ! Si vous y allez, venez me dire en commentaire à combien de belges ou français ils en sont maintenant, j’ai envie de savoir !!!

Enfin, pour boire un verre un peu en dehors de la foule, j’ai également découvert un bar à cocktails vraiment sympa (c’est cool d’avoir une amie dans le milieu !), The SG Club, un bar sur deux étages avec deux atmosphères et deux cartes différentes : « Sip » à l’étage et « Guzzle » en bas (le bas, plus cosy, n’est ouvert qu’en soirée). Les old fashioned font partie de mes cocktails préférés et ici ils en ont des dingues, au bacon ou même au wagyu ! 

Et vous, vous êtes plutôt Shibuya, Harajuku ou Shimokitazawa

Pour continuer la lecture, mes autres articles sur Tokyo : 

6 Commentaires

  1. Je suis dégoutée d’avoir ratée le bar à cat de Harajuku (j’en ai cherché sans succès). Je suis passée à côté des bars à hiboux et à hérissons mais du coup sans regret, quelle horreur pour ces pauvres animaux…

    • Bonjour,
      Tokyo est énorme donc il vous faudra forcément prendre les transports en commun pour visiter quelle que soit la localisation de votre hôtel. Personnellement, je préfère l’ouest de Tokyo, le plus important étant de se trouver proche d’une gare ou station de métro. Près de la ligne verte JR, c’est l’idéal si vous prenez un JR Pass. Autour de Shinjuku c’est l’idéal pour la localisation pour moi, mais il y a de très bonnes options plus économiques autour de Shinagawa qui est un très chouette quartier, beaucoup moins touristique mais bien placé. Je reprends bientôt ma série d’articles sur le Japon où je donnerai plus de détails :)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.