Voyage au Pérou : mon itinéraire de 2 semaines & conseils pratiques

Pour clôturer ma série d’articles sur le Pérou, je vous propose de découvrir dans cet article un résumé détaillé de mon itinéraire de deux grosses semaines au Pérou (possible aussi en 10 jours) ainsi que tous mes conseils pratiques pour préparer votre voyage. Au départ de Lima, nous avons exploré durant ce premier voyage au Pérou tous les grands classiques : Paracas, l’oasis de Huacachina, Arequipa, le Canyon de Colca, Puno et le Lac Titicaca, Cuzco, la Vallée Sacrée et bien sûr… le Machu Picchu ! Entre déambulations urbaines, randonnées dans les Andes, des hôtels uniques, des sources thermales grandioses et bien sûr des découvertes culinaires à n’en plus finir… cet itinéraire est un bon concentré du Pérou, adaptable à tous les goûts et à toutes les conditions physiques.

Disclaimer : cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant via ceux-ci, vous ne payerez pas plus cher mais je toucherai une petite commission qui me permettra de continuer à développer ce blog.

Visiter le Pérou en pratique

Avant de partager avec vous notre itinéraire complet, voici quelques informations pratiques importantes, à prendre en considération durant la préparation de votre voyage au Pérou.

La géographie du Pérou

Le Pérou est un grand pays, qu’il est impossible de visiter entièrement en seulement quelques semaines. Il est important de bien en comprendre la géographie au moment de planifier votre voyage, notamment si vous êtes sensibles à l’altitude (voir plus bas). 

Pour simplifier les choses, le Pérou est divisé en trois zones principales :

  • la côte, le long de l’Océan Pacifique : faible altitude, portions désertiques. La partie la plus touristique de la côte s’étend au sud de Lima (Paracas, Huacachina, Nazca). Attention par contre : le Pérou n’est pas une destination plage. Les atouts du pays sont pour moi son histoire (sites archéologiques), et sa gastronomie (très variée par rapport au reste de l’Amérique latine). Mais pour les plages, il n’y a pas photos avec les plages du Costa Rica ou des Caraïbes, par exemple. En plus, les plages sont souvent remplies de déchets, un véritable problème au Pérou…
  • l’Amazone : le long du fleuve Amazone s’étend une zone de forêt tropicale/jungle, sauvage et difficilement accessible (longue route ou vols intérieurs). Ce qui fait que si on veut vraiment explorer cette région, il faut soit prévoir un voyage plus long, soit consacrer un voyage juste à ça. Car pour la découvrir, il vous faudra participer à une croisière ou une excursion de plusieurs jours. Une des bases les plus populaires est Puerto Maldonado (près de la frontière bolivienne). Je rêve d’explorer l’Amazone et espère pouvoir le faire (en croisière) lors d’un prochain voyage !
  • et entre les deux, la Cordillère des Andes : les montagnes forment une zone « tampon » entre la côte et l’Amazone. En gros, c’est la zone la plus touristique et celle dans laquelle nous avons passé l’essentiel de notre voyage. C’est évidemment ici que les altitudes sont les plus élevées et que le problème du mal d’altitude peut se poser. Le Canyon de Colca est la destination la plus élevée parmi celles dont je vous parlerai ci-dessous.

Le mal d’altitude

Pour visiter les Andes, une préparation toute particulière est de mise, à cause de l’altitude, qui peut dépasser les 5000 mètres ! La plupart d’entre nous ne sont clairement pas habitués à cela… 

Tout le monde réagit différemment à l’altitude, et il ne faut pas penser que les jeunes auront plus faciles que les plus âgés, ou les plus sportifs que les grands sédentaires. Il n’en est rien car chaque corps réagit différemment, et les accidents les plus graves arrivent justement souvent à des personnes qui ont trop confiance en leurs capacités.

Heureusement, on finit en général à s’y habituer en quelques jours, même si des symptômes peuvent subsister plus longtemps. En ce qui nous concerne, on a eu un vrai mal d’altitude entre 24h et 48h après que notre corps ait dépassé sa « limite » (au Colca Canyon). On avait tous les symptômes grippaux, mais sans fièvre. Je suis restée au lit une bonne partie de la journée au Canyon de Colca, j’avais rarement connu un tel mal-être…

Cela nous a fait adapter le reste de notre parcours, pour éviter de remonter à une telle altitude (5000 mètres à franchir sur la route unique vers le canyon). Exit la fameuse Rainbow Mountain par exemple. Les « symptômes » que nous avons gardé tout le long de nos étapes dans les hauteurs du Pérou, c’est l’essoufflement rapide dès que l’on marchait un peu, ainsi que des petits saignements de nez.

Alors, que faire pour limiter le mal d’altitude ? Beaucoup de choses à combiner ensemble de préférence :

  • Éviter de monter trop vite en altitude : un vol direct Lima – Cuzco va plus mettre à mal votre corps que d’arriver progressivement à Cuzco, en bus ou en train (en plusieurs étapes, évidemment).
  • Se laisser une période d’adaptation : une fois que vous êtes arrivés progressivement en altitude, il faut encore laisser le temps à votre corps de s’habituer. On conseille en général 1 ou 2 jours d’acclimatation avec un programme light (pas trop d’efforts physiques) pour s’adapter.
  • Tout le long de votre séjour en altitude, évitez les repas trop lourds et l’alcool ! Le corps a beaucoup de mal à fonctionner à 100% de ses capacités en altitude, et les abus alimentaires vont le surcharger inutilement. Attention, comme le corps met en général 24 heures (parfois même plus) à déclarer des symptômes, ce n’est pas parce que vous n’avez pas de symptômes à l’arrivée que vous pouvez célébrer ça avec un gros repas, vous le regretterez sans doute (et oui, ça sent le vécu…).
  • Les feuilles de coca, très consommées au Pérou, aident pour le mal d’altitude, mais ne font pas des miracles non plus.

Je ne recommande par contre pas le traitement préventif du mal d’altitude, que l’on s’était fait prescrire au cas où. C’est une médication très forte, qui nous a donné pas mal d’effets secondaires. Dès qu’on l’a arrêté, ça a été mieux… Faites donc très attention, ce n’est pas sans risque ! 

Les transports

Pour notre itinéraire au Pérou, nous avons combiné les bus (la plupart du temps), le train (pour le Machu Picchu) et un vol intérieur pour revenir de Cuzco à Lima à la fin du voyage.

Les bus

Les bus sont le mode de transport le plus populaire au Pérou, également pour les longues distances. Ici, les bus de nuit sont la norme, mais faites attention au choix de la compagnie car le confort et la sécurité varient. 

Nous avions pris par facilité le pass « Full South » de Peru Hop, un système de bus hop on hop off sur un itinéraire défini (dans notre cas, entre Lima et Cuzco via Paracas, Huacachina, Nazca, Arequipa et Puno). Je vous en donne tous les avantages et inconvénients dans mon article détaillé.

Vu que nous avons voyagé en fin de pandémie et qu’il n’y avait encore quasiment aucun touriste au Pérou, Peru Hop nous a placé pour une partie du voyage dans des bus d’autres compagnies (car leurs bus étaient quasiment vides), ce qui était plutôt pas mal pour moi puisque ça m’a permis de comparer différentes compagnies, à savoir Cruz del Sur et Transzela.

Je peux vous dire que les bus Cruz del Sur étaient clairement les plus confortables, et je comprends pourquoi ils ont la réputation d’être la meilleure compagnie de bus du Pérou. Sièges ultra-inclinables, larges, séparés par des rideaux, bus propres et confortables… Franchement, pour la différence de prix, si ça ne vous dérange pas de faire les réservations par vous-mêmes en espagnol, je pense que c’est vraiment la meilleure option.

Choisir une bonne compagnie est également important pour votre sécurité puisque les bus les moins chers sont aussi ceux qui font le plus d’accidents : chauffeurs sous pression, manque de sommeil,… vu les routes péruviennes, un accident est vite arrivé, et nous en avons d’ailleurs vu pas mal, malheureusement. N’essayez donc pas d’économiser sur les transports ! 

Et c’est pour cela que même les meilleures compagnies comme Cruz del Sur peuvent avoir du retard : en cas d’accident sur la route, la route peut être bloquée pendant des heures. Nous en avons fait les frais pour notre départ de Nazca. Il ne faut donc pas prévoir de programme trop serré si vous devez prendre le bus…

Mon article complet sur Peru Hop : Mon avis sur Peru Hop : avantages et inconvénients

Les trains

Les trains sont la solution la plus confortable pour se déplacer d’un point à l’autre au Pérou, mais malheureusement le réseau de train est limité, et c’est l’option la plus chère. La compagnie principale est PeruRail, qui partage uniquement le tronçon Cuzco-Aguas Calientes avec IncaRail. Les trains sont plutôt luxueux, et permettent de bien profiter du paysage. Si vous avez le budget, je vous conseille de foncer !

Les tronçons qu’il est possible de faire en train sont les suivants :

Pour des voyages encore plus luxueux, Belmond opère des trains de luxe sur le même réseau, notamment le Hiram Bingham vers le Machu Picchu.

Les vols intérieurs

Nous sommes partis au Pérou avec KLM/Air France (j’y suis fidèle pour mes voyages persos dès que c’est possible).

Nous avions décidé de limiter nos vols en avion : nous n’avons donc pris qu’un vol intérieur entre Cuzco et Lima. De nombreuses compagnies, et beaucoup de low cost, se partagent les vols internes au Pérou. On a beaucoup galéré pour choisir celle qu’on allait prendre, car beaucoup de compagnies locales sont très mal notées. On a finalement opté pour une compagnie connue à l’international, LATAM.

Au niveau de l’avion, rien à redire. Par contre, je pense que quelle que soit la compagnie choisie, les retards sont la norme… Quasiment tous les vols sur le panneau d’affichages étaient en retard ! Bref, à nouveau, éviter de prévoir des correspondances trop courtes, et encore plus de devoir prendre un vol international le jour-même… 

Les voitures et taxis

Les locations de voiture auprès des touristes internationaux sont rares au Pérou et on peut comprendre pourquoi… Il est par contre souvent très abordable de prendre une voiture avec chauffeur à la journée, ou pour toute une partie de votre voyage.

Nous avons utilisé TaxiMundo pour nos transferts entre Arequipa et le Colca Canyon (avec arrêts touristiques au retour), et Taxidatum pour une journée entre Ollantaytambo et Cuzco (transfert + arrêts pour les visites sur une journée complète). Les deux compagnies étaient pro, avec suivi en anglais via WhatsApp (car les chauffeurs ne parlent qu’espagnol). Le chauffeur de Taxidatum a juste essayé de nous faire aller dans un magasin où il aurait touché une commission, mais dès qu’on a dit que ça ne nous intéressait pas, on a pu continuer sans problème.

Pour Lima, vous pouvez également utiliser l’app EasyTaxi pour les courts trajets en ville. Si vous prenez un taxi sans app (par exemple pour relier le centre-ville depuis une gare de bus, souvent excentrées), faites bien attention à négocier et à votre sécurité ! C’est une des raisons qui nous avait poussé à quand même choisir Peru Hop (les transferts sont inclus et donc safe).

La sécurité au Pérou

J’ai déjà bien abordé les problématiques liées à la sécurité dans les différents points ci-dessous, mais pour résumer : le Pérou n’est pas plus insécuritaire qu’un autre pays, à condition de respecter certaines règles. 

  • Restez de préférence dans les quartiers touristiques, surtout à Lima (certains quartiers autrefois touristiques sont en train de se dégrader, comme Callao (évitez de dormir dans ce quartier).
  • Privilégiez les trajets en taxi suivis via une app, et optez pour une compagnie réputée pour les longs trajets plutôt que de prendre le premier taxi venu en rue.
  • Optez pour des compagnies de bus réputées pour minimiser les risques d’accident de la route.
  • A Lima (surtout), évitez de vous balader avec trop de biens de valeur à vue de tous, et évitez de manière générale de vous balader avec trop de cash, au cas où. Pour l’appareil photo, je l’ai pris partout avec moi (souvent un peu caché par mes vêtements), sauf à Lima (iPhone uniquement).

La météo et quand partir

Nous avons visité le Pérou en octobre.

La meilleure saison pour visiter le Pérou varie en fonction des zones que vous voulez visiter. La météo peut être très différente dans les trois zones présentées en début d’article, mais on note quand même une saison des pluies commune, qui s’étend grosso modo de décembre à avril.

Pour la côte, la meilleure période est notre hiver (leur été) : c’est à cette période que vous aurez le plus de chance d’avoir un ciel bleu, car la brume est très courante sur la côte (plus que la pluie). A Lima, c’est même plus que de la brume, c’est un brouillard qui peut rester toute la journée, il porte même un nom, « Garua ». Il n’était pas censé être présent en octobre, mais on l’a quand même eu : nous n’avons pas vu un seul rayon de soleil à Lima à cause de lui…

Pour le reste du pays, il vaut mieux y aller en dehors de la saison humide (décembre-avril). Dans les Andes, quelle que soit la période, les nuits seront plus fraiches : prévoyez vos vêtements en fonction.

La barrière de la langue

L’anglais n’est pas encore répandu partout au Pérou. Avoir une compréhension minimale de l’espagnol vous sera très utile, surtout pour les transports et au restaurant. Dans les hôtels, en général, il y a toujours au moins une personne qui parle anglais. Si vous ne parlez pas du tout l’espagnol, je vous conseille d’utiliser un traducteur en ligne (l’option live de Google Translate est très utile !).

L’argent au Pérou

Pour changer de l’argent au Pérou, ce sont globalement les bureaux de change dans les grandes villes (Lima et Cuzco) qui sont les plus avantageux. Attention cependant, leurs horaires d’ouverture peuvent être assez limités et ils sont souvent fermés le dimanche. Vous trouverez beaucoup d’options près de la place San Martin à Lima, le mieux est de comparer les taux, les frais, et bien vérifier l’argent qu’on vous rend (les billets doivent être en bon état, sinon ils peuvent être refusés).

Si vous préférez retirer de l’argent à un distributeur de billet, beaucoup de banques appliqueront des frais supplémentaires. En théorie, la banque avec le moins de frais est Banco de la Nacion (mais je pense que ça varie quand même d’un distributeur à l’autre…). Le gros désavantage des retraits, c’est que le montant maximum que vous pouvez retirer est en général très limité (dans les 200€…), ce qui fait que les frais bancaires s’accumulent vite…

La monnaie locale, le sol péruvien, est nécessaire pour les achats dans les marchés locaux par exemple, mais il y a beaucoup d’endroits touristiques qui prennent les dollars américains. De nombreux magasins et hébergements prennent les cartes Visa et Mastercard, avec cependant parfois des majorations de plusieurs pourcents pour les paiements par carte dans les adresses plutôt « bas de gamme ».

En bref, il vaut mieux avoir du cash et une carte de crédit à tout moment, et payer par carte dès que c’est possible sans frais supplémentaire.

Au niveau du budget à prévoir, je n’aime jamais donner de montants précis car, comme pour toute destination, on peut visiter le Pérou en mode backpack à petit budget avec auberges, street food et bus, tout comme en mode luxe avec hôtels 5 étoiles, restos gastronomiques et trains de luxe… Une chambre individuelle peut aller de 20€ la nuit pour les options les moins chères, à 200€ et plus pour les hôtels les plus luxueux. Un repas dans un resto des World’s 50 Best vous coûtera plus de 100€ par personne, alors qu’un ceviche au marché ne vous coûtera que quelques euros. 

Mon itinéraire de deux semaines au Pérou

L’itinéraire que nous avons fait est parfait pour un premier voyage au Pérou de 2 à 3 semaines. Nous sommes en réalité restés au Pérou deux grosses semaines, mais cet itinéraire peut facilement être réduit à 14 jours, ou étendu pour arriver à 3 semaines complètes. 

Je garde un bon souvenir du Pérou, malgré le mal d’altitude qui a limité une bonne partie de notre voyage. Les endroits que j’ai préférés sont Cuzco et le Machu Picchu, deux incontournables grandioses que je suis contente d’avoir vu, même si je pense que je n’y retournerai pas une seconde fois (car trop touristique pour moi). Au niveau des hébergements, mes préférés ont été la Uros Lodge Perù (Walter Lodge) sur le Lac Titicaca, et l’hôtel Katari à Arequipa.

Par contre, pour un deuxième voyage au Pérou, le seul endroit de cet itinéraire où je retournerais est (et ça va sans doute vous surprendre) Lima ! Tout simplement car j’ai eu l’impression d’avoir vite fait le tour de toutes les autres destinations découvertes, alors que j’ai l’impression de n’avoir fait que frôler la riche culture de Lima (qui est il faut le dire une ville plus difficile à aborder que les autres). 

Voici notre itinéraire détaillé au jour le jour, avec les principales activités réalisées, les transports et les hébergements à chaque étape.

Jour 1 : arrivée à Lima

Après un vol depuis l’Europe, nous sommes arrivés à Lima en fin de journée.

Nous avions réservé un transfert avec TaxiDatum depuis l’aéroport car nous n’avions pas encore de carte SIM. Prendre un Uber (ou autre app) est quand même moins cher si vous avez du roaming inclus au Pérou, ou si vous prenez une e-sim qui peut être activée directement à votre arrivée. A l’époque, les e-sim n’existaient pas encore vraiment, mais j’utilise depuis les e-sim HolaFly qui donnent vraiment une plus grande flexibilité à l’arrivée (ce qui peut rapidement compenser le prix d’achat).

Le temps de passer les contrôles et d’arriver à l’hôtel, il était déjà très tard. Nous avons pris des sandwichs à emporter à La Lucha et sommes tombés de sommeil.

Hôtel : 2 nuits au Hilton Miraflores à Lima. C’est devenu pour nous une petite habitude de passer la première nuit de nos voyages hors Europe dans un hôtel Hilton. Celui-ci est très bien situé, dans un quartier sécuritaire, entouré de plein de restos et avec une superbe piscine (et jacuzzis !) en rooftop. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 2 : Lima

Nous avions regretté de ne pas avoir pris de guide pour visiter San José au Costa Rica, nous n’avons donc pas voulu reproduire la même erreur à Lima, une ville qui, comme San José, fait parfois peur mais qui réserve bien des surprises quand on arrive à l’apprivoiser. Nous avons opté pour ce food tour qui nous a fait explorer le quartier de Miraflores (et un peu au-delà) avec plein d’arrêts gourmands et explications sur l’histoire de Lima et du Pérou. À ce jour, ça reste le meilleur food tour auquel j’ai participé !

Nous avons fini la journée dans le quartier de Barranco, un des quartiers branchés de Lima, où nous avions réservé dans l’un des meilleurs restaurants au monde, le Kjolle (petite soeur du Central).

Mon article complet sur Lima : Que faire à Lima ? Ma visite gourmande de la capitale du Pérou

Jour 3 : Lima – Paracas

Le bus Peru Hop est venu nous chercher tôt le matin à notre hôtel pour la première étape de notre pass hop-on hop-off « Full South to Cusco » direction Paracas sur la côte.

Nous avons passé la journée à Paracas, avec d’abord un tour en bateau vers les îles Ballestas, surnommées les « petites Galápagos » (ou on peut voir des otaries, des manchots, oiseaux variés, etc.). Nous avons ensuite profité de la plage de Paracas et trouvé l’un des meilleurs restos de notre voyage : Cevicheria Rustikarreta Parrillas (on a tellement aimé qu’on y est retourné le lendemain !).

Hôtel : 1 nuit à Paracas au Kokopelli. Une auberge de jeunesse tendance avec également quelques chambres privatives (très demandées donc à réserver bien à l’avance). Petits prix, chouette happy hour et accès direct à la plage. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Mon article complet sur Paracas : Visiter Paracas et les îles Ballestas : le Pérou côté océan

Jour 4 : Paracas – Huacachina

Le matin, visite des paysages désertiques de la réserve nationale de Paracas (excursion comprise chez Peru Hop), puis un dernier repas à Paracas avant de continuer en bus en direction de l’oasis de Huacachina, où nous sommes arrivés en milieu d’après-midi.

Nous sommes directement partis pour un tour en buggy + sandboard dans les dunes, pile à temps pour la golden hour et surtout pour le sunset que nous avons pu observer au beau milieu des dunes. On avait peur que ce soit trop touristique et finalement ce fut un de nos meilleurs souvenirs au Pérou, magique ! 

Hôtel : 1 nuit à l’hôtel Banana Adventure à Huacachina. Une chouette adresse en plein dans l’oasis, qui combine une partie auberge de jeunesse avec dortoirs et une partie hôtel avec confortables chambres privées. Ambiance sympa avec piscine et resto en plein air (on a mangé là le soir). Voir les photos et tarifs actuels ici.

Mon article complet sur Huacachina : Visiter l’oasis de Huacachina, une destination surprenante au Pérou

Jour 5 : Huacachina – Nazca

Journée essentiellement consacrée aux transports et à deux visites gratuites, comprises dans notre formule Peru Hop : un cours de cuisine à Ica (près de Huacachina) et une visite d’un producteur de vin et de pisco (où nous avons mangé le midi).

Aprem dans le bus jusqu’à Nazca, où nous nous sommes arrêtés dans la tour d’observation pour voir les fameuses lignes de Nazca. Sans prendre l’avion, on en a juste un petit aperçu. Je parle en détail de ce dilemme dans mon article sur Nazca.

Repas à Nazca, puis nuit dans le bus entre Nazca et Arequipa.

Jour 6 : Arequipa

Arrivée matinale à Arequipa, la Cité Blanche du Pérou. On a pris pas mal d’altitude en cours de route, c’est le « début de la fin » pour notre mal d’altitude ! 

On a passé la journée à découvrir à pied Arequipa, avec notamment la visite du célèbre monastère de Santa Catalina, et un repas dans une « picanteria », un type de restaurant typique d’Arequipa.

Hôtel : 1 nuit au Katari Hotel. Confortable boutique hôtel, bien insonorisé, situé directement sur la Plaza de Armas, la place principale d’Arequipa. Son grand atout : sa terrasse rooftop avec vue panoramique sur la ville et les montagnes, pour un petit-déjeuner ou un apéro plus que grandiose. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Mon article complet sur Arequipa : Visiter Arequipa, la Ville Blanche du Pérou

Jour 7 : Arequipa – Canyon de Colca

Départ d’Arequipa en direction du Canyon de Colca, avec un taxi de Taxi Mundo. La route qui y mène vaut déjà le coup à elle toute seule : les grandes étendues désertiques parsemées de lamas, alpagas et… flamants roses, sont splendides. 

Lunch à Chivay (le plus grand village du canyon) avant de passer le reste de la journée (y compris le repas du soir) dans notre superbe hôtel avec sources chaudes.

Hôtel : 2 nuits au Colca Canyon Colca Lodge Spa & Hot Springs. Un des plus beaux hôtels du Canyon de Colca, avec un gros avantage : ses sources thermales naturelles (uniquement accessibles aux clients de l’hôtel) situées au bord de la rivière. Magnifique ! Voir les photos et tarifs actuels ici.

Si vous souhaitez réduire la durée du voyage, il est possible de faire une excursion d’un jour depuis Arequipa (mais beaucoup de route sur un jour…) ou de n’y passer qu’une nuit (très populaire : les treks de 2 jours avec une nuit dans le bas du canyon).

Jour 8 : Canyon de Colca

Journée de découverte du Colca Canyon au départ de notre hôtel. Le matin, nous avons fait une randonnée de 6km pour découvrir le site archéologique pré-Inca de Uyo Uyo et le petit village de Yanque. Même si la randonnée est assez facile, elle l’est un peu moins avec l’altitude et ça nous a cassé pour le reste de la journée, qu’on a à nouveau passé à l’hôtel (en mode zombie).

Mon article complet sur le Colca Canyon : Visiter le Canyon de Colca au Pérou

Jour 9 : Canyon de Colca – Arequipa 

Pour rentrer du Canyon de Colca, on avait à nouveau réservé un taxi de Taxi Mundo, mais cette fois pour la journée, pour qu’il nous emmène voir les « incontournables » du canyon (à savoir différents points de vue et un autre petit village) avant de rentrer à Arequipa.

Fin de journée à Arequipa, où nous avons été bien soulagés de redescendre un peu en altitude.

Hôtel : 1 nuit au Wyndham Costa del Sol à Arequipa. Un hôtel plutôt haut de gamme, avec le confort « à l’américaine ». Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 10 : Arequipa – Lac Titicaca (Puno et Uros)

Départ (très) matinal de notre hôtel avec le bus Peru Hop en direction de Puno sur le Lac Titicaca. Nous sommes déposés dans le centre de Puno : de là, nous prenons un taxi (envoyé par notre hôte) pour rejoindre notre hébergement flottant dans les îles Uros, où nous passerons les deux prochains jours en pension complète.

Après le lunch, notre hôte Walter nous laisse nous reposer (l’altitude, encore et toujours) et profiter de ce cadre unique…

Hôtel : 2 nuits à la Uros Lodge Perù (Walter Lodge) dans les îles Uros. L’adresse parfaite pour un séjour à la fois authentique et confortable dans les (autrement très touristiques) îles artificielles d’Uros. L’avantage : un seul hébergement touristique sur cette petite île. De tous nos voyages, nous avons très rarement vu un accueil aussi chaleureux que celui de la famille de Walter. Deux jours humainement inoubliables. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 11 : les îles Uros au Lac Titicaca

Nous avons passé la journée entière sur l’île de Walter, qui nous a emmené (sans supplément au contraire de plein d’autres lodges !) faire un tour en bateau traditionnel sur le lac. Il nous a également appris comment il avait créé toute cette île entièrement par lui-même, et nous a montré un petit musée avec ses créations en totora, la matière utilisée pour tout ici.

Mon article complet sur les îles Uros : Séjour sur les îles flottantes du lac Titicaca au Pérou

Jour 12 : Lac Titicaca (Taquile)

Walter s’était arrangé pour que nous puissions rejoindre une excursion en direction de l’île de Taquile, classée à l’UNESCO pour sa culture particulière et ses textiles. Normalement, les excursions à la journée depuis Puno combinent souvent une visite d’Uos et de Taquile. De quoi nous occuper avant le départ de notre bus de nuit en direction de Cuzco.

Nuit dans le bus entre Puno et Cuzco.

Mon article complet sur le Lac Titicaca : Visiter le Lac Titicaca, côté Pérou : Puno, Taquile, Uros

Jour 13 : Cuzco 

Arrivée très matinale à Cuzco, où nous avons heureusement pu rapidement faire notre check-in pour se remettre en forme avant de partir explorer la ville. Nous avons commencé par prendre un taxi jusqu’au site archéologique inca de Sacsayhuaman (si vous ne devez en visiter qu’un à Cuzco, visitez celui-là), avant de redescendre à pied vers le centre. 

Après un repas sur la jolie Plaza de Armas, nous nous sommes baladés dans le centre et dans le quartier de San Blas, où nous avons fini la journée avec un cocktail face au coucher du soleil chez Limbus, avant de retourner manger sur la Plaza de Armas, dans un excellent restaurant de cuisine nikkei, Limo Peruano Nikkei.

Hôtel : 1 nuit à l’hôtel Costa del Sol Wyndham. Un hôtel confortable et central, installé dans un palais historique, avec un patio typique de l’architecture de Cuzco. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Mon article complet sur Cuzco : Visiter Cuzco au Pérou : incontournables & bonnes adresses

Si vous n’avez qu’une nuit à Cuzco et souhaitez gagner du temps, je vous recommande de participer à une visite guidée d’une demi-journée du centre et des sites incas aux alentours (petit prix pour gros gain de temps).

Jour 14 : Cuzco – Machu Picchu 

Nous nous sommes levés de bonne heure pour prendre le premier train PeruRail du centre de Cuzco jusqu’à Aguas Calientes, le village aux pieds du Machu Picchu.

Après un lunch rapide dans une boulangerie française (oui oui !) à Aguas Calientes, nous avons pris le bus local pour rejoindre le Machu Picchu, où nous avions réservé (bien à l’avance) un des derniers créneaux de la journée.

Mon article (très !) complet sur le Machu Picchu : Visiter le Machu Picchu au Pérou : mon petit guide pratique

Hôtel : 1 nuit à la Susanna Inn à Aguas Calientes. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Beaucoup de touristes choisissent de faire l’aller-retour au Machu Picchu avec une journée d’excursion au départ de Cuzco. Je ne conseille que si vous n’avez vraiment pas le temps pour plus. Je détaille les inconvénients dans mon article sur le Machu Picchu. Une alternative : vous baser à Ollantaytambo (voir plus bas).

Jour 15 : Aguas Calientes – Ollantaytambo 

Le matin, nous avons repris le train depuis Aguas Calientes jusqu’à Ollantaytambo, un village inca préservé situé dans la Vallée Sacrée des Incas. Avec la fatigue des réveils très matinaux des jours précédents, nous avons choisi de prendre nos deux repas à notre hébergement et de nous reposer un peu (dans un cadre splendide).

Hôtel : 2 nuits au Las Qolqas Eco Resort à Ollantaytambo. Un hôtel avec une démarche éco-responsable, où on loge dans des tentes grand luxe façon safari, situées dans un cadre naturel tranquille à proximité du village. Également un bon restaurant sur place. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 16 : Ollantaytambo

Le matin, notre hôtel nous a déposé avec sa navette gratuite au site archéologique inca de Pumamarka. Après une visite de ce site accessible gratuitement, entièrement seuls (une vraie expérience !), nous sommes redescendus à pied jusqu’au village d’Ollantaytambo en suivant une ancienne Inca Trail, le long des canaux d’irrigation, avec des vues splendides tout le long.

Lunch dans le village avant de visiter le site archéologique de la forteresse d’Ollantaytambo. Retour à l’hôtel avec la navette gratuite et repas du soir sur place.

Mon article complet sur Ollantaytambo : Ollantaytambo : mon coup de cœur dans la Vallée Sacrée au Pérou

Si vous voulez raccourcir ce parcours, vous pouvez visiter la Vallée Sacrée (dont Ollantaytambo) en un seul jour. Si vous avez le temps par contre, il est possible de rester bien plus longtemps à Ollantaytambo pour découvrir davantage le côté plus hors des sentiers battus de la Vallée Sacrée. Notre hôtel proposait toute une série d’excursions qu’on ne trouve pas dans les guides.

Jour 17 : Vallée Sacrée

Un taxi de Taxi Datum est venu nous chercher à notre hôtel pour une journée complète de visites des principaux sites touristiques de la Vallée Sacrée, qui s’étend entre Ollantaytambo et Cuzco. Nous nous sommes arrêtés aux sites archéologiques de Moray, Chinchero et Pisac, ainsi qu’aux salines de Maras. Lunch dans le village de Pisac (dans un resto hippie absolument trop cool !). Arrivée à Cuzco en fin de journée.

Mon article complet sur la Vallée Sacrée : Visiter la Vallée Sacrée des Incas au Pérou : itinéraire et conseils pratiques

Nous avons aimé la liberté procurée par la visite en taxi, mais ce n’est pas l’option la moins chère. Si vous manquez de temps, il existe 1000 possibilités d’excursions d’un jour dans la Vallée Sacrée au départ de Cuzco.

Hôtel : 1 nuit au Aranwa Cuzco Boutique Hotel. Un des plus beaux boutique hôtels de Cuzco, installé dans un bâtiment historique rempli d’oeuvres d’art. Un cadre très romantique. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 18 : Cuzco – Lima

Nouvelle journée de visites à Cuzco. Nous avons poursuivi nos visites des sites archéologiques incas situés autour de la ville. Nous avons pris un taxi jusqu’au site de Tambomachay, puis nous sommes à nouveau redescendu à pied jusqu’au centre de Cuzco (mais plus long, cette fois !) en passant par les sites archéologiques de Puca Pucara et Qenqo. En chemin, on passe par un petit village spécialisé dans la production de laine d’alpaga. Vous y ferez des achats moins chers que dans le centre.

Lunch à Cuzco puis dernière balade en ville avant de prendre un vol intérieur de Cuzco à Lima en début de soirée.

Hôtel : 1 nuit à Lima au Country Club Lima Hotel. Un des hôtels historiques de Lima, situé face au golf, avec des chambres très confortables. Voir les photos et tarifs actuels ici.

Jour 19 : Lima – vol retour

Dernière journée à Lima : nous avons pris un taxi pour explorer le centre-ville (faites bien attention à votre sécurité dans ce quartier) avant d’aller manger chez Maido, un restaurant de cuisine nikkei (fusion Japon et Pérou) classé dans les World’s 50 Best Restaurants (réservation indispensable).

Vol de nuit et arrivée en Europe le lendemain matin.

 

Texte et photos : Emmanuelle Hubert et Kevin Berger

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.