Visiter Paracas et les îles Ballestas : le Pérou côté océan

Après avoir découvert la capitale du Pérou, Lima, nous prenons la route pour la première étape de notre roadtrip en bus au Pérou : Paracas, connue pour ses paysages désertiques bordant l’océan et pour ses petites îles (Islas Ballestas) souvent comparées aux Galápagos, de par leur faune et leur flore ultra-riches. Cette destination, certes (très) touristique, reste un arrêt immanquable au Pérou pour les amateurs de nature… et de dolce vita. Car découvrir Paracas, c’est aussi déguster un ceviche de poisson frais face à la plage, boire une bière locale face au coucher du soleil… Avec une ambiance qu’on a retrouvé nulle part ailleurs au Pérou ! Dans cet article, je partage avec vous mes bonnes adresses et mes conseils pour découvrir Paracas en un jour ou deux.

Disclaimer : cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant via ceux-ci, vous ne payerez pas plus cher mais je toucherai une petite commission qui me permettra de continuer à développer ce blog.

Visiter Paracas en pratique 

Pour visiter Paracas, deux options principales s’offrent à vous : faire étape à Paracas lors d’un roadtrip au Pérou (en venant de Lima et avant de poursuivre vers Nazca ou Arequipa par exemple), ou visiter Paracas à la journée depuis Lima. Deux options qui se défendent, voici le pour et le contre selon moi pour vous aider à choisir.

Faire étape à Paracas durant un roadtrip au Pérou

Si vous décidez de ne pas revenir sur Lima après votre visite de Paracas, je vous conseille une nuit à Paracas, ce qui devrait être suffisant pour faire les deux excursions principales (celle des îles Ballestas et celle de la Réserve nationale, voir plus bas). Vous pouvez ensuite reprendre le bus vers votre prochaine étape : Huacachina, Nazca, ou Arequipa.

Si vous optez pour un bus public, on vous conseille (vu les prix bas pour nous européens de toute manière) d’opter pour la compagnie de bus péruvienne la plus confortable (et la plus safe), à savoir Cruz del Sur.

Par facilité, nous avions décidé d’opter pour un pass Peru Hop, abordable et qui permet de ne pas avoir à réserver séparément tous ses trajets en bus. On avait opté pour le circuit « Full South to Cusco« , une formule « hop on hop off » qui vous permet de relier à votre rythme Cuzco, en partant de Lima, via Paracas, Huacachina, Arequipa et le lac Titicaca. Seuls les bus (et quelques excursions) sont inclus, vous restez donc libres de réserver par vous-mêmes vos hôtels, et vous pouvez passer autant de jours que vous voulez à chaque étape.

J’ai consacré un article à Peru Hop pour vous expliquer un peu mieux comment ça fonctionne. Le seul gros point négatif selon moi est que si vous voyagez à bord de leurs propres bus (la plupart du temps à part s’ils n’ont presque pas de réservations), ceux-ci sont bien moins confortables (pour les trajets de nuit) que les bus Cruz del Sur. Comme on a visité le Pérou pendant la pandémie, et sachant que le Pérou avait des mesures très strictes (double masques, visière…), nous étions peu nombreux et avons donc été placés régulièrement dans des bus Cruz del Sur, avec un guide Peru Hop nous accompagnant (le meilleur des deux mondes, mais ce n’est pas une garantie). 

Visiter Paracas (et Huacachina) à la journée depuis Lima

De nombreuses compagnies d’excursions proposent des excursions à la journée à Paracas (souvent combinées à une visite de Huacachina et même des lignes de Nazca sur deux jours) depuis Lima. Ce sera une très, très longue journée : il faut compter 3 heures de bus, depuis Lima, pour atteindre Paracas… Mais même si le temps que vous passerez dans ces destinations sera chronométré, la popularité de ces excursions se comprend pour deux bonnes raisons :

  1. Vous n’avez qu’à vous laisser porter ! Au Pérou plus qu’ailleurs, c’est très difficile d’organiser tout par soi-même, et les visites à Paracas sont impossibles sans tours de toute manière. Avec ces formules à la journée « tout inclus », vous n’avez pas à vous soucier de réserver vos bus, vos excursions à Paracas, et vous avez un guide avec vous pour vous donner plus d’informations sur ce que vous voyez.
  2. Ça vous permet éventuellement d’éviter un trajet en bus de nuit. En effet, si vous revenez vers Lima après ces visites, vous pouvez facilement prendre un vol intérieur pour Arequipa ou Cuzco. Ceci étant dit, c’est aussi possible si vous décidez d’y venir en autonomie en bus local, il suffit de rentrer sur Lima après avoir passé une nuit ou plus à Paracas (et/ou Huacachina).

Peru Hop propose d’ailleurs aussi des excursions d’un, deux ou trois jours depuis Lima : en gros, le programme qu’on a fait, sauf qu’au lieu de continuer vers Nazca et Arequipa, vous retournez à Lima à la fin du programme à Paracas (et Huacachina). Voici les différentes options qu’ils proposent. Il y a probablement moyen de trouver moins cher, mais personnellement je les avais choisis pour leur bonne réputation.

Que faire à Paracas ?

La ville de Paracas est avant tout le point de départ des deux excursions les plus populaires du coin : le tour en bateau des îles Ballestas, et la visite de la Réserve Nationale de Paracas.

Un tour en bateau des îles Ballestas

Ce sont elles qui font venir la plupart des touristes à Paracas : les îles Ballestas, surnommées les « Poor Man’s Galápagos » (autrement dit, les Galápagos du Pauvre !). Le nom veut tout dire. Vous y verrez de nombreux animaux, mais ne vous attendez pas non plus au Galápagos : c’est en réalité très petit !

À peine débarqués à Paracas après un réveil très, très matinal à Lima, nous avons donc commencé directement notre découverte de la région de Paracas avec la visite des îles Ballestas, puisqu’il vaut mieux la faire tôt le matin (le moment où les animaux sont les plus actifs).

Les bateaux partent les uns après les autres et nous devons attendre un peu notre tour : n’espérez pas y être seuls ! Gilet de sauvetage enfilé, on s’installe dans un speedboat ouvert (crème solaire obligatoire). Et on est content que Paracas soit connue pour son climat ensoleillé : en cas de mauvais temps, ça doit bien mouiller !

En chemin vers les îles, on observe d’abord le « Candelabro de Paracas« , un géoglyphe similaire à ceux de Nazca, qui aurait été dessiné par le peuple Paracas il y a plus de 2000 ans (mais il reste entouré de mystère).

Enfin, les îles se rapprochent, et on commence à voir plus d’animaux. Durant les deux heures de l’excursion, vous êtes quasiment assurés de voir de nombreuses otaries (« lobos marinos »), une multitude d’espèces d’oiseaux (c’est un paradis pour les ornithologues), mais aussi la seule espèce de manchots présente au Pérou, le manchot de Humboldt (que nous avons vu de loin seulement). Il serait aussi possible de voir des dauphins, mais nous n’en avons pas vu.

Au final, ça n’a, je pense, vraiment rien à voir avec les Galápagos. Et même si on a vu pas mal d’animaux sauvages, ce n’est pas ce dont on se souviendra de notre voyage au Pérou. Surtout que ce côté ultra-touristique, avec ce ballet de bateaux (et l’impact que ça doit avoir justement sur la faune et la flore…) ne permet pas vraiment de profiter pleinement de ce beau cadre naturel. Malgré tout, le tour n’est vraiment pas cher donc ça valait quand même la peine de voir ces îles, puisque nous avions fait le trajet jusqu’ici ! 

En pratique : tous les bateaux partent du quai de Paracas. Les différentes compagnies présentes sur place proposent toutes le même tour, qui dure environ deux heures. Je vous recommande cependant de réserver votre tour en bateau à l’avance afin d’éviter une attente inutile sur place (surtout que c’est un peu le chaos). Vous pouvez le faire facilement en ligne ici. Si vous comptez également faire le tour de la réserve nationale de Paracas dont je vous parle ci-dessous, vous pouvez aussi réserver directement une excursion qui combine les deux visites.

La Réserve Nationale de Paracas

Juste à côté de la ville de Paracas se trouve la Réserve Nationale de Paracas, qui est l’un des déserts les plus arides au monde. Les paysages de la réserve nous ont beaucoup plus impressionnés que ceux des îles Ballestas : c’est assez incroyable de voir ce désert entouré par des falaises plongeant dans l’océan Pacifique ! Finalement, nous avons même préféré cette visite à celle des îles Ballestas, alors que la plupart des touristes se contentent de faire seulement la visite des îles. 

Nous avons visité cette péninsule désertique avec la visite gratuite comprise dans notre pass de bus Peru Hop mais, à nouveau, toutes les compagnies proposent plus ou moins le même tour.

Ici aussi, en plus de profiter de paysages à couper le souffle, vous aurez la chance de voir de nombreux animaux : nous y avons notamment vu beaucoup de flamants roses ! 

Durant le tour, on s’arrête à différents points de vue, plus beaux les uns que les autres. Depuis le sommet des falaises du lieu-dit « La Cathédrale » (qui doit son nom à une arche aujourd’hui effondrée), on observe pas mal de kitesurfs, qui semblent se régaler du vent, qui souffle souvent dans cette région. 

La réserve de Paracas est également connue pour ses plages, dont la plus impressionnante est sans doute la Playa Roja (Plage Rouge), une longue plage au sable volcanique rouge. Par contre, même si elles font rêver, se baigner sur les plages de la réserve est assez compliqué.

Si vous voulez profiter encore plus de la réserve, il est aussi possible de réserver une visite privée (abordable), ou d’y faire une balade en buggy.

La plage de Paracas

Le centre touristique de Paracas, avec tous les hébergements et restaurants, s’étend le long de son agréable plage. Celle-ci était très fréquentée lors notre visite, qui coïncidait sans qu’on le sache avec un long weekend ici au Pérou. Elle est la plus agréable au coucher du soleil. 

À faire aussi à Paracas

En un jour et une nuit, nous avons pu faire facilement les deux visites immanquables de la ville. Mais si vous y restez plus longtemps, il est aussi possible de visiter le petit Musée de Paracas, où vous en apprendrez plus sur la civilisation Paracas, ou d’aller faire un tour à la Lagune de Moron, une petite oasis moins connue que celle de Huacachina.

Enfin, si vous avez le budget, il est aussi possible de faire le survol des lignes de Nazca depuis l’aéoport de Pisco, avec prise en charge à Paracas. Le vol est plus long (et donc plus cher) mais ça vous évite beaucoup de route si vous ne comptez pas poursuivre votre voyage dans cette direction.

Où dormir à Paracas ?

Paracas est une petite ville, où il n’y a pas énormément de choix d’hébergements. On a logé au Kokopelli Paracas, une auberge de jeunesse « améliorée », très tendance, avec une petite piscine, un bar agréable et plein de street art. Celle-ci a un accès direct à la plage, et se trouve juste à côté de la zone où se trouvent les bars et restaurants.

C’était le côté pratique qui nous a décidé à choisir cet hébergement, puisque le bus nous déposait à côté. Ça change des adresses où on loge en général, mais l’ambiance y était sympa (et on avait quand même pris leur plus grande chambre privée, oups). Voir plus de photos et les tarifs actuels ici.

J’avais un peu hésité avec l’Hotel Paracas, a Luxury Collection, seule option vraiment plus luxueuse de Paracas. Mais ça me semblait assez cher, même pour le Pérou (quasi quatre fois le prix de la plupart des autres hôtels de Paracas !), juste pour y passer quelques heures. Mais si vous comptez passer deux nuits ou plus à Paracas, ça peut être une bonne option car il y a de quoi bien profiter avec les piscines, le spa, etc ! Voir les photos et tarifs actuels ici.

Où manger et boire un verre à Paracas ? 

Même si Paracas n’est pas bien grand, on y a trouvé deux super bonnes adresses pour manger et boire un verre (avec vue sur l’océan).

Cevicheria Rustikarreta Parrillas

On a eu de la chance en tombant directement sur ce qui est je pense le meilleur restaurant de Paracas, en front de mer (c’était pas si difficile que ça à trouver : c’est le seul qui était tout le temps rempli !). On a tellement aimé la Cevicheria Rustikarreta Parrillas qu’on y a mangé deux fois ! Paracas étant aussi un grand centre de pêche, on y déguste des poissons et fruits de mer fraîchement pêchés. Ici, tout est ultra frais, bien présenté et savoureux, le tout à petit prix : un vrai sans faute !

Karamba Restobar

Également situé face à l’océan, le Karamba Restobar est le spot parfait pour observer le coucher du soleil, tout en dégustant des bières de micro-brasseries péruviennes. On y a aussi bien mangé, même si la Cevicheria ci-dessus garde notre préférence niveau restauration. 

L’happy hour du Kokopelli Paracas

Notre auberge, le Kokopelli, proposait un happy hour populaire et accessible à tous. De quoi finir la journée dans une chouette ambiance internationale (… avec même la possibilité de se faire un beer pong pour ceux qui le souhaitent !).

 

Tous mes articles sur le Pérou : 

 

Texte et photos : Emmanuelle Hubert & Kevin Berger

Laisser un commentaire