Que faire à San José, la capitale du Costa Rica ?

Après avoir partagé avec vous notre itinéraire au Costa Rica, je vous propose de revenir à présent en détails sur chaque étape de notre voyage. Comme je vous l’expliquais dans mon article récapitulatif, nous avons voyagé au Costa Rica en pleine pandémie, et la nécessité de faire des tests PCR nous a « forcé » à passer un peu plus de temps qu’initialement prévu à San José, la capitale du Costa Rica, en général zappée par l’essentiel des touristes. Il est vrai que San José n’a pas la meilleure réputation au niveau de la sécurité et son architecture, dans son ensemble, est assez peu charmante (à part quelques beaux bâtiments anciens dans le centre). Mais y passer une journée permet de découvrir une autre facette du Costa Rica, qui ne se limite pas qu’à sa nature.

Faut-il visiter San José lors d’un voyage au Costa Rica ?

La plupart des touristes internationaux arrivent au Costa Rica via l’aéroport Juan Santamaria à Alajuela, dans la banlieue de San José. San José n’est donc souvent qu’un endroit où l’on passe rapidement, pour passer une première ou une dernière nuit dans le pays. S’il est tout à fait possible de récupérer sa voiture de location et quitter directement la ville pour les parcs naturels, en pratique, c’est souvent plus facile et moins risqué de passer au moins une première nuit dans la région de San José :

  • Vous évitez de perdre (et de devoir repayer au prix fort …) votre réservation de voiture de location en cas de retard ou changement de vol. En cette période avec beaucoup de changements de dernière minute, je recommande de garder au moins 24h entre l’arrivée présumée et la prise en charge de la voiture de location.
  • Vous vous acclimatez en douceur au décalage horaire et évitez de faire un accident au volant à cause de la fatigue à la sortie de l’avion…
  • Vous pouvez plus facilement qu’ailleurs y changer des Euros à un bon taux (dans la plupart des banques du centre-ville) et récupérer une carte SIM locale
  • Si vous devez faire un test avant de rentrer dans votre pays, San José est l’endroit le plus simple pour faire un test PCR pas trop cher avec résultat rapide (nous avons été dans un des labos Labin).

En résumé : pour moi une première nuit à San José après une arrivée sur un vol transatlantique est fortement recommandée à la fois pour le côté pratique et pour avoir un aperçu d’un autre aspect du Costa Rica (dont la gastronomie). Pour le reste, il est inutile d’y passer plus de temps si vous n’en avez pas besoin pour d’autres raisons.

Où dormir à San José ?

Sans voiture, le plus facile est de loger dans le centre de San José (le mieux pour les différentes visites) ou à Alajuela (autour de l’aéroport). Dans les deux cas, vous pourrez rejoindre facilement votre hébergement en taxi (20-40 USD) ou en Uber (beaucoup moins cher) si vous avez de la data sur votre téléphone.

Gran Hotel Costa Rica

Ultra central, le Gran Hotel Costa Rica est l’hôtel de luxe historique de San José, situé dans un bâtiment datant des années 1930 et récemment rénové avec beaucoup de goût par le groupe Hilton. Son personnel très sympa nous a notamment aidé à arranger un transfert depuis l’aéroport, et il y a également un restaurant et un bar avec une vue panoramique sur la Plaza de la Cultura et le centre de San José. Les prix actuels sont vraiment intéressants pour un hôtel de ce standing. Si vous voulez une chambre spacieuse, confortable, climatisée et bien située, c’est l’hôtel qu’on a préféré pour cette étape à San José.

Finca Rosa Blanca

Située à Heredia dans les hauteurs de San José, pas très loin de l’aéroport, la Finca Rosa Blanca Coffee Farm and Inn fut l’hôtel le plus cher de notre voyage et… celui qu’on a le moins aimé. Ce domaine à la décoration artistique situé sur une plantation de café est entouré d’une nature luxuriante. Honnêtement, le cadre est vraiment sympa.

Mais si son côté luxueux et sa démarche se voulant durable nous faisait rêver sur papier, il y a eu sur place une multitude de choses qui n’allaient pas. Pour juste citer les faits : nous avions réservé une chambre spécifique avec bain extérieur et nous ne l’avons pas eue (ils ne l’avaient pas préparée et on a eu droit à un « upgrade » mais sans bain extérieur – le seul truc qui m’avait décidé à réserver malgré un tel prix), la chambre que nous avons eu était assez poussiéreuse (et il n’y avait personne pour nous en préparer une autre quand on a demandé à changer…), le personnel faisait le strict minimum (à l’arrivée on ne nous a même pas proposé le « afternoon coffee » et la visite guidée du domaine à laquelle on avait normalement droit avec notre réservation), les parties communes étaient mal entretenues (la piscine remplie de feuilles sous prétexte qu’elle est écologique…),…

La chambre que l’on avait réservée :

La chambre que l’on a eue :

Bref, à part le cadre reposant, calme et verdoyant (génial mais ne justifie pas à lui seul un tel prix) et le personnel du restaurant qui était lui très sympa, tout le reste était assez décevant. A lire des avis plus récents, je pense que nous n’avons peut-être vraiment pas eu de chance, car ils venaient de réouvrir après une fermeture liée au COVID et avaient clairement réduit leurs coûts pour pouvoir se relancer. Mais quand je compare avec d’autres hôtels de luxe au Costa Rica comme par exemple le sublime Nayara à Arenal que nous avons adoré alors que lui aussi venait de réouvrir… il n’y a pas photo, je choisis le Nayara sans hésiter ! Si vous êtes dans le coin, allez-y peut-être pour leur resto ou la visite de la plantation de café (leur café était bon), mais pour dormir, il y a pour moi bien meilleur rapport qualité-prix dans le coin.

Autres options d’hébergements autour de San José

Vous le savez, je repère toujours plein d’endroits et un voyage ne suffit pas à tout tester, voici donc quelques autres adresses d’hôtels que j’avais repérés à San José et dans ses environs.

Dans le centre de San José :

  • Hotel Grano de Oro : c’est un autre hôtel haut de gamme historique de San José. J’ai longuement hésité entre celui-ci et le Gran Hotel, mais comme il était un peu moins central, j’ai finalement opté pour l’autre. Malgré tout, il a l’air d’avoir un sacré cachet, et si vous voulez vous faire plaisir leurs suites ont l’air dingues.
  • Hotel Fleur de Lys : pour une option moins chère mais avec du charme dans le centre-ville, l’Hôtel Fleur de Lys, avec sa façade rose très « Instagrammable », semble être un bon compromis (si vous n’avez pas le sommeil léger car il se trouve à côté des voies de chemin de fer, c’est pour ça qu’on ne l’a finalement pas choisi). Nous sommes passés devant à pied et le quartier m’a eu l’air tout à fait OK.

Autour de San José :

  • Hotel Pibi Boreal : un petit hôtel à bon prix, tenu je pense par des francophones, chambres avec balcon, vue sur la forêt et navette gratuite pour l’aéroport (si c’était à refaire, je réserverais celui-ci à la place de la Finca Rosa Blanca pour un dernier jour sur place).
  • Finca Paraiso Mountain Retreat : une jolie finca dans un cadre verdoyant, avec une piscine, une philosophie « farm to table » et des jacuzzzis dans certaines chambres.

Que faire dans le centre de San José ?

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il y a au final pas mal de choses à voir à San José et dans ses environs. Par facilité, je vous parlerai d’abord des choses à faire dans le centre de San José, que vous pouvez faire facilement à pied ou en Uber, puis des choses à faire en périphérie ou un peu plus loin (en voiture de location ou en excursion organisée).

Une petite note sur la sécurité : nous avons visité le centre de San José essentiellement à pied et en faisant attention (je n’ai par exemple pas sorti mon appareil photo mais fait toutes mes photos au smartphone), et nous n’avons pas eu de problème particulier. La police est également bien présente dans les quartiers dont je vous parle ci-dessous. Au final, je n’ai pas trouvé la ville aussi « dangereuse » que ce que j’avais pu lire à certains endroits. Faites juste preuve de bon sens, comme dans toutes les grandes villes.

Le Mercado Central

La plupart des blogs que j’avais lu avant de partir au Costa Rica disaient la même chose : San Jose n’a qu’un intérêt limité. Ces gens-là n’aimaient sans doute pas bien mangé, car je peux vous dire une chose : c’est à San José que nous avons le mieux mangé au Costa Rica ! Partout ailleurs, j’ai trouvé la nourriture assez chère et répétitive. Si vous cherchez à découvrir la véritable cuisine du Costa Rica et manger comme des locaux, San Jose n’est pas un arrêt si inutile que ça !

Et pour avoir un bon aperçu des spécialités culinaires et des produits locaux du Costa Rica, rien de tel que de commencer votre journée à San José au Mercado Central, le marché central de San José ouvert depuis 1880, où vous trouverez à la fois des produits frais et des petits restaurants locaux, appelés sodas.

Nous avons pris notre petit-déjeuner dans l’un des restos les plus populaires, Soda Tala, où nous avons notamment mangé le meilleur gallo pinto (le petit-déjeuner typique du Costa Rica) du voyage. Ce marché est un peu un labyrinthe, donc si vous ne le trouvez pas, demandez autour de vous !

D’ailleurs, on a aussi un peu regretté de ne pas avoir fait une visite guidée foodie de San José (comme par exemple cette visite guidée gastronomique) car je pense que ça doit valoir vraiment la peine pour avoir plus d’informations, surtout si comme nous votre espagnol est limité.

La Plaza de la Cultura et le Teatro National de Costa Rica

Quand je vous disais que notre hôtel le Gran Hotel était bien situé, c’est car il se trouvait directement sur la Plaza de la Cultura, la place principale du centre de San José. C’est autour de cette place que se trouve aussi les deux visites les plus touristiques de la ville : le Musée de l’Or et le Teatro National de Costa Rica. Le Gold Museum est un musée sur l’art pré-colombien en or, que nous n’avons pas visité (pour ceux que ça intéresse il y a aussi le Musée du Jade à quelques rues de là).

Quant au Théâtre National du Costa Rica, c’est très certainement le plus beau bâtiment de San José ! Construit entre 1891 et 1897, il est inspiré du Palais Garnier à Paris. S’il est possible de participer à une visite guidée du théâtre, on peut aussi y accéder via son café, l’Alma de Café, réputé comme l’un des plus beaux du monde et effectivement un endroit immanquable à San José. Et pour en voir un peu plus du théâtre sans faire la visite, demandez où sont les toilettes, ça vaut le coup ! ;-)

Mercado Municipal de Artesanias

A quelques minutes à pied de la Place de la Culture, le Municipal Craft Market est l’endroit recommandé aux touristes pour acheter leurs souvenirs. Ca sera moins cher qu’à Arenal ou Manuel Antonio, mais ça reste quand même un peu cher si on ne négocie pas un minimum. Malgré tout, il y a beaucoup de choix donc si vous êtes dans le centre-ville, allez y faire un tour.

Le quartier hipster du Barrio Escalante : street art et micro-brasseries

En passant par l’Avenida Central (la rue commerçante principale du centre de San José) et le Parque National, nous avons rejoint à pied le quartier assez « hipster » du Barrio Escalente. Ce quartier est connu pour son street art, ses petits magasins alternatifs, ses restos tendance et ses micro-brasseries.

Nous avons d’abord testé la Costa Rica Beer Factory, une micro-brasserie à l’intérieur coloré et original, qui propose des bières de style très américain, et aussi une carte assez vaste pour accompagner les bières.

J’ai tout de même eu une préférence pour le bar Wilk Craft Beer, qui proposait d’excellentes bières venues de tout le pays et de tout aussi excellents tacos – je n’en avais plus mangé d’aussi bons depuis le Mexique ! Bref, Barrio Escalente est définitivement le quartier à ne pas manquer à San José pour les foodies.

San José côté nature

A la base, je comptais réserver une visite guidée originale pour découvrir le côté nature de San José, mais les changements de vol de dernière minute nous ont fait passer ça à la trappe. Cette visite guidée accompagnée par des biologistes dans le quartier de l’université de San José est une sorte de mini safari dans la ville, à la recherche des paresseux et autres habitants des parcs de la ville. Si vous avez l’occasion d’y participer, donnez-moi votre avis, je suis vraiment curieuse !

Que voir dans les alentours de San José ?

Visiter un Animal Rescue Center : le Toucan Rescue Ranch

Comme le Costa Rica est très engagé pour la sauvegarde de la biodiversité et de ses espèces endémiques, nous avions envie de visiter un Animal Rescue Center lors de notre voyage au Costa Rica. Et comme nous avions du temps à tuer à San José à la fin de notre voyage, nous avons opté (sans aucun regret !) pour le petit Toucan Rescue Ranch à Heredia. Nous avons participé à la visite standard, le « Classic Ranch Walk ». Cette visite en petit groupe de 2 heures retrace l’histoire de ce centre qui recueille des animaux orphelins ou blessés, puis permet de rencontrer ses petits habitants. On a notamment pu voir des bébés paresseux TROP mimis, des espèces de toucans que l’on avait pas pu voir dans la nature, des singes, des perroquets,…

La plupart de leurs « résidents permanents » sont des animaux qui ont été des animaux de compagnie illégaux : les animaux habitués à l’homme ne peuvent malheureusement plus être relâchés dans la nature (car ils sont trop imprégnés par l’homme que pour pouvoir retourner à l’état sauvage). Par contre, ils essayent au maximum de réhabiliter des animaux orphelins ou blessés. Il faut savoir qu’au Costa Rica, il est notamment interdit de posséder un oiseau, quel qu’il soit. Ils font aussi des visites axées sur les paresseux (les stars du Costa Rica !) et proposent également  des « ranch experiences » avec 1 ou 2 nuits sur place pour ceux qui voudraient encore aller plus loin.

Visiter une plantation de café

Ok, je vais vous avouer quelque chose : nous ne sommes pas des grands amateurs de café donc nous n’avons pas pris le temps de visiter une plantation de café au Costa Rica. Mais je sais que pour beaucoup d’entre vous, ça sera un arrêt immanquable ! Vous trouverez pas mal de plantations de cafés organisant des visites guidées dans la région de San José, notamment le Café Britt et la Hacienda La Esperanza. Il faut savoir malgré tout que… le meilleur café est directement exporté, donc ne vous attendez pas forcément à du café de dingue au Costa Rica. Mais une visite guidée permet de découvrir le trajet que font les grains de café avant d’arriver dans votre tasse.

Les quetzals du parc national Los Quetzales

Beaucoup moins connu que les parcs de Monteverde, le parc national Los Quetzales est pourtant LA destination où vous aurez le plus de chance de voir le fameux quetzal resplendissant, l’oiseau emblématique du Costa Rica. Le parc se trouve à un peu plus d’une heure de route de San José, et est aussi un arrêt possible sur le chemin vers la côte pacifique. Il est très rare de les voir sans participer à une visite guidée (même si on a eu cette chance !). Le mieux est de séjourner dans l’un des hôtels proche du parc et de participer à une visite de bon matin organisée par les hôtels. Pour les voir, nous avons séjourné à la Paraiso Quetzal Lodge, mais je vous en reparlerai en détail dans un autre article.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Au goût d’Emma (@augoutdemma)

Les volcans de San José (le Volcan Poas et le Volcan Irazu)

Ah, les volcans de San José ! Ils font rêver, ils inondent Instagram mais… pour les voir, ce n’est pas si facile que ça !

Déjà, il faut faire son choix entre le volcan Poas, le plus proche de la ville, et le volcan Irazu, un peu plus éloigné. Nous avons opté pour le Poas, car Izaru aurait été un grand détour par rapport à notre itinéraire.

Il existe des excursions à la journée aussi bien vers le volcan Izaru que vers le volcan Poas au départ de San José, mais comme nous avions décidé de faire la visite par nous même, nous avons pour plus de facilité passé une nuit près du volcan Poas, à la Villa Calas, un hébergement original au cœur de la nature. Les chambres se trouvent dans des petits chalets très mignons et l’hôtel possède quelques sentiers de randonnée privés pour ceux qui voudraient s’y attarder. On s’inquiétait un peu qu’il n’y ai pas la climatisation… mais en réalité, la température baisse super durant la nuit ! Du coup, on a finalement compris l’intérêt de la cheminée dans la chambre ! On a regretté de ne pas avoir mangé sur place le soir (on est arrivés trop tard) car le petit-déjeuner de l’hôtel, préparé minute à la commande, était tout simplement excellent.

Le volcan Poas culmine à plus de 2700 mètres d’altitudes et possède un des plus grands cratères volcaniques au monde. Il s’agit d’un volcan très actif : sa dernière éruption date d’ailleurs de 2019. Ce sont les dégâts qu’elle a causée qui ont rendus les sentiers autrefois ouverts du parc impraticables.

Si on a apprécié notre première étape « nature » à la Villa Calas, le volcan Poas, quand à lui, fut l’un de nos plus beaux « fails » de voyage !

  • Déjà, l’organisation pour y arriver n’est pas facile : avec le Covid-19, il faut réserver en ligne pour une heure précise et ils sont très regardants. San José étant réputée pour ses bouchons, on a donc préféré loger près du volcan pour y aller tôt le matin à l’ouverture, qui en outre était sensée être la meilleure heure pour voir le volcan, qui se recouvre souvent dans la matinée et pour le reste de la journée.
  • Parlons en de la météo, puisque finalement même à l’ouverture c’est une brume tenace et opaque qui nous a accueilli. Nous n’avons RIEN vu. Et comme on ne peut rester que 10-20 minutes au point de vue, impossible d’attendre que ça se lève (spoiler : d’après la webcam, ça ne s’est jamais levé !). Le Poas est donc vraiment un coup de poker…
  • Tous les sentiers à part le « point de vue » sont encore fermés suite à la dernière éruption du volcan. Il n’y a donc pas grand chose à voir et la visite est rapide même dans le cas où vous auriez de la chance avec la météo. On passe au final beaucoup plus de temps pour faire la queue en voiture à l’entrée, puis attendre le briefing, s’équiper, et marcher jusque là sur un sentier quelconque.

Pour ma part, je recommanderais donc plutôt cette visite en alternative uniquement pour ceux qui ne voudraient vraiment pas du tout s’attarder dans le centre de San José. Le Poas (et la Villa Calas ou un des autres nombreux petits hôtels qui se trouvent dans sa périphérie proche) constitue alors une première ou dernière étape facile et pratique depuis ou vers l’aéroport de San José / Alajuela qui se trouve à 30 km.

Oh, et si vous passez du côté du Poas à la bonne saison, laissez-vous tenter pour les fraises vendues le long de la route : une des spécialités de la région, elles sont cultivées sur les terres volcaniques et excellentes !

 

Prochaine étape : Arenal

 

Texte et photos : Emmanuelle Hubert & Kevin Berger

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.