Où manger à Kyoto ? Mes bonnes adresses

Kyoto est pour beaucoup la capitale gastronomique du Japon, et ce n’est pas très difficile de bien y manger. C’est en particulier la gastronomie japonaise traditionnelle (et notamment la cuisine kaiseki) qui est à l’honneur à Kyoto, réputée pour ses restaurants gastronomiques où le temps semble souvent s’être arrêté. Mais Kyoto est également connue pour ses restaurants végétariens où le tofu est à l’honneur, ses maisons de thé (ochaya) traditionnelles et son matcha, ainsi que pour ses restaurants de viande (yakiniku, tonkatsu, teppanyaki,…) où, si vous avez le budget, vous pourrez notamment goûter au fameux bœuf de Kobe. Bref, dans cet article je vais partager toutes mes bonnes adresses où manger (et boire un verre) à Kyoto, et je vais aussi vous en dire un peu plus sur les spécialités à ne pas manquer.

Les spécialités de Kyoto

Avant toute chose, voici une petite « check list » des spécialités que vous devez absolument goûter dans la région de Kyoto !

  • le tofu : l’une des grandes spécialités de Kyoto, on le consomme de 1001 façons : Yuba (peau de tofu), yudofu (tofu bouilli),… Il est aussi au cœur de la cuisine végétarienne bouddiste (Shoji ryori).
  • la cuisine kaiseki: la plus élégante des cuisines japonaise, une série de petits plats servis les uns après les autres.
  • takoyaki : les takoyaki sont LA street food par excellence dans la région du Kansai, vous en trouverez partout ! Ces boulettes dont le goût vous échappera peut-être à la première bouchée sont en réalité fourrées au poulpe ! C’est une de mes street food japonaise préférées, à goûter absolument !

  • Okonomiyaki : cette spécialité japonaise qui se trouve entre la crêpe et l’omelette est une spécialité d’Osaka mais qu’on mange aussi beaucoup à Kyoto. C’est un plat très populaire, préparé sur une plaque chauffante avec les garnitures de votre choix.
  • kyô-tsukemono : des pickles de légumes, spécialité de Kyoto
  • les confiseries de Kyoto (okashi) : Kyoto est une ville très sucrée, on y retrouve aussi pleiiin de bonbons et confiseries traditionnelles. Un des plus anciens okashi-ya (magasins qui vend des okashi) est le Kagizen Yoshifusa Honten (il y a même un tearoom à l’arrière si vous voulez manger sur place. On y trouve notamment :
    • les Kyo-wagashi : les confiseries qui accompagnent traditionnellement le thé matcha, fourrées à la pâte de haricot rouge
    • les yatsuhashi : une sorte de wagashi, des confiseries triangulaire et fourrées à la pâte de haricot rouge

  • le matcha : la région de Kyoto est une des principales régions productrices de thé, et le matcha se consomme ici « à toutes les sauces » (de la cérémonie traditionnelle au matcha parfait à 2000 calories…).

(Ce café Hello Kitty a malheureusement fermé mais il y en a d’autres au Japon !)

Où manger à Kyoto ?

Par facilité, j’ai regroupé ci-dessous mes bonnes adresses par type de restaurant. Cela me permettra également de facilement compléter cet article lors de prochains voyages.

Une chose essentielle à retenir est que la cuisine traditionnelle de Kyoto (Kyo-ryori) est essentiellement végétarienne : c’est en partie lié à son histoire (la cuisine des temples bouddhistes est végétarienne) mais aussi à sa localisation (on produit beaucoup de légumes dans la région et elle n’a pas un accès direct aux fruits de mer).

Au niveau des quartiers, il y a beaucoup de restaurants sympas autour de la rue Pontocho et Kiyamachi. Les restaurants haut de gamme se trouve plus particulièrement à Gion et autour du canal de Shirakawa.

Le midi vous pouvez aussi aller manger au marché de Nishiki où vous retrouverez tous les produits locaux.

Où manger de la cuisine kaiseki à Kyoto ?

La cuisine kaiseki, avec ses petits plats servis dans un ordre bien spécifique, est souvent considérée comme la cuisine gastronomique japonaise. C’est en tout cas la plus élégante, avec des présentations souvent très soignées, et elle permet de goûter en petites quantités à plein de préparations, ce qui en fait une de mes cuisines préférées.

Par contre, si vous avez pour habitude de voyager sans rien réserver à l’avance, vous risquez d’être bien embêtés à Kyoto. C’est UNE PLAIE de réserver un restaurant kaiseki réputé quand on ne parle pas japonais. Il faut alors passer par un concierge d’hôtel. Certains restos ont un service de réservation en ligne mais ne semblent pas l’ouvrir aux touristes étrangers (on a essayé, et on s’est simplement fait répondre de passer par un concierge…). On a notamment pas réussi à avoir une réservation au resto kaiseki doublement étoilé, le Kikunoi Roan. Tant pis, ça nous aura fait découvrir des plus petites adresses, moins connues mais plus locales.

Giro Giro Hitoshina

Le seul restaurant kaiseki que l’on a réussi à réserver, c’est celui-ci et pour une bonne raison : il s’agit d’un restaurant kaiseki fusion dont le chef japonais a aussi un restaurant à Paris ! On a eu de la chance, c’est à Kyoto qu’il était durant notre visite. L’ouverture au monde du chef se reflète dans sa cuisine, qui garde les codes de la cuisine kaiseki mais en y ajoutant des aliments plus modernes et des préparations inspirées parfois de la cuisine occidentale. Un peu moins dépaysant, ce qui peut plaire à ceux qui ont du mal avec la « pure » cuisine japonaise. C’était délicieux, à un prix abordable pour de la cuisine kaiseki (qui peut souvent coûter très très cher).

Où manger végétarien à Kyoto ?

Comme je le disais plus haut, vu le nombre de temples bouddhistes à Kyoto, c’est normal que leur cuisine végétarienne (Shoji ryori) ait influencé la cuisine de Kyoto qui est donc, comme je le disais, une cuisine qui met traditionnellement en avant les légumes. Les légumes sont souvent servis avec du tofu, une des grandes spécialités de Kyoto, que l’on prépare de plein de façons différentes : Yuba (peau de tofu), yudofu (tofu bouilli), aburaage (tofu frit en tranches), momen-dofu,… chaque préparation de tofu a un nom et ce n’est pas toujours évident de s’y retrouver !

J’ai deux SUPER adresses qui devraient convaincre même les plus réticents à la cuisine végétarienne ! (+ une autre pas testée mais qui m’avait été recommandée : Nanzenji Junsei)

Rengetsudyaya

En passant à côté du temple de Shôren-in, j’ai remarqué de restaurant traditionnel d’où sortait un groupe de japonais. Un rapide coup d’œil à Google maps m’a confirmé qu’il s’agissait d’un restaurant spécialisé dans les préparations à base de tofu, réputé auprès des locaux. Et miracle, ils avaient un système de réservation en ligne ! Nous y sommes donc retourné quelques jours plus tard et waw ! Le repas du soir est un menu en 11 services (à 3500 yen + taxes), entièrement végétarien et essentiellement à base de tofu ! Et le bonus, c’est qu’ils avaient même une traduction en anglais de leur menu. Gratin au tofu, tofu au crabe, namayuba, yuba aux légumes, koya tofu, yudofu,… Un régal !

Shigetsu (temple de Tenryu-ji)

Mon gros coup de cœur végétarien à Kyoto, c’est le Shigetsu, le restaurant du temple de Tenryu-ji à Arashiyama. Ce restaurant de cuisine bouddhiste végétarienne se trouve à l’intérieur du complexe du temple (il faut donc payer l’entrée au temple pour y avoir accès). Il vous faudra réserver via leur site ou arriver tôt si vous voulez avoir une place. Le restaurant a même un Bib Gourmand au Guide Michelin. A faire que tout autant pour la cuisine que pour l’expérience tellement zen…

Où manger du bœuf wagyu ou de Kobe à Kyoto ?

Kyoto n’étant pas loin de Kobe, la ville mondialement connue pour son bœuf, c’est un bon endroit pour goûter à ce fameux bœuf de Kobe, la variété de wagyu (bœuf japonais) la plus réputée… et la plus chère ! Le bœuf de Kobe est du bœuf de la race Tajima (une des races wagyu), dont la particularité est l’élevage très particulier et demandant beaucoup de temps (les bœufs seraient même massés !), pour arriver à une viande persillée parfaite (où la graisse est répartie de manière homogène).

Alors oui, le bœuf de Kobe est sans doute la meilleure viande que vous pouvez manger, peut-être bien dans le monde entier, il fond littéralement en bouche, mais pour moi un bœuf wagyu « de base » est déjà un produit d’une grande qualité et à un coût un peu moins prohibitif : les bœufs japonais sont de manière générale beaucoup plus savoureux et tendres que ce qu’on connait chez nous. Pas besoin de dépenser une fortune en bœuf de Kobe pour se régaler. Pour être honnête, lors de mon deuxième voyage au Japon je n’ai même pas cherché à en re-manger. Je suis contente d’en avoir mangé une fois, mais je préfère manger une quantité un peu plus consistante d’une autre très bonne race japonaise, pour beaucoup moins cher… Le meilleur rapport qualité-prix est souvent le meilleur dans les restaurants Yakiniku (restaurants de barbecue de viandes grillées) et dans les restaurants de shabu-shabu (sorte de hot pot à la viande) puisque vous cuisez vous-même vos viandes (après, il faut faire attention à ne pas trop les cuire !).

Gion Mikaku

Vous trouverez de nombreux teppanyaki haut de gamme dans le quartier de Gion où déguster du bœuf de Kobe. Certains sont vraiment hors de prix, mais nous avons fini par tomber sur le Gion Mikaku (165 Tokiwa-cho, Yamatooji-dori Shijo-agaru), un restaurant familiale de tepannyaki servant du bœuf Tajima de Kobe (de qualité A4-A5), et aussi d’autres races de bœuf wagyu réputées comme le bœuf de Tanba ou de Sanda. Le restaurant se trouve le long de la rivière Shirakawa, un cadre magnifique. C’était délicieux et vraiment une expérience à vivre une fois. Par contre, il vaut mieux réserver (ce que nous n’avions pas fait), pour pouvoir s’asseoir au comptoir et observer le chef préparer le bœuf juste devant vous.

HIRO Yakiniku (Kyo-no-Yakiniku-Dokoro Hiro Pontocho)

L’autre type de resto de viandard à ne pas manquer à Kyoto, ce sont les yakiniku, des restos de barbecue de viande grillée. Le HIRO Yakiniku se trouve près de Pontocho, et propose de la délicieuse viande wagyu en barbecue, pour un rapport qualité-prix vraiment défiant toute concurrence dans le quartier. On a pris plusieurs viandes wagyu (menu assortiment de bœuf pour 2 personne à environs 6,000 yen + quelques suppléments) et elles étaient toute d’une tendresse… incroyable. Comme quoi il n’y a pas que le bœuf Kobe pour se régaler !

Autre option de yakiniku qui nous a été recommandée mais pas testée : Tendan.

Où manger du tonkatsu à Kyoto ?

Un autre type de resto de viande que j’aime beaucoup au Japon ce sont les restaurants de tonkatsu, de porc pané et frit. La viande de porc est en général très tendre et juteuse avec ce type de cuisson. A nouveau, ça fond vraiment en bouche.

Katsukura (food court The Cube)

Le premier tonkatsu qu’on a testé au Japon, c’était Katsukura, dans le food court de la gare de Kyoto (The Cube). On a souvent des a priori sur les food courts en Europe, mais au Japon on y trouve en général des restaurants très qualitatifs, comme celui-ci. Ce qui était top pour un premier repas tonkatsu, c’était l’explication très détaillée de comment manger le tonkatsu : ça semble simple mais à quoi servent tous ces petits pots posés sur la table? La marche à suivre est la suivante : vous devez d’abord moudre (avec le mortier) du sésame, puis ajouter la sauce que vous choisissez dans le mortier, puis tremper le morceau de porc dans la sauce. Souvent le gros pot c’est la sauce à viande (parfois accompagnée d’un autre pot avec une version piquante) et le petit c’est la sauce pour la salade (ici au yuzu). Il peut aussi y avoir un autre petit pot avec des pickles.

Ganchi

Mais le meilleur resto de tonkatsu où j’ai mangé jusqu’à présent au Japon (et pourtant j’ai testé l’un des restos les plus connus à Tokyo aussi), c’était chez Ganchi, un petit resto vraiment pas touristique du tout juste à côté de notre Airbnb près de la gare de Tofukuji (facile d’accès depuis Kyoto Station et ça vaut le détour !) qui nous avait été recommandé par notre hôte. Le propriétaire ne parle que quelques mots d’anglais, mais nous avons été très bien reçu – la communication avec les mains (et quelques mots clés), ça marche aussi très bien ! On peut choisir un morceau de porc plus ou moins gras. Le résultat était juste dingue, la viande de porc était particulièrement tendre et juteuse.

Où manger des nouilles (ramen & udon) à Kyoto ?

Les japonais consomment beaucoup de nouilles, de 3 types principaux :

  • Ramen : nouilles de blé, servies dans du bouillon (miso ou soja en général)
  • Udon : nouilles à la farine de froment, elles sont plus épaises et se consomment avec ou sans bouillon.
  • Soba : des nouilles de sarrasin (je ne suis pas la plus grande fan de ces nouilles, je n’ai donc pas de bonnes adresses.

Daikoku Ramen

A nouveau, les conseils de notre hôte Airbnb se sont révélés plutôt bon (et ce malgré toutes les recherches préalables que j’avais faites !!) puisque l’un des meilleurs ramens qu’on a mangé, ça a été à nouveau près de la gare de Tofukuji, chez Daikoku Ramen.

Autres endroits qu’elle nous avait d’ailleurs recommandé pour les Ramens mais qu’on a pas eu le temps de tester : Ichiran et Ippudou.

Hinode Udon

Pour les nouilles Udon, j’ai adoré les nouilles de chez Hinode Udon, près du Chemin de la Philosophie. Leur Curry Udon était dingue dingue dingue ! Il y a souvent la file, mais il y a des bancs pour s’asseoir en attendant, et ça va assez vite.

Endroits qui nous ont été recommandés pour les nouilles Udon mais pas testés : Omen, près du temple de Ginkaku-ji ; Yamamotomenzo.

Où manger dans un izakaya à Kyoto ?

Les izakaya sont les bistrots ou brasseries japonaises. On y boit du saké ou des bières en dégustants des petits plats. Izakaya est une dénomination assez générique, le type de plats servis peut fortement varier d’un endroit à l’autre. On peut aussi voir l’appelation de shokudo. L’idée de base est qu’il s’agit de restaurants populaires.

Yorozu-Enraku

Manger à Gion sans réservation est presque impossible. Alors que tous les restaurants de kaiseki étaient pleins, nous avons été chaleureusement accueillis dans un des seuls izakayas du coin, Yorozu-Enraku. Cuisine copieuse et super rapport qualité-prix !

Oshokuji Dokoro Asuka

Cet autre petit restaurant, à Higashiyama, sert de divins tempura pour un prix vraiment très raisonnable. L’endroit parfait pour une pause entre deux visites de temple.

Autres izakaya de tempura & sashimi recommandées mais pas testées : Komefuku et Kokoraya.

Où manger des sushis à Kyoto ?

Kyoto n’étant pas près de la mer, on a privilégié Tokyo pour manger des sushis frais. Du coup, on en a pas mangé ici à Kyoto mais voici quelques adresses qui nous ont à nouveau été recommandées :

  • Pontocho Kappa Zushi
  • Chojiro

Où manger un (matcha) parfait à Kyoto ?

Le parfait est LE dessert par excellente à Kyoto. Il s’agit d’un dessert à base de glace et de crème à laquelle viennent s’ajouter des morceaux de gâteau, des fruits, des dumplings (shiratame dango), des haricots rouges, des mochis, de la gelée, etc etc. Ca peut vraiment donner des compositions assez complexes (et caloriques !). Le parfait le plus populaire est le matcha parfait, spécialité de la région de Kyoto. Vous en trouverez à tous les coins de rue ou presque. Difficile de résister quand on est accro au matcha comme moi !

Et si le matcha est si populaire à Kyoto, c’est que le Uji matcha, un des matcha de meilleure qualité, est produit juste à côté de Kyoto, à Uji. C’est donc une des régions les plus réputées pour le matcha, qui est au centre de la cérémonie de thé traditionnelle au Japon. Participer à une cérémonie de thé fait d’ailleurs partie des activités à ne pas manquer à Kyoto : nous avons été chez Camellia Tea Ceremony, je vous en parle dans mon article sur les choses à faire à Kyoto.

Karafuneya

Karafuneya est l’endroit où vous pourrez manger les parfaits les plus bizarres ! Même si vous n’allez pas y manger, passez au moins voir leurs incroyables food models en plastique (un art au Japon…) : ils ont des parfaits et des sundaes dont le plus cher coûte pas moins de 10,000 yen, ou d’autres avec des ingrédients aussi étranges que des frites, des hot dogs ou encore du poulet frit ! Bon, moi je m’en suis tenue à leur matcha parfait et il était délicieux !

Saryo Tsujiri

Situé près de Yasaka-jinja, Saryo Tsujiri est un des endroits les plus connus à Kyoto pour le matcha. Au rez-de-chaussée se trouve la boutique de matcha et à l’étage se trouve un parfait cafe. J’ai goûté à leur matcha parfait signatture, le Tokusen Tsujiri parfait. Miam !

Yojiya Cafe Ginkakuji

Situé sur le Sentier de la Philosophie, le Yojiya Cafe est un endroit magnifique où déguster des desserts et des préparations à base de matcha, tout en observant un splendide jardin japonais. Un cadre ultra paisible, j’ai adoré ! Je n’ai pas pris de parfait ici mais l’une de leur formule avec matcha et quelques confiseries (le Yojiya set à 1200 yen)…

Où boire du saké à Kyoto ?

Ochoko

On finit par une super adresse pour boire du saké tout en grignotant quelques plats de cuisine obanzai (la cuisine ménagère japonaise), le bar à saké Ochoko. On est tombé dessus par hasard en se baladant sur Pontocho et je ne saurai retranscrire la soirée qu’on y a passée. Le patron accueillait justement ce jour-là des amis musiciens d’Osaka et il nous a joué quelques morceaux tout en nous servant. L’endroit est tout petit mais ça permet de discuter avec les autres convives. C’était vraiment génial, aussi bien pour cette ambiance que pour la carte de saké vraiment sympa. Il y a une cover charge mais après ça, les prix sont réglos. Par contre, n’hésitez pas à lire mon guide sur le saké japonais pour les nuls avant d’y aller, ça vous permettra de savoir comment doivent se déguster chaque type de saké !

Pour continuer la lecture :

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.