Où et quand voir des geisha et maiko à Kyoto ?

Les geishas font rêver. Et puisque Gion est leur quartier à Kyoto, nombreux sont les touristes qui partent à leur « chasse ». Dans cette article, je vais revenir en détail sur une question qui revient souvent : où et quand voir des geisha (et maiko) à Kyoto ? Et surtout, comment les reconnaître – car oui, c’est bien beau de dire qu’on en a vu une quand en fait… ben ce n’est pas le cas !

Comment reconnaître une geisha et une maiko ?

La première chose qui ne facilitera pas votre tâche, c’est que bon nombre touristes s’habillent en « geisha » ou au moins en habits traditionnels juste pour le fun (on peut en louer un peu partout, notamment ici). Il peut aussi s’agir de japonaises en habits traditionnels, pour un mariage par exemple. Bref, mieux vaut être d’abord familier avec les codes des geisha avant de partir à leur recherche ! Je les appellerai geisha ici par facilité, mais les geisha de Kyoto sont souvent appelées les geiko (alors que traditionnellement geisha est le nom qu’on leur donne dans la région de Tokyo).

Des touristes, pas des geisha !
Assez obvious, mais les costumes étaient de bonne qualité ici !

Les geishas sont des symboles de la culture traditionnelle japonaise, elles sont formées aux disciplines artistiques japonaises traditionnelles (danse, chant, art floral, art du thé, musique, poésie) et suivent un dur entraînement avant de devenir geisha. Donc, on ne devient pas geisha en un jour. Pendant leur formation qui dure 5 ans, les apprenties geisha sont appelées les maiko.

Voici quelques différences physiques et comportementales entre les deux qui vous permettra de mieux les reconnaître.

  • Les geisha portent en général une perruque et une coiffure simple, les maiko ne portent jamais de perruque et arrangent leurs cheveux en une coiffure plus complexe. A cause de ceci, leur maquillage est aussi différent : les maiko ont une bande de peau non maquillée (pas blanche) à la racine de leurs cheveux, pas les geisha (l’entiereté de leur visage est blanc).
  • Les ornements dans les cheveux des geisha sont très simples (s’il y en a), les décorations dans les cheveux des maiko sont plus plus développés et incluent des ornements en soie (kanzashi).

  • Le maquillage évolue en fonction de leur formation : une maiko portera pendant la première année de sa formation du rouge à lèvre uniquement sur sa lèvre inférieure. Après, elles en porteront sur les deux lèvres, comme les geisha.
  • Leurs kimonos sont aussi différents : les maikos auront souvent des kimonos très colorés, avec de longues manches, alors que les geisha porteront plutôt des kimonos avec des couleurs moins vives et des manches plus courtes. Tout comme les décorations dans leurs cheveux, les motifs des kimonos correspondent souvent à la saison en court.
  • La façon de fermer leur obi (large ceinture) diffère aussi : neoud large, qui peut tomber jusqu’au sol, pour les maiko ; obi plus court et sans traîne pour les geisha.
  • Enfin, les chaussures des maikos sont très reconnaissables : elles portent des okobo, des sandales en bois très épaisses (l’épaisseur diminue au fil de leurs années d’apprentissage). Les geisha portent des chaussures moins hautes (geta ou zori).
Une maiko en première année d’apprentissage

Où et quand voir des geisha et maiko à Kyoto ?

Pour voir une geisha ou une maiko à Kyoto, il n’y a pas 36 milles solutions. En fait, il y en a trois :

  1. Avoir de la chance. Et se balader, beaucoup, dans les districts des geisha.
  2. Assister à un spectacle de geisha et/ou maiko ouvert au grand public.
  3. Participer à une soirée dans un restaurant ou une « maison de thé » (ochaya) animée par une geisha ou maiko (sur réservation et plutôt très haut de gamme).

De la solution 1 à la solution 3, le budget est, bien sur, croissant. Voyons voir plus en détails ces trois solutions.

Se balader dans les districts des geisha

On dit souvent que Gion est le quartier des geisha, puisque c’est là, au Gion Corner, que se trouve leur école nationale. Mais en fait, on recense 5 districtes de geisha (hanamachi) à Kyoto : Gion Higashi, Kamishichiken, Ponto-chô, Miyagawa-chô, et Gion Kobu.

Votre meilleure chance est vers 17h30-18h quand elles sortent travailler. Hanami-koji est la rue la plus recommandée. Une bonne technique est aussi de se poster à la sortie des spectacles si vous arrivez à les localiser. Vous pouvez aussi les apercevoir en fin de soirée après leur service.

En ce qui nous concerne, même si on s’était baladé aux bons endroits aux bons moments, nous n’avons vu que deux fois des maiko dans la rue :

  • la première fois, c’était à la sortie d’un des spectacles auquel nous avions assisté. Plusieurs maiko ont accepté de s’arrêter pour faire quelques photos avec les gens qui les attendaient.
  • la seconde fois, ce fut vraiment de la chance car je suis tombée sur une maiko en train de faire une séance photo officielle (ce que j’ai compris après avoir échangé avec d’autres personnes) au niveau du pont de Tatsumi-bashi en tout début de matinée, quand il n’y avait encore personne dans les rues. C’était l’idéal car j’ai pu moins aussi faire toute une série de photos vraiment cool dont voici un petit aperçu !!

Attention cependant, si elles sont en chemin pour leur travail, elles ne s’arrêteront pas pour des photos. Si j’ai remarqué que les maiko se prêtent parfois au jeu quand elles le peuvent, les maiko sont plus sur la réserve et c’est d’ailleurs considéré comme très impoli de prendre une geisha en photo sans demander sa permission.

Et au cas où ça ne serait pas clair pour certains : ne les touchez pas, le les embêtez pas si elles ne posent pas pour votre photo. Respectez-les avant tout.

Les spectacles de geisha et maiko ouvertes au grand public

Si c’est bien de croiser une geisha, c’est tout de même mieux de pouvoir observer leurs talents. Pour cela, assister à un spectacle de geisha ou maiko ouvert au grand public est la solution la plus économe.

Le Gion Corner, l’école national des geisha, organise toute l’année des spectacles ouverts à tous qui permettent d’avoir un petit aperçu rapide et efficace (les photos sont autorisées) des différents arts traditionnels japonais : pendant qu’une cérémonie de thé (chado) a lieu sur le côté droit de la scène, s’enchaîne sur scène des démonstrations de koto (cithare japonaise), ikebana, gagaku (musique de cour), kado (art floral), kyôgen (ancien spectacle comique), kyomai (danse des maiko de Kyoto), et bunraku (théâtre de marionnettes).

Les autres arts représentés sont également intéressants à découvrir :

Le Maiko Show à la Kyoto Tower propose aussi des spectacles de maiko pour touristes toute l’année.

Les geisha ne participent pas à ces représentations quotidiennes ou presque ouvertes grand public. Cependant, une fois par an, chaque district de geisha organise un grand festival de danse des geisha et maiko ouvert au public. Si vous êtes à Kyoto aux bonnes dates, n’hésitez pas à aller en voir un de ces « Odori » ! Les prestations sont beaucoup plus travaillées que dans les spectacles « d’introduction » pour touristes, ici il s’agit de représentations traditionnelles fréquentées également par les locaux. Les prix restent très raisonnables, mais dans ces spectacles les photos sont interdites en général.

Nous avons assisté au spectacle Gion Odori, facilement réservé via le site Veltra, le festival de danse des geisha et maiko qui fêtait son 60ème anniversaire en 2017. C’était un spectacle magnifique, avec des danses si délicates et raffinées, avec de nombreuses maiko et geiko. Il a lieu chaque année du 1er au 10 novembre au théâtre Kaikan à Gion.

Une maiko à la sortie du spectacle

Voici la liste des 5 festivals de danse de geisha Odori à Kyoto :

  • Kitano Odori : du 25 mars au 7 avril au Kamishichiken Kaburenjô (4,800 yen)
  • Miyako Odori : du 1er au 27 avril au Minamiza Theater (4,000-5,000 yen)
  • Kyo Odori : du 1er au 16 avril au Kaburenjo Theater (2,200-4,200 yen)
  • Kamogawa Odori : du 1er au 24 mai au au Kaburenjo Theater (2,300-4,800 yen)
  • Gion Odori : du 1er au 10 novembre au Gion Kaikan Theater (4,000-4,500 yen)

Le Gion Corner affichait également des infos sur 4 spectacles supplémentaires, aussi ouverts au public :

  • Onshu-kai : du 1er au 6 octobre au Kyoto Art Theater Shunjuza (8,500 yen)
  • Mizue-kai : du 12 au 15 octobre au Miyagawacho-Kaburenjo Theater (4,000-8,000 yen)
  • Suimei-kai : du 19 au 22 octobre au Pontocho-Kaburenjo Theater (3,300-8,000 yen)
  • Kotobuki-kai : du 8 au 12 octobre au Kamishichiken-Kaburenjo Theater (8,000 yen)

La meilleure chose à faire est d’aller voir l’office de tourisme une fois sur place pour leur demander comment réserver (j’ai l’impression que ça change d’année en année).

Les geisha et maiko participent aussi à d’autres festivals en prenant part par exemple aux processions ou à des spectacles au sein de temples. Par exemple : le Yasaka Setsubun (2-3 février), le Heian Jingu Reisai Festival, le Kaname Inari Festival (10 mai) et surtout le Gion Festival pendant tout le mois de juillet.

Participer à une soirée animée par une geisha ou maiko

Pour avoir une geisha ou une maiko dans un cadre plus intimiste, il vous faudra un budget plus conséquent.

Les geisha se produisent en général dans des ochaya (maisons de thé) ou dans des ryotei (restaurants traditionnels). Ces soirées, alliant divertissement par les geisha (musique, danse, etc) et cuisine kaiseki, sont souvent réservées aux habituées malheureusement.

Cependant, quelques ryokans et restaurants haut de gamme proposent aussi des dîners avec des geisha pour leurs clients ou pour des touristes de passage. Certaines de ces soirées peuvent se réserver via des sites comme Japanican, Klook ou Veltra (j’ai utilisé les trois au Japon, ce sont des sites sérieux). Voici quelques exemples :

A noter également : dans le district de Kamishichiken, l’été (de juillet à septembre), le théâtre de Kaburenjô accueille un beer garden où votre bière ou sake sera servie par une geisha ou une maiko ! Cette expérience est accessible à tous, sans réservation.

Pour continuer la lecture :

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.