Visiter Kyoto : mon guide complet avec toutes les visites incontournables

Vous êtes prêts pour l’article fleuve sur Kyoto que j’ai mis plus d’un an et demi à écrire ? Prenez de quoi grignoter, car ça risque d’être long ! Voici mon guide complet sur l’une des villes immanquables au Japon, Kyoto : que voir et que faire à Kyoto, quand y aller, les visites incontournables, mes coups de cœur et mes bonnes adresses… Avec au programme des temples, des geisha et des maiko, du matcha, des singes, des forêts de bambou… et bien plus encore !

Disclaimer : cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant via ceux-ci, vous ne payerez pas plus cher mais je toucherai une petite commission qui me permettra de continuer à développer ce blog.

Visiter Kyoto : conseils & informations pratiques

Avant de partager avec vous les différents endroits que nous avons visités, voici quelques informations pratiques à savoir avant de commencer la visite de Kyoto !

Les transports en commun à Kyoto

Les trains

Il est très difficile d’utiliser uniquement un Japan Rail Pass (JR Pass) pour se déplacer à Kyoto, à moins de beaucoup, beaucoup marcher. Cependant, je vous conseille, si vous avez un JR Pass, de quand même loger près d’une gare de train JR car il y a quand même quelques lignes intéressantes, notamment pour aller à Arashiyama, à Fushimi Inari ou à Nara (en excursion). Le JR Pass existe aussi en version régionale : le le JR West Kansai Pass, valable de 1 à 4 jours. Si vous comptez voyagez pas mal dans la région, c’est une autre possibilité moins coûteuse.

Une autre alternative au JR Pass pour visiter Kyoto – Nara – Osaka est le Kinketsu Pass, de la ligne privée Kintetsu-Kyoto Line, moins cher que le JR Pass. Il vous donne un accès illimité pour une période choisie aux lignes Kinketsu de la région. Attention celles-ci ne s’arrêtent pas à la gare d’Inari.

Les bus

Mais alors on se déplace comment ? Les bus japonais font un peu peur aux touristes, et il y a de quoi car ils fonctionnent différemment en fonction de l’endroit où vous vous trouvez, et surtout parfois rien n’est traduit en anglais ou même en rômaji. Cependant, à Kyoto, ils sont assez faciles à utiliser (à condition de savoir où et dans quel sens les prendre – mais pour cela vous avez votre ami Google Map !) : on rentre par l’arrière et on paie en sortant à l’avant (on met la monnaie dans la machine à la sortie).

Je vous recommande cependant de prendre un « City Bus All-Day Pass » (à acheter en ligne ou dans les bus ou dans une superette, plus facile à gérer si vous tombez sur quelqu’un ne parlant pas anglais). Avec le pass, vous ne devez pas vous soucier d’avoir de monnaie et il est très vite rentabilisé (2 aller-retours dans la journée et c’est bon). C’est la manière la plus facile de se déplacer dans la ville si vous voulez éviter de marcher. Attention quand-même : aux heures de pointe, ça bouche assez facilement (essayez d’être larges si vous avez un shinkansen à attrapper à la gare par exemple).

Le vélo

Enfin, on voit aussi pas mal de vélos à Kyoto. Louer un vélo pour un jour ou deux peut être, je pense, une assez bonne idée pour découvrir les quartiers plus éloignés !

Les réservations

Si vous avez pour habitude de voyager sans rien réserver à l’avance, vous risquez d’être bien embêtés à Kyoto. Dans mon article dédié aux bonnes adresses à Kyoto, je vous explique pourquoi c’est parfois un véritable casse-tête pour réserver dans un bon restaurant à Kyoto.

Côté hôtel, ce n’est pas forcément plus simple : je vous recommande fortement de réserver votre hôtel à Kyoto à l’avance (voir en fin d’article pour plus de conseils à ce sujet). Certains tentent les réservations en very last minute, ce qui permet parfois au Japon de trouver des hôtels haut de gamme à prix mini, mais c’est quitte ou double et à ne pas tenter, selon moi, en haute saison.

La haute saison et le meilleur moment pour visiter Kyoto

Quand je parle de haute saison à Kyoto, il s’agit essentiellement de la période des sakura (tourisme très occidental) et de la période des momiji (tourisme occidental mais aussi japonais et asiatique). A ces périodes, il est aussi bon de savoir que les endroits (temples ou jardins) particulièrement réputés pour l’observation des sakura ou des couleurs de l’automne peuvent augmenter leurs prix (et parfois pas qu’un peu…).

Ces deux périodes sont bien sur magnifiques à Kyoto, c’est bien pour ça qu’elles sont si populaires. J’ai adoré découvrir Kyoto en novembre, avec les jolies couleurs de l’automne. L’été est par contre très, très humide et lourd, ce qui peut rendre les visites un peu compliquées. J’aime aussi beaucoup l’hiver au Japon, et le mois de décembre (mois de mon deuxième voyage au Japon) est souvent beau (et pas trop froid), c’est pour moi une autre bonne saison pour visiter avec un peu moins de touristes (même si à Kyoto, vous ne serez jamais seuls…) et profiter de prix un peu plus bas.

Où et comment voir des geisha (et maiko) à Kyoto ?

Le sujet étant trop long à aborder dans cet article déjà très long, je consacre un article entier au sujet des geisha qui en intéressera, je pense, beaucoup puisque Kyoto est « la » ville des geisha (geiko).

Où manger du bœuf Kobe et wagyu ?

Autre question qui risque de revenir souvent : Kyoto n’étant pas loin de Kobe, la ville mondialement connue pour son bœuf, c’est un bon endroit pour goûter à ce fameux bœuf de Kobe. Quelle est la différence avec le wagyu et les autres races de bœuf japonaises ? Je vous en parle aussi plus en détails dans mon article dédié à mes bonnes adresses foodie à Kyoto. Et si vous avez encore jamais mangé de boeuf wagyu, je vous apprends les bases à connaître pour ne pas se faire avoir dans cet article.

Combien de temps passer à Kyoto ?

Suite à mon voyage, vous avez été nombreux à me demander combien de temps passer à Kyoto et si 2-3 jours suffisaient. Autant vous le dire tout de suite, nous avons passé 7 nuits sur place et je suis repartie de Kyoto en ayant l’impression de n’avoir pas vu la moitié des choses que je voulais voir ! Alors si vous n’y passez que quelques jours… vous risquez vous aussi d’être un peu frustrés !

Et je vais vous faire un deuxième aveu : autant j’adore la culture japonaise, autant je n’ai pas eu le courage de visiter tous les temples classés à l’UNESCO de la ville, car c’est quand même un peu répétitif quand on ne s’intéresse pas plus que ça à la religion (ça a un peu changé après mon deuxième voyage au Japon et mon séjour dans un temple bouddhiste, mais à ce moment-là, c’était le cas pour moi !). Ça reste des endroits souvent magiques, mais j’aime alterner ce genre de visites avec d’autres, et c’est ce que je vous recommanderais donc de prévoir aussi si vous ne voulez pas vous lasser.

Bref, au plus longtemps vous pouvez rester à Kyoto, au mieux c’est. Et si vous ne pouvez pas rester plus que quelques jours, voici selon moi les visites/activités à ne pas manquer et à faire en priorité (toutes détaillées plus bas dans l’article) :

  • Gion (le quartier des geisha, du coup de préférence en fin de journée) + voir un spectacle de geisha ou maiko
  • Arashiyama (au grand minimum une demi journée, de préférence un jour complet)
  • Fushimi Inari (tôt le matin ou tard le soir)
  • le temple Kinkaku-ji
  • assister à une cérémonie de thé
  • manger : un matcha parfait, du bœuf de Kobe ou Wagyu, un repas végétarien dans un restaurant de temple (voir mon article bonnes adresses)

Si ce guide ne vous suffit pas, nous avions pris le Routard que je n’ai pas trouvé très pratique pour cette destination. J’avais aussi le Lonely Planet pour Tokyo et il était mieux organisé. Lonely Planet a depuis sorti un guide sur Tokyo & Tokyo, qui doit être une bonne alternative.

Que faire et que voir à Kyoto ?

Capitale impériale pendant plus de 1000 ans, Kyoto est considérée comme la capitale historique et culturelle du Japon. C’est toute l’histoire du Japon que l’on peut y découvrir, notamment à travers ses nombreux sites classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. C’est la ville des arts, la ville des geishas, la ville de la cuisine kaiseki,… Bref, à Kyoto la modernité se mêle à des traditions encore très présentes. Après, il y a la #teamKyoto (la plus nombreuse) et la #teamTokyo dont je fais partie. Mais même si j’ai préféré l’éclectisme et le dynamisme de Tokyo, Kyoto reste une visite immanquable au Japon, où je retournerai avec plaisir.

Bref, voici donc un petit résumé de toutes les choses que nous avons vu et apprécié à Kyoto. Comme je vous le disais, malgré le fait que nous aillons passé 7 nuits sur place, il reste encore des choses que nous n’avons pas vu, mais ça nous fera de bonnes raisons supplémentaires pour y revenir !

La gare de Kyoto & la Kyoto Tower

Une des premières choses que vous verrez sans doute de Kyoto, c’est sans doute la gare de Kyoto et, à côté de celle-ci, la Kyoto Tower.

Vue sur Kyoto et la Kyoto Tower depuis notre hébergement !

Étrangement, la gare de Kyoto mérite vraiment une petite visite : son bâtiment ultra moderne, construit par Hiroshi Hara, est gigantesque. En plus, depuis son sommet on a notamment un très beau coucher de soleil sur la ville. Il y a également plein de food courts pour manger en attendant votre train (au 11ème étage : Eat Paradise ou The Cube).

La Kyoto Tower, quant à elle, est un bon moyen de s’orienter dans Kyoto, puisque du haut de ses 131 mètres, on la repère de loin ! Il y a aussi un observatoire (payant) à son sommet, au cas où le panorama depuis la gare voisine (gratuit, lui) ne vous aurait pas suffit.

Le temple de Kiyomizu-dera & le quartier de Sannenzaka

Le temple de Kiyomizu-dera, classé à l’UNESCO, est un des temples les plus visités de Kyoto. Même en début de matinée, il y avait déjà un paquet de monde ! Le temple, construit sur une colline, est connu entre autres pour les piliers en bois qui le soutiennent. Le complexe est assez grand mais le temple était partiellement en travaux lors de ma visite.

Les rues piétonnes menant au temple sont parmi les plus belles de Kyoto (même si il faudra venir soit très tôt, soit très tard pour les avoir pour vous tous seuls… c’est vraiment très touristique). Dans les rues Kiomizu-michi, Sannenzaka et Ninenzaka, il y a de très belles maisons traditionnelles en bois : on a l’impression que le temps s’est arrêté (si on ne fait pas attention au grand Starbucks…). Sur Ninenzaka, vous trouverez notamment le Ghibli shop (que vous ne pourrez pas manquer avec le gros Totoro à l’entrée !).

C’est aussi un des endroits les plus populaires pour louer un kimono et faire une séance photo, on voit beaucoup de gens « déguisés » dans ce quartier !

Participer à une cérémonie de thé traditionnelle

Les maisons traditionnelles en bois du quartier de Sannenzaka abritent notamment des ochaya (maisons de thé traditionnelles). C’est aussi dans ce quartier que nous avons participé à une cérémonie de thé traditionnelle, chez Camellia Tea Ceremony. C’est une expérience d’immersion très intéressante ! Nous avons appris en petit groupe (nous n’étions que trois) les différentes étapes de la cérémonie de thé japonaise traditionnelle et comment préparer le thé matcha (nous avons du passer à la pratique à la fin de la séance !). Vous pouvez réserver en ligne la même expérience que celle que nous avons faite ici. Ils ont aussi une seconde adresse, avec une cérémonie face à un jardin japonais (plus cher).

Kyoto étant la région du thé matcha (le thé matcha Uji, un thé haut de gamme, est produit près de Kyoto), il y a mal d’endroits qui proposent cette expérience à Kyoto, mais je vous recommande vraiment cette petite maison, nous y avons été très bien accueillis ! Il y a aussi moyen de faire une cérémonie de thé dans un temple, au temple de Jotokuji.

Le temple de Kodai-ji & la rue Ishibei-koji

Si on continue la balade, on arrive ensuite à la rue Ishibei-koji, réputée – à raison – comme l’une des plus belles de Kyoto.

A côté se trouve le temple de Kodai-ji, un temple assez peu touristique et pourtant un de ceux que j’ai préféré. On y trouve notamment une petite forêt de bambou, bien moins fréquentée que celle d’Arashiyama ! 

Le temple de Chion-In

Chion-In, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’un des temples les plus importants de Kyoto. Sa gigantesque porte en bois San-mon, haute de 24 mètres et large de 50 mètres, est l’une des plus belles portes de temple que j’ai pu voir au Japon.

Le temple de Nanzen-ji & le jardin de Konchi-in

Nanzen-ji est un des plus beaux complexes de temple bouddiste de Kyoto. Continuez la balade jusqu’à l’ancien aqueduc Suirokau, qui fournissait auparavant Kyoto en eau, et jusqu’au pavillon central, Dai-Hojo.

Si vous continuez la balade après le temple de Kokotu-an, vous arriverez dans les bois, qui renferment le petit temple de Nanzen-ji Oku-no-in, où on se retrouve seuls au monde à côté d’une petite chute d’eau… Magnifique !

Le jardin du temple de Konchi-in fait également partie du complexe de Nanzen-ji. C’est un des plus beaux jardins japonais de Kyoto, attribué au célèbre maître de thé et concepteur de jardin Kobori Enshu. Un endroit vraiment calme et relaxant…

Le Chemin de la Philosophie & temples avoisinants

Le Chemin de la philosophie (Tetsugaku-no-michi) est un sentier piétonnier de 2 kilomètres de long qui suit un petit canal bordé d’arbres (une des place to be à la saison des sakura). Ce chemin doit son nom au philosophe Nishida Kitaro qui aimait s’y promener.

Les temples pullulent dans le coin. On y trouve notamment le temple de Honen-In, dont le jardin n’est ouvert qu’au printemps et à l’automne, et le temple Eikan-do connu pour ses œuvres d’art et sa pagode (attention, le prix d’entrée augmente à la saison des momiji). Un chouette arrêt durant la balade est le Yojiya Cafe Ginkakuji, une de mes bonnes adresses à Kyoto, pour boire du matcha et manger des petites douceurs.

Le quartier de Gion et les spectacles de geisha, geiko et maiko

Le quartier traditionnel de Gion, avec ses maisons en bois (machiya) et ses maisons de thé (ochaya) traditionnelles, est le quartier historique des geisha, c’est donc évidemment là qu’on a le plus de chance de croiser des geishas (oui geiko comme on appelle les geisha de Kyoto) et des maiko, les jeunes apprenties geisha. J’ai consacré un article entier sur où et quand voir les geisha & maiko à Kyoto et plus particulièrement à Gion.

Une bonne manière de voir une danse de maiko et de découvrir les arts tradtionnels japonais est d’assister à un spectacle au Gion Corner, l’école nationale des geishas qui organise des spectacles pour le grand public.

Mais il n’y a pas que les geisha à Gion. C’est également un quartier où il est agréable de se promener, surtout en dehors des grandes avenues et particulièrement en soirée. Il donne un petit goût du japon médiéval…

Le sanctuaire de Yasaka-jinja

Le quartier historique de Gion s’est construit autour du sanctuaire de Yasaka-jinja, où vous aurez peut-être, comme nous, la chance d’assister à un mariage traditionnel. Un moment extraordinaire !

A voir/à faire également à Gion

Durant votre balade à Gion, ne manquez pas non plus :

  • Shijo-dori, l’artère commerçante principale qui mène au sanctuaire de Yasaka.
  • Hanamikoji-dori, une rue typique avec des maisons de thé traditionnelles et des restaurants traditionnels de luxe (ryotei).

  • Shimbashi est la partie de Gion la plus belle selon moi, avec son magnifique architecture traditionnelle, notamment le joli Tatsumi Shrine et le petit pont de Tatsumi-bashi, ses restaurants chic et ses hostess bars cachés. C’est là que je suis tombée sur un shooting de maiko de bon matin ! De nuit, c’est encore plus beau, car tout est éclairé avec des lanternes. On est vraiment transportés à une autre époque ici…

  • le canal de Shirakawa, au nord de Gion, permet aussi une belle balade, beaucoup plus au calme, avec des petits restos et plein de petits ponts en pierre.

Balade le long de la rivière Kamo

Autre balade agréable pour avoir une autre perspective sur Kyoto : se balader le long du fleuve Komo, sur le sentier spécialement aménagé pour les piétons.

Shopping dans le centre-ville de Kyoto

Le centre-ville moderne s’étend grosso modo entre Karasuma dori et Oike dori. Le centre de Kyoto est très moderne et animé, on y trouve de nombreux restos, cafés et centres de jeux (pachinko, etc), mais c’est surtout le paradis pour faire du shopping et ramener plein de souvenirs sympas (et plus ou moins utiles).

Il y a plusieurs grandes arcades / galeries couvertes commerciales où se concentrent les magasins (pratique pour passer le temps les jours de pluie). Je vous conseille de vous palader plus particulièrement dans les rues Teramachi (la plus connue, c’est un vrai paradis pour le shopping), Shin Kyogoku, et Kawaramachi.

 

On y trouve aussi le petit temple de Nishiki-Tenmangu Shrine, un petit temple en plein milieu des arcades, et le marché de Nishiki, un food market où vous pourrez découvrir plein de spécialités locales.

Le coin le plus atmosphérique est la rue de Ponto-cho et ses rues avoisinantes, en bordure de la rivière Kamo. Cette rue-ci a gardé tout son charme ancien, avec ses maisons en bois. C’est l’endroit idéal pour une balade nocturne. C’est assez touristique mais il y a quelques petites pépites (voir mon article bonnes adresses).

Je ne l’ai pas visité mais en bordure de ce quartier se trouve aussi le château Nijo jo et le Palais Impérial de Kyoto (visite gratuite mais sur réservation seulement), tous deux classés à l’UNESCO (ainsi que pas mal de musées).

Les temples et la forêt de bambou d’Arashiyama

J’ai consacré un article complet sur le quartier d’Arashiyama, à l’ouest de Kyoto, qui fut l’une de mes journées préférées. Outre la très overrated bambouseraie, Arashiyama c’est entre autres de très beaux temples et jardins japonais (Tenryu-ji, Okochi Sanso, Jojakko-ji…), une super adresse pour manger végétarien (Shigetsu), et une montagne remplie de singes (Arashiyama Monkey Park Iwatayama). Vous voulez en savoir plus? Allez lire mon article dédié !

Golden Temple (Kinkaku-ji)

Le Kinkaku-ji, appelé Golden Temple ou Pavillon d’or, est un des temples classés à l’UNESCO de Kyoto, à ne pas confondre avec le Ginkaku-ji, le Silver Temple ou Pavillon d’Argent. Le temple Kinkaku-ji est recouvert de feuilles d’or !

Pour la petite histoire, le temple a du être reconstruit en 1950, après avoir brûle suite au suicide d’un de ses moines… C’est un des plus beaux temples que j’ai pu voir. Sous le soleil, il se reflétait dans le lac, c’était tout simplement splendide ! Il faut juste arriver très tôt pour en profiter sans tous les cars de touristes, sinon ça perd un peu de son charme…

Le temple de Daigo-ji

Situé au sud de Kyoto, le temple de Daigo-ji est particulièrement populaire au printemps et à l’automne (je vous laisse deviner pourquoi !). Il abrite aussi une des plus vieilles pagodes en bois du Japon. Attention, le prix de l’entrée augmente en haute saison.

Le sanctuaire de Fushimi Inari

Egalement au sud de Kyoto, Fushimi Inari se trouve sur la ligne de train qui va jusqu’à Nara : combiner les deux endroits peut donc faire une belle excursion d’un jour, comme je vous en parle plus en détail dans cet article dédié.

Fushimi Inari, avec ses milliers de torii rouges, est LA carte postale de Kyoto par excellence ! Et c’est vrai que l’endroit est tout à fait unique. L’enchaînement de torii semble interminable ! Par contre, à nouveau, pour en profiter pleinement il vous faudra venir tôt, très tôt (si vous ne voulez vous levez tôt qu’une fois, faites-le pour ce site, vraiment !).

Le Mont Kurama

On finit par une visite plus hors des sentiers battus. Si vous en avez marre de la ville et voulez vous balader dans la nature, on vous recommande une petite randonnée jusqu’au Mont Kurama, une montagne sacrée au nord de Kyoto. On y trouve un temple bouddhiste, le Kurama-dera, et un très agréable onsen qui utilise une source chaude naturelle. Un itinéraire de randonnée prenant de 2 à 3 heures est détaillé dans cet article très complet.

D’autres idées d’activités à Kyoto

Même en une semaine, nous n’avons pas pu tout voir à Kyoto ! En plus de tous les temples qu’on a zappé (même si on a visité la plupart des temples les plus connus), voici quelques idées qu’on se garde pour un prochain voyage :

  • La visite que j’ai le plus regretté de ne pas avoir le temps de faire et qu’on fera en priorité la prochaine fois, c’est celle du Toei Kyoto Studio Park, des studios de cinéma japonais qui ont ouvert une partie de leurs décors, qui reproduisent le style Edo, au grand public. On peut aussi y louer différents costumes pour se déguiser et faire des photos plutôt originales !
  • Visiter le Musée international du manga de Kyoto (Kyoto International Manga Museum)
  • Apprendre à méditer dans un temple bouddhiste (le Kosho-ji organise des « cours »)
  • Faire un « cours de samouraï« , pour apprendre les techniques de base de ces anciens guerriers japonais
  • Découvrir le Kyoto Railway Museum Ticket, un musée consacré à l’histoire du train du Japon (des anciens locomotives aux rutilents shinkansens).
  • Faire un tour de ville en pousse-pousse : touristique, mais ça a l’air quand même vachement sympa !

Où dormir à Kyoto ?

Pour dormir à Kyoto, vous avez deux possibilités : soit dormir dans le quartier de Gion ou autour de la Gare de Kyoto, les zones les plus touristiques / demandées (et où les rapports qualité-prix sont souvent moins bons, surtout si vous ne réservez pas longtemps à l’avance), soit dormir un peu plus à l’écart pour profiter de prix plus avantageux. Tant que vous restez à proximité d’une gare (il n’y en a pas qu’une à Kyoto même si la Kyoto Station est la plus grande et la plus connue), ça ne changera pas grand chose à vos déplacements dans la ville.

Lors de notre premier passage à Kyoto, nous avions logé 5 nuits dans un Airbnb. Depuis, Airbnb a eu pas mal de mésaventures au Japon, donc je ne sais pas si je pourrais encore vous recommander ce type d’hébergement. Le quartier où nous avions logé était celui de la gare JR de Tofukuji, à littéralement 2 minutes en train de la gare de Kyoto. C’est un quartier calme et hyper pratique pour se déplacer avec notre JR Pass. On y trouve aussi pas mal de restaurants sympas et pas chers. Vous trouverez dans ce quartier des hôtels et appart-hôtels bien côtés et pas chers du tout (moins chers que dans le centre-ville), sans prendre le risque d’un Airbnb, comme le Tofokuji Riverside.

Et le mieux, la vue !

Au retour, on a ensuite passé deux nuits dans un appart-hôtel au cœur de Gion, le Laon Inn Shinmonzen. Ils ont déménagé de l’autre côté du quartier, c’est à présent le Laon Inn Gion Nawate. On semble y retrouver jusqu’aux mêmes papiers peints et des prix toujours aussi abordables ! Pour vous situer où nous avions logé, à son ancienne adresse, il se trouvait juste à côté de la Shirakawa Kiraku Inn, qui semble être une autre option abordable du quartier. Chambre hyper confortable, avec tout ce dont on avait besoin (y compris un lave-linge, ce qui est toujours le bienvenu quand on voyage depuis plusieurs semaines !). Le personnel était adorable : nous avions oublié du matcha dans le frigo, et il nous l’ont envoyé par la poste à notre hôtel suivant sans rien nous faire payer ! Qu’on ne me dise plus que les japonais ne sont pas accueillants…

Dormir à Gion était vraiment idéal pour visiter la ville (même si on ne regrette absolument pas d’avoir testé deux quartiers, le premier étant quand même vachement moins touristique, ce qui est pour moi très appréciable aussi).

On aurait bien aimé loger dans un ryokan (hébergement japonais traditionnel) à Kyoto mais étant donné que nous étions la en haute saison (l’automne est la période du momijigari), c’était un peu compliqué niveau prix. A Gion, vous trouverez par exemple le superbe ryokan Gion Yoshiima. Dans les options plus haut de gamme et plus modernes, j’ai aussi repéré le Kyoto Granbell Hotel avec son bel onsen, et près de la gare de Kiyomizu-Gojo, non loin de Gion, un chouette hôtel à la déco très originale qui a ouvert récemment, le TAVINOS.

 

Pour continuer le voyage au Japon :

 

9 réflexions au sujet de “Visiter Kyoto : mon guide complet avec toutes les visites incontournables”

  1. Bravo Emma pour cet article très complet. En revanche, nous avons été un peu deçu par Kyoto après avoir visiter Kanazawa.
    Déjà le système de transport n’est vraiment pas adapté pour les touristes. C’est le gros point noir pour une ville de cette taille. Oubliez les pass de bus et/ou métro (minimum 700 yens pour le bus et 1100 yens pour bus et métro) car ils n’incluent pas certains bus et de ce fait, il n’est pas évident de le rentabiliser. Optez soit pour une carte Suica (aspect pratique) ou payez au fur et à mesure ( mais vous devez faire l’appoint et donc prévoir de la monnaie en conséquence).
    Ensuite, la circulation est très dense et donc vous pouvez perdre beaucoup de temps dans les transports en bus.
    Sinon, je conseille d’aller faire un tour à Uji (facile d’accès depuis Kyoto en 30 à 50 mn selon votre emplacement) et traversez la rivière. La ballade est très sympa surtout si vous appréciez le thé et le matcha (attention pas de plantations à Uji).

    Répondre
    • Bonjour,
      Oui en effet Kyoto est très touristique et les transports un peu laborieux mais ça reste quand même à faire une fois (mais c’est vrai que je vais privilégier d’autres villes avant d’y retourner !)
      Et je note pour Uji :)

      Répondre

Laisser un commentaire