Visiter Porto en un jour: challenge relevé !

Voyages

Visiter Porto en un jour: challenge relevé !

Par  | 

Il ne m’aura pas fallu plus de 24 heures pour tomber sous le charme de Porto. Le grand soleil de ce jour d’été indien de septembre dernier y aura sans doute contribué, mais mon coup de cœur pour Porto va bien plus loin que ça. Si j’avais déjà adoré visiter Lisbonne et le centre du Portugal, et Porto a été ma ville coup de cœur de 2016, tout continent confondu !

Cela faisait longtemps que je voulais aller à Porto, et même si je n’avais que 24 heures sur place (Brussels Airport m’avait envoyé dans la destination de mon choix en échange de mon avis de « grande voyageuse » sur leurs services – ce qui me tenait à cœur, surtout après avoir écrit cet article), j’ai fait en sorte de nous concocter un programme pour voir un maximum de choses en un jour (notre avion arrivant tôt le matin le samedi, et repartant tôt le matin le dimanche). J’avais embarqué avec moi une amie portugaise qui a rendu la tâche encore plus simple ! Au final, sans trop courir (mais en marchant plus de 20 km !), nous aurons vu l’essentiel du centre historique de Porto, qui est d’ailleurs classé à l’UNESCO.

Je vous emmène donc à la découverte de la ville qui fut mon gros coup de cœur l’année passée, et où l’on peut déjà voir tant de choses en un jour, de la librairie qui a inspiré J.K Rowling (une vraie merveille !) aux caves de Porto (avec dégustation bien évidemment…).

Le quartier Ribeira

Après un trajet rapide en taxi depuis l’aéroport, nous débarquons près de la Place Ribeira, au cœur du quartier Ribeira, le long des rives du Douro. Le matin, il y fait très calme, mis à part les touristes embarquant pour une croisière d’un jour sur le fleuve. Nous décidons de nous balader dans les petites ruelles pittoresques de la « ville basse » de Porto, remplies de jolis azulejos.

Nous retournons ensuite sur les quais (« cais da Ribeira ») pour prendre un petit-déjeuner avec vue dans l’un des petits cafés avec vue sur le Douro et le Pont Dom Luis I. Je laisse mon amie portugaise commander, et je me retrouve quelques minutes plus tard avec un bon petit-déjeuner portugais, pour quelques euros seulement malgré la localisation ultra-touristique.

Avant de franchir le Douro, nous faisons un petit tour dans un des petits marchés des quais, et je repars avec un sac en bouchon de liège, une des spécialités du Portugal. J’avais déjà vu des modèles similaires à Lisbonne, mais ils étaient hors de prix. Ici, même pas besoin de marchander pour avoir un bon prix, et plusieurs mois plus tard j’adore toujours autant ce sac ! C’est donc un chouette souvenir si vous souhaitez ramener quelque chose de Porto.

Nous franchissons ensuite le niveau inférieur du Pont Dom Luis I, l’un des emblèmes de Porto. Pour la petite anecdote, ce pont métallique a été construit par un belge (Théophile Seyrig), qui a également travaillé avec Eiffel.

Vila Nova de Gaia et les Caves Ferreira

De l’autre côté du Douro, c’est Vila Nova de Gaia, où se trouvent les caves de la plupart des producteurs de Porto. Avec en bonus, de superbes vues sur la vieille ville de Porto, de l’autre côté de l’eau.

Impossible donc de passer par Vila Nova de Gaia sans visiter l’une des caves de Porto. On nous avait conseillé les Caves Ferreira, et ce fut très intéressant ! La visite classique (annoncée comme durant 30 minutes, mais on y a passé près d’une heure) permet de découvrir l’histoire du Porto et les différentes étapes de sa production. Un petit aperçu qui m’a bien donné envie d’aller découvrir les vignobles dans la région du Douro… Bien sur, la visite se termine par une petite dégustation. Parfait comme apéro ! Il ne faut pas réserver, rendez-vous sur place et on vous donnera les horaires de la prochaine visite (en saison il y en a normalement une par heure).

Le téléférique de Gaia et le Monastère de Serra do Pilar

Nous sortons des caves pour retrouver le ciel bleu et montons à bord du téléphérique de Gaia (Teleférico de Gaia), qui permet (de 10h à 20h en haute saison) d’accéder sans trop de peine au Monasteiro da Serra do Pilar, lui aussi classé à l’UNESCO. Les vues sur Porto valent la dure montée en plein soleil pour y arriver ! Il parait que c’est également « the place to be » pour admirer le coucher du soleil sur la ville en soirée.

La vieille ville de Porto

Nous retraversons le pont Dom Luis I, cette fois via l’étage supérieur, pour arriver directement dans la vieille ville historique de Porto, en quelque sorte la « ville haute ».

Nous commençons par nous diriger vers la Cathédrale de Porto (Sé Do Porto), un intéressant mélange d’architecture romane et baroque. L’entrée dans la cathédrale est libre, mais nous décidons de payer l’entrée (groupée avec la tour de Clérigos, que nous gardons pour la fin de la journée) afin de visiter les cloîtres couverts d’azulejos et le musée également.

Non loin de là, se trouve un des autres arrêts immanquables à Porto, la gare de Sao Bento, réputée comme l’une des plus belles gares d’Europe, grâce à ses murs recouverts de magnifiques azulejos.

Nous continuons en direction de la rue commerçante das Flores. Nous avions d’abord considéré manger le long des quais à Ribeira, mais on nous avons mis en garde des prix parfois prohibitifs en terrasse, alors nous avons décidé de nous arrêter manger quand nous trouverions quelque chose de bien, sans autre plan… Et nous avons trouvé l’adresse parfaite à la fin de la rue das Flores: Cantina 32. Je crois que nous avons eu énormément de chance d’avoir une table sans réserver et sans trop attendre ! Le cadre et la cuisine de ce restaurant sont tout simplement dingues, c’est exactement ce que nous cherchions et nous ne l’avions pas vu dans les guides de voyage… ce fut donc la très bonne surprise de la journée ! Nous y avons commandé du vin portugais et des petits plats à partager. Ici, on sert de la cuisine portugaise revisitée, dans un style bistronomique très réussi. On s’est donc régalés !

Nous remontons ensuite vers la Praça da Liberdade pour un peu plus de shopping, avant de faire le check-in à notre hôtel qui se trouvait non loin de là (il n’avait rien d’exceptionnel, donc je ne vous le recommanderai pas).

Après une mini-pause douche, on repart explorer la vieille ville de Porto, direction l’église et tour de Clérigos (Igreja e Torre Dos Clérigos): l’église se situe au sommet de la vieille ville, et après avoir gravi les 250 marches de sa tour, les vues sur la ville de Porto sont, vous vous en doutez, plutôt sympas. Malgré tout, il y a un monde fou à n’importe quelle heure de la journée et les visiteurs qui montent et ceux qui descendent se croisent dans le même escalier très étroit, il faut donc avoir les nerfs bien accrochés pour faire la file et faire le tour de la tour. Je ne sais pas si je le referais !

Juste à côté de l’église, se trouve la Place Dos Clérigos, une jolie place bien aménagée avec de nombreux bars et cafés. C’est également là que se trouve l’un des endroits les plus visités de Porto, la Librairie Lello (Livraria Lello), l’une des plus belles et des plus vieilles librairies du Portugal, qui est d’autant plus fréquentée que c’est aussi la librairie que fréquentait J.K. Rowling quand elle vivait à Porto et qui lui aurait inspiré la bibliothèque et les escaliers de Poudlard (Hogwarts) dans sa saga Harry Potter. Auparavant, la librairie ne laissait les visiteurs prendre des photos qu’en semaine et avant l’ouverture, depuis je pense qu’ils ont compris leur intérêt financier là-dedans, l’entrée de la Librairie Lello est donc devenue payante (4€, qui devient une réduction du même prix si vous achetez un livre) et elle est donc bondée. Malgré tout, la visite du lieu vaut la peine, que vous soyez ou non fans d’Harry Potter !

Nous nous sommes ensuite baladées vers notre restaurant du soir, en passant par la jolie église Do Carmo, et quelques places sympas donc j’ai oublié le nom.

Mon amie portugaise voulait absolument me faire découvrir LA spécialité de Porto: la Francesinha, un sorte de croque-monsieur en version « calories x 10 », avec du fromage, un steak de boeuf, de la saucisse, du jambon et une sauce « secrète » à base de tomate et de bière. Autant vous dire que c’est consistant et qu’il vaut mieux ne pas prendre d’entrée ! Elle m’a donc emmené au restaurant où vont les locaux (il n’y avait que moi qui ne parlait pas portugais dans toute l’énorme salle !), Capa Negra II. Ce n’est pas de la haute gastronomie mais j’ai apprécié l’expérience !

C’est donc le ventre bien rempli que nous terminons cette journée de visites à Porto. Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenions l’avion de retour le lendemain matin. Avec une seule envie: y revenir !

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *