Heda & la Péninsule d’Izu, une destination plage et onsen proche de Tokyo

Après mon séjour inoubliable chez les moines de Minobu et mon premier tête à tête avec le Mont Fuji, je pensais que le reste ma semaine autour de Fuji ne pourrait pas égaler ce premier arrêt : c’était sans compter sur la Péninsule d’Izu et plus particulièrement la charmante ville côtière de Heda, ma deuxième destination ! Pour tout vous dire j’avais bien failli annuler mon séjour là-bas tellement (je pensais que) c’était galère d’y aller en transports en commun depuis Minobu, avec plusieurs changements de trains et bus, mais finalement le trajet s’est révélé plus facile que prévu et je suis tellement heureuse d’avoir été me perdre là-bas ! 

La Péninsule d’Izu, une destination plage et nature proche de Tokyo

La Péninsule d’Izu se situe à seulement une centaine de kilomètres de Tokyo, et pourtant le dépaysement est total ! La péninsule est surtout réputée pour ses stations balnéaires et ses onsens de montagne. A vrai dire, sur une relativement petite péninsule, il y a vraiment beaucoup de choses à voir mais malheureusement, sans voiture, aller d’un point à l’autre prend pas mal de temps. Il faudra donc que j’y retourne car le petit aperçu que j’en ai eu m’a vraiment donné envie d’y retourner. C’est vraiment un endroit idyllique !

Si vous cherchez des informations sur la Péninsule d’Izu, vous vous rendrez vite compte que la plupart des infos que vous trouverez concerne la partie est de la péninsule, tout simplement car c’est la partie la plus facile d’accès : on peut rejoindre en moins d’une heure la gare d’Atami depuis Tokyo et de là descendre tranquillement le long du littoral jusqu’à la pointe sud de la péninsule, Shimoda, une station balnéaire réputée pour sa plage de sable blanc. Le centre de la péninsule est quant à lui fait de montagnes, le point culminant étant le mont Amagi. Si j’avais eu un peu plus de temps, j’aurais bien aimé faire la petite randonnée des sept cascades de Kawazu et découvrir les sources chaudes de Shuzenji.

Heda et l’ouest de la Péninsule d’Izu

Si la Péninsule d’Izu est une destination encore relativement hors des sentiers battus, sa côte ouest l’est encore moins, étant beaucoup plus difficile d’accès. En effet, il vous faudra prendre des bus locaux relativement longs, rien à voir avec les trains bien pratiques desservants la côte est.

Mais j’avais repéré un hôtel-onsen face à la mer à Heda, et c’est donc à l’ouest de la Péninsule d’Izu que j’ai passé deux jours très reposants. Heda étant un petit port de pêche dans la baie de Suruga, c’est aussi la destination idéale pour déguster poissons et fruits de mer bien frais ! Je suis tombée sous le charme de ce petit coin de paradis où j’étais la seule occidentale (il y avait quelques autres touristes asiatiques, mais vraiment pas beaucoup).

Je ne comprends vraiment pas pourquoi ce coin du Japon n’est pas plus populaire, d’autant plus que pour moi on y trouve certaines des plus belles vues sur le Mont Fuji. Situé au sud du Mont Fuji, Heda est vraiment la destination parfaite pour faire de belles photos de Fuji toute la journée ou presque car il y a très peu de contre-jour (par rapport au « Fuji Five Lakes » bien plus populaires mais plus au nord, où le Fuji est dans la pénombre une bonne partie de la journée). 

Pour arriver à Heda, j’ai d’abord pris un train (enfin, 3 depuis Minobu…) jusqu’à la gare de Shuzenji, puis un bus local (environs une heure) de Shuzenji à Heda (j’ai acheté mon billet à la station de bus à côté de la gare). Personne ne parle anglais dans le coin mais je n’ai pas trop eu de mal à me faire comprendre. Je vous conseille de consulter les horaires sur Google Maps car les bus ne sont pas ultra fréquents.

Mon hôtel est ensuite venu me chercher au terminus du bus près du port d’Heda (j’aurais pu faire la distance à pied, mais ils avaient un service de navettes gratuites alors autant en profiter !).

J’ai longtemps hésité à reprendre un bus le lendemain pour découvrir d’autres points sur la côte, mais il y avait une telle douceur de vivre à Heda que j’ai décidé de rester là et de profiter, tout simplement. Sinon, en bus, vous pouvez notamment aller visiter non loin de là Dogashima Onsen, une station thermale, ou encore la mine d’or de Toi.

Séjour balnéaire au Nishiizu Koyoi Onsen à Heda

Le merveilleux endroit où j’ai séjourné pendant ces deux jours de rêve, c’est le Nishiizu Koyoi, un hôtel-onsen situé dans les hauteurs de Heda, face à la mer. Il y a pas mal d’hôtels similaires dans la zone, j’ai choisi celui-là car c’était celui qui avait le meilleur rapport qualité-prix à mes dates pour une chambre avec vue sur mer en demi-pension (et avec un menu kaiseki en 10 services le soir svp !), et le tout sans aucun supplément ou presque pour les voyageurs individuels (100€ la nuit pour tout ça, je n’en revenais pas !), ce qui est assez rare dans les hôtels de ce genre au Japon et qui mérite donc d’être signalé.

En plus, j’étais là à la basse saison (début décembre), ce qui était parfait au niveau des prix ET de la météo (un temps sec avec un ciel en général bien dégagé), que demander de plus ?

J’ai donc séjourné dans une grande chambre traditionnelle avec salle de bain, un petit salon face à la mer, et cerise sur le gâteau, dans la salle de bain un grand bain en bois avec eau thermale et vue sur mer ! Si vous me connaissez un peu, vous savez qu’il ne m’en faut pas beaucoup plus pour être heureuse… Je ne vous dis pas le bonheur de se mettre dans un petit bain d’eau thermale face à la mer et de regarder le soleil baisser à l’horizon… 

Ma chambre au Nishiizu Koyoi était de style ryokan avec tatami (on est venu me faire mon lit le soir), avec tous les petits détails que j’aime tant au Japon, comme le fait d’avoir des chaussons/souliers différents pour chaque pièce : un pour se balader dans l’hôtel, un pour la toilette, un pour la salle de bain et il y en a même un pour aller dehors… Non non, les japonais ne sont pas du tout maniaques à ce niveau-là. ;-)

En plus de mon espace privé, j’avais également accès gratuitement à l’onsen public de l’hôtel (avec bain intérieur et bain extérieur), et vu qu’il n’y avait pas grand monde, je l’ai aussi eu pour moi toute seule !

Et comme si tout ça ne me suffisait pas encore, j’ai craqué et réservé le bain privé extérieur sur le toit de l’hôtel avec vue sur le Fuji (que je ne voyais pas depuis le mien)… Oups? 

Vu que Heda est un port de pêche, les repas du soir de style kaiseki étaient bien évidemment orientés fruits de mer et poissons (j’ai même eu droit à du homard !). Tout était excellent, en particulier les sashimis bien frais… Quel bonheur !

Le petit-déjeuner était lui aussi à base de poisson… de quoi bien commencer la journée, n’est-ce pas ? 

Que faire à Heda ?

Il n’y a pas énormément de choses à voir et à faire à Heda, mais je pense que j’aurais pu passer une journée entière à simplement admirer la vue ! Le port d’Heda est ultra photogénique, et les paysages m’ont même fait un peu penser à Komodo ! Et en plus j’ai vraiment été ultra chanceuse avec la météo durant ce petit séjour : aucun nuage ou presque et une vue bien dégagée sur le mont Fuji pendant la plus grande partie de la journée (par contre beaucoup de vent surtout la nuit). J‘ai même gagné 10°C par rapport à Minobu, c’est fou ! Difficile de croire que j’y étais en plein décembre. 

Pour une vue panoramique sur Heda et le Mont Fuji en arrière plan, je suis montée à un point de vue dans les hauteurs de la ville (御浜展望地), magnifique ! La meilleure lumière est dans le milieu de la matinée.

Mais la vue sur le Mont Fuji qui est pour moi la plus belle c’est celle depuis la petite jetée sur la petite plage de Mihama à côté du torii… Waw, pas d’autre mot. J’y ai d’abord été pour le coucher du soleil (là, c’est un peu en contre-jour mais ces couchers de soleil !!) et puis j’y suis retournée le lendemain matin et là c’était encore plus le paradis, surtout avec cette eau bien translucide sous le soleil…

Et si vous vous enfoncez dans la petite forêt de pins derrière le torii, vous arriverez à un beau petit temple Shinto, le Morokuchi Jinjya.

Les hot springs et onsens sont également partout dans la ville, mais comme mon hôtel en avait, je me suis contentée de ceux-là.

Côté gastronomie, la baie de Suruga est notamment connue pour ses poissons de haut fond et certains fruits de mer comme les « crevettes sakura » mais également, et c’est la spécialité qu’on ne peut mal de rater dans les petits restaurants de poisson proches du port, les crabes araignées. Comme j’étais en demi-pension à l’hôtel, j’ai trouvé un petit resto de poisson sur le port (丸吉食堂) pour en goûter (en mode tempura, accompagné de sashimi) et je me suis régalée ! Par contre rien n’est en anglais ici donc pensez vraiment à avoir l’appli Google Translate pour faire les traductions en direct !

Bref, comme vous pouvez le voir j’ai vraiment passé un séjour de rêve à Heda dans la Péninsule de Izu. J’y serais bien restée plus longtemps ! A suivre, la troisième étape de ma semaine autour du Mont Fuji, à l’est cette fois : le lac Yamanakako. 

2 Commentaires

  1. Oh c’est chouette la Péninsule d’Izu de ce côté avec la vue sur le Mont Fuji ! On avait été à Shuzenji Onsen et sur la côte Est uniquement car desservi par le train. C’est vrai que ca reste une partie du Japon très méconnue des touristes occidentaux et qui mérite d’être découverte ! Les ryokans sont incroyables et c’est aussi dans cette région que nous avons mangé les meilleurs sushis !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.