Koh Talu Island Resort, le paradis eco-responsable thaïlandais

Voyages

Koh Talu Island Resort, le paradis eco-responsable thaïlandais

Par  | 
--// Partie 7 sur 9 dans la série Voyage en Thailande / #ThailandBFF (2014) //--   

La destination finale de notre petit roadtrip le long du Golfe de Thaïlande était l’île éco-responsable de Koh Talu, un vrai petit paradis naturel situé à 4 heures seulement de Bangkok. Un petit air de « Koh Lanta » sur cette île verte loin du tourisme de masse et où le confort est somme toute assez minimal. Une chose est sure, si vous voulez vous « reconnecter » à la nature le temps de quelques jours, Koh Talu est l’île parfaite, loin de ses grandes soeurs Koh Tao ou Koh Samui qui attirent plus les fêtards que les voyageurs soucieux de préserver l’environnement. Nous y avons passé 2 jours inoubliables, entre snorkeling, plantation de corail et remise en liberté de tortues de mer.

kohtaluisland

Comment rejoindre Koh Talu?

Comme je le disais plus haut, Koh Talu est située à 4 heures seulement de Bangkok. La traversée vers Koh Talu depuis le continent met une petite demi-heure seulement avec un speedboat. Mais attention au « wet landing » : en fonction des marées, certains embarquements/débarquements se font les pieds (voire plus) dans l’eau.

khotalu (23)

Koh Talu, au loin, depuis le point d’embarquement

Koh Talu est une île privée, mais sont développement en tant qu' »eco-resort » a permis aux locaux de faire d’une pierre deux coups : d’une part, lutter contre la destruction massive de l’éco-système marin par la pêche en masse, d’autre part redresser l’économie locale en employant la population locale dans les structures touristiques de l’île. Depuis les années 80s, différentes initiatives écologiques ont donc été lançées par les locaux, et nous en découvrons une première juste avant de rejoindre l’île. Près du petit ponton d’embarquement se trouve la « Blue Swimming Crab Bank », un project de sauvegarde des crabes visant à repeupler le Golfe de Thaïlande en crabes bleus, dont la population avait énormément diminué suite aux pêches inconscientes pratiquées pendant de longues années dans la région.

khotalu (28)

khotalu (30)

khotalu (32)

Nous prenons ensuite la direction du speedboat pour rejoindre l’île. Le bâteau qui emmènera toute notre petite équipe n’est pas bien grand, et il faudra se serrer avec tous les bagages ! Un jeune thaï travaillant à Koh Talu nous explique les règles de base à respecter sur l’île et en mer, la zone étant considérée comme réserve naturelle. Règles qui ne semblent pas intéresser certaines personnes qui semblent n’être là que pour la bronzette et continuent donc à jeter leurs mégots de cigarettes en mer. En ce qui concerne notre petit groupe belge, nous veillerons bien à respecter ce magnifique cadre naturel durant tout notre séjour sur place. Ce n’est quand même pas si compliqué de faire un geste pour la planète, vous ne trouvez pas ?

khotalu (33)

khotalu (35)

khotalu (38)

khotalu (42)

khotalu (40)

khotalu (52)

khotalu (44)

khotalu (48)

khotalu (3)

Avant de nous débarquer sur l’île, notre speedboat nous emmène vers une partie de l’île qui n’est pas accessible à pieds pour faire quelques photos de la roche trouée qui a donné son nom à l’île : Koh Talu signifie en effet l’île (Koh) du trou (Talu).

khotalu (71)

khotalu (77)

khotalu (98)

khotalu (103)

 Les infrastructures du Resort

Nous voici enfin sur l’île ! Les employés commencent à s’affairer autour de nos valises : le resort comporte une trentaine de villas réparties sur 2 baies, ce n’est pas une mince affaire que de dispatcher chacun au bon endroit, le sable n’aidant pas dans les déplacements.

Durant cette première journée, nous aurons donc l’occasion de faire un petit tour du resort, l’île n’étant pas bien grande. Tout notre petit groupe logera sur la plus grande baie, « Big Bay » (la deuxième baie occupée par le resort, « Pearl Bay » se situe à quelques minutes à pied de là mais est principalement occupée par des thaïs). Le ponton de bois mène directement à un restaurant, fonctionnant sous forme de buffet pour tous les repas. La nourriture est bonne, sans être de la grande gastronomie. Il faut dire que tous les aliments ou presque doivent être importés du continent, et ici, quand il n’y a plus quelque chose… ben il n’y a plus (et quand il n’y a plus de jus d’ananas, fini donc la Pina Colada ! 😉 ).

La vue depuis le restaurant est grandiose. La baie de sable blanc est à quelques pas de là, et on se perd facilement dans ses pensées à observer les petites vagues. Nous sommes en juillet et donc en saison des pluies, le ciel n’est donc malheureusement pas des plus dégagés (nous aurons même un bon gros orage la deuxième nuit – j’ai même ouvert mes rideaux pour voir si ma petite cabane au bord de l’eau allait pas être emportée par les eaux !) mais la température est là (et même trop là !) de même que les moustiques (un bon conseil : prenez une très bonne protection anti-moustique avant de partir en Asie pendant la saison des pluies, quel que soit l’endroit où vous allez !).

khotalu (107)

khotalu (108)

khotalu (4)

khotalu (110)

khotalu (115)

khotalu (117)

khotalu (140)

khotalu (116)

khotalu (145)

khotalu (133)

khotalu (148)

khotalu (171)

khotalu (139)

khotalu (151)

khotalu (164)

khotalu (483)

khotalu (154)

khotalu (156)

khotalu (304)

khotalu (302)

khotalu (155)

khotalu (301)

A la nuit tombée, après le repas face au coucher du soleil, c’est au seul et unique bar de l’île que tout le monde se donne rendez-vous pour déguster un petit Mai Thai (pas de « buckets » ici ! 😉 ) ou d’autres cocktails colorés. A la guitare, un philippin fredonne des airs de jazz et de vieux tubes américains (il semble en particulier aimer Elvis Presley). Le premier jour, nous avons même eu droit à un mini spectacle sur la plage par les employés du resort, qui sont vraiment polyvalents ! 😉

khotalu (430)

khotalu (276)

khotalu (475)

khotalu (282)

khotalu (275)

khotalu (448)

khotalu (286)

Autre moment « immanquable » dans ce genre d’endroit, le lancer de lanternes à voeux sur la plage… Même si l’une d’elle a bien failli finir dans un cocotier ! 😉

khotalu (296)

khotalu (295)

khotalu (297)

Les chambres

Si vous êtes maniaques de la propreté, vous risquerez d’avoir un peu de mal avec les villas du resort… Je logeais dans une des villas « Thai Style » en bordure de mer. Les villas sont grandes mais c’est loin d’être du 5 étoiles : la salle de bain est minimaliste, l’eau n’était pas chaude dans la mienne, et attendez vous à vous faire épier par des petits lézards… Dans la villa que j’occupais, seule la chambre avait de l’air conditionné et dans la deuxième pièce (où se trouvait un autre lit d’une personne), seul un ventilateur permettait de donner un peu d’air. Le resort dépendant aussi de générateurs, l’électricité (et donc la clim) est coupée deux fois par jour pendant 2 heures, le matin et l’après-midi. Et ne parlons pas du wi-fi, seulement disponible sur quelques mètres carré près du restaurant. Bref, à Koh Talu il ne faut pas peur de sortir de sa zone de confort. Et si moi j’ai pu y arriver (et apprécier!), c’est que c’est faisable même pour les moins baroudeurs ! 😉 Une fois que l’on s’habitue à ce mode de vie un peu différent de ce que l’on connait chez nous, on apprécie ce retour à la nature…

khotalu (309)

khotalu (21)

khotalu (173)

khotalu (172)

La vue depuis ma villa…

khotalu (174)

khotalu (175)

khotalu (179)

khotalu (181)

khotalu (180)

khotalu (427)

Et le soir, la vue est plutôt pas mal non plus !

khotalu (431)

Les activités

Chaque jour, Koh Talu Island Resort propose au minimum deux activités, une le matin et une l’après-midi. Voici un petit aperçu de celles auxquelles nous avons participé. Vous noterez que nous sommes loin ici des clubs « all-in » avec aqua-gym et autres… 😉

Trek jusqu’au sommet de l’île

Pendant une heure, nous nous sommes prises Mélissa et moi pour des aventurières de Koh Lanta à la recherche de manioc et du collier d’immunité dans la petite jungle de l’île ! Le parcours jusqu’au sommet n’est pas très difficile, même si ça monte bien à certains endroits. C’est surtout la chaleur qui peut compliquer le parcours…

khotalu (183)

Pour y arriver, nous passons par la deuxième baie de l’île, « Pearl Bay ». Une jolie plage de sable blanc, un peu plus petite que celle où nous logeons… et encore plus calme. Voici un petit aperçu du trek, en images.

khotalu (187)

khotalu (226)

khotalu (186)

khotalu (191)

khotalu (199)

khotalu (201)

khotalu (202)

khotalu (206)

khotalu (207)

khotalu (208)

khotalu (212)

khotalu (215)

khotalu (222)

khotalu (224)

Pêche aux calamars

Ah ! En voilà une activité que j’attendais avec impatience, moi qui raffole de calamars (Mélissa par contre en menait moins large 😉 ). Nous embarquons sur un petit bateau-plateforme vers une zone de pêche et c’est parti pour une bonne heure à essayer de pêcher un petit calamar. Qui sera le premier à y arriver? Un homme, bien évidemment… Malgré mon acharnement, je n’en pêcherai même pas un petit ! Et au final, ce n’est pas plus mal car même en adorant les calamars, ça fait un peu mal au coeur de voir ces pauvres petites bêtes recracher leur encre…

khotalu (249)

khotalu (239)

khotalu (258)

khotalu (234)

Une petite Singha pour se donner du courage !

khotalu (246)

khotalu (251)

khotalu (261)

khotalu (255)

Et aussitôt pêchés, les calamars finissent grillés au BBQ ou en sashimi… Un vrai délice.

khotalu (263)

khotalu (269)

khotalu (264)

khotalu (267)

Snorkeling

Alors là, il faut expliquer qu’en général, la haute mer et moi, ça fait deux. Alors quand j’ai envoyé un message à Fred pour lui donner de mes nouvelles et que je lui ai annoncé que nous avions fait du snorkeling au milieu des poissons et que j’avais adoré ça, il ne m’a pas cru ! Et pourtant Mélissa est là pour le confirmer : moi qui ai la phobie de nager en mer de peur de me faire frôler par des petits (ou plus gros) poissons, là, une fois le masque sur ma tête, ma vision des choses a totalement changé ! Pouvoir voir ce qui se trouve en dessous de moi m’a permis de me relaxer et de profiter des jolis fonds marins qui se trouvent autour de l’île. Une première expérience de snorkeling qui m’a tellement convaincue que nous y sommes retournées une deuxième fois dans la journée !

khotalu (100)

Pour nous emmener dans les zones les plus intéressantes, nous embarquons sur le même bateau-plateforme que pour la pêche. La première zone où le bateau s’arrête est orientée coraux, et la deuxième poissons. J’ai quand même été plus à l’aise dans la deuxième zone, sachant que les coraux montaient très près de la surface à certains endroits et qu’ils peuvent faire très mal si on les touche (ce qui est d’ailleurs arrivé à l’un de nos camarades). Par contre, au deuxième arrêt, je suis restée presque une heure en dessous de l’eau à observer tous les petits poissons, qui arrivaient en masse dès qu’on leur donnait un petit morceau de banane.

khotalu (377)

khotalu (369)

Première vue sous l’eau : des gros oursins noirs

khotalu (370)

khotalu (380)

khotalu (385)

khotalu (394)

khotalu (395)

khotalu (400)

khotalu (411)

khotalu (424)

khotalu (406)

khotalu (419)

Replanter du corail – Coral Reef Restoration and Reservation Project

Juste avant la séance de snorkeling, nous en avons profité pour également participer au projet de plantation de coraux de l’île. En effet, les coraux ont été longtemps endommagé par les pêcheurs, et les locaux ont développé une technique pour en replanter à partir de branches cassées de coraux sur des tubes en PVC. Replanter des coraux permet de redévelopper toute l’écosystème marin de l’île. Chacun de nous reçoit donc un petit corail à replanter et un numéro est attribué à celui-ci afin que nous puissions suivre son évolution sur un site internet. Notre planche de coraux est ensuite placée par des plongeurs au milieu de celles qui ont déjà été replantées ces dernières années, et que nous allions pouvoir observer de nous-même en snorkeling.

khotalu (359)

khotalu (360)

khotalu (365)

khotalu (368)

khotalu (387)

khotalu (392)

khotalu (389)

Libérer les tortues de mer

Et pour terminer, voici une des expériences les plus uniques que j’ai eu l’occasion de vivre en voyage, et qui je pense nous a tous marqué : nous avons pu remettre en liberté des tortues de mer, après les avoir pucées et vaccinées de nos petites mains. Tous autant que nous sommes, même les hommes les plus « viriles », avons vraiment été touché par ces petites bêtes. Quel sentiment de bonheur partagé que de voir ces animaux retrouver leur milieu naturel !

Nous avons commencé par nous rendre à la « nurserie » des tortues de mer, là où les soigneurs vont les garder jusqu’à ce qu’elles soient assez grandes que pour partir en mer sans danger. Au début de l’existence du resort, on ne voyait quasi plus de tortue de mer, et depuis que ce projet de nurserie a vu le jour, leur nombre a bien augmenté. Une fois remises à la mer, les tortues reviendront normalement sur l’île… 15 ans plus tard, pour y pondre leurs oeufs. En espérant qu’un pêcheur ne les aura pas mis dans son filet d’ici là…

khotalu (132)

khotalu (120)

khotalu (125)

khotalu (122)

khotalu (130)

khotalu (340)

khotalu (322)

khotalu (343)

Petite photo souvenir avant le départ de « notre » tortue !

khotalu (344)

khotalu (330)

khotalu (325)

khotalu (329)

khotalu (350)

khotalu (352)

Dernière étape pour donner toutes leurs chances à nos petites tortues, nous nous dirigeons vers la troisième baie de l’île, habitée celles-ci uniquement par les tortues car c’est ici qu’elles reviennent en général pour pondre leurs oeufs. Malheureusement, la plage est jonchée de déchets en tous genres ramenés par les marées, dont certains pourraient être toxiques pour les tortues. Nous terminons donc par nettoyer tous ensemble la plage, comme le font régulièrement les employés de l’île.

khotalu (5)

khotalu (9)

khotalu (10)

khotalu (12)

Et finalement, pour nous remercier, nos hôtes nous offrent même une petite noix de coco bien fraîche…

khotalu (16)

khotalu (17)

Après toutes ces expériences, ce fut très difficile de laisser derrière nous ces jeunes thaïlandais dynamiques, motivés par ces beaux projets écologiques. Mais nous devons reprendre le speedboat, car d’autres découvertes nous attendent encore à Bangkok…

khotalu (491)

khotalu (492)

De retour sur la terre ferme…

Pour plus d’informations : taluisland.com

Encore une fois, je remercie la Tourism Authority of Thailand pour m’avoir permis de découvrir ce petit paradis ! 

Navigation - Articles de la série :

<< Thaïlande : Cha Am et Hua Hin, deux stations balnéaires au sud de Bangkok
Coup de coeur à Bangkok : visite de la maison de Jim Thompson >>


7 commentaires

  1. Vero Ilias

    1 octobre 2014 à 14 h 51 min

    Ahhh si il y a pas de Pina moi j’y vais pas! lol c’est une blague! Cet endroit a l’air magique! Merci pour ce beau document!

  2. Pingback: #ThailandBFF : Koh Talu, Paradis écologique (2) - Mel Loves Travels

  3. Pingback: 4 ans de blog, 4 ans de voyages - Concours anniversaire #1

  4. Pingback: Voyage en Indonésie: les dragons de Komodo, Flores et Labuan Bajo

  5. Louise

    1 juin 2017 à 8 h 27 min

    Bonjour,
    Je sais que l’article date un peu mais je suis à Bangkok et aimerais beaucoup aller à Koh Talu, par contre impossible de trouver les infos pour les transports ! POurrais tu m’aider si tu as encore ces infos stp ? Merci d’avance 🙂

    • Emmanuelle Hubert

      20 juin 2017 à 19 h 37 min

      Bonjour,
      Je suppose que ma réponse arrive trop tard mais j’étais moi aussi à l’étranger ! 😉 Comme tu n’es pas la seule à me poser régulièrement la question, voici quand même la réponse: j’étais venue avec un mini-bus, ça faisait partie d’un voyage organisé, mais il faut contacter directement le resort de Koh Talu, ils organisent des transferts depuis Bangkok. Ne pas oublier que l’île n’est accessible que si on réserve à l’éco-resort ! 😉

  6. Pingback: J'ai testé le masque Easybreath de Decathlon (snorkeling au Yucatan)

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *