Que faire à Mons ? Itinéraire de 2 jours & bonnes adresses

Capitale du Hainaut, Mons est une ville riche en histoire et en activités culturelles. J’ai grandi dans le Hainaut et, à l’époque, je visitais surtout Mons pour faire du shopping (puis pour la vie étudiante). Mais je n’avais encore jamais pris le temps d’explorer les musées et les attractions de Mons. Cet été, j’ai donc décidé de venir jouer les touristes à Mons le temps d’un weekend. Dans cet article, je vous propose de découvrir mon petit itinéraire culturel de 2 jours pour (re)découvrir Mons et ses environs, sans voiture. Je partagerai aussi, bien évidemment, quelques (très) bonnes adresses avec vous !

Disclaimer publicité : cet article a été écrit à la suite d’un voyage en collaboration avec Visit Mons (pour la première journée) et Visit Hainaut (pour la seconde journée). Mon opinion reste, comme d’habitude, entièrement indépendante. Cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant via ceux-ci, vous ne payerez pas plus cher mais je toucherai une petite commission qui me permettra de continuer à développer ce blog.

Jour 1 : découvrir le centre-ville de Mons et son histoire

Si vous n’avez pas visité Mons depuis plusieurs années, vous verrez que beaucoup de choses ont changé, et changent encore. En 2015, Mons a été capitale européenne de la culture. De grands travaux ont eu lieu à cette occasion… Et ont toujours lieu, puisque la nouvelle gare monumentale de Mons, conçue par le célèbre architecte Santiago Calatrava (qui est aussi derrière la gare de Liège), avait pris du retard. La bonne nouvelle, c’est que celle-ci devrait enfin être finie en cette fin d’année 2023 ! D’autres sites sont momentanément fermés au public, comme l’Hôtel de Ville et le BAM. Mais ne vous inquiétez pas, les travaux n’empêchent pas de profiter du centre-ville et de ses attraits.

Renseignez-vous au préalable auprès de Visit Mons pour organiser votre weekend à Mons en fonction des visites guidées disponibles, si ça vous intéresse. En haute saison, la plupart des visites guidées ouvertes aux individuels ont lieu le samedi. Pour ma part, si j’avais déjà été de nombreuses fois à Mons, c’était la première fois que je participais à une visite guidée et ça m’a fait redécouvrir la ville d’un autre oeil, et notamment remarquer des petits détails que je n’avais jamais vu avant. Par exemple, saviez-vous qu’une tête de dragon était cachée sur la porte de l’Hôtel de Ville ?

L’itinéraire proposé ci-dessous est basé sur une visite libre des différents sites, en fonction de leurs horaires d’ouverture (à l’heure où j’écris ces lignes) et leur situation dans la ville.

Bon à savoir : tous les sites dont je vais vous parler ci-dessous (également pour le Jour 2) sont inclus dans la Mons Card (accès gratuit ou avec réduction) en version 1 ou 2 jours, à l’exception du Musée François Duesberg. Le bonus, c’est que lorsque vous prenez cette carte, un vélo vous est également mis à disposition !

En fil rouge : Mons et son street art

Mons est devenue une destination réputée pour son street art. L’art est partout dans les rues de Mons, qui sont devenues un vrai musée à ciel ouvert. Les oeuvres des street artists venus du monde entier sont à découvrir sur la carte « L’Art habite la ville ». Ou vous pourrez tout simplement les découvrir au fil des visites que je vous présente ci-dessous !

En plus de ces oeuvres permanentes, Mons accueille actuellement (et jusqu’en octobre 2023) une superbe exposition en plein air des oeuvres de l’artiste Plensa, qui s’étend dans toute la ville. Cet artiste mondialement connu a déjà exposé un peu partout dans le monde, et on retrouve notamment une de ses oeuvres permanentes à Bordeaux. Je trouve que ses oeuvres se marient particulièrement bien avec la ville de Mons. Dommage que ce ne soit que temporaire ! Ne manquez pas les oeuvres placées dans le Jardin du Mayeur (voir plus bas), mes préférées.

La Grand-Place de Mons et l’Hôtel de Ville

Commencez votre visite de Mons sur la Grand-Place de Mons, où vous trouverez l’office de tourisme. Point central de la ville et toujours très animée, la Grand-Place est bordée par des petits cafés et restaurants, et accueille différentes décorations au fil des saisons. C’est sur cette place que se déroule le fameux combat entre Saint-Georges et le Dragon durant le Doudou (voir plus bas).

L’Hôtel de Ville gothique domine la Grand-Place. Celui-ci est malheureusement en travaux : je me suis promise d’en faire la visite guidée une fois que les travaux de celui-ci seront terminés ! Hors travaux, un autre symbole de Mons se trouve normalement devant l’Hôtel de Ville : le petit singe de Mons, dont il fait caresser la tête de la main gauche pour obtenir une année de bonheur ! Celui-ci se trouve temporairement à l’Artothèque, si vous voulez tenter votre chance…

Le Jardin du Mayeur

En passant les portes de l’Hôtel de Ville, on pénètre dans le charmant Jardin du Mayeur, un petit écrin de verdure bien caché, qui semble loin de l’animation de la Grand-Place, alors qu’il se trouve pourtant juste à côté. Vous pourrez également accéder via celui-ci au Musée du Doudou (voir plus bas). 

Le Beffroi

Depuis le Jardin du Mayeur, des petites ruelles permettent de grimper jusqu’au Beffroi de Mons, qui fait partie de l’ensemble des 23 beffrois de Belgique et France classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’accès au Beffroi se fait via le Parc du Château, point le plus haut de la ville de Mons, où se tenait autrefois l’ancien château des Comtes de Hainaut. Le Beffroi a été entièrement rénové à l’occasion de l’année de capitale européenne de la culture en 2015. Les rénovations ont été très bien faites, il y a même un ascenseur sur une bonne partie et un accès pour les personnes à mobilité réduite. Seule la dernière partie (accessible uniquement en visite guidée) reste un peu plus vertigineuse, si jamais vous êtes sensibles à ça.

Seul beffroi baroque de Belgique, le Beffroi de Mons possède l’un des plus anciens carillons de Wallonie. Au total, ses 49 cloches représentent pas moins de… 25 tonnes ! Impressionnant. Tous les quarts d’heure, les cloches jouent des folkloriques montois.

Je vous recommande, si vous en avez l’occasion, de participer à une visite guidée du Beffroi, pour les explications mais aussi pour pouvoir accéder à la partie supérieure (non accessible aux visiteurs individuels), d’où vous pourrez profiter des plus belles vues panoramiques sur la ville (même si pour des raisons de sécurité il n’est plus possible d’accéder à la terrasse extérieure). On peut notamment voir la Grand Place, la Collégiale, la nouvelle gare et en arrière-plan le canal et les terrils du Borinage.

Attention : avant d’accéder au Beffroi, vous devez aller chercher vos tickets à la Maison UNESCO située Rue des Clercs. Vous pouvez également acheter vos tickets en ligne, mais il vous faudra les échanges à l’office de tourisme. 

Le Musée du Doudou

Le Musée du Doudou permet d’en apprendre plus, de manière interactive, sur l’événement le plus attendu de l’année à Mons : le Doudou, la ducasse rituelle de Mons qui donne lieu chaque année à une semaine de festivités qui culmine avec le combat de Saint-Georges et du dragon sur la Grand-Place durant le weekend de la Trinité (en juin). Ancré dans l’ADN des montois, le Doudou – dont les origines remontent au 14ème siècle – est classé au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Le Doudou débute officiellement avec la Descente de la Châsse de Sainte-Waudru (fondatrice de Mons) depuis la Collégiale Sainte-Waudru (voir plus bas). Le lendemain, la châsse est placée sur un char d’apparat, le Car d’Or, qui fait une procession en ville. Vient ensuite le moment le plus attendu de tous : le Combat (Lumeçon). Accompagné par différents personnages folkloriques (Chins-Chins, Hommes de feuilles, Diables…), Saint-Georges affronte le Dragon sur la Grand-Place de Mons, entouré par une foule folle. Le but : arracher un crin du Dragon, sensé vous porter bonheur pour toute l’année à venir !

Si vous n’êtes pas à Mons pendant le Doudou, le musée vous permettra malgré tout de vous imprégner de l’atmosphère du Doudou, et surtout de mieux comprendre ses origines et les différentes étapes des festivités.

La Collégiale Sainte-Waudru

Comme je vous le disais plus haut, c’est avec la descente de la Chasse de Sainte-Waudru depuis la Collégiale Sainte-Waudru que commence officiellement le Doudou. Une visite de la Collégiale (libre d’accès) est donc un arrêt incontournable à Mons.

Ancienne église privée des chanoinesses de Sainte-Waudru, cette grande église gothique (qui a mis plus de 2 siècles à être construite !) abrite en réalité deux reliquaires de Sainte-Waudru : la châsse (promenée sur le Car d’Or lors du Doudou) contient en réalité le corps de Sainte-Waudru, alors qu’un autre reliquaire (visible dans l’une des chapelles latérales) contient sa tête. On peut également voir les restes d’un ancien jubé de style Renaissance de l’artiste Jacques Du Broeucq, datant de l’époque de Charles-Quint.

Lunch chez Mémé Tartine

Après une matinée de visites, il est l’heure de se restaurer ! Une des choses les plus agréables à Mons, c’est son centre-ville rempli de petits magasins, cafés et restaurants. Contrairement à d’autres centre-villes qui se vident, celui-ci reste bien animé. Plusieurs artères sont piétonnes et vous trouverez la plus grande concentration de cafés et restaurants autour de la Rue des Fripiers, Marché aux Herbes et Rue de la Coupe.

Pour un lunch rapide et original, je vous recommande les énormes tartines garnies (si bien garnies qu’on ne voit plus la tartine !) de chez Mémé Tartine. L’intérieur est petit (mais ils ont aussi une terrasse lorsqu’il fait beau) mais vous y trouverez un large choix de tartines, des classiques aux plus originales. J’ai opté pour L’Attentionnée : tapenade de poivron, thon cuit mariné, chou mariné, burrata, grenade, sésame, coriande et amandes. Excellent !

Adresse : Rue de la Coupe 16

Le Mundaneum

L’après-midi, je vous propose de découvrir trois musées plus méconnus mais qui m’ont tous les trois vraiment enthousiasmées ! Vous pouvez compter environs 1 heure de visite par endroit : il est donc tout à fait possible de les combiner en une après-midi si vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous.

On commence cette « tournée des musées » au Mundaneum, à la fois musée et centre d’archives, où vous pourrez découvrir l’histoire passionnante de Classification décimale universelle… soit l’ancêtre des moteurs de recherche, version papier ! Un projet incroyable et bien belge, qui a d’ailleurs valu un Prix Nobel de la Paix à l’un de ses fondateurs, Henri La Fontaine. Avec Paul Otlet (aujourd’hui considéré comme l’un des pères d’Internet) et Léonie La Fontaine (grande figure du féminisme belge), ils étaient convaincus que le classement et le partage des connaissances mènerait à la paix mondiale…

Raté pour la paix, mais aujourd’hui encore, de nombreuses bibliothèques partout dans le monde utilisent cette classification. J’ai été surprise d’apprendre que la classification initiale était hébergée au Cinquantenaire à Bruxelles, dans ce qui est aujourd’hui AutoWorld. Aujourd’hui, c’est donc Mons qui en a récupéré les « restes », Bruxelles n’en voulant plus. 

Lors de ma visite, il y a aussi une exposition temporaire « Mons en Images (jusqu’à fin 2023) avec de superbes affiches sorties des archives. Et cerise sur le gâteau, le musée occupe un splendide bâtiment Art Déco, avec de merveilleux vitraux. Bref, une visite à faire pour ne pas oublier cette folle épopée belge qui mériterait d’être plus connue.

La Maison Losseau

C’était probablement la visite que j’avais le plus hâte de faire : celle de la Maison Losseau, superbe maison Art Nouveau préservée située au coeur de Mons, qui abrite aujourd’hui un centre d’interprétation et un pôle culturel dédié à la littérature.

Léon Losseau, originaire de Thuin, était un grand avant-gardiste, qui a d’ailleurs également participé à la création de la Classification décimale universelle dont je vous parlais plus haut (il était en charge de la partie sociologie).

La maison qu’il a fait rénover dans un style Art Nouveau, légée à la ville de Mons et aujourd’hui classée Patrimoine exceptionnel de Wallonie, est un véritable joyaux d’architecture ! Losseau y avait notamment fait placer un des premiers ascenseurs de Belgique, le premier chauffage central de Mons, et également l’éclairage électrique. Pour le début du 20ème siècle, c’est plutôt pas mal, n’est-ce pas ? Et au contraire de certaines maisons bruxelloises, celle-ci est facile d’accès et vous pourrez y faire toutes les photos que vous voulez !

Chaque pièce du rez-de-chaussée (seule partie de la maison actuellement ouverte au public) a pour thématique une fleur que l’on retrouve dans tous les (incroyables) détails, par exemple le chardon dans le bureau. Et que dire de la splendide verrière ?

En plus de la maison, Losseau a également légué à Mons une bibliothèque de plus de 100.000 livres. Il s’était notamment fait connaître dans le milieu littéraire après avoir retrouvé des centaines de copies de l’édition originale de la « Saison en Enfer » de Rimbaud, censées avoir été perdues. Encouragé à les détruire pour en préserver la rareté, il finira… par en donner la majeure partie à ses amis ! C’est l’une des histoires passionnantes que vous pourrez découvrir durant une visite guidée de la maison, que je vous recommande chaudement de faire si vous en avez l’occasion (sinon, la maison peut également se visiter sans guide).

Le Musée des Arts Décoratifs François Duesberg

On termine par la journée par une autre visite passionnante, celle du Musée François Duesberg, installé dans l’ancienne Banque Nationale de Belgique. Vous pourrez y découvrir une collection privée unique d’arts décoratifs du 18 et 19ème siècles, et plus particulièrement de pendules, porcelaines et autres curiosités datant de la période allant de l’époque Louis XVI au Premier Empire.

Ce musée, c’est aussi l’histoire du baron François Duesberg, mécène et collectionneur fou de presque 90 ans, un véritable passionné qui a dévoué sa vie (avec son épouse) à cette collection unique au monde. Des pièces rares que vous présentera avec engouement le Baron, si vous avez la chance de pouvoir réserver une visite guidée avec lui.

Mes beaux-parents, qui avaient visité le musée récemment, m’avaient prévenue : c’est un lieu insolite à voir à Mons. Et même si je ne suis à la base pas passionnée par ce type d’arts décoratifs, il faut bien l’avouer, ils avaient raison : la passion du baron est contagieuse ! 

Soirée italienne chez Olivia

Les italiens et le Borinage, c’est une longue histoire. Ce n’est donc pas étonnant de trouver de très bons restaurants italiens à Mons (et partout dans le Hainaut). Pour terminer cette première journée à Mons, je vous recommande donc le restaurant chez Olivia, un restaurant italien authentique et convivial, où vous pourrez déguster des classiques de la cuisine italienne (tels que les excellents ravioli di carne « come fan la nonna », faits maison) ou des plats plus belgo-italiens, comme la copieuse et très tendre entrecôte Txogitxu à l’os, accompagnée de sauce gorgonzola et de frites maison. Et on oublie pas l’excellent tiramisu, à la recette « secrète » !

Adresse : Rue des Fripiers 28

Autres idées de visites à Mons

L’une ou l’autre visite évoquée ci-dessous ne vous parle pas ? Voici quelques autres musées à découvrir en ville en fonction de vos centres d’intérêt :

  • les Anciens Abattoirs : un musée d’art qui accueille des expositions temporaires d’art contemporain.
  • l’Artothèque, où l’on peut découvrir une partie des collections de la ville de Mons, dans la chapelle de l’ancien Couvent des Ursulines.
  • le BAM : fermé lors de mon passage, le Musée des Beaux-Arts de Mons devrait réouvrir pour l’année prochaine.
  • le Mons Memorial Museum : pour découvrir l’histoire militaire de Mons.

Sinon, faites un peu de shopping sur le Piétonnier !

 

Jour 2 : les grands sites du Borinage à vélo

Pour ma deuxième journée, je suis partie (re)découvrir les environs de Mons, en allant explorer à vélo deux sites historiques du Borinage : le Grand-Hornu et la Maison Van Gogh. 

Après avoir récupéré nos vélos à l’office de tourisme de Mons (inclus dans la Mons Card, ou vous pouvez aussi réserver des vélos en ligne ici), nous avons suivi l’itinéraire « Mons, des artères vertes« , qui permet de relier ces deux sites depuis le centre de Mons en suivant le réseau de Points-Noeuds.

Par rapport à l’itinéraire à vélo que j’avais fait autour de Tournai, celui-ci est d’un niveau intermédiaire car il y a plus de dénivelé et plus de passages par des routes assez fréquentées (même si en grande partie avec pistes cyclables séparées). On emprunte également quelques tronçons de RAVeL pour rejoindre le Grand-Hornu.

Cet itinéraire d’une trentaine de kilomètres dans la région des anciens charbonnages peut très bien se réaliser en un jour, en prenant son temps pour les visites et en ajoutant même si vous le souhaitez un détour optionnel vers le SPARKOH ! (ancien Pass), un arrêt qui devrait plaire aux plus jeunes. Pour mieux en profiter, si vous n’êtes pas un grand cycliste, je vous conseille malgré tout d’opter pour des vélos électriques (également possibles en location chez Visit Mons).

La Maison Vincent Van Gogh à Cuesmes

Vincent Van Gogh a passé près de deux ans dans le Borinage et c’est ici qu’il est devenu artiste. Une des maisons dans lesquelles il a séjourné, à Cuesmes, est aujourd’hui devenue un petit musée. La Maison Van Gogh vous permettra de découvrir l’histoire de Van Gogh dans le Borinage, et quelques unes des oeuvres que la région lui a inspiré. La maison est petite mais pittoresque, et est un arrêt intéressant pour les amateurs d’art.

Le site du Grand-Hornu

Depuis la Maison Van Gogh, on rejoint ensuite un RAVeL qui nous emmène jusqu’à l’ancien site minier du Grand-Hornu, classé à l’UNESCO avec les autres « Sites miniers majeurs de Wallonie ». Pour faire le lien entre ces deux sites, sachez que c’est ici qu’ont été tournées plusieurs scènes du film « Lust for Life » avec Kirk Douglas, sur la vie de Van Gogh.

La particularité du site du Grand-Hornu est qu’il s’agit du premier exemple européen de cité ouvrière moderne, avec des maisons d’ouvriers très confortables pour l’époque (avec des toilettes privées, le rêve !), des infrastructures pour des loisirs, une école, etc. C’est aussi ici qu’a été construit le tout premier chemin de fer belge (pour le transport du charbon).

Dans la lignée de cette vision très innovante pour l’époque, le Grand-Hornu s’est aujourd’hui transformé en un grand espace muséal tourné vers l’art contemporain. Vous y trouverez le MAC’s (Musée des Arts Contemporains) et le CID (Centre d’innovation et de design). Ceux-ci acceuillent régulièrement des expositions temporaires : le contraste entre les oeuvres contemporaires et cet ancien cadre industriel est plutôt insolite mais fonctionne très bien !

Bon plan : l’accès est gratuit le premier dimanche du mois, et des visites guidées gratuites (à l’achat du ticket d’entrée) sont organisées du mardi au vendredi à 14h et le dimanche à 11 et 14h.

Lunch chez Rizom au Grand-Hornu

Pour les gastronomes, le Grand-Hornu c’est aussi une très bonne adresse : le restaurant Rizom (à réserver à l’avance). Installé au beau milieu du site, dans un cadre qui est donc assez insolite, ce restaurant gastronomique doté d’une grande et agréable terrasse propose une cuisine raffinée et de saison.

On a testé le lunch 3 services à 45€, qui était parfait. L’originalité que j’ai beaucoup aimé, c’est qu’il est possible de choisir entre 3 possibilités d’harmonie : vins (23€), bières (17€) ou macérations sans alcool (17€). On a opté pour la formule sans alcool, avec des kefirs et autres macérations faites maison vraiment étonnantes. 

L’autre particularité, c’est que chaque plat du menu lunch est déclinable en version végétarienne, avec viande ou avec poisson, avec à chaque fois la même base d’accompagnement. En entrée, j’ai opté pour la version saumon Gravlax, avec l’accompagnement d’aubergine, basilic et noisette ; en plat, du veau accompagné de tomate, miso et sarriette ; et enfin en dessert une agréable association prune, betterave et verveine.

J’avais déjà entendu beaucoup de bien de ce restaurant, et je ne peux que vous le recommander à mon tour : c’est probablement l’un des meilleurs restaurants du Borinage !

Le SPARKOH ! (anciennement le Pass)

Si vous visitez le Borinage en famille, il est possible de faire un petit détour (par rapport au trajet initial des Points-Noeuds) pour visiter le SPARKOH ! (l’ancien Pass), que j’avais à l’époque visité en sortie scolaire (comme probablement tous les enfants du Hainaut !).

Ce parc scientifique permet aux enfants de tout âge de découvrir les sciences tout en s’amusant. Les expositions ludiques sont complétées par un parcours acrobatique, une salle de ciné, et plus encore. Bref, si vous voulez occuper vos mômes dans la région de Mons, c’est l’endroit parfait.

Le 44 Rue des Fripiers

Après avoir redéposés vos vélos à Mons, je vous propose de terminer la journée par une dernière balade à Mons suivie par un bon restaurant. Sur les conseils d’une locale, je suis allée manger dans un petit restaurant de style bistronomique de la rue des Fripiers, le Fripiers 44 (c’est petit, donc je vous recommande de réserver ! 065 31 37 94). 

Le midi, ils proposent un populaire menu lunch à 19,5€. Mais c’est la formule du soir que j’ai testée, qui prend la forme d’un menu en 3 services à 39€, avec pas mal de choix. En plat principal, j’ai opté pour une cuisse de volaille avec une sauce aux girolles qui était top. Et pour terminer, un copieux moelleux au chocolat noir avec une glace double crème.

Où dormir à Mons ?

J’ai testé deux hôtels assez différents dans le centre de Mons.

Le Martin’s Dream Hotel

Cela faisait longtemps que j’avais envie de tester le Martin’s Dream Hotel, installé dans une ancienne chapelle. Cet hôtel du groupe Martin’s Hotels ressemble un peu à leur adresse de Malines, le Martin’s Patershof, située également dans une ancienne église.

Pour pouvoir profiter de cette particularité, optez au minimum pour une chambre de la catégorie « Charming » ou « Charming Plus », qui possèdent des éléments historiques. Tranchant assez bien avec le côté religieux du bâtiment d’origine, la décoration (murs et tapis) est quant à elle dédiée à l’univers montois. L’hôtel possède également un restaurant et un spa.

Voir plus de photos et les tarifs actuels de l’hôtel ici.

L’Hôtel Saint Georges

Situé dans une ancienne maison de maître avec beaucoup de charme (beaux carrelages, escalier monumental,…), le Saint Georges est un appart-hôtel, qui accueille aussi bien les touristes de passages que les voyageurs qui restent à Mons plusieurs mois. Toutes les chambres et appartements sont donc équipés de cuisine et de tout ce qu’il faut pour rester plus longtemps. Vous avez également l’option de vous faire livrer le petit-déjeuner en chambre. Il y a également un grand jardin commun à l’arrière.

Voir plus de photos et les tarifs actuels de l’hôtel ici.

 

Découvrez d’autres articles sur le Hainaut :

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.