Visiter La Gomera, destination nature méconnue dans les Îles Canaries

Que faire à La Gomera ? Dans cet article, je partage avec vous tous mes conseils et bonnes adresses pour visiter cette petite île méconnue proche de Tenerife, destination parfaite pour les amateurs de nature et tout ceux qui voudraient découvrir les Iles Canaries autrement, loin de la foule !

Tenerife, Fuerteventura, Gran Canaria, Lanzarote… Ces noms vous disent très certainement quelque chose. Vous êtes sans doute beaucoup moins nombreux à avoir déjà entendu parler de l’île de La Gomera, l’une des plus petites de l’archipel des Canaries (22 km de diamètre et 21.000 habitants seulement) et aussi l’une des moins touristiques. Plusieurs raisons expliquent cela : les infrastructures touristiques restent très limitées sur l’île : il n’y a encore qu’un qu’un seul grand resort sur l’île (l’Hotel Jardin Tecina) et l’aéroport de La Gomera, le plus récent des Iles Canaries, est aujourd’hui encore trop petit pour accueillir des vols venant directement du continent.

La plupart des touristes visitent La Gomera lors d’un voyage à Tenerife, d’où il est possible de faire des excursions à la journée vers La Gomera (il faut en effet moins d’une heure de ferry pour y accéder depuis le sud de Tenerife !). Pourtant, cette surprenante petite île mérite que l’on s’y attarde d’avantage, et est d’ailleurs très bien connectée avec la plupart des autres îles des Canaries, ce qui permet d’y accéder très facilement même sans vol direct.

J’avais déjà adoré mes voyages à Fuerteventura et Lanzarote, et je suis tout autant tombée sous le charme de La Gomera. Si les îles des Canaries sont toutes d’origine volcanique, c’est incroyable à quel point elles sont toutes différentes, et surtout dépaysantes à souhait !

La petite histoire de La Gomera, la perle verte des Canaries

Si l’on surnomme souvent La Gomera l’île verte des Canaries, vous risquez bien de vous demander pourquoi à votre arrivée puisque la première chose que vous verrez de cette petite île ronde seront ses côtes arides, faites de falaises volcaniques entrecoupées de canyons et vallées. On cherche le vert !

Mais le trésor de La Gomera est bien caché au cœur de l’île : c’est là que se trouve le parc national de Garajonay et sa forêt laurifère tout droit sortie d’un rêve, classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986. Ce cadre unique vaut à l’île de La Gomera d’être également classée Réserve de Biosphère par l’UNESCO depuis 2011. Et malgré sa petite taille, sachez qu’en son centre La Gomera culmine tout de même à pas moins de 1487 mètres d’altitude (Alto de Garajonay). Bref, autant vous dire que si vous aimez la nature, vous devriez facilement tomber sous le charme de La Gomera.

Mais les particularités de l’île de La Gomera ne s’arrêtent pas là. Vous pensiez que la petite île allait se contenter de deux inscriptions à l’UNESCO ? C’était sans compter sur l’autre particularité de l’île : sa langue sifflée, le Silbo Gomero, une tradition pour le moins originale toujours préservée par les habitants de l’île et classée au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis 2009 (nous avons d’ailleurs pu assister à une démonstration du silbo gomero, accompagné de chants et danses typiques de La Gomera, à notre hôtel, et ne vous étonnez pas d’être salué en silbo gomero dans certains restaurants !).

Cette langue simplifiée unique au monde a été développée par les premiers habitants de l’île, les anciens Gomeros ou Guanches d’origine berbère, qui l’utilisaient pour communiquer d’une vallée à l’autre, difficilement accessibles entre elles : les sifflements peuvent s’entendre jusqu’à 10 km ! Les Guanches, qui auraient habité l’île de La Gomera depuis au moins la fin du premier millénaire avant J-C, étaient un peuple de bergers et de cueilleurs qui vénéraient un dieu, Orahan, et faisaient des sacrifices dans des sanctuaires naturels situés dans les hauteurs de l’île (notamment à La Fortaleza, dont je vous parle plus bas). Ces aborigènes berbères se sont au fil du temps assimilés à la culture espagnole des colonisateurs.

La Gomera est vraiment l’une des îles des Canaries à l’histoire la plus intéressante, puisque l’île fut également la dernière escale en Europe de Christophe Colomb lors de sa découverte de l’Amérique. Les traces de son passage sont toujours présentes dans la capitale de l’île, San Sebastian de La Gomera, comme on le verra également plus bas dans l’article.

La Gomera, une destination « covid-free » dans les Canaries

Petit aparté Covid-19 avant de passer à mon carnet de voyage pratique. En ces temps incertains, il est probablement bon de préciser ici que l’île de La Gomera est actuellement une île « covid-free ». La fréquentation limitée de l’île permet de n’avoir à l’heure où j’écris ces lignes aucun cas de coronavirus sur l’île. Les habitants et le gouvernement mettent tout en oeuvre pour que cela reste ainsi, avec des protocoles sanitaires que j’ai trouvé beaucoup plus poussés que chez nous, que ce soit dans les hôtels, les restaurants, les bateaux, etc. Le port du masque est aussi plus généralisé et respecté que chez nous. Bref, si vous cherchez une destination sécuritaire pour vos vacances, La Gomera est un très bon choix, loin de la foule.

Que faire à La Gomera ?

J’ai passé une petite semaine à La Gomera, et on peut facilement y passer deux semaines où plus sans s’ennuyer, tant il y a de choses à faire : entre ses nombreux sentiers de randonnée (plus de 650 km au total !), ses petites plages de sable noir, ses sites de plongée, ses villages pittoresques,… Il y en a pour tous les goûts !

En plus de ses merveilles à découvrir, La Gomera est également connue pour ses vues sur les îles voisines : quand le ciel est dégagé, on peut voir jusqu’à La Palma, El Hierro mais surtout Tenerife et le Teide, plus haut sommet d’Espagne, très impressionnant.

Voici un petit aperçu des différents endroits que nous avons visité sur l’île. Même s’il existe un petit réseau de bus, je vous recommande fortement de louer une voiture sur place pour faciliter vos déplacements sur l’île.

Randonner dans la forêt d’El Cedro, au cœur du Parc National de Garajonay

Impossible de visiter La Gomera sans explorer le cœur vert de l’île, où se trouve le Parc National de Garajonay classé à l’UNESCO, qui couvre 10% de l’île. En rejoignant le parc national depuis San Sebastian de La Gomera en prenant la route GM-1, le changement de paysage est très rapide. Quelques points de vue (notamment le Mirador de El Rejo) permettent d’admirer en cours de route des formations rocheuses en forme de cônes : il s’agit en fait de très vieux volcans, datant d’il y a 2 millions d’années et qui se sont érodés avec le temps. Depuis, il n’y a plus eu d’activité volcanique sur l’île.

Plusieurs sentiers de randonnées permettent d’explorer le Parc National de Garajonay et son archaïque forêt laurifère primaire, datant de l’ère Tertiaire, dont une partie subsiste encore également dans les Açores et à Madère (j’ai d’ailleurs trouvé pas mal de ressemblances entre La Gomera et Madère !).

Ca doit être encore plus mystique avec de la brume, mais en plein juillet, il faisait trop chaud pour ça. Nous avons fait une des randonnées les plus populaires, la randonnée de Las Mimbreras dans le Bosque de El Cedro, au cœur du parc. On est notamment passé par la Ermita de Lourdes, une petite chapelle située en plein milieu de la forêt. Le cadre est très paisible, nous avons croisé très peu d’autres randonneurs et les sentiers ombragés de la forêt sont particulièrement appréciables durant l’été !

Tous les sentiers sont très bien balisés et il existe une application hyper pratique à télécharger gratuitement sur votre smartphone (Senderos La Gomera) où vous trouverez les détails et tracés de chaque randonnée, avec même la possibilité d’envoyer un message pour signaler des incidents et aider à l’entretien des sentiers. Si vous n’avez pas de smartphone, vous pourrez récupérer un petit plan des sentiers à l’office de tourisme de San Sebastian.

Les points de vue de Los Roques

L’autre route qui mène de San Sebastian au Garajonay, la route GM-2, est particulièrement connue pour ses points de vue (miradores). Ne ratez absolument pas le Mirador de Los Roques / Mirador Morro de Agando, un ensemble de petits points de vue le long de la route qui offre des vues incroyables sur d’anciennes formations volcaniques (formées par du magma), au loin, sur Tenerife et le volcan Teide. C’est magique.

Le Rocher d’Agando, ancienne cheminée volcanique érodée, est l’un des symboles de La Gomera. La lumière de milieu/fin d’après-midi est la meilleure pour profiter de ces vues incroyables. Essayez d’y aller un jour où le temps est bien dégagé, et surtout un jour où il n’y a pas de sable du Sahara dans le ciel.

La plupart des points de vue se trouve directement le long de la route, mais si vous avez le temps ne manquez pas de faire la petite balade jusqu’à l’Alto de Garajonay, le point de vue le plus haut de La Gomera, qui offre une vue panoramique sur toute l’île.

Et juste pour le plaisir, voici quelques autres vues que vous pourrez admirer facilement le long de la route à La Gomera !

Visiter le centre historique de San Sebastian de La Gomera, la capitale de l’île

Nous avons logé à San Sebastian durant ce voyage à La Gomera (à l’incroyable Parador de La Gomera dont je vous reparle en détails en fin d’article).

La très colorée capitale de l’île de La Gomera mérite au moins une demi-journée de visite pour explorer son quartier historique, profiter de sa plage ou manger dans l’un de ses petits restos.

C’est à San Sebastian de La Gomera que Christophe Colomb a séjourné durant sa dernière escale avant la découverte des Amériques. La ville fait d’ailleurs beaucoup penser à l’Amérique latine. On y trouve encore plusieurs monuments historiques qui rappellent le passage de Christophe Colomb. Nous avons notamment visité l’Eglise de Ntra. Sra. de La Asunción (qui abrite de splendides fresques du 17ème siècle), la Casa de Colón (l’endroit où aurait séjourné Christophe Colomb durant son escale – la maison n’est plus d’origine mais abrite aujourd’hui un musée d’art précolombien), la statue de Christophe Colomb et la Torre del Conde, l’unique fortification médiévale préservée des îles Canaries. Juste à côté de l’office de tourisme, il est aussi possible de visiter le musée archéologique de La Gomera qui permet d’en apprendre plus sur la préhistoire de l’île et ses premiers habitants.

Playa de Santiago

Proche de l’aéroport, Playa de Santiago est l’une des principales zones touristiques de l’île (avec Valle Gran Rey). Cependant, ce petit village de pêcheurs a su conserver un certain charme et il est très agréable de se balader autour de son port de pêche. C’est aussi un des deux points de départ possibles pour faire une des croisières d’observation de dauphins et baleines dont je vous parle ci-dessous.

Observation de dauphins et de baleines en petit bateau entre Playa de Santiago et Valle Gran Rey

La Gomera est l’un des meilleurs endroits des Iles Canaries pour aller observer les dauphins et les baleines. Des croisières en petit bateau partent depuis Playa de Santiago et Valle Gran Rey, aux deux extrémités d’une longue zone où résident à l’année dauphins et baleines.

Nous sommes partis avec Excursiones Tina, une compagnie locale qui propose du whale & dolphin watching depuis Playa de Santiago et Valle Gran Rey. Privilégiez un départ depuis Valle Gran Rey si vous n’avez pas le pied marin car l’accès au bateau y est beaucoup plus facile.  Au large de La Gomera, on peut observer une grandes variétés de cétacés et de dauphins, et avec un peu plus de chance différents types de baleines (au total, pas moins de 21 espèces peuvent être observées en fonction de la période de l’année). Playa de Santiago est l’un des meilleurs endroits pour en voir car une zone très profonde se situe à 3 km de la côte seulement. C’est également pour cela que s’y est installé un port de pêche : on y pêche de gros poissons des profondeurs (à ne pas manquer dans les petits restos de poisson de l’île, c’est délicieux !).

Covid oblige, nous n’étions que 9 personnes dans le bateau. Même si le masque est actuellement obligatoire même sur le bateau, nous avons vraiment bien profité de l’excursion, d’autant plus que nous sommes tombés quasiment directement sur un premier groupe de baleines pilote / globicéphales (ils appartiennent en fait à la famille des delphinidés mais on les appelle baleines à cause de leur taille qui peut dépasser les 5 mètres de long). Il en existe une grande colonie entre La Gomera et Tenerife. On ne savait pas où donner de la tête : il y en avait partout ! Nous sommes mêmes retombés un peu plus loin sur un deuxième groupe de pilot whales, avant de voir quelques grands dauphins (Bottlenose dolphin ou Tursiops), qui comme leur nom l’indique sont les plus grands dauphins au monde (ils peuvent atteindre jusqu’à 4 mètres de long). Nous aurons donc vu les deux espèces résidentes des côtes de La Gomera, que l’on peut observer toute l’année dans cette zone fixe.

Après ça, nous avons longé la côte jusqu’à Valle Gran Rey, où nous verrons même une raie. La côte très abrupte entre Playa de Santiago et Valle Gran Rey est très impressionnante. Certaines vallées possèdent de petites plages et on peut aussi apercevoir des ruines d’anciennes usines de conserverie.

Tina organise également (enfin, en temps normal) des excursions plus longues qui incluent un arrêt sur une baie déserte pour aller nager et un repas de poisson frais grillé.

Voici une petite vidéo de notre sortie en mer, encore plus parlante que les images !

 

Valle Gran Rey, son port et ses plages

Cœur touristique du Sud de La Gomera même si le tourisme de masse n’y est pas encore arrivé, Valle Gran Rey est sans doute la plus belle vallée de La Gomera, avec sa longue plage de sable noir (Playa Valle Gran Rey, un des seuls endroits de l’île où l’on peut se baigner sans risque), ses palmeraies, ses plantations de bananiers et son petit port surplombé par d’impressionnantes falaises.

Sur la petite plage nudiste voisine, Playa del Ingles, vous tomberez peut-être sur l’un des dernières hippies de l’île !

La Calera et son street art

Sur les hauteurs de Valle Gran Rey, ne manquez pas non plus d’aller faire une balade dans le village de La Calera, un petit village perché sur une falaise volcanique, qui a la particularité (unique à La Gomera) de posséder pas mal de street art, ainsi qu’un petit musée éclectique où vous trouverez plein de vieux objets, le Museo La Alameda.

 

Los Tolares, le Parc Ethnographique de La Gomera

Direction le nord de l’île à présent (souvent plus nuageux), caractérisé par ses cultures en terrasse et sa longue vallée fertile.

Dans le village de Hermigua, pouvez y faire une visite assez sympathique, celle du Parc Ethnographique de La Gomera, Los Tolares (fermé le dimanche). Ce musée à moitié en plein air se compose d’un verger biologique qui se visite avec un audioguide pour en apprendre plus sur les cultures de l’île : bananes, mangues, sirop de palme, avocats, vignes,… Autant vous dire que c’est aussi l’endroit parfait pour faire le plein de produits locaux ! Il y a aussi un petit musée avec une collection d’objets anciens permettant de découvrir les différents artisanats de l’île et aussi le dernier moulin à eau de La Gomera.

Agulo, le plus beau village de La Gomera

Tout au nord de La Gomera se trouve également le petit village de Agulo, considéré comme le plus beau village de La Gomera. La route depuis Hermigua possède quelques points de vue sympa, notamment le Mirador de La Punta qui permet d’observer la Playa de Santa Catalina en contrebas.

Le village d’Agulo, entourés de terrasses, se visite facilement à pied.

Le Mirador de Abrante

Depuis Agulo, nous pouvions apercevoir au sommet de la montagne le Mirador de Abrante, le plus connu de La Gomera à cause de son balcon en verre qui donne l’impression de marcher dans le vide. Quand la météo est dégagée (ce qui, à nouveau, n’est pas gagné d’avance dans le nord de l’île), on a une vue panoramique sur le nord de l’île et surtout sur Tenerife et le Teide au loin.

Chipude et La Fortaleza

La Fortaleza à Chipude, classé Monument Naturel, est une autre formation rocheuse particulière à La Gomera. Cette montagne à la forme très particulière était un site sacré pour les premiers habitants de l’île.

El Cercado, le village de la céramique de La Gomera

Dans la région de Chipude, vous pouvez également visiter El Cercado, considéré comme le village de la céramique puisque c’est là que se trouvent les deux derniers artisans potiers de l’île, les derniers à préserver cette tradition ancestrale. La particularité de ces poteries est qu’elles sont entièrement réalisées à la main par des femmes : elles sont tournées à la main avant d’être cuites au feu de bois. Il y a également un petit musée pour en découvrir plus sur cet artisanat.

Le golf de La Gomera

Pour les amateurs, sachez que La Gomera possède un golf, le Tecina Golf, situé à côté de l’Hôtel Jardin Tecina à Playa de Santiago. Il est entouré de beaux jardins et offre des vues magnifiques sur l’océan ! Vu le côté aride de La Gomera, le green est entretenu uniquement avec les eaux usées de l’hôtel, une bonne initiative.

Los Organos Natural Monument

Enfin, je n’ai pas eu le temps de faire cette dernière visite mais La Gomera possède une structure assez similaire à la Chaussée des Géants en Irlande, Los Organos Natural Monument. Cette falaise faites de tuyaux de lave fait face à la mer et se trouve près de Vallehermoso. Cette formation ressemblant à une orgue ne peut être découverte qu’en bateau. Des excursions sont organisées au départ de Valle Gran Rey.

Que manger à La Gomera ? Spécialités locales et bonnes adresses

Les amateurs de gastronomie ne seront pas en reste à La Gomera ! En plus des spécialités locales que vous trouverez dans toutes les Canaries (comme les mojos et les papas arrugadas, les pommes de terre ridées des Canaries), La Gomera possède également quelques spécialités gastronomiques locales à ne pas manquer, notamment :

  • l’almogrote : une pâte faite à base de fromage local, d’ail, d’huile d’olive, de poivrons et de piment (en gros, une sorte de mojo rojo au fromage)

  • le pot-au-feu canarien Gomero ou puchero canario Gomero
  • les bollos gomeros (petits pains au lait)
  • le gofio, un mélange de céréales torréfiés et moulus, notamment au maïs, blé et houblon, utilisé comme condiment
  • le Gomeron : liqueur typique, à base d’eau de vie et de miel de palme
  • la soupe de cresson (que l’on peut agrémenter de gofio)

  • le miel de palme et le sirop de palme (produits à partir de la sève des palmiers de l’île)
  • les vins de La Gomera, produits à partir d’une variété de vigne unique au monde, la Forastera Gomera
  • et bien sur le poisson frais, omniprésent !

Voici quelques bonnes adresses de restaurants testés et approuvés à La Gomera, où vous pourrez déguster ces spécialités.

Restaurant du Parador de La Gomera

Nous n’avons pas du aller bien loin pour trouver le meilleur restaurant de l’île puisqu’il s’agit pour moi du restaurant de l’hôtel où nous avons logé à San Sebastian, le Parador de La Gomera. On y déguste dans un cadre élégant des plats faisant la part belle aux produits locaux, comme le poisson pampano ou l’espuma de miel de palme. Mention spéciale pour le poulpe (le meilleur que j’ai jamais mangé !) et pour les croquettes de jambon ibérique faites maison (plutôt copieux… 10 croquettes en entrée !).

Restaurant Sonia à Chipude

A Chipude, près de La Fortaleza, nous avons mangé dans un chouette petit resto qui fait tout maison, y compris ses vins ! On y a notamment mangé un excellent pot-au-feu canarien.

 

La Bocana del Puerto

Un des meilleurs endroits pour manger du poisson frais à La Gomera (pensez à réserver), c’est le restaurant La Bocana del Puerto situé juste à côté du port de Valle Gran Rey. Ici, pas de chichis, juste du poisson ultra frais ! J’y ai découvert la sériole, un de ces énormes poissons que l’on pêche au large de La Gomera. Celui-ci peut faire jusqu’à 1m80 de long ! C’était excellent. On y a aussi mangé les meilleurs mojos du voyage. Un peu moins fan de leur soupe de poisson.

El Paraiso

On termine avec une autre très bonne adresse à Valle Gran Rey, le restaurant El Paraiso, un restaurant en plein air plutôt tendance donnant sur la plage de Valle Gran Rey, d’où on peut admirer l’un des plus beaux couchers de soleil de l’île. Je n’ai pas su faire beaucoup de photos par manque de lumière mais le repas était délicieux. Il s’agit d’une cuisine canarienne et espagnole plus moderne.

Où dormir à La Gomera ?

Comme je vous le disais en début d’article, les infrastructures touristiques restent assez limitées à La Gomera. On trouve surtout des petits hôtels et des appartements à louer. Il y en a pour tous les budgets, comme vous pouvez le voir ici. Playa de Santiago et Valle Gran Rey sont les deux « stations balnéaires » principales de l’île, mais San Sebastian de La Gomera est également un choix très pratique, assez central et avec pas mal d’options pour manger le soir.

Le Parador de La Gomera, l’hôtel de charme de La Gomera

En ce qui me concerne, j’ai logé dans le plus bel hôtel de l’île, le Parador de La Gomera. Les paradores en Espagne sont l’équivalent des pousadas en Espagne. Il s’agit d’hébergements haut de gamme situés dans des bâtiments historiques qui appartiennent au gouvernement. Si vous cherchez un hôtel de charme en Espagne, les paradores sont souvent une excellente option ! Le Parador de La Gomera, situé dans les hauteurs de San Sebastian, possède un charme un peu à l’ancienne, avec des patios, des palmiers et des cactus qui lui donnait des petits airs du Mexique ! J’ai vraiment adoré cet hôtel, avec ses grands jardins et sa piscine face à l’océan. Quand il fait beau, les vues sur le Teide et sur Tenerife sont également incroyables. Et que dire de son restaurant dont je vous parlais un peu plus haut… Bref, l’endroit parfait pour explorer La Gomera !

Hotel Rural Casa Lugo

Pour les plus petits budgets, nous avons également visité un petit hôtel situé dans le charmant village de Agulo dans le nord de l’île, l’Hotel Rural Casa Lugo. Si vous cherchez un hôtel pas cher et au calme, cela m’a semblé être une très bonne option.

La Gomera en pratique

Pour terminer cet article, voici quelques conseils pratiques pour organiser au mieu votre voyage à La Gomera.

  • Pour rejoindre La Gomera, le plus facile reste de prendre un vol direct vers Tenerife (possible depuis la Belgique et la France en haute saison), puis de prendre un vol intérieur avec la compagnie Binter Canarias vers La Gomera depuis l’aéroport de Tenerife-Nord ou prendre le ferry (Fred Olsen ou Navieras Armas) depuis le port de Los Cristianos. Attention, il y a une heure de décalage avec la Belgique et la France, donc faites attention si vous voulez réserver un vol interne directement après votre arrivée.
  • Pour la location de voiture à La Gomera, les compagnies locales sont souvent moins chères et CICAR est la plus connue (sinon, Avis y est aussi présent). Même si l’île est petite, ne négligez pas les temps de trajet puisqu’il n’existe pas de route côtière : la route principale de La Gomera est en étoile et vous fera repasser à chaque fois par le centre de l’île. Il existe également des bus, mais n’ayant pas testé ce moyen de transport, je vous invite à aller à l’office du tourisme pour les horaires de ceux-ci.
  • Le climat de La Gomera est agréable toute l’année. Il fait chaud sans faire étouffant l’été. Le printemps est considéré comme la meilleure saison pour découvrir l’île qui est alors en fleurs.
  • Pour plus d’informations sur La Gomera et notamment la liste des compagnies locales proposant des excursions, vous pouvez consulter le site de l’office de tourisme de La Gomera ou leur rendre visite à San Sebastian.

J’ai visité La Gomera dans le cadre d’un voyage organisé par l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le gouvernement des Iles Canaries et l’office de tourisme de La Gomera pour tester les protocoles sanitaires mis en place dans les infrastructures touristiques de La Gomera durant la crise sanitaire mondiale. Mon opinion reste, comme d’habitude, entièrement indépendante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.