Safari en Ouganda: rencontre avec les chimpanzés du Parc National de Kibale

Après une première étape magique au Parc National de Murchison Falls, avec une première journée de safari riche en émotions et un petit tour sur le Nil, mon incroyable voyage en Ouganda se poursuit en direction d’un autre parc national, Kibale, où nous avons rendez-vous avec les chimpanzés… Nous sommes seulement au quatrième jour du voyage, et pourtant avec toutes ces émotions j’ai l’impression d’y être arrivée il y a beaucoup plus longtemps ! Cette fois-ci c’est bon, le mode de vie africain est bel et bien enclenché, on met entre parenthèse notre notion du temps européen pour les prochains jours. On est bien obligé, puisqu’une longue route nous attend à nouveau entre les deux parcs… plus de 8 heures cette fois-ci !

Sur la route…

8 heures de route, car entre Murchison Falls et Kibale, il n’y a presque pas de route bitumée, ce ne sont presque que des pistes. Je dis bien presque, puisque nous avons assisté au début des travaux dont le but est de relier les deux parcs par la route (en théorie) d’ici deux ans. Un petit bout de route par là, un autre par là,… On a du mal à imaginer que tout ça va bientôt être relié ! Notre occupation du jour, pour faire passer le temps dans la jeep, fut donc de jouer à « Où est le contremaître chinois » à chaque tronçon du chantier (pas trop difficile de les reconnaître, ce sont de vrais stéréotypes ambulants avec leur chapeau chinois).

Nous avons longé pendant presque toute la journée la frontière avec le Congo et nous avons eu quelques belles vues par delà le Lac Albert, qui relie presque les deux parcs tellement il est long. Si la route est longue, les paysages changent tout de même constamment : on passe de la savane aux villages traditionnels avec leurs huttes en paille et en bois (la maison du chef du village est elle aussi facile à reconnaître, c’est la maison en dur à l’européenne au milieu du village… assez drôle à voir !), jusqu’aux montagnes puis enfin les plantations de thé.

On remarque aussi la différence de mode de vie entre les régions plus arides et pauvres, et les régions plus prospères où l’on cultive le thé, qui a l’air de rapporter plutôt pas mal quand on voit les belles villas dans la région de Fort Portal. C’est d’ailleurs dans cette ville animée que nous nous arrêtons pour un lunch très tardif. Direction le Gardens Restaurant, qui sera mon restaurant préféré du voyage : nous y avons dégusté un très gourmand buffet de spécialités locales (sauce arachide à tout va, des avocats de dingue et plein de légumes locaux que je n’avais jamais goûtés !).

Crater Safari Lodge

La journée de route s’achève enfin et nous arrivons à notre hébergement du soir, le Crater Safari Lodge… Et que dire, si ce n’est que chaque journée (même les journées de route) nous réserve son moment « waouw ». Cette lodge et la vue depuis celle-ci sont particulièrement grandioses ! Nous sommes dans une région remplie de « crater lakes », des lacs cratères très anciens, et le Crater Safari Lodge fait face à l’un de ceux-ci, avec en arrière-plan une montagne légèrement sous la brume. Quelle vue !

L’excitation est à son combre quand nous apprenons que l’on peut observer cette même vue depuis chaque lodge. Alors que d’autres décident de finir la journée par un tour en canoé sur le lac, je décide de profiter du complexe et de la vue depuis le bar du lodge. Je devrai me contenter d’un jus de fruit de la passion frais (mais quel jus, préparé minute encore une fois, le meilleur jusqu’ici !) puisque, comme nous l’annonce le serveur, le groupe d’avant avait terminé tous leurs cocktails… et la prochaine livraison ne sera pas pour tout de suite… « Only in Africa », comme on dit !

Après un bon repas au lodge, il est l’heure de reprendre des forces. Ce soir, les moustiquaires de nos lits nous seront bien utiles, nous sommes en plein milieu de la nature et ce ne sont pas les petites bêtes qui manquent…

Chimp Trekking : rencontre avec les chimpanzés au Kibale National Park

Jour 5 et départ matinal, une fois de plus, mais aujourd’hui pour une très bonne raison : nous partons à la rencontre des chimpanzés du Kibale National Park ! Parmi les primates, les chimpanzés sont nos plus proches cousins, et il est assez rare de pouvoir les observer dans leur milieu naturel. La forêt tropicale de Kibale abrite un nombre important de chimpanzés, ce qui lui vaut le surnom de « Primate Capital of the World », la capitale mondiale des primates.

Le départ pour le trek avec les chimpanzés (« Chimpanzee trekking » ou « Chimp trekking » comme on dit ici) dans le parc national de Kibale se trouve cette fois-ci à quelques minutes seulement de notre lodge. Après un petit débrief au centre d’accueil, nous sommes divisés en plusieurs groupes (nous retrouvons quelques autres touristes, mais encore une fois nous ne sommes pas très nombreux).

Comme nous l’explique le ranger qui accompagnera notre groupe, il y a trois facteurs qui jouent sur le fait de voir ou non les chimpanzés lors ce ce genre de trek :

  • la météo : comme tout animal ou presque, les chimpanzés n’aiment pas la pluie et se cachent donc lorsqu’il pleut, ce qui les rend plus difficile à localiser. Après la pluie également, puisqu’ils n’aiment pas marcher sur un sol humide. Pas de bol, il fait très humide ce matin-là… Mais pas encore de pluie.
  • la saison des figuiers : les figues sont la gourmandise préférée des chimpanzés. Les figuiers font des fruits plusieurs fois par an et la période est difficile à prévoir à l’avance. On a de la chance pour ce point : c’est la période des figues ! Ce qui veut dire que nous avons de fortes chances de les trouver auprès d’un des grands figuiers de la forêt humide de Kibale.
  • « La chance des clients ! » comme termine en rigolant notre guide : eh oui, les deux critères précédents ne suffisent pas à garantir que vous verrez ou non les chimpanzés. Mais la probabilité de les voir durant le trek est tout de même de l’ordre de 90 à 95%.

Nous prenons la voiture pour nous rapprocher du point où ils ont été vus la dernière fois. A peine avons-nous commencé à marcher dans la forêt que notre ranger nous arrête : il a repéré des crottes de chimpanzés toutes fraîches ! C’est bon signe. Nous voilà donc à nous extasier sur ces excréments, on doit être bien drôles à voir. Le ranger reprend les devants, nous précédant avec son grand fusil de chasse pour nous protéger en cas de rencontre impromptue avec un éléphant des forêts, qui ne semble pas très commode comme bête.

Quelques minutes plus tard, les rangers communiquent entre eux via leurs radios : ça y est, les chimpanzés ont déjà été trouvés ! Il faut savoir que ça arrive de devoir marcher entre 2h et 3h dans la forêt avant de les trouver, nous avions d’ailleurs été briefés à ce sujet avant de partir (malgré tout, le terrain ici est assez facile et plus accessible que pour aller voir les gorilles, comme vous le verrez dans un prochain article). Nous étions partis depuis 10 minutes, et 5 minutes plus tard, nous entendions déjà leurs premiers cris transperçant la forêt. On est déjà impressionnés rien qu’à les entendre !

Et puis, les voici, au sommet de deux hauts figuiers. Le ranger nous avait prévenu : une fois que nous les avons trouvés, on reste une heure avec eux, qu’ils soient au sol ou en haut des arbres. Heureusement que j’ai un bon téléobjectif, car les petits coquins sont en train de se faire un festin de figues assez haut dans les arbres, c’est un peu difficile de les observer à l’oeil nu. Mais avec des jumelles ou un bon objectif, le spectacle est là ! En une heure, nous assisterons à toutes leurs activités quotidiennes : manger, dormir, jouer, se faire les puces, et se reproduire puisque certaines femmes sont bien en chaleur, et on ne peut pas le rater en observant leur postérieur tout gonflé ! Les accouplements sont très brefs, la majeur partie de la scène étant le mâle en train de courir après la femelle dans une vraie cacophonie de cris.

Au bout de quelques dizaines de minutes, je commence déjà à avoir mal aux bras à porter à bout de bras mon appareil photo et son objectif (près de 2kg au total) pointés vers le sommet des figuiers. Au final, même si nous n’avons pas du marcher beaucoup, c’était tout de même assez sportif au niveau des photos !

Après une heure, il est temps de laisser les chimpanzés vaquer à leurs activités tranquillement. Comme il est encore tôt, notre ranger nous propose de rentrer à pied au centre d’accueil, pour essayer de voir d’autres animaux sur le chemin (il y a également d’autres primates dans le parc). Mais à peine cinq minutes plus tard, une bonne grosse averse tropicale nous tombe dessus ! Heureusement que nous étions un peu protégés par les arbres, car quand il pleut en Afrique, ça ne rigole pas. Bref, cette fois-ci c’est raté pour voir d’autres animaux, on se dit qu’on a quand même eu un très bon timing pour les chimpanzés tout en enfilant notre imperméable pour rentrer en vitesse ! Le chemin était assez glissant mais sans grande montée ou descente, donc ça a quand même été assez facile.

Avant de rentrer manger, on visite le lodge qui se trouve au coeur du parc de Kibale, juste à côté du centre d’accueil, le Primate Lodge. La pluie est encore battante, et j’attends que ça passe avec un masala tea, encore un signe de l’influence indienne ici (et le thé le plus piquant que je n’ai jamais bu !).

Nous rentrons ensuite au lodge pour un petit lunch avant de reprendre la route. Avant de quitter la région de Kibale, nous visitons un autre lodge, le Papaya Lodge, qui se situe en face d’un autre lac cratère. J’ai eu un coup de coeur pour la décoration pointue de celui-ci, j’aurais bien dormi là aussi !

Et voilà, c’est reparti pour 3 heures sur les pistes jusqu’à la zone de Mweya dans le Parc National de Queen Elizabeth, où nous resterons deux nuits. A suivre !

Un énorme merci à l’ambassade de Belgique en Ouganda et à l’ambassade de France en Ouganda pour l’invitation, et à l’Association des Tour Operators d’Ouganda et à leurs partenaires Uganda Tourism Board, Uganda Wildlife Authority et Brussels Airlines pour l’organisation de ce voyage de rêve.

5 Commentaires

  1. Oh Mais alors la je suis fan ! allee à la rencontre des animaux sauvages à pied je trouve cela encore plus magique que les safaris en voiture ! J’ai hâte de découvrir ce Parc en octobre car j’ai reserve un voyage en Ouganda ^^ c’était une petite folie mais quand je vois tes photos j’ai hâte d’y être (je dois dire que tes stories ne m’ont pas laissé indifférente et mon fait change d’avis car je regardais plutôt du cote du Benin avant – rien à voir :) ). L’Afrique est un continent qui me passionne et dans lequel j’ai hâte de retourner. Je regrette seulement qu’y voyager soit si cher :( je ne pourrais rester qu’une petite semaine mais ça sera sûrement l’une des plus belles expériences de ma vie !

  2. Merci encore pour ces recits et ces photos !
    Nous partons le 15 juin, suite a tes stories et photos instagram qui nous ont fait craquer et je decompte les jours ! J’ai hate d’y etre et de lire la suite de ton voyage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.