Safari en Ouganda: premier game drive au Murchison Falls National Park

Voyages

Safari en Ouganda: mon premier game drive au Murchison Falls National Park

Par  | 

Comment arriver à vous raconter le voyage qui m’aura le plus marqué – et sans hésitation – parmi toutes les destinations que j’ai déjà pu visiter? Ce safari de 10 jours en Ouganda, presque un mois plus tard, je ne m’en suis toujours pas remise : la nostalgie et l’envie de repartir à la rencontre des animaux sauvages m’habitent depuis mon retour de la « Perle de l’Afrique » … Pour essayer de vous retranscrire au mieux les expériences vécues lors de ce voyage, et toute la palette de sentiments qui allaient avec, j’ai donc décidé de vous raconter ce voyage avec un format que vous aimez beaucoup et moi aussi, le carnet de voyage. Et pour ce premier épisode, on commence avec le récit de mon tout premier « game drive » au Muchison Falls National Park, une journée que je n’oublierai jamais. Ce récit au jour le jour (en 6 parties) sera suivi d’un article récapitulatif avec mes conseils pour préparer un voyage en Ouganda.

Et si les multiples photos de l’article (vous remarquerez que le tri a été TRES difficile, vous m’en excuserez j’en suis sure !) ne vous suffisent pas, voici une petite vidéo sans aucune prétention pour vous montrer encore un peu mieux le spectacle auquel nous avons eu droit…

Mon aventure en Ouganda débute donc le dimanche 11 mars. C’est parti pour 10 jours de safari: mon tout premier safari ! Moi qui rêvait d’Afrique depuis des mois, j’ai été très gâtée. Comme me l’a dit l’un d’entre vous en suivant mon voyage : l’Asie, c’est déjà dingue mais l’Afrique, ça prend aux tripes. C’est exactement ça et je m’en rendrai très vite compte.

Ce voyage a été organisé par les ambassades de Belgique et de France en Ouganda, l’Association des Tours Opérateurs d’Ouganda, et leurs partenaires comme la Uganda Wildlife Authority pour les parcs nationaux. Et c’est grâce à vous que j’ai pu vivre cette expérience, donc je vous remercie également pour votre fidélité ! Pour ceux qui ont suivi ce voyage sur Instagram, l’Ouganda a d’ailleurs eu l’air de vous plaire autant qu’à moi puisque vous ne m’avez jamais autant posé de questions ! J’espère y répondre dans les articles qui viennent, et n’hésitez pas à me poser toute autre question en commentaire pour que j’y réponde dans mon article pratique à la fin du carnet de voyage.

Bref ! Rentrons dans le vif du sujet, car cet article va être un peu long !

Arrivée en Ouganda

Après un vol sans encombre depuis Bruxelles avec Brussels Airlines, me voici arrivée à Entebbe, près de la capitale du pays, Kampala. Quand je dis « près », en fait… en fonction du moment où vous arrivez, ça peut vous prendre entre 30 minutes et 4 heures et plus pour relier les deux villes. Bienvenue en Afrique ! Malgré le peu de décalage horaire, la fatigue se fait ressentir après une journée entière passée dans l’avion. Nous faisons brièvement connaissance avec notre groupe et nos jeeps (deux 4×4 tout confort pour notre petit groupe franco-belge de 10 personnes), avant de prendre la direction de Kampala où nous logerons à l’hôtel Emin Pasha, un des premiers boutique hôtels haut de gamme de Kampala.

Après une nuit trop courte, nous découvrons les alentours de l’hôtel de jour. Un style colonial et de beaux jardins, on dirait un petit havre de paix au milieu de l’animation de la ville, qu’on entend non loin de là. Pour le petit-déjeuner, je décide de commencer le voyage en beauté en découvrant l’une des spécialités street food du pays, le « rollex ». Cette spécialité, comme beaucoup d’autres ici, vient des immigrés indiens, chassés durant la dictature d’Amin Dada. Mais leur cuisine est bien restée. « Rollex », vient de « rolled eggs »: il s’agit d’oeufs au plat roulés dans un chapati. Servi avec du guacamole et des bakes beans British. Un bon résumé du mélange culturel de l’Ouganda !

Sur la route, de Kampala à Murchison Falls National Park

Au programme de cette première journée en Ouganda: 7 heures de route (c’est toujours très approximatif ici) pour rejoindre le premier parc national de ce voyage, le Murchison Falls National Park. Durant ce premier trajet, nous discutons un peu plus avec notre guide Michael de Venture Uganda, l’un des tour operators qui a organisé ce voyage pour nous. Michael est incollable sur l’histoire et la culture de son pays: on discute des différentes tribus et des différentes langues parlées ici. C’est pas gagné d’avance pour apprendre quelques mots: on m’a perdue après « Jambo » (bonjour en Swahili) !

On quitte l’animation de la grande ville pour les petits villages. Ici, toute la vie semble se dérouler autour des routes. La première partie de la route est assez cool car elle est bitumée (ça sera une des seules du voyage, à ce stade-là on avait aucune idée de ce qui allait nous attendre ensuite…). Nous nous arrêtons en chemin pour manger dans un petit restaurant sympa. J’ai déjà l’impression d’être passée au rythme africain: une heure d’attente entre la commande et le repas, c’est tout à fait normal et c’est un minimum ici. Mais tant que je peux patienter avec de bons jus frais (le premier ici: aux fruits de la passion !), moi, ça me va. Ici, on prend son temps et on apprécie les plaisirs tout simples ! Deuxième test de cuisine locale un peu moins concluant: le pocho (sorte de pâte au maïs), c’est vraiment pas mon truc.

On s’attendait à ce que cette première journée soit une journée de route assez monotone, et finalement… impossible de décoller mes yeux de la route depuis Kampala jusqu’à l’arrivée sur les premières pistes, avec en chemin les villages, les marchés locaux,…

Et puis enfin… nous voici à la première entrée du parc national de Murchison Falls… et c’est déjà une vraie invasion de babouins ! Ca y est, j’ai déjà envie de m’arrêter partout ! On a de la chance de voir assez vite une deuxième espèce de singe juste à côté de la route, les colobus blancs et noirs. Magnifiques ! (Et je précise que nous étions tout simplement sur la route, pas dans une zone de « game drive »…).

Après avoir traversé un peu de forêt tropicale, premier contact avec la savane, que l’on observe d’en haut…. comme dans un rêve !

On continue avec la visite d’un lodge dans le parc (eh oui, le seul point « négatif » à voyager avec des agents de voyage, vous m’excuserez donc si j’en omets quelques uns dans mon récit), mais surtout… première vision du Nil depuis ce lodge éco de luxe, le Bakers Lodge. Waw ! « Si un jour on m’avait dit que la première fois que je verrais le Nil, ça serait en Ouganda… je n’y aurais pas cru ! » Ben oui, avant de venir ici je ne savais même pas que se trouvaient en Ouganda les sources du Nil (en fait, je ne savais rien sur le pays à part qu’il y avait des gorilles et ce que j’avais vu dans le Dernier Roi d’Ecosse, mais ça ça sera pour un prochain article).

On quitte ce petit paradis pour un deuxième lodge un peu plus en hauteur mais toujours face au Nil, le Murchison River Lodge. Et les babouins sont de sortie juste avant le coucher du soleil !

Paraa Safari Lodge

Enfin, après une aussi longue journée, il est enfin temps de rejoindre notre lodge pour les deux prochaines nuits, le Paraa Safari Lodge, lui aussi situé le long du Nil. Mais sur l’autre rive de celui-ci, il nous faut donc traverser le Nil sur un petit bac pour rejoindre le lodge. Au coucher du soleil, et tout en entendant puis en observant un premier hippopotame durant la traversée, c’était juste dingue… On ne s’attendait pas à déjà vivre tant de choses durant cette première journée !

Game drive matinal dans le Murchison Falls National Park

Le lendemain matin, nous nous réveillons à nouveau de très bonne heure puisque nous partons à 6h du matin pour notre premier « game drive » avec nos jeeps dans le parc national de Murchison Falls. La veille, à notre arrivée au Paraa Safari Lodge, on avait aperçu les animaux vus par les clients ce jour-là: un léopard et son petit, des lions et leurs petits, des girafes, des éléphants,… Bref, la pression était à son comble ! Et avec toute cette excitation, a-t-on vraiment besoin de sommeil?

Ce mardi 13 mars aura été l’une des plus belles journées de ma vie, si pas la plus belle tout simplement. Une journée de rêve dans le Murchison Falls NP, côté terre puis côté eau (ce deuxième safari sera pour le prochain article)… avec des rencontres incroyables à la clé. Le parc national de Murchison Falls est le plus grand et le plus ancien parc national d’Ouganda. Il doit son nom aux Murchison Falls, d’impressionnantes chutes d’eau qui sont l’une des sources du Nil et qui doivent à leur tour leur nom à Sir Roderick Murchison, le président de la Royal Geographical Society lorsque l’endroit a été découvert par l’explorateur anglais Sir Samuel Baker en 1864. Le parc s’étend sur plus de 5000 kilomètres carré le long du Nil, et c’est l’un des meilleurs parcs pour observer la faune en Ougana: plus de 476 espèces d’oiseaux, 109 mammifères différents, dont 4 des « Big Five » (les derniers rhinocéros d’Ouganda ont péri durant la guerre civile suite à la période de dictature d’Amin Dada). C’est ici que nous avons vu le plus d’animaux, et de loin !

Nous avons exploré la région du Delta du Nil et la rive Nord du Lac Albert. On a pas vu le temps passé durant ce premier game drive, et pourtant nous sommes rentrés vers 13h, soit près de 7 heures de safari ! Et on ne voulait pas encore rentrer… ! Le jour n’était même pas encore levé quand nous sommes partis, et notre jeep s’avançait dans le noir le plus profond, les phares éclairant une petite partie de la route que nous observions avec de grands yeux dans l’espoir d’observer un premier animal. Et puis là, après même pas 5 minutes, grosse surprise: je n’ai d’abord le temps de voir qu’une queue se terminant par un drôle de « pompon », celle-ci traverse la route juste devant nous. Chose qui n’arrive jamais… le premier animal que nous avons vu est également le plus difficile à observer: un léopard ! Que nous aurons pu observer pendant deux bonnes minutes (encore plus rare, dommage que la lumière très faible rendait les photos impossibles), puisque cette maman attendait sa progéniture qui n’avait pas encore traversé la route. Voir sa tête légèrement éclairée par les phares des deux jeeps nous fixer à quelques mètres seulement depuis le bord de la route… Wow ! Et puis en deux secondes c’était terminé, même pas le temps de s’en rendre compte: le petit avait traversé, et le duo était reparti dans les profondeurs de la savane. J’ai tout de suite su que cette première journée de safari resterait longtemps dans ma mémoire !

Nous rentrons dans la réserve alors que le soleil se lève et le spectacle débute alors vraiment: antilopes, buffles, d’autres espèces d’antilopes,… et puis au loin un premier couple d’éléphants avec leur petit ! Le cadre est juste magique, avec cette savane préservée et à notre droite, les vues sur le Nil…

Le temps passe, et ça n’arrête pas: on a la chance d’observer des phacochères (vraiment les plus drôles de la savane !), des oiseaux de toutes sortes, des hyènes (assez rare aussi !), un chacal, d’autres éléphants encore assez lointains… La matinée avançant, il fait moins frais et nous décidons d’ouvrir le toit de la jeep, ce qui nous permet d’observer les animaux en 360° en nous tenant debout sur les sièges. Un peu casse gueule par moment (surtout quand on redémarre sans s’y attendre !) mais la sensation de liberté que je ressens est juste incroyable.

Au loin, on commence à apercevoir des girafes. On se rapproche d’elles, c’est impressionnant de les observer évoluer, car on a l’impression qu’elles se déplacent au ralenti ! Mais très vite… « On reste aux girafes ou vous voulez voir les lions? On les a localisé. » nous dit notre guide.

Et hop, c’est parti pour une petite course sur les pistes, on va voir les lions ! Je n’en reviens toujours pas. Soudain, on quitte la piste et c’est là que ça devient encore plus magique. J’en aurais presque les larmes aux yeux en me remémorant cet instant, quand tout à coup on les aperçoit: deux premières lionnes entourées de leurs petits en train de jouer (quand leur mère ne les recadre pas !). Les lionnes viennent de chasser: une carcasse encore fraîche vient de passer aux mains des charognards et des oiseaux. Un marabout (un des oiseaux les plus typiques d’Ouganda) domine le groupe des profiteurs.

Après l’incroyable spectacle que nous ont donné les petits lionceaux, leurs mères les éloigne de nous, et nous avançons juste un peu plus loin, où deux autres lionnes sont toujours en train de prendre leur petit-déjeuner. Ici, la chasse vient à peine d’avoir lui, la première lionne vient de commencer à lécher son antilope fraîchement tuée lorsque nous arrivons. Je ne sais pas combien de temps nous resterons à l’observer, mais ce dont je me souviendrai longtemps, c’est ce bruit des os de l’antilope qui craquent, et la bouche de la lionne se recouvrant progressivement de sang. Quelle scène ! J’ai l’impression d’être au cœur d’un documentaire animalier, sauf que cette fois-ci, j’y suis vraiment !

A un moment, la deuxième lionne arrive pour réclamer sa part. L’autre lionne saute en grognant dans sa/notre direction… je peux vous dire qu’on a eu un petit moment de stress, étant donné que notre 4×4 se trouvait à même pas trois mètres des deux lionnes à ce moment-là ! Ca n’a pas duré bien longtemps, juste le temps que la première lionne fasse comprendre à l’autre qu’elle n’avait pas encore fini !

Mais il est l’heure de les laisser tranquille, nous dit notre guide, et de continuer notre safari. A peine revenus sur les pistes, on aperçoit pour la première fois un attroupement de 4×4 (le seul que l’on verra de tout le voyage): je crois que nous avons trouvé où se cachait le roi de la jungle… (qui ne peut pas se cacher bien loin, puisqu’il a une balise pour que les rangers puissent savoir en permanence où il se trouve !).

Le lion est en train de manger lui aussi. A côté, les lionnes attendent probablement qu’il ait terminé, tout en se remettant de la chasse qui a l’air d’avoir été physique: elles sont encore essoufflées. On comprend pourquoi le matin est l’un des meilleurs moments pour les observer !

Pour se remettre de nos émotions, nous faisons une petite pause « bush toilet » à un endroit où nous ne risquons pas trop de tomber nez-à-nez avec un félin: la « piscine aux hippos » ! On déguste notre petit-déjeuner face à ce joli spectacle, tout en faisant attention à ce que les phacochères ne viennent pas chaparder notre bouffe !

On repart et même si on cherche en vain un autre léopard, on retombe sur une autre lionne qui cette fois joue à cache-cache !

Est-il encore possible d’être ébahi après avoir assisté à une telle scène avec les lions? La réponse est oui ! On se disait justement qu’on avait pas encore vu beaucoup de girafes… voilà que nous arrivons en plein milieu d’un groupe (plus d’une vingtaine !). Observer les girafes est un pur bonheur, elles sont parfois si drôles !

On resterait bien là des heures, mais qui sait ce qui nous attend encore? En l’occurence, la cerise sur le gâteau de cette matinée parfaite: un troupeau d’éléphants en bord de piste, qui viennent de se rouler dans la boue et qui sont en train de manger avec leurs petits ! C’est la première fois du voyage qu’on en voit d’aussi près, et c’est à nouveau un moment magique.

J’ai envie que ce safari ne se termine pas, je profite encore un peu du plaisir d’avoir les cheveux au vent debout dans le 4×4 sur ces pistes, avant de rentrer au Paraa Safari Lodge pour le lunch. Lunch qui sera bref, car la journée est loin d’être finie: nous repartons pour un autre safari cette après-midi… sur l’eau, cette fois !

Un énorme merci à l’ambassade de Belgique en Ouganda et à l’ambassade de France en Ouganda pour l’invitation, et à l’Association des Tour Operators d’Ouganda et à leurs partenaires Uganda Tourism Board, Uganda Wildlife Authority et Brussels Airlines pour l’organisation de ce voyage de rêve.

5 commentaires

  1. Marie-Colette

    17 avril 2018 à 6 h 46 min

    Merci pour ton partage, tes photos sont vraiment superbes.ça donne envie de découvrir ce pays

  2. pierre delobbe

    19 avril 2018 à 18 h 26 min

    superbe vraiment merci jolies photos

  3. Pingback: Incroyable Ouganda : le Parc National de Murchinson Falls

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *