Voir des flamants roses au Yucatan: la réserve naturelle de Celestun

Voyages

Voir des flamants roses au Yucatan: la réserve naturelle de Celestun

Par  | 

Cet article, je peux vous dire que ça n’a pas été une mince affaire de le terminer avec un record de près de 1000 photos prises en un jour, et donc autant à trier ! Oups… Vous l’aurez donc vite compris: la réserve naturelle de Celestun et ses flamants roses que l’on peut observer facilement à l’état sauvage a été un de mes gros coups de coeur au Yucatan, et une visite que je vous recommande réellement (tout comme la biosphère de Sian Ka’an, d’ailleurs) si vous aimez observer la nature et les animaux sauvages !

Celestun ou Rio Largatos?

Nous avons longtemps hésité entre Celestun et Rio Largatos, qui sont les deux endroits les plus populaires dans la Péninsule du Yucatan pour observer les flamants roses. Lisant tout et n’importe quoi dans les commentaires que j’ai pu lire en ligne avant le voyage, j’ai finalement décidé d’opter pour Celestun, tout simplement car c’était la réserve la plus facile à rejoindre depuis notre point de départ, Merida.

Je ne sais pas ce que nous aurais réservé Rio Largatos, mais en tout cas la réserve naturelle de Celestun nous a plus que ravis ! Je pense qu’ici, la probabilité de voir des flamants roses est proche des 100% si vous venez en début de journée (avant 10h): les pêcheurs sont de sorties et les bandes de flamants roses aussi – même si comme vous allez le voir ça a beau être les « stars » de la réserve mais il n’y a pas qu’eux qui valent le déplacement ! Nous avons donc démarré très tôt de Mérida et nous sommes arrivés avant 9h à Celestun: nous étions les premiers touristes de la journée, et même en repartant nous n’avons croisé que quelques autres touristes, je m’attendais à voir beaucoup plus de monde que ça.

Pour la visite, c’est très simple et vous n’avez pas vraiment le choix: à votre arrivée à Celestun, vous traversez un pont et juste après celui-ci, sur la gauche, se trouve l’entrée de l’embarcadère (« Turistico Celestun ») d’où partent les petits bateaux qui font les balades dans la réserve. Le parking est gratuit et le prix de la balade est, comme à Sian Ka’an, non négociable: environs 1500 pesos par bateau (je ne me rappelle plus le prix exact, mais je sais que ça avait augmenté par rapport au prix qu’on avait vu dans les guides, c’est-à-dire 1200) à payer à un guichet, et on vous attribue ensuite un des « lanchas » qui attendent sagement leur tour (personnellement, je préfère ce système que les négociations et 10 personnes sur votre dos dès que vous arrivez !). C’est assez cher mais ça vaut vraiment son prix !!

La balade dure une heure et demi et vous emmène dans la lagune et dans la mangrove. Notre guide était vraiment top, malgré le peu d’anglais qu’il parlait et notre faible espagnol, il a réussi à nous expliquer beaucoup de choses sur les flamants roses et les autres oiseaux que l’on croisait. A chaque fois qu’il y avait une nouvelle espèce qu’il voyait, il s’empressait de nous la pointer du doigt en nous donnant le nom de la bête avec un grand sourire: c’était trop mignon ! Je ne sais pas si tous les guides sont aussi passionnés par ce qu’ils font mais le notre l’était vraiment, et quand il a compris que je prenais beaucoup de photos, il arrêtait même la barque aux meilleurs endroits pour prendre en photo les oiseaux les plus difficiles à observer.

Les flamants roses

Bien sur et comme la plupart des touristes sont là pour ça, la visite commence par les spots où se trouvent les flamants roses. Les pêcheurs de sortie expliquent à notre guide où ils sont et vu le sourire de tout le monde, on comprend vite qu’on en verra vite (yay!) mais qu’en plus de tout ça semble être un bon jour !

Au fur et à mesure que l’on s’approche, on voit apparaitre comme de longues taches roses au loin… puis, certaines parties commencent à s’envoler, d’autres bougent, et nous sommes vite encerclés par des centaines et des centaines de flamants roses. C’est vraiment magique, je ne m’attendais pas à ça !

Notre guide nous explique que c’est assez facile de savoir où les trouver car, croyez-le ou non: les flamants roses ne savent pas nager ! Ils volent en frolant l’eau mais ils se posent sur des bancs de sable où ils ont pied pour manger, boire, etc.

Et en plus de ne pas savoir nager, ils sont assez gauches quand ils volent, c’est assez drôle à voir !

La lagune et la mangrove

Après avoir longuement observé les flamands roses, nous continuons vers une petite île, l’îlot des oiseaux, qui portent bien son nom car ses arbres sont remplis d’oiseaux ! Je n’ai pas retenu tous les noms, mais on en a vu une belle variété, et je pense avoir réussi à prendre en photo une bonne moitié seulement ! Et encore ici, on est tombé nez-à-nez avec d’autres bandes de flamants roses…

On rentre ensuite dans la mangrove, deuxième partie de la visite. Ici, pas de flamants roses, mais d’autres oiseaux encore (notamment un kingfisher apparemment assez rare !), et surtout un tel calme: on se croirait dans un autre monde !

On passe par des tunnels de mangrove, avant d’arriver à la dernière partie de la visite, une source d’eau/cenote « Ojo de Agua ». Cette partie n’est pas très bien entretenue et notre guide nous déconseille de faire tout le tour sur les petits pontons de bois qui doivent clairement être remplacés, malgré tout c’est également un très bel endroit !

Nous repartons ensuite pour rejoindre notre point de départ, croisant un seul autre bateau de touristes qui nous suivait de peu.

Bref, encore un autre moment de rêve au Yucatan !

A suivre: notre dernière visite de temple à Uxmal, avant de partir sur l’île d’Holbox !

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *