Merida, la capitale culturelle du Yucatan

Voyages

Merida, la capitale culturelle du Yucatan

Par  | 

En 2017, Merida – la capitale du Yucatan – a été nommée Capitale de la Culture pour les Amériques (pendant qu’en Europe, c’est Aarhus au Danemark qui est à l’honneur cette année). Bien évidemment, c’était donc un arrêt immanquable lors de notre roadtrip au Yucatan.

Merida, la ville blanche qui danse

Après Izamal « la ville jaune », nous débarquons donc pour deux nuits à Merida « la ville blanche ». J’ai eu un peu plus de mal à comprendre le surnom de la ville ici, mais en réalité ce nom vient de l’utilisation de la pierre calcaire pour la construction des bâtiment – même si pour les habitants cela ferait également référence à la propreté de la ville et sa sécurité. C’est vrai que Merida est très agréable, il y a une atmosphère particulièrement relax dans la ville, mais celle-ci reste très grande et je lui ai donc trouvé moins de charme que Izamal ou Valladolid.

Je vous conseille de vous arrêter à Merida surtout si vous aimez la culture, car il y a de nombreux musées, galeries d’art, mais aussi danses organisées toute l’année. Comme nous y étions pendant l’année de la culture, nous avons été encore plus gâtés à ce niveau-là. La musique et la danse traditionnelles s’appellent « vaquerias », et chaque semaine (en général) des spectacles gratuits ont lieu sur la Plaza Grande et au Parque de Santa Lucia (pour les Serentas Yucatecas). Ce dernier spectacle a l’air d’être le plus populaire: si vous voulez une place assise (ou tout simplement voir quelque chose), il faut arriver tôt, très tôt. Renseignez-vous auprès de votre hôtel par exemple pour connaître les dates actuelles des spectacles (lors de notre visite c’était le mercredi sur la Plaza Grande et le jeudi au Parque de Santa Lucia).

Le spectacle auquel nous avons assisté a commencé par une petite introduction historique (« sous-titrée » en anglais) qui nous a appris l’histoire de Merida, fondée par les espagnols à l’emplacement de la cité maya T’ho, une cité antique qui était déjà le centre de la culture pour les mayas du Yucatan. Les espagnols détruisirent les pyramides de la ville et leurs pierres furent utilisées pour construire les bâtiments centraux de la Merida actuelle, comme sa cathédrale.

Merida au fil des rues

Il y a pas mal de choses à voir dans Merida, mais il faut un peu marcher si on veut tout voir (c’est très difficile de se déplacer en voiture dans la ville, à part tôt le matin). Voici un petit aperçu des endroits à visiter:

  • La Plaza Grande et la Calle 60: le cœur de la ville, très animé
  • La Catedral de San Ildefonso
  • Iglesia de Jesus (elle aussi construite à partir des restes des temples mayas)
  • Paseo de Montejo (une belle avenue)
  • Parque de la Mejorada: Museo de Arte Popular de Yucatan et monastère et Iglesia La Mejorada (Calle 50)

L’hôtel Marionetas

L’hôtel dans lequel nous avons logé à Merida, l’hôtel Marionetas, fut sans aucun doute le meilleur rapport qualité-prix de ce voyage (environs 25€ taxes compris pour une nuit en chambre double). Chambre colorée, bon wifi, accueil sympathique… On vous le recommande, surtout que sa situation est idéale pour partir explorer la ville.

Manger et boire à Merida

Nos expériences culinaires à Merida auront plus ou moins été un gros fail… La ville est réputée comme l’un des meilleurs endroits au Yucatan pour déguster les spécialités locales, mais (pour une fois !) on avait déjà eu notre dose de « comida yucatena » avant d’arriver à Merida et on était moyennement chauds de se rendre à nouveau dans un « resto à touristes » (les restos traditionnels le sont tous, les mexicains ne mangent plus comme ça à l’heure actuelle…) pour manger les mêmes choses avec une chance sur deux de tomber sur un truc moyen, que ce soit parce qu’on a pas bien réussi à déchiffrer la carte, ou parce que les goûts traditionnels sont parfois un peu bizarre pour nos papilles européennes. Pour vous dire à quel point on en était, on a fini par craquer sur un Burger King, c’était bien la première fois que ça m’arrivait un truc pareil (oups !). Mais si vous voulez goûter à la cuisine classique du Yucatan à Merida, on nous a recommandé à l’unanimité La Chaya Maya sur la Calle 55. Dans le genre gastronomique moderne, il y a également Kuuk mais ce n’était pas dans notre « trip » pour ce voyage.

Ce dont on ne s’était pas lassé, c’était la cuisine street food des marchés locaux (miam mioum), il y en a plein dans la ville, notamment:

  • Mercado Santa Ana (pas du tout touristique)
  • Mercado Municipal Lucas de Galvez
  • Mercado Municipal No 2 (Calle 70)

LA spécialité locale de street food à goûter à Merida c’est la “chocinita”, du porc rôti et mariné dans du jus de citron, servi dans des tacos.

Au coin de la rue de notre hôtel se trouvait ce qui semblait être la « place to be » du moment pour les locaux, La Negrita Cantina, adresse que je n’avais trouvé nulle part en préparant ce voyage. Peut-être parce que malheureusement les non-hispanophones comme nous sont moins bien accueillis (service incroyablement lent et pas de choses à grignoter au contraire des autres tables…). Bref, même si l’endroit est vraiment cool (un genre de « ruin bar » caché avec des cocktails servis au litre et des spécialités du Yucatan pour presque rien), c’était assez frustrant (seule fois que ça nous est arrivé de tout le voyage de ne pas nous sentier les bienvenus).

A voir autour de Merida

Enfin, comme je vous le disais, Merida est surtout une bonne base pour visiter tout ce qui se trouve autour de la ville, pendant 2 ou 3 jours. Ceci inclut:

  • Izamal
  • Celestun et ses flamands roses (article à venir)
  • le site archéologique d’Uxmal (à venir également)
  • les lagons roses de Las Coloradas (on a pas eu le temps, mais ça avait l’air dingue !)
  • et bien sur Chichen Itza n’est pas si loin également

2 commentaires

  1. Pingback: Voir des flamants roses au Yucatan: la réserve naturelle de Celestun

  2. Pingback: L'île d'Holbox & notre bungalow de rêve sur la plage à la Casa Takywara

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *