Que faire à Rotorua ? Sites géothermiques et culture maorie

Après avoir visité Hobbiton, nous poursuivons notre roadtrip sur l’île du Nord de Nouvelle-Zélande à Rotorua, une ville animée connue d’un côté pour ses parcs géothermiques (le plus connu étant Wai-o-Tapu) avec geysers, sources chaudes et compagnie ; et de l’autre pour ses expériences à la découverte de la culture maorie, avec notamment des soirées permettant de déguster le « hangi », le repas traditionnel maori, et d’assister à des spectacles maoris incluant le fameux « haka ».

Que visiter à Rotorua en 1 ou 2 jours ?

Même si Rotorua est une ville très touristique, c’est pour moi l’une des visites immanquables sur l’île du Nord ! Vous vous trouverez ici dans le centre géothermique de l’île, et si comme moi vous aimez les volcans et les sources chaudes, vous devriez adorer cette région étonnante. Malgré ses nombreux motels et resorts qui lui valent parfois le surnom de « RotoVegas », comme vous le verrez, Rotorua a su garder un certain charme. Et si les activités maories sont elles aussi ultra touristiques, elles ont le mérite d’introduire une bonne partie des touristes à cette culture très riche.

Impossible de faire le tour de toutes les activités proposées dans la région de Rotorua en quelques jours, tant les options sont nombreuses et variées ! Nous avons passé une journée et demi dans la région de Rotorua, ce qui nous a permis de découvrir ses sites géothermiques principaux, de vivre une expérience maorie et de nous balader un peu dans la ville. C’est vraiment le strict minimum pour Rotorua, et il y a beaucoup plus d’activités (hot springs, sensations fortes, autres expériences de culture maorie…) qu’il est possible de faire à Rotorua même et autour de son lac. En plus de celles dont je vous parle déjà plus bas, voici quelques exemples supplémentaire d’activités qui me parlaient également :

  • Hell’s Gate : un spa avec des bains de boue !
  • Polynesian Spa Hot Pools : le plus gros spa du centre de Rotorua, avec piscines naturellement chauffées, face au lac de Rotorua.
  • Lakeland Queen Cruise : une croisière panoramique sur le lac de Rotorua
  • Les vols en hydravion (relativement abordables) qui survolent les sites géothermiques et vont même jusqu’à la fameuse White Island (l’île volcanique qui était justement en éruption lors de notre voyage) – pour info, je vous recommande de privilégier les vols en hydravion au vols en hélicoptère qui sont plus facilement annulés dans cette région.

Il n’y a pas forcément besoin de voiture pour se déplacer à Rotorua et dans les environs : le centre de Rotorua se visite bien à pied (voir ci-dessous) et il existe des excursions au départ de Rotorua qui combinent les visites de Wai-o-Tapu et Waimangu, soit les deux sites géothermiques principaux de la région de Rotorua. Si vous avez une voiture, privilégiez la visite de ces deux sites comme arrêts sur la route vers Taupo (où se trouve également d’autres sites géothermiques intéressants, dont je vous parlerai dans le prochain article).

Balade à pied dans la ville de Rotorua : Kuirau Park, village maori de Ohinemutu et les Government Gardens

A notre arrivée à Rotorua, nous avons commencé par une petite balade dans la ville pour nous familiariser avec son environement si unique. Au départ de notre charmant hôtel, le Prince’s Gate Hotel, nous avons fait une boucle qui nous a permis de découvrir en environs 2 heures, en prenant notre temps, les principales « attractions » du centre-ville.

Nous avons d’abord parcouru le Kuirau Park, le parc géothermique de la ville, rempli de fumerolles. Cela ne vaut pas les grands parcs géothermiques de la région, mais à la différence de ceux-ci, celui-ci est totalement gratuit !

Nous avons ensuite continué jusqu’au village maori de Ohinemutu, libre d’accès lui aussi, qui se trouve en bordure de lac. Contrairement aux villages maoris reconstitués pour les spectacles touristiques, ici vous pourrez découvrir un vrai village maori, où vivent réellement des maoris. Il n’y a en réalité pas grand chose à visiter à part une jolie église, mais cela permet surtout de bien voir la différence entre les spectacles et la réalité. La zone est particulièrement active, il n’est pas rare de voir un sol craquelé d’où sortent des fumerolles… C’est assez incroyable !

Pour terminer notre balade, direction les splendides Government Gardens, qui abritent le Musée de Rotorua (actuellement fermé pour travaux, tout comme une bonne partie de la promenade en bordure de lac, dommage !).

Expérience maorie (hangi et haka) dans la Vallée géothermique de Te Puia

Le soir venu, nous avons participé à l’une des nombreuses expériences maoris qui sont organisées dans la région de Rotorua. Après de longues hésitations, nous avions choisi le site de Te Puia, qui a le mérite de combiner soirée maorie et l’observation (de nuit, c’est assez rare !) du Pohutu Geyser, qui serait le plus grand geyser actif de l’hémisphère sud, rien que ça. J’avais longtemps hésité avec le Mitai Maori Village, mais c’est cette combinaison d’activités qui a fait penché la balance vers Te Puia.

Bon, je vous le dis tout de suite : quelle que soit l’adresse que vous choisissez pour votre expérience maorie, le constat est le même partout : c’est très cher, et loin d’être très authentique puisque ce sont des activités entièrement réalisées pour les touristes ! Encore une fois, en réservant via Klook, nous avons cependant eu une petite réduction sur cette « Te Puia Night Cultural Experience » (un Day Pass, sans spectacle maori, est aussi disponible).

La formule standard combine en une soirée un hangi, le repas traditionnel maori, et un spectacle de danses maories. Pour commencer, nous avons pu observer comment les maoris procédaient pour cuire le hangi. Cette méthode de cuisson particulière consiste à cuire les aliments sous terre, ceux-ci étant chauffés par l’énergie géothermique.

En attendant que le repas chauffe, nous avons assisté à un spectacle maori qui a débuté par un haka, avant d’également nous présenter d’autres traditions maories.

Nous sommes ensuite passés à table pour déguster ce fameux hangi, composé traditionnellement de viande, patates douces et maïs. Ici cependant, pour plaire au palais des touristes internationaux, l’énorme buffet avait été complété de préparations diverses et variées. Ce n’était pas incroyable, mais c’était tout de même bon et copieux.

C’est surtout la dernière partie de la soirée qui m’a plue, lorsque nous avons pu nous balader de nuit sur le site géothermique de Te Puia jusqu’au geyser de Pohutu, où nous avons pu nous installer sur des pierres chaudes pour boire un bon chocolat chaud en attendant que le geyser explose. J’avais déjà vu des geysers, mais jamais de nuit, et je dois dire que c’était plutôt cool ! Ce geyser peut apparemment produire des colonnes d’eau de plusieurs dizaines de mètres de haut, mais ce soir-là il a été relativement « calme ». Malgré tout le charme a opéré : la géothermie de nuit, c’est encore plus magique… Du coup, oui, rien que pour ça je vous recommanderais quand même cette visite !

La forêt de séquoia de Rotorua

S’il vous reste encore un peu de temps avant de prendre la route vers Taupo, n’hésite pas à aller faire un petit tour dans la « petite » forêt de séquoias, plantés par l’homme, de Rotorua : la Redwood Forest. Il est possible de s’y balader gratuitement, et il existe également un Tree Walk (payant) qui permet de se balader sur un parcours en hauteur près de la cîme des arbres.

Waimangu Volcanic Valley

Le lendemain, nous sommes partis à la découverte des sites géothermiques situés sur la route entre Rotorua et Taupo. Nous avons commencé par le site le plus proche de Rotorua mais aussi un des moins fréquentés : la Waimangu Volcanic Valley.

Cette zone volcanique aux airs de Jurassic Park, avec sa végétation dense, a été créée en 1886 par l’éruption du volcan Tarawera, qui fut la plus grande éruption volcanique de ces 700 dernières années en Nouvelle-Zélande. Au début du 20ème siècle, cette vallée était hyper active et on y trouvait notamment le plus grand geyser au monde, le Waimangu Geyser, qui pouvait atteindre… 450m de haut ! A titre de comparaison, le plus grand geyser actuel est à Yellowstone et peut atteindre 100 mètres de haut.

Malheureusement, ce geyser n’a été actif que quelques années. Le tourisme s’est vite développé dans la vallée, et un hôtel avait même été construit… pour quelques années seulement, lui aussi, puisqu’il a été englouti par une éruption en 1917 !

Nous avons été à l’ouverture du site et nous avons eu le site pour nous tous seuls, ce qui était très agréable (et une toute autre expérience qu’à Wai-O-Tapu !). Aujourd’hui, le site est beaucoup moins actif mais il abrite encore la plus grande source d’eau chaude (hot springs) du monde, le Frying Pan Lake (bien trop chaud pour qu’on puisse s’y baigner, par contre !).

La visite est simple et bien organisée : depuis l’accueil, un sentier descend jusqu’au lac de Rotomahana, depuis lequel on peut soit continuer la visite en faisant le tour du lac en bateau (en supplément, nous ne l’avons pas fait) ou reprendre une navette qui permet de remonter jusqu’à l’entrée du parc.

Parmi les curiosités du site à ne pas manquer, il y a également le « Inferno Crater Lake », un lac enfumé qui cache un geyser, et les restes des White & Pink Terrasses, des terrasses volcaniques qui étaient au 19ème siècle le plus grand site de dépôt de silice au monde avant d’être détruites par l’éruption qui a formé le Waimangu Geyser.

Même s’il y a moins de chose à voir que sur les sites plus connus, j’ai beaucoup aimé cette visite, et l’histoire du site est vraiment intéressante. Autre point positif si vous avez l’odorat sensible : il n’y a pas ici une odeur de soufre aussi prenante qu’à Wai-O-Tapu.

Wai-O-Tapu Thermal Wonderland

Notre deuxième arrêt du jour était lui beaucoup plus fréquenté (on a trouvé où étaient tous les cars de touristes !) : le Wai-O-Tapu Thermal Wonderland porte plutôt bien son nom. Ce parc est lui ausi assez cher, mais encore ici, on a réussi à avoir une petite réduction sur le prix de l’entrée en réservant notre ticket via Klook. C’est un site qui n’est pas encore très connu en Europe, mais vraiment très pratique pour les voyages en Asie et Océanie !

Le parc géothermique de Wai-O-Tapu est composé de trois zones qui se visitent séparément : la zone géothermique principale, payante, et deux petits sites dont l’accès est gratuit : les « Mud Pools » (lacs de boue bouillonnants, on a fini par ça) et le Lady Knox Geyser, un geyser activé artificiellement tous les matins à heure fixe, pour qu’un attroupement de touristes armés de leurs smartphones puissent se prendre en selfie avec. Si vous n’avez jamais vu de geyser, je peux comprendre l’attrait, mais personnellement on ne trouvait pas ça très intéressant donc on a zappé cette partie.

Comptez au minimum 2 heures pour la visite de la partie principale du parc en empruntant l’itinéraire long (il y a aussi des itinéraires plus courts qui ne font le tour que de la première partie du site, qui est aussi la plus intéressante).

Ce qui fait l’intérêt de ce site, c’est la diversité des formations géothermiques qu’on peut y voir. Malheureusement, le spectacle est gaché par la foule : c’est bondé, on ne sait même pas marcher à son aise sur les sentiers, c’est dommage. La formation la plus connue du site est la Champagne Pool, un bassin acide qui doit son nom à sa couleur et à ses petites bulles. A la fin de la visite, le lac sulfureux d’un jaune flash est également impressionnant (et il est encore bien plus flashy à l’oeil nu qu’en photo !).

Bref, malgré sa fréquentation massive, le site reste un endroit incroyable, qui représente parfaitement l’incroyable nature néo-zélandaise.

Pause thermale aux Waikite Thermal Hot Pools

Après avoir bien marché lors de ces deux visites (sous une bonne chaleur, qui plus est !), l’heure du repos bien mérité avait sonné. Nous reprenons la route direction, non loin de là, de sublimes sources chaudes aménagées, les Waikite Thermal Hot Pools. Ce petit centre allie piscines et bains aux températures variées, qui sont alimentés directement (bon, avec refroidissement de l’eau au passage) par la source chaude Te Manaora, qui est la source chaude avec le plus grand débit de Nouvelle-Zélande : 40 à 50 litres par minute jaillissent de celle-ci à plus de 90°C ! Le petit cours d’eau chaude, tout fumant, créé par la source est visible depuis les piscines et il est possible d’emprunter un petit sentier pour remonter jusqu’à la source.

Le cadre est vraiment incroyable et mystérieux à souhait, avec toute cette fumée. Je crois qu’il s’agit là des hot springs que j’ai préféré en Nouvelle-Zélande : l’endroit était bien plus authentique et naturel que tous les autres que nous avons visité. En plus, le petit restaurant sur place est aussi plutôt pas mal, nous y avons mangé un très bon burger d’agneau. Le seul problème de l’endroit, si vous y allez comme nous un jour de grand soleil, est que les bains sont quand même très chauds – ça m’a plus rappelé les onsens du Japon !

Où dormir à Rotorua ?

Nous avons logé à Rotorua dans un hôtel historique de la ville, le Prince’s Gate Hotel, un hôtel à l’ancienne bien rénové, avec vraiment beaucoup de charme. Nous avons logé dans une grande chambre avec un accès direct au porche : très confortable et un excellent rapport qualité-prix !

Pour éviter les motels classiques de Rotorua, voici quelques autres hôtels intéressants à Rotorua :

  • Koura Lodge : à quelques kilomètres du centre de Rotorua, un lodge charmant sur le bord au lac avec spa extérieur et kayaks à disposition.
  • Hamurana Lodge : un autre lodge au style très British, situé à l’autre bout du lac Rotorua.
  • Holiday Inn Rotorua : le charme de cet hôtel c’est sa vue, puisqu’il est particulièrement bien placé, face à la zone géothermique de Te Puia.

Où manger à Rotorua ?

Outre le repas de hangi compris dans notre expérience maorie à Te Puia, nous testé l’une des enseignes de « pies » (petites tourtes néozélandaises de tradition anglaise) les plus réputées de l’île, la Goldstar Bakery. Passez-y le matin avant de partir en vadrouille pour un lunch typique et pas cher !

Dans le prochain article, on continuera l’exploration du centre géothermique de l’île du Nord, direction Taupo et ses alentours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.