Vietnam: sur les traces des Cham, de My Son à Danang

Voyages

Vietnam: sur les traces du royaume disparu des Cham, de My Son à Danang

Par  | 
--// Partie 8 sur 12 dans la série Voyage au Vietnam (2014) //--   

Après plusieurs jours sans Wifi à Phnom Penh, me voilà de retour avec la suite de notre voyage au Vietnam (ne désespérez pas, le Cambodge et la Thaïlande arrivent bientôt!). Un petit tour dans mes articles pour voir où je vous avais emmené la dernière fois… Ah oui, Hué, c’est là que nous en étions ! Après une « Saturday Night Fever » (dans le premier sens du terme, merci l’angine) à Hué, nous nous mettons donc en route vers Hoi An (non, ce n’est pas Hanoï en verlant, ne pas confondre…). Etape que j’attendais avec impatience car notre séjour correspondait au Moonlight Festival… Mais ça je vous en parlerai dans un prochain article ! Aujourd’hui, je vais (légèrement) modifier la chronologie de notre voyage pour vous parler de notre découverte du Royaume de Champa et du peuple  Cham, à travers notre visite du célèbre site archéologique de My Son et du musée Cham à Danang (qui a en fait suivi notre visite de Hoi An, mais chut!).

myson (37)

Avant de vous parler des vestiges du Royaume de Champa, remettons d’abord un peu les choses en contexte… Les Cham étaient une civilisation qui autrefois occupait grosso modo le centre et le sud du Vietnam, avant d’être « mangée » par les autres peuples avoisinant (Viet et Khmer principalement) – même s’il reste actuellement une minorité Cham (on avait d’ailleurs visité leur maison typique au musée d’ethnologie de Hanoï) qui descend de ce royaume disparu. Pas très difficile de reconnaître les constructions des Cham, on se croirait plus en Inde qu’au Vietnam en les voyant ! Et c’est normal, car le Royaume de Champa était un royaume hindou, qui s’est développé au deuxième siècle avant J-C dans la zone de Danang, avant de s’étendre au 8ème siècle toute la région du sud. Les Chams étaient un peuple très belliqueux: ils étaient quasiment toujours en guerre avec les Khmer au sud et les Viet au nord, et c’est ce qui causa finalement leur perte… Heureusement, il reste quand même toute une série de vestiges de ce peuple qui mérite vraiment que l’on s’intéresse à lui et que j’ai adoré apprendre à connaître. Le site le plus connu est le sanctuaire de My Son, à environs une heure de route de Hoi An, et c’est par là que nous avons commencé, après un roadtrip très pluvieux depuis Hué… comme vous pouvez le voir !

myson (42)

myson (41)

myson (46)

myson (47)

myson (48)

myson (58)

myson (49)

 My Son

Je pense que le temps pluvieux et gris a encore rendu plus intense et mystérieuse notre visite du site de My Son… quasiment seuls au milieu de ces ruines dispersées sur plusieurs kilomètres, derniers vestiges d’un vaste complexe qui n’a pas vraiment réussi à résister au temps ni aux guerres (encore une fois, merci les américains), on ne peut qu’essayer de s’imaginer ce à quoi ça devait ressembler lorsqu’il était occupé (du 4 au 13ème siècle de notre ère)…

Visite d’autant plus mystérieuse car peu de panneaux sont là pour nous guider, et les temples ayant été renommés par des lettres de l’alphabet, ça n’aide pas beaucoup non plus ! C’est là que je suis contente d’avoir imprimé quelques pages sur ce site classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO avant de partir !

myson (1)

 Groupes B-C-D

Les premiers groupes sur lesquels on tombe après l’entrée du site sont les groupes B, C et D, qui se trouvent l’un à côté de l’autre. My Son comportait à l’origine 68 structures et la plupart des survivantes sont regroupées dans ces 3 groupes. Certains bâtiments ont été transformés en petites salles d’expositions regroupant quelques structures retrouvées sur le site.

myson (2)

myson (3)

myson (10)

myson (7)

myson (8)

myson (6)

myson (50)

myson (56)

myson (9)

myson (11)

myson (12)

myson (14)

myson (26)

myson (36)

myson (39)

myson (55)

myson (35)

 Groupe G

Un petit groupe: un temple en ruine face à la jungle. On le visite seuls, comme une petite impression d’être deux aventuriers… 😉

myson (15)

myson (20)

myson (17)

myson (18)

 Groupe A

En prenant la petite route à droite du groupe G, on se retrouve face au groupe A, dont il ne reste presque plus rien (il a été le plus touché par les bombardements américains), alors qu’à l’origine s’y trouvait le plus grand temple de My Son, qui atteignait 24 mètres de hauteur ! Difficile de s’imaginer ça en voyant ce qu’il en reste… Heureusement, il existe quelques photos, et une réplique du temple se trouve à l’entrée du site.

myson (24)

myson (23)

 Groupes E et F

En reprenant le petit sentier vers l’ouest, on tombe sur deux autres groupes, qui sont actuellement en restauration, du coup la plupart des structures étaient cachées par des bâches et échafaudages…

myson (21)

Il existe également d’autres petits groupes, mais plus éloignés… Faute de temps nous avons du nous en tenir à ceux présentés ci-dessus !

Quelques infos pratiques, pour s’y rendre: l’option la plus pratique (même si la plus chère) est de louer une voiture depuis Hoi An, où d’inclure la visite dans un transfert entre Hué et Hoi An, comme nous l’avons fait. Pour les plus aventuriers, vous pouvez tenter de louer une moto, mais comme les vietnamiens ne savent pas lire de cartes… si vous vous perdez, bonne chance 🙂 (en plus: c’est illégal de conduire une moto sans permis vietnamien, donc en cas d’accident, bonjour les frais). Attention également qu’entre le guichet et les ruines, il y a bien 2 km, du coup ne laissez pas votre chauffeur vous laisser là, mais bien au bout du chemin, là où le chemin de terre devient inaccessible pour les voitures.

Musée de la Sculpture Cham, Danang

Petit saut dans le temps… Nous voici à présent à Danang, où se trouve la plus grande collection de sculptures Cham au monde. Au total, plus de 300 pièces, où l’on retrouve notamment les divinités hindoues que l’on commence à bien connaître – Ganesha, Shiva, Garuda, Vishnu,… Après l’Inde et Bali, on commence vraiment à pouvoir comparer et apprécier les différences dans ces représentations en fonction des peuples. Bon, niveau muséologie, le musée repassera… entre tâches d’humidité, murs pourris, et encore une fois absence de panneaux d’informations concrets pour une bonne partie de la collection. Mais c’était tout de même un bon complément à la visite de My Son, car toutes ces sculptures ont été récoltées dans des sites Cham à travers le Vietnam, on retrouve donc le meilleur de leur art. Les photos parlent, je crois, d’elles-mêmes…

danang (6)

danang (2)

danang (3)

danang (4)

danang (5)

danang (9)

danang (7)

danang (12)

danang (10)

danang (11)

danang (14)

danang (16)

danang (17)

danang (19)

danang (24)

danang (22)

danang (26)

danang (25)

danang (23)

Je crois que j’ai un petit faible pour les peuples hindous… Et surtout pour les représentations de Ganesh, le dieu éléphant, dont je commencerais bien une collection de sculptures et représentations si Fred ne m’en empêchait pas en me disant que « notre maison ne va pas devenir un musée » 😉

Pour aller à Danang: à Hoi An de nombreuses agences proposent des transferts vers Danang à prix avantageux. Nous y avons été avec un chauffeur avant qu’il ne nous dépose au tout nouveau aéroport de Danang pour prendre notre vol intérieur vers Ho Chi Minh City.

Prochaine étape du carnet de voyage: Hoi An ! A bientôt!

 

Navigation - Articles de la série :

<< Vietnam : Hué, cité impériale
Vietnam: Hoi An et le Full Moon Lantern Festival >>


2 commentaires

  1. Voyage au Cambodge

    30 janvier 2014 à 15 h 29 min

    Quelle aventure en effet ! Cela m’avait fait le même effet lorsque j’avais visité le site de My Son 😉
    Dommage qu’il ait fait si gris pendant votre séjour :/ Mais heureusement ça n’enlève tout de même rien à la beauté des sites 😉
    Hâte de lire ton article sur le Cambodge !
    Laure

  2. nancy

    31 janvier 2014 à 20 h 40 min

    Bon j’ajoute my son à ma to do list 😉

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *