A la chasse aux truffes à Savigno en Emilie-Romagne

Après vous avoir emmené à Bologne, Ravenne, Parme ou encore Modène, pour le dernier épisode de mon voyage en Emilie-Romagne, je vous emmène à la découverte à la découverte du petit village de Savigno près de Bologne, où j’ai pu réaliser une activité de ma bucketlist : participer à une chasse à la truffe !

Si le Piémont et la Toscane sont les plus grands producteurs de truffes en Italie, on en trouve également en Emilie-Romagne. Savigno est en quelque sorte la capitale de la truffe en Emilie-Romagne et le petit village accueille chaque année en novembre (ce qui correspond à la période de la truffe blanche) un festival de la truffe, Tartòfla.

Durant le festival, des excursions de « truffle hunting » sont organisées au départ de Bologne et peuvent se réserver directement auprès de l’office de tourisme de Bologne. Pour 35€ par personne transport compris, cette journée d’excursion vous permet de participer à une véritable chasse à la truffe avec un chien truffier, et vous laisse le temps de découvrir à votre aise le festival, où vous pourrez faire le plein de produits locaux et déguster un menu entier à base de truffe (à un prix raisonnable : comptez entre 8€ et 22€ par plat) avant de rentrer à Bologne. En dehors du festival, il faut compter au minimum 150€ par couple pour une excursion de chasse à la truffe, en réservant via une agence spécialisée ou via le restaurant étoilé de Savigno, Amerigo.

Nous partons de bon matin de Bologne, traversant une campagne encore dans la brume. A notre arrivée à Savigno, nous sommes accueillis par Maurizio et sa chienne Macchia. Nous étions excités à l’idée de découvrir cette activité, mais je crois que la chienne l’était encore plus que nous ! Avant de partir en forêt, Maurizio nous prévient : la météo est un peu trop chaude cette année pour la truffe blanche. Mais s’il y en a, Macchia la trouvera ! Et en effet, elle en a trouvé !

A la chasse à la truffe, il faut se laisser porter par le chien, on ne sait jamais où on va se retrouver. Et quand Macchia a dévalé le flanc d’une colline, Maurizio a tout de suite su qu’elle en avait senti une. Mais Macchia est gourmande, et elle a décidé de… se garder la première pour elle ! Apparemment, ça arrive souvent que les chiens truffiers craquent et mangent la première truffe qu’ils trouvent, surtout si elle est petite. Mais la communication entre le maître et son chien était il faut l’avouer assez drôle à voir !

Mais quelques minutes plus tard, Macchia était déjà pardonnée puisqu’elle en avait déjà trouvé une deuxième. Ce qui est fou, c’est qu’on peut repasser au même endroit à quelques minutes d’écart et parfois cela suffit pour que l’odeur de la truffe devienne tout à coup perceptible pour le chien. Et c’est un véritable travail d’équipe puisque Maurizio guide Macchia vers des endroits où il se rappelle avoir trouvé une truffe le même jour l’année d’avant – il en faut une sacrée mémoire pour être un bon truffier ! Et les deux font la paire puisque Macchia est réputée comme l’un des plus fins nez de la région.

Soucieuse de respecter sa réputation, la chienne ne s’est même pas arrêtée là puisque peu de temps après, elle nous en déterrait une troisième, et bien plus grande celle-là. Elle a à nouveau eu droit à une belle récompense !

Bref, c’était vraiment une expérience enrichissante durant laquelle j’ai appris beaucoup de choses, et que je ne suis pas prête d’oublier ! Moi qui adore la truffe, j’ai vraiment aimé pouvoir découvrir de plus prêt ce travail de passionné.

En Emilie-Romagne, il faut savoir que la saison de la truffe blanche, la plus précieuse, ne dure qu’environs trois mois, entre septembre et novembre. Mais même quand toutes les conditions sont réunies, la chasse à la truffe reste imprévisible : Maurizio et Macchia peuvent très bien ne rien trouver pendant des jours, puis soudainement une truffe de plusieurs centaines de grammes ! D’ailleurs, au festival, vous remarquerez vite que les plats à la truffe blanche coûtent plus chers que ceux à la truffe noire : c’est tout simplement car la truffe blanche ne se trouve qu’aléatoirement dans la nature, contrairement à la truffe noire que l’on peut « cultiver » dans des truffières.

Pour les gourmands, découvrez mes autres activités gourmandes coup de cœur en Emilie-Romagne :

 

J’ai découvert Savigno dans le cadre de Blogville, une campagne organisée par iambassador et Emilia Romagna Tourism. Mon opinion reste, comme d’habitude, entièrement indépendante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.