Roadtrip sur la côte est de Taïwan #2 : la Highway 11 & la East Rift Valley

Après avoir exploré Hualien et le parc national de Taroko, notre roadtrip sur la côte est de Taïwan se poursuit ! Au programme de la deuxième partie de ce roadtrip : la Highway 11, une sublime route côtière, le fameux « Dragon Bridge », mais aussi la East Rift Valley, la superbe randonnée de la Walami Trail, et bien plus encore !

Le long de la Highway 11, de Hualien à Chenggong

Après une journée passée dans le parc national de Taroko et deux nuits à Hualien, nous avons commencé à descendre la côte est vers le sud de l’île en empruntant ce qui est sans doute la route la plus connue du pays, la Route 11 ou Highway 11, qui va de Hualien à Taitung. Il s’agit d’une superbe route côtière longeant l’océan Pacifique avec de multiples points de vue en chemin, la mer aux 50 nuances de bleu et les plages d’un côté, les montagnes sauvages de l’autre. De nombreux touristes décident de la parcourir à vélo ou en scooter, mais nous en avons bien profité avec notre voiture de location également. La Highway 11 est réputée comme l’une des plus belles routes d’Asie, voire du monde. Je n’irais peut-être pas jusque là mais tout de même, il s’agit d’une des plus belles parties de l’île, ça c’est certain ! Seul petit point négatif : certains des plus beaux arrêts sont payants.

Même si la route n’est pas bien longue, avec tous nos arrêts, nous aurons au final mis une journée pour rejoindre Chenggong depuis Hualien.

Voici quelques arrêts que je vous recommande sur la Highway 11 :

  • Niushan Scenic Area : un petit point de vue tenu par une communauté aborigène (les communautés aborigènes sont encore très présentes de ce côté de l’île)
  • Baqi rest stop : un des plus beaux arrêts avec un petit magasin pour se restaurer ou boire un verre 
  • Shihtiping : mon endroit préféré sur la route, un site avec des roches formant des escaliers naturels et de superbes vues sur la côte. 

Cheggong et le « Dragon Bridge » (Sanxiantai)

Notre dernier arrêt de la journée fut au Sanxiantai Arch Bridge ou « Dragon Bridge » (Pont du Dragon), qui est sans doute l’endroit le plus connu sur la Highway 11. L’attraction ici est le-dit pont en forme de dragon (qui semble particulièrement populaire auprès des touristes asiatiques), menant à une petite île rocheuse (Sanxiantai) remplie d’ananas sauvages ! Cette île est en fait une réserve naturelle où on peut se balader sur des passerelles en bois. Nous n’en avons fait qu’un petit bout mais ça prend environs 2 heures pour faire le tour complet de l’île. Nous y étions pour le coucher du soleil : il y avait du monde mais ça valait la peine !

Nous avons passé la nuit non loin de là, au basrashore B&B à Chenggong, un petit hôtel sympa et moderne, avec des chambres (à la fois des dortoirs et des chambres privées) privilégiant les matériaux bruts et éclectiques, ainsi qu’une superbe terrasse avec piscine et vue sur mer.

Nous avons mangé non loin de là dans un restaurant de fruits de mer de Chenggong, le 佳濱成功旗魚. On y a assez bien mangé.

La East Rift Valley (Highway 9)

Le lendemain, nous avons encore fait un petit bout de la Highway 11 vers le sud (jusqu’au Liji Bridge) avant de quitter la côte pour rejoindre les montagnes et la East Rift Valley Scenic Area.

La East Rift Valley (Highway 9) est une route à l’intérieur des terre qui longue à peu près la Highway 11 entre Hualien et Taitung. C’est donc une route alternative qui permet de faire une belle boucle, au lieu d’un simple aller-retour sur la route côtière. Cette vallée, entourée de montagnes, est une zone très exploitée pour l’agriculture, en particulier des plantations de thé et des rizières. Toute cette région est également connue pour sa géothermie et ses hot springs. Il y a pas mal de petits hôtels avec hot springs et, encore mieux, des sources chaudes naturelles dont on peut profiter dans la nature (ce que nous avons décidé de faire, voir plus bas). La vallée est également intéressante au niveau culturel puisqu’elle est encore habitée par quatre tribus indigènes de Taïwan, les Amis, les Atayals, les Bununs et les Puyumas.

Liji Badlands

Avant de rejoindre la Highway 9, nous avons fait un petit détour par un endroit que j’avais découvert un peu par hasard en regardant Google Maps et situé le long de la Beinan River : les Liji Badlands ou « Liji Moon World ». Il s’agit de sortes de canyons formant des paysages lunaires. Le site en lui même est assez original par contre les infrastructures touristiques sont … totalement à l’abandon ! Nous avons essayé de prendre de la hauteur en empruntant des petits chemins pour arriver au canyon, et ce fut une sacrée aventure !

En suivant le point indiqué comme « point de vue sur le canyon » par Google Maps, nous sommes arrivés sur une route… qui se brise tout à coup au milieu des bananiers ! Après moultes péripéties, nous avons fini par trouver le site (et un énorme parking lui aussi à l’abandon), mais avec les routes effondrées et l’omniprésence des serpents venimeux à Taïwan, nous n’avons pas trop osé nous aventurer dans les hautes herbes pour nous approcher d’avantage du canyon. Mais je dois avouer que rien que pour l’expérience, ces « ruines touristiques » valent quand même le coup !

En redescendant vers la route principal, nous nous sommes également arrêté à un petit temple, le Lingxiao Temple, d’où on a une belle vue sur toute la vallée.

Hongye Hot Spring

Attention: comme indiqué sur les panneaux officiels (pas toujours visibles), ne plongez jamais la tête (surtout le nez) sous l’eau dans un hot spring naturel. L’eau chaud non traitée est en effet le repaire de l’amibe « mangeuse de cerveau » et, même si les cas sont très rares, ils sont presque toujours mortels. 

Nous avons ensuite pris la Highway 9 pour arriver au cœur d’une zone remplie de sources chaudes naturelles. On nous avait conseillé la Lisong Hot Spring dans la gorge de Wulu, considéré comme l’une des plus belles sources chaudes de l’île, mais pour accéder à cette source chaude naturelle, il fallait traverser 3 rivières, dont 2 à la nage et escalader des roches (activité du dimanche normale ici !)… autant vous dire, très peu pour moi !

Nous avons donc opté pour une source chaude naturelle « plus facile d’accès » (pour autant qu’on arrive à la trouver !), Hongye Hot Springs. Cette source chaude tenue par des locaux est beaucoup moins connues mais on y a passé un super moment ! Nous avons eu de la chance, nous sommes arrivés en même temps que les locaux qui s’en occupent, nous n’avons donc pas du chercher longtemps l’emplacement des petites piscines creusées à la main au bord de la rivière. Peu après nous sont arrivés deux expats anglais qui nous ont traduit ce que disaient les locaux : on a donc pu en apprendre un peu plus sur les systèmes impressionnants qu’ils ont installé pour régler la hauteur de l’eau et nettoyer les piscines, ce sont de vrais passionnés ! Notre visite était d’ailleurs plutôt bien timée puisqu’ils venaient de la vider/nettoyer la veille – ce qui veut aussi dire que si nous étions venu la veille, nous aurions trouvé une piscine vide !

Comme vous pouvez l’imaginer, ce genre de petits hot springs artisanal à Taïwan est maintenu par des amateurs et la température de l’eau peut fortement varier. Faites donc attention à ne jamais y plonger d’un coup et à ne jamais vous immerger entièrement dedans (voir au-dessus). On pouvait sentir l’eau bouillante sortir de certains endroits de ce hot spring ! L’emplacement des hot springs de Hongye varie légèrement chaque année mais pour y accéder il vous faudra descendre la route bétonnée jusqu’au niveau de la rivière (il y a un panneau qui donne l’impression que la route est interdite mais il y a bien un espace pour se garer en bas), puis continuer à pied jusqu’à celle-ci en longeant la rivière vers la gauche pendant 5-10 minutes (pas besoin de traverser à gué, d’ailleurs le courant à l’air assez fort).

La gorge de Wulu

Si nous n’avons pas été au Lisong Hot Spring, nous voulions tout de même avoir un petit aperçu de la Gorge de Wulu, nous avons donc décidé de terminer la journée en parcourant la route de la gorge en voiture. L’aller-retour était finalement assez long pour ne pas voir grand chose, à part un mini hot spring pour faire des bains de pied, le Liukou Hot Springs. 

La particularité des hot springs dans la gorge de Wulu est que l’eau ne sort pas de la terre, mais se déverse dans des crevasses depuis les falaises des montagnes de la gorge. L’eau thermale dans cette région n’a pas d’odeur.

Nous avons passé la nuit à l’entrée de la gorge, au Jin Ping Homestay à Haiduan. A nouveau, nous avions trouvé cet hébergement sur Booking mais il s’agissait plutôt d’un séjour chez l’habitant comme on en trouve sur Airbnb. La chambre n’était pas très fancy, mais il n’y avait pas beaucoup d’autres options dans la région… J’avais choisi ce logement car je pensais qu’ils avaient leurs propres hot springs. En fait, ils en ont mais ils se trouvent… à deux kilomètres de là ! Notre hôte a donc du nous accompagner et les bains étant vide, en faire couler un pour nous… Et niveau entretien/propreté, c’était un peu limite.

Le soir, nous avons mangé dans la ville voisine de Chishang, dans un authentique restaurant de cuisine aborigène, 阿浪的店 – 池上快炒. La cuisine était un peu particulière (pour ne pas changer) mais l’accueil était vraiment sympa même si le propriétaire ne parlait pas bien anglais ! D’ailleurs, il est si content d’avoir des touristes étrangers qu’il affiche leurs photos et commentaires sur les murs (ne vous étonnez donc pas de nous y voir en photo si vous vous y rendez ! ahah).

Les rizières de Brown Boulevard

A Chisang se trouve aussi un des arrêts les plus connus le long de la Highway 9, que nous avons visité le lendemain matin : le Brown Boulevard, une route photogénique traversant les rizières. Pourquoi celle-ci est-elle plus connue que les autres ? Tout simplement car elle a été rendue célèbre par une publicité pour le café Brown, ainsi qu’une publicité pour EVA Air avec un acteur célèbre, Takeshi Kaneshiro. Dans cette publicité, il boit du thé près d’un arbre… l’arbre solitaire qui se trouve le long de cette route ! Bref, difficile d’être seule sur cette route très fréquentée par les asiatiques. 

Même sans connaître les publicités, c’est vrai que les paysages de rizières dans ce coin sont vraiment splendides, avec les montagnes tout autour de la plaine…

Randonnée sur la Walami Trail

Nous avons ensuite repris la route en direction du dernier arrêt de ce roadtrip, la Walami Trail, située dans le Yushan National Park.


Il s’agit d’une belle randonnée sur un chemin vieux de plusieurs siècles, créé par les tribus locales et renforcé par les japonais qui ont rajouté des postes de contrôle le long du chemin pour tenter de contrôler ces mêmes tribus locales. Sur le trail, plusieurs ponts à suspension datent d’ailleurs encore de l’époque de l’occupation japonaise ! Et il ne faut pas avoir le vertige… On a vraiment beaucoup aimé cette randonnée, qui traverse une nature sauvage, avec quelques beaux points de vue. La première partie de la Walami Trail peut se faire sans permis sur les 5 premiers kilomètres (jusqu’au premier point de contrôle) mais la piste fait un total de 14 km et s’arrête à une cabane où il est possible de passer la nuit (gratuitement lorsqu’on possède le permis. De toute façon ce jour-là le chemin était fermé après le dixième kilomètre). La deuxième partie de la randonnée est aussi plus compliquée, avec un dénivelé total de 600 mètres. 

Attention, il y a des ours dans cette zone, surtout dans la deuxième partie de la randonnée (celle avec permis), il vaut donc mieux s’équiper d’une clochette à ours. Nous n’avons heureusement pas croisé d’ours, par contre, sur le chemin du retour, un serpent venimeux a traversé juste devant moi ! Je vous dis pas le stress !!! J’ai jamais couru si vite ! Bref, les nombreux panneaux indiquant de faire attention aux « venomous snakes » à Taïwan ne sont pas là pour rire : faites vraiment attention où vous mettez les pieds, surtout en pleine nature ! 

A part ça, la randonnée du Walami Trail est vraiment facile, avec une pente douce, de beaux paysages dès les premières kilomètres (d’ailleurs pour moi les plus beaux se trouvent dans les trois premiers), et plusieurs chutes d’eau (la plus grande est la Shanfeng Waterfall au deuxième kilomètre). C’est un des endroits que j’ai préféré à Taïwan : ces paysages sauvages étaient vraiment magique !


Et voilà qui clôture notre voyage à Taïwan. Après ça, nous sommes rentrés à Hualien où nous avons rendu notre voiture de location avant de reprendre le train pour Taipei, où il nous restait une dernière journée pour nous relaxer avant notre retour en Europe.

Pour terminer cette série d’articles sur Taïwan, je vous proposerai bientôt un dernier article récapitulatif de notre itinéraire durant ces deux semaines sur place.

 

2 Commentaires

    • Bonjour,
      C’était en novembre 2018. Oui, on a eu de la chance avec la météo sur la côte est mais je confirme, la météo est très capricieuse sur l’île ! D’ailleurs les jours d’avant, à Taipei, nous n’avions pas vu le soleil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.