Visiter Parme en un weekend : mes bonnes adresses

Lors de mon premier voyage en Emilie-Romagne, j’ai passé quelques jours à Parme, une arrêt immanquable pour les gastronomes mais également pour les amateurs d’art et d’histoire dans cette belle région d’Italie.

Située au cœur de l’Emilie-Romagne, Parme peut être une bonne base pour passer plus de temps dans la région. On y accède en seulement une heure de train environs depuis Bologne mais aussi depuis Milan et il y a également de bonnes connexions vers Reggio Emilia, Modène, Ferrare, ou même un peu plus loin Ravenne et Rimini (je vous reparlerai de toutes ces autres villes dans de futurs articles !).

Parme mérite que l’on s’y arrête au moins deux jours car il y a pas mal de choses à faire et à voir ! En effet, si Parme est bien sure connue pour ses spécialités culinaires, on y trouve également de nombreux musées et sites historiques. Parme a d’ailleurs été élue Capitale de la Culture italienne en 2020. Un weekend entier n’est donc pas de trop pour tout voir. La ville en elle-même est très agréable et vivante, et vous remarquerez vite que les habitants se déplacent beaucoup en vélo !

Les spécialités culinaires de Parme

Quand on parle de Parme, la première chose qui vient en tête est souvent le jambon de Parme, ou Prosciutto di Parma, une des appellations d’origine protégées italiennes (DOP) la plus connue (et exportée). Pour ce voyage, nous nous sommes cependant focalisés sur deux autres spécialités (DOP également) de la région de Parme : le bien connu Parmigiano Reggiano et le moins connu (du grand public) Culatello di Zibello, une des charcuteries italiennes les plus haut de gamme.

Plusieurs endroits où est produit le parmigiano reggiano sont ouverts au public en visite guidée. Nous avons visité le Caseificio Santo Stefano à Basilicagoiano près de Parme. On a pu assister aux différentes étapes de la production du parmesan et voir les caves où le fromage est vieilli (impressionnant !) avant de déguster du parmigiano reggiano de différents âges. Si vous passez dans le coin, il est possible d’en acheter dans le petit magasin de la fromagerie sans pour autant faire la visite. Les visites chez les producteurs de Parmigiano reggiano doivent s’organiser à l’avance : renseignez-vous auprès de l’office de tourisme à Parme. 

Lieu unique, produit unique : l’Antica Corte Pallavicina et le culatello

Il vous faudra sans doute une voiture pour y arriver, mais l’Antica Corte Pallavicina à Polesine Parmense est un lieu qui mérite de faire le déplacement depuis le centre-ville de Parme ! Située en pleine campagne, nous sommes ici au pays de la charcuterie, chez le chef Massimo Spigaroli, une étoile Michelin, mais qui est surtout réputé comme le meilleur producteur de culatello di Zibello, cette charcuterie haut de gamme très convoitée par les chefs du monde entier. Sur place, vous trouverez deux restaurants (l’étoilé Michelin, l’Antica Corte, ainsi qu’un restaurant de terroir, l’Hosteria del Maiale), des chambres d’hôtes et… un musée du culatello ! 

Le petit musée permet d’en apprendre plus sur l’histoire du culatello, l’une des charcuteries italiennes les plus chères, faite à partir du cul du cochon, tout simplement salé et poivré puis mariné dans un mélange de vin local, épices et ail. Un culatello est vendu au minimum 150€ pièce… En visitant le musée, on a accès à la cave de culatello du chef qui abrite une fortune sous forme de culatello (on est sans doute pas loin du million d’€ !). Des petites pancartes indiquent les culatello réservés à ses clients, parmi lesquels on retrouve le restaurant La Francescana (un des restaurants étoilés les plus connus au monde, vu dans Chefs Table) …mais aussi le Prince Charles ou encore Albert de Monaco ! Anthony Bourdain avait aussi sa « parcelle ».

On a ensuite suivi un des cours de cuisine (ouverts à tous) proposés par le chef pour apprendre à faire des tortelli, autre spécialité locale, avec les légumes produits sur place et des gnocchis à l’ancienne, sans pomme de terre. Après le cours, nous avons dégusté nos préparations, agrémentées d’un plateau de charcuterie totalement dingue, dans le restaurant du terroir, l’Hosteria del Maiale. Et puisqu’ici les traditions sont importantes, nous avons même bu notre vin dans un bol, comme on le faisait avant quand c’était considéré comme de la nourriture dans la région ! Eh bien, une bolée de lambrusco, c’est encore meilleur ! 

Que visiter à Parme ?

Nous avons consacré le reste du séjour à la visite du centre ville historique de Parme. Si vous aimez l’art, la musique, l’histoire ou l’architecture, vous devriez y trouver votre compte.

En plus des visites dont je vais vous parler ci-dessous, il est vraiment agréable de simplement se perdre dans les petites rues du centre-ville. Les rues à ne pas manquer sont les rues Borgo Giacomo Tommasini et Via Nazario Sauro, les rues des artisans, et la Via Repubblica pour les designers de mode.

Parme est également la ville de Verdi : le célèbre compositeur italien est né ici. Les amateurs de musique classique affluent à Parme pour le Festival Verdi qui se déroule chaque année en octobre. Durant cette période on peut assister à de nombreux concerts et événements liés à la musique classique.

Une autre figure importante à Parme est Marie-Louise d’Autriche, qui fut aussi la femme de Napoléon, et est toujours très aimée des locaux ici. Les fameuses violettes de Parme, que vous trouverez partout en ville, ont été créées en son honneur puisque la violette était sa fleur préférée.

La Cathédrale et le Baptistère (Piazza del Duomo)

Nous avons commencé la visite de Parme par la splendide Piazza del Duomo où se trouve le splendide Baptistère de Parme ainsi que la cathédrale de Parme (Duomo di Parma).

Le baptistère octogonal de Parme, recouvert de marbre rose de Vérone, est unique en son genre : si vous ne devez visiter qu’un seul endroit à Parme, je vous conseille celui-ci ! Le Baptistère date de la fin du 12ème – début du 13ème siècle et représente bien cette période de transition entre le roman et le gothique. Les fresques à l’intérieur sont magnifiques.

A côté se trouve la cathédrale de Parme, construite à partir du 11ème siècle, et surtout connue pour la fresque de sa coupole, l’ascension de Marie peinte par Correggio au 16ème siècle, une fresque avant-gardiste pour son époque puisqu’on ne peut pas y repérer la Vierge Marie et Jésus du premier coup d’œil.

Le Teatro Regio

Nous avons aussi visité le Teatro Regio di Parma, un des plus célèbres opéras lyriques d’Italie (et du monde), en activité depuis 1829. Bien sur, le mieux pour en profiter est d’assister à un opéra qui s’y joue, mais si vous n’en avez pas l’occasion il est possible de visiter le théâtre avec une visite guidée. L’intérieur, tout en rouge et doré, est splendide. Bien sur, le théâtre est pris d’assaut durant le Festival Verdi. 

Le Teatro Farnese

Dans un style totalement différent, le Teatro Farnese mérite aussi une visite. La particularité de ce théâtre est d’être tout en bois : c’est incroyable ! Le théâtre, initialement construit au 17ème siècle, a malheureusement été bombardé en 1944 pendant la guerre, c’est donc une reconstitution que l’on peut voir à l’heure actuelle. Peu de spectacles s’y jouent encore à cause du danger du bois. Quand c’est le cas, c’est le public qui prend place sur la scène et le spectacle dans la salle tellement les sièges sont inconfortables !

Le théâtre se trouve dans le gigantesque Palazzo della Pilotta, et le Théâtre Farnese est en réalité lié à la Galleria Nazionale, le musée d’art qui s’y trouve et qui abrite des peintures et sculptures des artistes italiens les plus connus (notamment Da Vinci ou Correggio), issues d’une collection commencée par les Farnese à la Renaissance. Le Palais abrite aussi la magnifique Bibliothèque Palatine.

Le pont Romain

Vous pourrez également admirer à Parme un pont romain récemment rénové, datant du 2ème siècle avant JC. Celui-ci se trouve dans un sous-terrain près du Ponte di Mezzo.

La Casa del Suono

J’ai terminé ma visite de Parme par deux petits musées gratuits situés l’un à côté de l’autre. Le premier est le musée de la musique, la Casa del Suono, qui est consacré à l’évolution technique de la retransmission musicale au 20ème siècle. On y trouve une belle collection d’appareils ayant servi à écouter de la musique, des premiers phonographes aux mp3, devenus maintenant vintage également !

La Casa della Musica

Face à l’église San Francesco del Prato, vous pouvez également visiter la Casa della Musica, un petit musée dédié à la musique. La musique classique, et plus particulièrement son histoire à Parme, est d’avantage mise à l’honneur ici. A côté de l’entrée du musée se trouve aussi une sculpture dédié à Verdi (représenté sur un banc). Même si c’est gratuit, le musée est essentiellement en italien donc si vous ne parlez pas cette langue, l’intérêt est limité.

Où manger à Parme ?

Je n’ai pas eu assez de quelques jours pour découvrir toutes les bonnes adresses de Parme, mais voici celles que j’ai pu tester et approuver.

Gelateria Ciacco Lab

Ma meilleure adresse à Parme, c’est le Ciacco Lab et ses gelato sans aucun additif, environs 20% moins calorique qu’un gelato classique mais tout aussi goûteux (si pas plus !). Ils ont d’ailleurs gagné le prix Gambero Rosso de la « Best Italian Gourmet Gelato », ce n’est pas rien ! J’ai tellement aimé que j’y suis retournée 2 fois. Leur gelato matcha est la meilleure glace au matcha que j’ai mangé hors Japon… Leur adresse principale se trouve près du Teatro Regio.

Antica Pasticceria Pagani

L’Antica Pasticceria Pagani est l’une des adresses historiques de Parme. On peut y grignoter des petites choses sucrées ou même salées. J’ai goûté leur baba au rhum… plutôt très bien dosé !

Tra L’Uss e L’Asa

Pour un lunch sur le pouce, notre guide m’avait recommandé la sandwicherie slow food Tra L’Uss e L’Asa et je n’ai pas été déçue ! Tout est préparé minute et fait à partir de produits locaux essentiellement. J’ai pris le copieux panino polpette, un sandwich aux boulettes de viande. Parfait !

Trattoria dei Mascalzoni

Le restaurant que j’ai préféré à Parme, c’est la Trattoria dei Mascalzoni : ça faisait longtemps que je n’avais pas mangé d’aussi bonnes pâtes (les paccheri strolghino al ragù avec Parmigiano Reggiano). On y a aussi goûté un des desserts typiques de la région, la Zuppa inglese (« soupe anglaise » bien que ça n’a rien avoir avec le nom).

Il Trovatore Ristorante

Il Trovatore est un autre resto sympa dans le centre de Parme. On a pris l’apéro dans leur cave, puis dégusté une très bonne lasagne maison.

La Cucina del Maestro

Situé dans le centre animé de Parme, le restaurant la Cucina del Maestro propose une cuisine italienne assez traditionnelle, avec une grande terrasse. J’ai été un peu moins fan de celui-ci, les préparations étaient bonnes mais sans plus.

Où dormir à Parme ?

J’ai passé deux nuits à Parme à l’Hotel Sina Maria Luigia, situé à quelques minutes à pied du centre ville historique. L’hôtel combine des chambres modernes (comme celle que j’ai eu) et des chambres à la décoration plus classique. Certaines chambres ont une vue imprenable sur la ville… un des meilleurs endroits pour observer le coucher du soleil ! (Bref, ça vaut le coup de demander une de ces chambres à la réservation !)

J’ai découvert Reggio Emilia durant un voyage organisé par iambassador et Emilia Romagna Tourism à l’occasion du Social Travel Summit. Mon opinion reste, comme d’habitude, entièrement indépendante.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai beaucoup aimé Parme, c’est clair que c’est une ville gourmande :) j’aurais bien aimé avoir plus de temps car je n’y suis restée qu’une journée donc c’est passé très vite. J’aurais bien aimé aussi prendre le temps de visiter les environs, il y a pas mal de choses à voir dans ce coin d’Italie, c’est une région qui gagnerait a être connue :)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.