Visiter le Blyde River Canyon en un jour

Après vous avoir parlé il y a quelques mois déjà de notre expérience de rêve à bord du Rovos Rail en Afrique du Sud, il est temps de reprendre ce voyage dans son ordre chronologique. Et je dois dire que l’Afrique du Sud a mis moins d’une journée à nous charmer, puisque dès notre arrivée nous avons été explorer le splendide Blyde River Canyon, à quelques heures de route de Johannesbourg.

Rejoindre le Blyde River Canyon depuis Johannesbourg

Le Blyde River Canyon est l’étape la plus courante entre Johannesbourg et le parc Kruger, histoire de ne pas faire toute la route en un jour (il ne faut pas oublier que dans les parcs, on roule souvent au pas d’homme). Comme nous arrivions à l’aéroport en fin de matinée, notre première journée a uniquement été consacrée à récupérer bagages, carte SIM et voiture de location avant d’entamer les (minimum) 4 heures de route vers le Blyde River Canyon.

Une fois la ville laissée dernière nous, nous sommes tout de suite sous le charme des paysages : on ne s’attendait pas à voir directement des paysages de la sorte. Des townships, on passe rapidement aux forêts de pin et d’eucalyptus (on se croirait limite au Québec par endroit !), puis aux montagnes.

La propriétaire du Bed & Breakfast dans lequel nous avons dormi nous avait également prévenu : attention à la route, surtout quand il vient de pleuvoir, ne pas se fier à Google maps, s’en tenir aux grosses routes le plus longtemps possible et surtout éviter la route passant par Lydenburg !

On a vite compris le pourquoi de ces recommandations, en faisant la découverte d’un concept national en Afrique du Sud : les « pot holes« … ou comment se promettre de ne plus JAMAIS râler à propos des routes belges. Et oui car en Afrique du Sud, il est de coutume, quand la route se dégrade un peu, de carrément découper le bitume en portion carrées ou rectangulaires de grandeur plus ou moins grandes (souvent plus que moins), qui font parfois des dizaines de mettre de long et toute la bande de circulation, et qu’il faut habilement contourner tout en évitant 1) les voitures dans l’autre sens 2) les animaux. C’est limite Mario Kart ici ! Si on se loupe, c’est le pneu qui explose direct vu l’amplitude de certains de ces trucs. Et bien sur, pour corser les choses encore un peu plus, il n’y a aucune lumière la nuit donc on vous recommande de ne pas prévoir de trop longs trajets pour éviter la conduite de nuit, hyper casse gueule comme vous l’aurez compris !

Après avoir laissé derrière nous la pire section de pot holes que l’on verra de tout le voyage, nous arrivons à notre étape du jour, Graskop, non sans avoir croisé en chemin un caracal traversant juste devant nous ! Apparemment, c’est de plus en plus rare d’en voir, surtout en dehors des parcs nationaux, ceux-ci étant considérés comme des nuisibles, un peu comme les renards chez nous…

Graskop, porte d’entrée du Blyde River Canyon

Pour notre première nuit en Afrique du Sud, nous avons donc dormi à Graskop, la porte d’entrée principale du Blyde River Canyon, et j’avais trouvé une véritable petite pépite niveau logement, A Pilgrim’s Rest ! Si comme moi vous aimez le style colonial anglais, on ne peut pas rêver mieux ! Ce Bed & Breakfast construit dans un style Victorien (de l’époque de la Ruée vers l’or  à la fin du 19ème siècle) hors du temps nous a conquis, d’autant plus que sa propriétaire était d’une gentillesse incroyable. J’avais repéré la chambre que je préférais en réservant, et elle nous l’a gentiment gardée ! Avec sa décoration aux tons pastels et sa salle de bain avec baignoire sur pieds… elle était splendide, je vous laisse en juger par vous-même !

Les parties communes et le petit jardin à l’arrière sont également très mignons. Avec un rapport qualité-prix assez incroyable, puisque nous avons payé environs 50€ seulement pour ce petit havre de paix (+ encore 4% de réduc sur votre réservation Booking.com si vous passez comme nous l’avons fait par un site de cashback comme iGraal). Les 90 ZAR de supplément pour le petit-déjeuner valent le coup car il est copieux (service à table + buffet). Evidemment, l’ensemble est entièrement sécurisé, comme partout en Afrique du Sud, avec une grosse grille autour du bâtiment.

La propriétaire nous a également recommandé un bon restaurant pour le repas du soir, The Glass House, un restaurant de cuisine sud-africaine traditionnelle. On y a mangé un Bobotie (plat sud-africain traditionnel au boeuf, chutney, banane, riz et légumes) et le premier d’une longue série de malva pudding !). Ambiance tamisée sympa, et bel assortiment de vins du coin. Mieux vaut réserver car il y a peu de restaurants convenables à Graskop.

Que faire en une journée au Blyde River Canyon ?

Le lendemain, après une bonne nuit de sommet (et pas de jet-lag, vive l’Afrique pour ça !), nous avons entamé l’exploration du Blyde River Canyon. Nous n’avions prévu qu’une journée sur place, et laissez-moi vous le dire tout de suite, on a vite compris que ça ne suffirait pas du tout tant il y a de choses à faire. Bref, si vous avez le temps prévoyez de passer au moins deux nuits sur place, on regrette de ne pas avoir tout vu (notamment toutes les splendides chutes d’eau autour de Graskop) et de ne pas avoir passé une deuxième nuit dans cet hôtel qui est vraiment l’un des meilleurs rapports qualité-prix que je n’ai jamais vu.

En une journée il faut donc presser le pas et faire des choix. Heureusement, on a eu assez de chance niveau météo, ce qui n’était apparemment pas gagné au mois de janvier (saison où il fait très lourd et humide ici). Il venait de pleuvoir pendant quasiment une semaine juste avant notre arrivée… Ce n’est pas pour rien que le Blyde River Canyon est le plus grand « canyon vert » au monde… la couleur doit bien venir de quelque part ! 

Malheureusement la chaleur accablante, puis l’orage violent qui s’en est suivi (bien que vite passé) ont un peu compliqué les choses et ralentit notre cadence. Je vous invite à lire l’article de Mathilde de Voyager en photos (avec qui j’avais voyagé au pays du Gouda, vous vous rappelez?) qui m’avait bien aidé à préparer cette journée (notamment grâce à ses indications des meilleures heures pour les photographes !) et qui a fait en une journée un peu plus d’arrêts que nous.

Randonnée dans le Blyde River Canyon

Etant donné la chaleur, nous avions décidé de partir assez tôt et de traverser directement toute la route panoramique qui va de Graskop jusqu’au cœur du Blyde River Canyon pour commencer de bonne heure par une randonnée, et puis de revenir ensuite sur nos pas pour faire les autres visites avec le temps qu’il nous resterait. Ça s’est révélé une bonne idée (on se serait tapé l’orage en pleine rando si on avait fait ça l’aprem + on aurait très mal estimé le temps nécessaire pour la faire !).

Bref, on essaie de pas trop s’arrêter face aux paysages de rêve qui longent la route dans son entièreté. Mais c’est difficile (surtout quand t’as des familles de babouins de tous les côtés !) : c’est tellement beau ! J’avais vu beaucoup de photos sur Internet avant de venir mais ça ne rend même pas justice à l’endroit : on voit beaucoup de photos du canyon en lui-même, mais ses alentours sont tout aussi surprenants : c’est si vert !

Finalement, nous voici enfin presque au bout de la route, au « Blyde Canyon, A Forever Resort », le point de départ de plusieurs randonnées le long du Blyde River Canyon. Les randonnées sont accessibles aux non-clients du resort moyennant une petite entrée, il suffit de s’enregistrer à l’accueil et de payer quelques rands par personne et par randonnée que l’on veut faire. On reçoit alors une « carte » de la randonnée, aux proportions pour le moins très libres, mais qui donne une idée du chemin à suivre. On a choisi la randonnée la plus populaire, la « Leopard Trail » (point de départ exact ici), car elle permet d’avoir de superbes vues sur le canyon depuis le début de la rando et tout le long du trajet. Ce n’est pas une boucle donc on peut choisir de faire demi-tour quand on le souhaite. La randonnée est très bien balisée, il suffit de suivre les traces de léopard ! 

C’est très sympa de se balader au cœur de la réserve naturelle, ça permet de bien se rendre compte de l’ampleur du canyon, qui fait 26 kilomètres de long avec 750 mètres de profondeur en moyenne… On peut également apercevoir le barrage de Blyderivierpoort. Ne pas oublier non plus d’aller faire un tour en partant ou rentrant à l’Upper Viewpoint juste à côté du parking.

La randonnée n’est pas très difficile en soi (à part quelques passages un peu plus abrupts, le dénivelé reste raisonnable), mais je ne vous recommanderai en fait pas de la faire si vous venez en plein été austral (donc l’hiver chez nous) car il fait vraiment très (trop) chaud et il y a très peu d’ombre sur toute la randonnée. Surtout, on a fait l’erreur de ne pas partir avec assez d’eau : j’ai frôlé l’insolation/déshydratation ! On a donc fait demi-tour avant la fin (normalement c’est 2 heures aller et 2 heures retour, on en était déjà à 2 heures et il devait encore en rester une petite heure). Sachant que l’aller ne fait que descendre, la remontée avec la tête qui tournait déjà nous a pris beaucoup plus de temps que prévu… Ça valait quand même le coup, mais si je devais le refaire avec cette météo-là, pas sure que je le ferais. 

Le point de vue des Three Rondavels

Avec tout ça, le temps qu’on remonte, les nuages étaient en train d’arriver… on nous avait dit que le temps pouvait vite changer mais on ne s’attendait pas à ce qu’une heure à peine plus tard ça soit le plus gros déluge que j’ai jamais vu – sérieusement ! 

Les Three Rondavels est le point de vue le plus connu sur la route. Chaque point de vue étant payant, on avait décidé de commencer par celui-ci, et heureusement puisque nous y sommes arrivés un petit quart d’heure seulement avant que l’orage n’éclate ! C’est vraiment un temps de dingue, on voyait encore le soleil d’où on venait, et les éclairs arrivaient à toute vitesse de l’autre côté ! Finalement, on n’aura vu que l’un des côtés du point de vue avant de devoir aller nous réfugier dans la voiture en courant. N’oubliez pas d’aller aux deux points de vue si vous y allez (les deux sentiers qui partent du parking), car l’autre avait l’air dingue aussi ! 

Bourke Luck Potholes

On se décide quand même de tenter de reprendre la route pour ne pas trop perdre de temps. On ne voyait pas plus loin que nos essuie-glaces mais on est tout de même arrivés à redescendre un peu plus bas et à fuir l’orage (petite précision de Monsieur : les essuies glaces n’arrivaient même plus à racler le pare-brise, mais on a été obligé de continuer à rouler pour ne pas se faire emboutir sur le bas-côté ! ahah). Finalement, on est arrivés aux Bourke Luck Potholes juste avant que la pluie ne s’arrête. C’est un site un peu particulier où on peut observer des formations rocheuses creusées par l’eau qui forment des sortes de marmites d’eau, d’où le nom, ainsi que des chutes d’eau. C’est à nouveau payant, et ici il y a plus de monde, mais comme on peut se balader où on veut sur le site, on peut quand même faire un peu d’exploration. 

La Route des Cascades : Berlin Falls & Lisbon Falls

Vu qu’avec toutes ces péripéties, l’après-midi était déjà bien avancée et que tous les sites ferment assez tôt (16h-17h, 18h pour quelques uns), on a décidé avec le temps qu’il nous restait d’aller voir deux des cascades les plus connues de la « Route des Cascades », Berlin Falls et Lisbon Falls. Les parkings se trouvent juste à côté de ces deux cascades, ce sont donc deux arrêts rapides (mais à nouveau payants). Même si on a pas pu y rester très longtemps, j’ai trouvé ces chutes d’eau vraiment impressionnantes !

J’ai une petite préférence pour la première, Berlin Falls, qui tombe abruptement de la falaise.

 

Lisbon Falls sont toute de même très impressionnantes également, et on a une très belle vue sur les vallées aux alentours. La fin de journée est le moment parfait pour les voir sans contre-jour.

Voici les autres chutes d’eau du coin qu’on aurait bien aimé faire si on avait eu plus de temps :

  • Mac Mac Falls (et Mac Mac Pools)
  • Lone Creek Falls
  • Bridal Veil Falls
  • Sabie Falls

Dernière info : vous avez peut-être entendu parler du fameux Big Swing à Graskop, si les sensations fortes ne sont pas pour vous, sachez que depuis peu il y a un ascenseur en verre (Graskop Gorge Lift) qui permet de descendre tout en bas des gorges, ça peut être une activité sympa à faire si vous disposez d’une deuxième journée sur place.

Bref, une belle journée malgré ces quelques petites périphéries ! Une fois les entrées aux sites fermées, nous avons rejoint notre destination suivante : le Kruger National Park – mais ça, ça sera à suivre dans un prochain article ! 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour la mention :) quelle belle adresse cet hôtel j’aurais aimé la connaître ! C’est clair qu’il faut bien une grosse journée voir un peu plus pour en profiter à fond, nous aussi avions fait l’impasse sur pas mal de cascades

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.