Bilan 2017: une année dans la vie d'une blogueuse

Lifestyle

Bilan 2017: une année dans la vie d’une blogueuse

Par  | 

Ca y est, c’est déjà l’heure de dresser le – désormais traditionnel – bilan de l’année écoulée ! Je dois dire que je prend de plus en plus de plaisir à cet « exercice de style » car ça me permet de tirer différents enseignements de l’année écoulée, et de m’ouvrir un peu à vous sans pour autant constamment étaler ma vie privée en ligne (ça reste plus ou moins mission impossible quand même en tant que blogueuse de nos jours, mais bon… ça fait partie du jeu !).

Bref, me confier à vous dans ce bilan de fin d’année est toujours très libérateur pour moi… Encore mieux que le psy puisque vous avez été pas moins de 343160 lecteurs (à l’heure où j’écris ces mots, le 28 décembre) à me lire en 2017 ! Même si je dois remercier Google pour une bonne partie de ces lecteurs, c’est surtout vous, ma communauté de fidèles lecteurs, que je veux remercier aujourd’hui d’être toujours présents depuis bientôt 6 ans pour certains !

Alors, elle a donné quoi cette année 2017? Et bien, on va dire qu’on ne peut jamais tout avoir en même temps puisque après mes malheurs en amour en 2015, mes malheurs en famille en 2016, j’ai l’honneur de vous annoncer que 2017 aura été l’année des malheurs de santé ! Une année malgré tout beaucoup plus stable et avec un sentiment de liberté qui m’a permis de garder le moral malgré tout, à part certains petits passages à vide comme on en connait tous. Mais ces soucis de santé auront à la fois impacté ma vie privée et la vie du blog, avec pour la première fois depuis 5 ans de blogtrips, des voyages que j’ai du refuser ou annuler le cœur gros, et d’autres dont je n’aurai profité qu’à 50%. Ca aura été au final une de mes grandes frustrations de l’année, pour la passionnée de voyages que je suis (et même si je totalise tout de même 90 nuits d’hôtel en fin d’année, je ne suis pas à plaindre…). J’en ai très peu parlé sur le blog car c’est un sujet dont je n’avais pas envie qu’on me parle, c’était déjà assez lourd comme ça pour moi. En gros, à mon retour de Rome en mars j’ai commencé une série d’infections dont on n’aura trouvé la cause qu’au mois de juillet. La spécialiste devant me soigner était alors en vacances (bien évidemment…), ce qui fait que je n’ai commencé mon traitement qu’au mois d’août pour le finir juste avant notre départ au Japon. Avec pendant tous ces mois un gros stress de faire une rechute, les rechutes, et surtout la fatigue liée aux différents antibiotiques que j’aurai du prendre avant le diagnostic final, sans oublier les premiers mois à me faire prendre quasiment pour une folle quand j’expliquais que mes symptômes ne partaient pas avec les traitements qui étaient sensés marcher « dans 95% des cas ». Vive le monde médical belge, encore une fois…

Vous pensez que ça s’est fini comme ça? Oh, c’est mal me connaître… 😉 Juste avant la fin de mon traitement… bam, l’accident de voiture (le premier de ma vie), un pied totalement hors service (aka « j’ai testé les services pour handicapés des aéroports »… et je peux vous dire que ce n’était pas toujours joli joli) pendant des semaines et une peur bleue de reprendre le volant, des voyages que j’ai du assumer malgré tout en forçant sur mon pied… Pour une fille comme moi qui ne jure que par les roadtrips, et qui se balade partout en voiture, ça m’a fait me remettre en question, croyez-moi, même une fois le choc passé ! Je compte bien reconduire, j’adore ma voiture, mais en même temps j’ai très bien vécu sans voiture pendant plusieurs mois (merci Monsieur), et à la place d’une voiture je pourrais très bien me payer chaque année un superbe voyage (un de plus, oui oui oui) à l’autre bout du monde… Surtout que non, mon pied n’est toujours pas remis à 100% et que chaque effort se fait encore sentir…

Bref, les deux grands enseignements de cette année 2017: on vit très bien sans voiture, et surtout quand la santé va, tout va, comme disaient mes grands-parents que je comprend beaucoup mieux à présent ! Et merci à ceux qui m’auront supporté en voyages quand ce n’était pas facile, je vous en suis très reconnaissante ! Et au final, je réalise que c’est aussi tous ces défis de la vie qui me permettent de profiter de plus en plus de ce que j’ai sans en vouloir toujours plus. Ne pas se fâcher pour des bêtises, ne pas toujours penser que l’herbe est plus verte ailleurs, profiter de ceux qu’on aime, prendre du temps pour soi,…

C’est aussi pour ça que j’ai voulu me recentrer au niveau du blog.  En 2017, toujours pour essayer d’apporter un peu plus d’éthique et d’honnêteté dans la blogosphère, j’ai co-lancé Belgian Influencers et sa charte éthique.

(Pour la petite parenthèse et passez au paragraphe suivant si vous pensez avoir déjà tout entendu sur le sujet, l’état de la blogosphère ne s’est pas arrangée cette année, bien au contraire (pour le background, voir mon article: Comment mesurer l’influence d’un blogueur? ). En tant que blogueuse « à l’ancienne », c’est de moins en moins facile de trouve sa place face à tous ces nouveaux (auto-proclamés, bien souvent) influenceurs. Je dois vous avouer que c’est parfois (très) dur de se battre pour montrer qu’on existe si on a pas un compte Instagram avec 4 zéros minimum (d’autant plus frustrant quand sur ton blog tu les as !) et surtout face au règne du « fake ». Je commence à en avoir vraiment marre de supporter les petites moues pleines de mépris de ces « influenceuses » aux événements quand elles découvrent ton « petit » compte Instagram alors que le leur est rempli de faux followers, la lâcheté des agences de communication qui préfèrent la facilité en vendant ces gros chiffres sortis de nulle part à leurs clients plutôt que de devoir expliquer pour la xième fois ce qu’est une niche et un marché… J’ai parfois l’impression de devenir vieux jeu en privilégiant toujours mes articles par rapport à mes posts sur les réseaux sociaux. Mais quand je vois que mon top 10 d’articles n’est composé que d’articles écrit avant 2017… Je me dis que c’est ce qui reste alors que les réseaux sociaux vont et viennent, au final… Mais ai-je vraiment raison alors que nous vivons dans une époque où tout est jetable, où tout va de plus en plus vite, et où les gens ont de plus en plus de mal à lire un article plus de 1 minute?! L’avenir nous le dira, mais jusqu’ici je suis fière de défendre la #teamblogueuses, celles qui écrivent encore des articles de plus de 1000 mots !!! – Fin de la parenthèse)

Belgian Influencers aura donné de belles réunions, plein d’idées mais très rapidement nous avons bien sur eu notre lot de « haters », de gens qui ne voulaient pas que les choses changent, des discussions qui tournaient au vinaigre, et j’avoue sans aucune honte que je n’avais pas l’envie de me battre contre ces personnes et me lancer dans des discussions stériles. Je me suis donc détachée de notre groupe. Je préfère continuer à faire les choses bien de mon côté, avec passion, et si je peux servir d’exemple à d’autres blogueurs, alors ça sera toujours ça de gagné, mais je ne compte plus perdre mon temps à vouloir faire changer les autres. Autant se concentrer sur soi ! Pour vous, cela veut dire par exemple que les articles rédigés suite à une invitation ou à un partenariat sont indiqués clairement comme tels en fin d’article, et ceux où il n’y a aucune mention sont donc entièrement financés de ma poche. On me pose encore souvent des questions à ce sujet, donc voilà ! 😉 Je ne vois pas pourquoi je devrais m’en cacher, car je pense qu’au bout de 5 ans (bientôt 6), vous avez compris que si je suis toujours là, c’est que je suis passionnée, et que je ne vendrai jamais mon âme au diable pour quelques produits ou quelques euros. C’est pourquoi c’est important pour moi de conserver mon travail en parallèle de mon blog, pour garder un maximum de liberté ici.

Mais à côté de mon CDI qui m’a beaucoup plu cette année pour sa flexibilité et des projets qui bougent enfin un peu (mon pire ennemi n’est pas le burnt out mais le bore out), 2017 est également la première année où mon activité de blogueuse aura été officiellement reconnue via mon inscription à la Smart pour gérer mes contrats et partenariats (en gros et pour vous faire comprendre, grâce à la Smart « Au goût d’Emma » est devenue ma « micro-entreprise » sans que pour autant je prenne le statut d’indépendante). Si c’est une belle avancée pour moi et que cela aura porté ses fruits avec quelques beaux partenariats (encore une fois, sélectionnés avec soin), il y a quand même un mais. Rien à dire du côté de la Smart (si quelqu’un de l’équipe Bleue me lit, merci pour votre réactivité constante !) mais par contre du côté des clients, ça n’a pas toujours été tout rose, c’est le moins qu’on puisse dire. On pense que c’est facile d’être blogueuse, de gagner de l’argent via son blog… Laissez-moi vous dire que quand vous devez assumer des deadlines avec parfois quelques jours seulement pour faire un travail soigné, mais qu’en retour votre rémunération vous la recevez souvent 2 mois plus tard, parfois beaucoup plus, après moultes relances… ou encore quand le client change d’avis alors que vous avez déjà brainstormé pendant plusieurs heures sur des idées précises… ça, c’est très fatiguant. Sans oublier la paperasse qu’il y a derrière à chaque fois. Je sais que j’ai tout de même de la chance d’avoir cette possibilité de revenu complémentaire mais ce que je veux vous dire avec tout ça, c’est que notre pays n’est vraiment pas fait pour encourager l’entreprenariat et les activités complémentaires, quand je compare notamment avec nos amis français… Alors au final, j’ai refusé beaucoup plus de projets que j’en ai acceptés. Bref, ce n’est donc toujours pas au programme pour l’instant pour moi de devenir blogueuse à temps plein. Je ne suis définitivement pas une carriériste, quel malheur…

J’avais envie de finir ce bilan par une petite réflexion concernant un de mes sujets de prédilection, comme vous le savez: la gastronomie… Au début de ce blog, j’avais 22 ans, je vivais mes premières expériences d’adulte (après des années étudiants à manger des pâtes et vol-au-vent à l’unif) aux plus belles tables de notre pays. Je me suis passionnée pour ce monde que j’avais déjà un peu découvert plus jeune grâce à mes grands parents. J’avais parfois une attitude presque de « fan girl » face à certains chefs, reconnus par les plus grands guides et par les plus belles récompenses du métier… 5 ans plus tard, j’en serais presque à boycotter ces grands noms (en tout cas ceux qui sont synonymes de grosse tête, c’est peut-être ça d’avoir fréquenté le milieu d’un peu trop près…) et je prend bien plus de plaisir à mettre en avant des petites adresses qui méritent un peu de reconnaissance, que des restos qui font « partie du système » et prêts à tout pour y rester, comme avec ces processus de réservation qui te donnent parfois envie de te taper la tête contre le mur (« vous devez appeler à 7h51 le premier lundi après la pleine lune pour réserver pour la dernière semaine de 2020.« ), juste pour garder cet fameuse aura des grands chefs… Je n’ai plus du tout envie d’alimenter ce petit monde doré qui dépend uniquement du bon vouloir d’inspecteurs qui ne sont pour moi plus vraiment en phase avec la société actuelle, qui devraient se concentrer un peu plus sur leur indépendance et un peu moins sur la conservation des traditions, françaises dans la plupart des cas. Quid de la cuisine du monde? Alors, oui, il y a bien un restaurant de ramen étoilé à Tokyo… mais la seule chose qui le différencie des autres adresses de qualité c’est… sa sauce à la truffe ! Pas des plus japonais, alors qu’il y a tellement de saveurs formidables et locales à découvrir dans ce pays… Vous ne trouvez pas ça stupide qu’on en soit toujours là en 2017? Faut-il encore vraiment de la truffe, du caviar ou du homard dans son menu pour mériter une étoile? J’attend toujours que les meilleurs restaurants indiens, mexicains, thaï, vietnamiens, soient reconnus au même titre que les grands chefs français. Si j’aime toujours autant la gastronomie, c’est découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles recettes, de nouveaux aliments, qui me procure aujourd’hui le plus de plaisir.

De la même manière, je préfère aujourd’hui mettre en avant et collaborer avec des personnes qui sont dans la même optique que moi. En 2017, pour la première fois de ma vie j’ai également refusé des invitations à aller manger dans des restaurants étoilés, pour les raisons expliquées ci-dessus: ce petit monde bobo prétentieux que je ne peux plus voir en peinture. Heureusement, il y a toujours des chefs et des équipes qui me donnent le sourire, qui ont une passion contagieuse et avec qui je papoterais bien pendant des heures. De plus en plus souvent ce sont ceux-là même qui ont du mal à recevoir les récompenses qu’ils mériteraient si c’était vraiment la cuisine qui comptait le plus aux yeux de ces fameux « critiques ». Bref, si vous voulez vraiment découvrir de nouvelles choses, pourquoi ne pas plutôt écouter les conseils de vos amis, découvrir des petites adresses de votre région, ou demander à des locaux ce qu’ils vous recommande lorsque vous êtes à l’étranger? Honnêtement, toutes mes meilleures découvertes culinaires de cette année, c’est comme ça que je les ai faites, que ce soit le meilleur tonkatsu de Kyoto recommandé par notre hôte Airbnb, le dernier petit resto d’Anvers recommandé par une amie ou ce resto repéré chez une copine blogueuse.

Encore une fois, c’est ici que je me rend compte que mon article est à nouveau beaucoup trop long (#teamblogueuses je vous l’avais dit…), alors pour conclure sur un sujet enthousiasmant, parlons brièvement voyages en 2018 ! Mes rêves de voyage pour 2018 sont comme chaque année très nombreux… mais comme je ne tiens pas en place et change d’avis tout le temps, je préfère vous garder la surprise cette fois-ci ! Je peux juste vous dire que mon premier voyage de l’année sera en Finlande, où je resterai une bonne dizaine de jours, ce qui en fera mon plus long voyage en Europe depuis le début de mon blog – c’est fou ! et que je finirai l’année en Nouvelle-Zélande.

Comme d’habitude, pour conclure, voici le top 15 de mes articles les plus lus sur le blog parmi ceux publiés en 2017. Merci à vous, chers lecteurs, d’être toujours présents ! Je ne saurais jamais assez vous dire MERCI !!!

  1. Mon itinéraire d’un jour pour visiter Bruges à pied (loin devant !)
  2. Bien manger à Prague: mes bonnes adresses
  3. Les restaurants préférés à Bruxelles de 11 blogueurs 
  4. Bon plan: 15 lunchs à moins de 15€ à Bruxelles
  5. Où manger un bon burger à Bruxelles?
  6. Un weekend en Belgique: les destinations préférées de 13 blogueurs
  7. J’ai testé la nouvelle bière Caractère by Leffe
  8. J’ai testé le nouveau White Cinema aux Docks Bruxsel
  9. L’Horizon, le restaurant à suivre à Chaumont-Gistoux
  10. Visiter la réserve de biosphère de Sian Ka’an sans guide 
  11. J’ai visité The Wizarding World of Harry Potter à Orlando 
  12. Mes bonnes adresses gourmandes à Lisbonne
  13. Une journée à Universal Studios Florida à Orlando
  14. Restaurant Sanzaru: la cuisine Nikkei débarque à Bruxelles
  15. J’ai testé le masque Easybreath de Decathlon

 

5 commentaires

  1. Noctie

    28 décembre 2017 à 21 h 11 min

    Je te suis depuis de nombreuses années et en profite pour te remercier pour tes articles toujours de qualité. Sois sûre que je préfère 100 fois te lire plutôt que de suivre des fake influenceuses sur Instagram! Je fais sans doute aussi partie de la vieille école du blogging…
    Toutefois, si je peux me permettre une remarque générale sur ton blog cette année, je t’ai moins suivie car les articles voyage me rebutent un peu. Je ne me sens simplement pas concernée par ce type de sujet. Non pas que les voyages ne m’intéressent pas, mais à petite dose et pas sur toutes les destinations. Du coup, j’ai laissé passer pas mal de tes articles en 2017. De même, j’ai trouvé que la plupart de tes articles se concentraient sur de grands restaurants (haute gastronomie) et… étant bruxelloise, je dois avouer que je préférais découvrir avec toi les simples troquets/bistrots de la capitale que les étoilés du fin fond de la Flandre. Je fais pleinement confiance à ton avis sur les restaurants, et il y a (à mon sens) bien trop peu de bloggeurs gastronomiques belges. C’est pourquoi j’ai été dépitée cette année de ne pas trouver mon bonheur sur ton blog. Je me suis tournée vers tes articles des années précédentes pour dégoter de bonnes adresses.
    J’espère que ça ne te blesse pas, sache que je resterai une lectrice fidèle.

    • Emmanuelle Hubert

      28 décembre 2017 à 21 h 57 min

      Merci pour ton commentaire et de me suivre depuis tout ce temps ! Je comprend très bien ton commentaire, c’est vrai que cette année j’ai peut-être été un peu loin de mon ratio de 50% d’articles voyage et 50% d’articles sur mes bonnes adresses de Belgique comme j’essayais de faire les autres années, je vais essayer d’améliorer ça l’année prochaine, puisque je vois que dans mes articles qui ont le mieux marché cette année sont majoritairement ceux sur Bruxelles et la Belgique de toute façon ! 😉 Et comme je le dis dans cet article, je me sens de moins en moins proche du monde de la haute gastronomie, même si j’aime encore ça, j’ai vraiment envie de donner plus de place aux petites adresses en 2018 ! Et commencer par terminer deux articles que j’aurais déjà du publier depuis longtemps: mes bonnes adresses asiatiques et pizzerias à Bruxelles !!
      Bonne année et rendez-vous en 2018 🙂

  2. Sarah

    1 janvier 2018 à 16 h 32 min

    Hey Emma, perso j’adore ton blog, j’ai déjà eu l’occasion de tester quelques-unes de tes bonnes adresses, et étant dingue de voyages myself, j’aime lire tes expériences sincères et honnêtes, que tu aies aimé ou non!
    Du coup, j’attends avec impatience l’article sur ton voyage au Japon, car il est au programme pour 2021 avec ma soeur (3 semaines…notre rêve depuis toutes petites!) et je sais que tes bons plans ne me décevront pas!

    Continue comme ça!

    • Emmanuelle Hubert

      2 janvier 2018 à 12 h 32 min

      Bonjour Sarah, merci beaucoup !! 🙂
      Je crois que tu vas être servie au niveau des articles sur le Japon, ahah ! Le plus dur étant pour moi de savoir par où commencer ! 😉
      Merci pour ta fidélité et ta confiance !

  3. Nathalie CookieetAttila

    4 janvier 2018 à 16 h 47 min

    Que de voyages!
    Je te souhaite donc pour 2018 une très bonne année et surtout une très bonne santé 🙂 J’espère que 2018 sera une année de bonheurs en tous genres!

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *