Cancun, le paradis perdu et ses booze cruises (Captain Hook)

Voyages

Cancun, le paradis perdu et ses booze cruises (Captain Hook)

Par  | 

Rares sont les endroits qui me font me dire directement que je n’y retournerais jamais. Les deux derniers en date se font presque face: Cuba et Cancun. Les raisons sont différentes, mais le résultat est là: deux paradis perdus, loin de la vision de rêve que le nom évoque dans nos têtes. Cancun n’est pas représentatif de la Péninsule du Yucatan, et heureusement: mais nous étions bien obligés d’y atterrir et d’en repartir – après avoir passé des jours merveilleux à sillonner les terres mayas. Alors tant qu’à faire, on s’est dit qu’on allait jouer le jeu de l’américanisation suprême de la ville, en réservant pour notre dernière soirée au Mexique une « croisière-spectacle » sur un bateau pirate, une des activités qui semblent être très populaires auprès des clients des hôtels de luxe all-in de Cancun. Deux compagnies rivales occupent les eaux de la baie, c’est vers Captain Hook que notre choix se portera pour la seule et unique raison que nous sommes tombés sur une méga promo lors de notre réservation en ligne (et heureusement…).

On en avait déjà eu un petit aperçu à l’aller, et ça se confirme lorsque nous débarquons à notre hôtel pour cette dernière nuit à Cancun: c’est assez difficile de trouver du charme à cet étrange mélange entre les cultures américaine et mexicaine, qui reste toutefois intéressant à observer !  Si vous ne séjournez pas dans l’un des hôtels de la zone hôtelière en bord de mer, vous allez avoir du mal à voir le sable ou la mer… Pas de plage paradisiaque donc, ou de vrai dépaysement: on pourrait tout aussi bien être dans n’importe quelle grosse ville américaine, avec les supermarchés ouverts 24h/24, la junk food, etc. Je suis sure que Cancun cache bien quelques petites pépites, mais nous n’avons pas vraiment eu le temps de les trouver…

Bref ! Nous voici donc en route pour la marina de la zone hôtelière, d’où part notre « croisière ». Les problèmes commencent ici: nous devons être parmi les seules personnes à venir sans transfert depuis un des gros hôtels du coin, et impossible de se garer ici: tous les parkings des hôtels sont privés, impossible d’y rentrer même en payant… Heureusement que quelques billets glissés à la bonne personne règlent toute situation délicate au Mexique: s’il y a bien une chose que nous avons appris lors de ce voyage, c’est bien celle-ci ! Notre voiture garée et sous bonne surveillance, nous pouvons enfin prendre la direction de la marina !

Après une bonne demi-heure de file pour échanger notre voucher (avec moult contrôles), nous finissons par apercevoir le bateau. La croisière-repas-spectacle-bateau-pirate-booze-party (on ne savait pas trop comment l’appeler, et on le sait encore moins après y avoir été) est remplie à craquer, on nous installe tous sur des tabourets au centre du bateau, collés les uns aux autres… Les animations des « pirates »-serveurs commencent, le bateau démarre, et je me dis que la soirée va être longue !

Heureusement, les animations sont assez distrayantes, le temps ne me semble finalement pas trop long avant que ça soit notre tour d’aller manger à l’intérieur. La croisière inclut le repas et les boissons (softs, bières et quelques cocktails) de manière illimitée, mais à part avec un décolleté de dingue, un pourboire qui double le prix de la croisière ou des allers-retours incessants dans la foule, ne comptez pas rentabiliser le prix de la soirée à ce niveau-là. Nous avions choisi l’option repas la moins chère, et nous avons bien fait car quelle que soit l’option choisie, le niveau n’est pas supérieur à celui d’un banal buffet d’hôtel. Mais ça reste correct, et ça nous fait même plaisir de regoûter à des saveurs plus occidentales après des jours de bouffe mexicaine !

C’est après que les choses se sont corsées: après les premières animations très familiales (les enfants semblaient d’ailleurs être conquis par les pirates !), place à la partie « booze » de la soirée, avec des jeux d’alcool et de la musique pop bien lourde. On retire les tabourets: maintenant, il faut danser ! On passe donc à une toute autre ambiance, et ce n’est pas les deux cocktails que nous avons réussi à commander jusque là qui nous permettent de nous mettre dans l’ambiance… Les enfants sont toujours au taquet, trop heureux de pouvoir faire la fête avec les grands, même si sur le retour on les voit bien commencer à fatiguer. On voit pas mal d’adultes commencer à s’amuser également: nous, ce n’est définitivement pas notre truc ! Je pense que pendant le spring break, lorsqu’il n’y a quasiment que des étudiants, ça doit encore être une autre ambiance (mais du coup un peu plus délicat pour les enfants…).

Bref, je pense réellement que les familles et les groupes de potes peuvent y trouver leur compte (il y a des formules VIP pour avoir plus d’alcool 😉 ), mais si votre but est de voir du paysage (le bateau ne va vraiment pas bien loin !) ou d’assister à un vrai spectacle, je pense que vous pouvez faire d’autres choses plus intéressantes près de Cancun. Après le clou du spectacle (allez, je vous spoile: un autre bateau vient à l’abordage, et ça finit par quelques feux d’artifice !), le bateau reprend la direction de la marina et nous sommes heureux de retrouver la terre ferme (et surtout de sortir de la foule en ce qui me concerne !).

J’aurais aimé finir le voyage avec une note plus positive, mais au final on aura beaucoup ri de cette étrange soirée !

Ceci clôture donc mon carnet de voyage au Yucatan ! Quelques autres articles récapitulatifs suivront encore, donc n’hésitez pas si vous avez des questions particulières !

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *