Paris alternatif #2 : à Belleville... et "Dans le noir" !

Voyages

A la découverte d’un Paris alternatif avec iDBUS #2 : à Belleville… et « Dans le noir » !

Par  | 

Après une première journée riche en émotions, Mélissa et moi nous levons de bonne heure pour continuer notre visite d’un Paris alternatif … Au programme aujourd’hui: la découverte du 20ème arrondissement vu par une de ses habitantes, et un repas gastronomique… dans le noir !

DSC_0427

Une balade à Belleville avec une Paris Greeter

En préparant ce voyage, j’avais eu la bonne idée de réserver (en suivant les bons conseils d’Aline) une balade avec une des « Paris Greeters », ces parisiens qui vous font découvrir leur propre ville de manière bénévole. Je savais que le concept existait dans plusieurs villes dont Paris mais c’était la première fois que j’allais faire une balade de ce genre. C’est Isabelle, une habitante passionnée du 20ème arrondissement, qui avait répondu favorablement à ma demande sur le site des Greeters, et qui va donc me faire découvrir son Paris à elle aujourd’hui. L’idée plait aussi beaucoup à Mélissa, qui décide donc de nous rejoindre. Il est 9h précises et nous commençons la balade au métro Gambetta, face à la Mairie du 20ème.

DSC_0340

Notre fil rouge aujourd’hui sera la rue des Pyrénées, que nous suivrons tout au long de la balade, non sans quelques petits détours vers des rues et ruelles insoupçonnées depuis les grands faubourgs.

DSC_0394

Il faut savoir que Belleville, il n’y a pas encore si longtemps que ça, c’était la pleine campagne… Les photos et lithographies d’époque qu’Isabelle nous montrent sont saisissantes ! Et puis, pof, Belleville a été annexée à Paris par Haussman est en est devenue le 20ème arrondissement, et le village a laissé place à l’urbanisation et aux grands boulevards. Le 20ème est aujourd’hui un arrondissement que les touristes délaissent souvent (il faut dire que ses trésors sont assez bien cachés – à part bien sur le Père Lachaise…), alors que pourtant la colline de Belleville est tout aussi riche en histoire que sa voisine plus connue, Montmartre. Et si pour moi Paris ce n’était que des boulevards haussmaniens uniformisés, Belleville et Isabelle m’ont prouvé que Paris était plus riche architecturalement parlant que ce que je ne le pensais…

DSC_0344

DSC_0354

DSC_0392

DSC_0371

DSC_0377

DSC_0388

DSC_0363

De la maison d’architecte ultra-moderne, aux maisons de village en passant par les grands immeubles haussmaniens et le Pavillon Carré-de-Baudouin, une étonnante ancienne « résidence de campagne » d’un riche parisien (dernière photo), l’architecture de Belleville recèle de vraies surprises !

Mais ce qui fait vraiment le charme de Bellevilles, ce sont ces petites ruelles: on quitte la rue des Pyrénées pendant 20 secondes et on se retrouve comme par magie dans un autre monde… alors que, pourtant, on est toujours bel et bien à Paris !

DSC_0357

DSC_0359

DSC_0372

DSC_0381

DSC_0384

DSC_0401

Dans ces ruelles intemporelles comme partout ailleurs à Belleville, nous avons fait une petite chasse au trésor… ou plutôt une chasse au street art, lui aussi parfois bien caché dans ce quartier, mais qui est très riche et varié. On retrouv les Space Invaders et bon nombre d’autres artistes que l’on reconnait assez rapidement grâce à leur style personnel: Fred le Chevalier et ses petits personnages romantiques, le Diamantaire… et ses diamants !, ou encore le fana des échelles et des chaises dont j’ai malheureusement oublié le nom …

DSC_0379

DSC_0356

DSC_0366

DSC_0386

DSC_0399

DSC_0400

DSC_0396

DSC_0413

DSC_0408

DSC_0411

DSC_0419

DSC_0472

DSC_0461

DSC_0470

DSC_0465

La balade est également agréablement ponctuées d’anecdotes… Nous apprenons ainsi, plic-ploc, ce que sont les fontaines Wallace, à quoi servent les « regards« , où Edith Piaf est née, que depuis le Parc de Bellevue on a une des plus jolies vues sur Paris, et que ça vaut le coup de tenter sa chance dans les passages privés car ils révèlent souvent eux aussi souvent des secrets.

DSC_0342

DSC_0404

DSC_0481

DSC_0455

DSC_0429

DSC_0440

DSC_0433

DSC_0475

DSC_0476

Manger « Dans le Noir »… Une expérience unique

Après presque 3 heures de balade (à un rythme très très posé…), nous arrivons dans le 19ème, à la Place des Fêtes, où il est l’heure pour moi de reprendre le métro direction Rambuteau, car j’ai rendez-vous pour manger « Dans le noir » ! La première fois où j’ai entendu parler de ce resto, et de ce concept, c’était je dois l’avouer dans Top Chef. Du coup, quand j’ai préparé (comme une bonne élève) ma découverte alternative de Paris, j’ai tout de suite pensé à y réserver un repas car le concept m’avais marqué. Ce qui est bien, c’est que ce n’est pas simplement une expérience « marrante » à faire: les serveurs sont en fait des non-voyants et le but final est de vous sensibiliser à leur monde. Notre serveuse était en tout cas impressionnante. Dans la salle totalement noire du resto (je n’avais jamais vu de noir aussi intense, c’est assez perturbant car on ne sait pas si on doit garder les yeux ouverts ou fermés…) tout le monde s’assied à une grande table, en suivant l’ordre d’arrivée, et la serveuse, directement, retient votre prénom, vous pose l’assiette pile où il faut… Alors que vous au bout d’une demi-heure vous galérez toujours pour retenir le nom des inconnus assis à côté de vous et pour vous servir l’eau depuis la cruche ! Et on y apprend vraiment beaucoup de choses ! Tout d’abord, qu’on ne sait pas manger dans le noir ET proprement. Ce n’est juste pas possible d’utiliser un couteau quand on sait pas quoi ni où le couper! Tout le monde y va avec les mains, on dit direct ce qu’on pense d’un aliment, bref, on se laisse vachement plus aller, parce que c’est beaucoup plus facile comme ça et parce qu’on se sent beaucoup plus libre, aussi, du coup. Ensuite, on se rend vite compte qu’on mange en grande partie avec les yeux…  Même des saveurs qui semblent fortement reconnaissables a priori peuvent vous passer sous le nez… jusqu’à rater les crevettes dans un maki, ou encore à confondre du magret de canard avec du saumon fumé ! (quoique là, je me demande toujours si j’avais quand même pas eu le menu sans viande par erreur, j’ai quand même du mal à y croire^^) Car oui, à la fin, on vous montre les images de ce que vous venez de manger. Et là, c’est la grosse surprise générale! 😀 Enfin, le top de l’expérience, c’est que l’on fait plus facilement connaissance avec les gens sans les yeux. L’ambiance était juste génialissime, la table commune d’inconnus qui se racontent leur vie en rigolant au bout de 5 minutes, et à Paris en plus, c’était bien la première fois que je voyais ça! Bref, je vous recommande vivement l’expérience, pour le coup très alternative. Quant au menu, c’est toujours un menu surprise, bien évidemment, mais il peut bien sur être adapté à vos intolérances et restrictions alimentaires, il suffit de le dire à votre arrivée. J’ai choisi un menu en 3 services (entrée, plat, dessert) et j’ai vraiment bien mangé. L’assiette n’est bien sur pas hyper sophistiquée comme dans d’autres restos gastronomiques (ça serait un peu inutile)… mais tout se joue ici sur l’association des textures et des goûts surprenants.

DSC_0488

DSC_0485

Je retrouve ensuite Mélissa pour un essai number 2 au Musée de l’Orangerie, après s’être fait refoulé hier juste avant la fermeture. Je suis à l’avance, je décide donc de déjà rentrer en attendant l’arrivée de Mélissa. Et c’est là que je découvre que ce musée, dont j’avais lu à plusieurs endroits qu’il était gratuit est en fait… payant ! Et pas qu’un peu pour un si petit musée !! Enfin, au final les moins de 25 ans (si je me souviens bien) ne payent quand même pas, je décide donc de rentrer quand même, après avoir signé une décharge pour mon sac au vestiaire après une conversation plutôt « surréaliste » avec les employés…

« Les sacs à dos sont interdits, vous devez les laisser au vestiaire »

Je me dirige donc au vestiaire: « Bonjour, je voudrais laisser mon sac à dos »

« Vous avez des choses de valeur dedans? »

« Ben… oui »

« Vous ne pouvez rien laisser de valeur ici, il faut vider votre sac et tout prendre en main! » (Hyper pratique ça dis donc!!)

« Euh… sauf que dans mon sac il y a juste mon appareil photo et mon pc portable… Je vais pas laisser mon sac vide ici et tout porter quand même? »

« Si vous voulez pas porter vos affaires, alors il faut signer une décharge. Mais on garantit rien » (Très très rassurant ça dis donc!!)

« Euh, bah je sais pas, ça risque rien? »

« Ben y a parfois des pick-pockets mais ils sont pas sensés rentrer dans les vestiaires »

Fin bon, finalement, j’ai signé cette foutue décharge, j’ai enfin été voir les nénuphars géants, j’ai vite fait le tour de l’étage du dessous, et je suis revenue presque en courant sauver mon sac à dos des mains de ces gens bizarres, sans toute fois d’abord RE signer un autre document pour qu’ils puissent me le rendre… BREF, je ne vous conseille pas le musée de l’Orangerie, la file, la fouille à l’entrée, l’histoire des vestiaires et les quelques oeuvres connues qu’on y trouve ne forment pas un très bon rapport qualité/prix/temps. Même si c’est un peu moins alternatif, au moins au Louvres là vous en avez pour votre argent, et pas qu’un peu !

Mélissa arrive enfin et je lui raconte l’histoire. Après un rapide calcul, on se rend compte qu’on aura pas le temps de faire une dernière visite avant de reprendre l’iDBUS, direction Bruxelles.

En conclusion, après une première journée un peu chaotique, la deuxième journée de notre weekend alternatif nous aura vraiment enchanté et je pense pouvoir dire que l’on aura toutes les deux changé d’avis sur Paris grâce à Isabelle. Paris Greeters: c’était l’idée du siècle ! La balade avec Isabelle m’a donné envie de recommencer la même chose dans d’autres villes… et je n’oublierai pas de si tôt mon lunch dans le noir !

Je terminerai en partageant avec vous quelques liens qui pourront, vous aussi, vous aidez à préparer votre séjour alternatif à Paris…

Bars 
http://www.minutebuzz.com/partenaires–10-bars-les-plus-insolites-de-paris-pour-prendre-apero-%E2%80%93-partie-2-92561/
Restos & food 
Street art 
Musées
Shopping

Encore merci à iDBUS pour ce voyage et à Mélissa pour sa charmante compagnie durant tout ce weekend !

3 commentaires

  1. Virginie Soutmans

    29 juillet 2013 à 10 h 02 min

    Coucou,
    Pour ton prochain séjour à Paris, je te conseille ce livre : http://www.amazon.fr/Balades-petites-histoires-parisiennes-Marjolaine/dp/2012449956/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1375088415&sr=1-1
    Il y a de nombreuses balades alternatives et moins touristiques (il y d’ailleurs une balade dans Belleville dont tu parles dans ton article). Par exemple, balade à travers les passages couverts et semi couverts de la ville. C’est un très chouette bouquin avec des petites anecdotes. J’en ai profité l’an dernier, et j’ai été plus que ravie 🙂

  2. vermeulen

    30 juillet 2013 à 9 h 59 min

    Le street art est vraiment beau !

  3. Pingback: Pourquoi j'ai aimé "About Time", la nouvelle comédie romantique de Richard Curtis - Au goût d'Emma | Blog Belge | Voyage & Gastronomie

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *