Mon itinéraire pour visiter l’Istrie en quelques jours

Notre voyage en Croatie a commencé en Istrie, une péninsule aux airs d’Italie située au nord ouest du pays. Connue pour ses petits villages perchés, ses ruines romaines et ses truffes, l’Istrie est une destination qui peut facilement se visiter durant plus d’une semaine tant il y a de choses à y voir ! Nous y avons passé environs 5 jours, ce qui nous a permis de visiter les endroits les plus incontournables de l’Istrie : Rovinj, Poreč, Pula, Opatija, Motovun,… Dans cet article, je vous propose de découvrir notre itinéraire en Istrie, avec les choses immanquables à voir et à faire dans chaque ville.

Disclaimer : cet article peut contenir des liens affiliés. En réservant via ceux-ci, vous ne payerez pas plus cher mais je toucherai une petite commission qui me permettra de continuer à développer ce blog. 

L’Istrie en pratique

Se déplacer

Même s’il existe un réseau de bus qui relie les villes, la voiture reste la manière la plus confortable de visiter l’Istrie. Mais attention : la plupart des parkings sont souvent payants. Il y a peu d’alternatives gratuites (à part si votre hôtel possède un parking) dans les grandes villes. Si vous êtes là en « citytrip » (Pula possède un aéroport international) et que vous ne souhaitez pas louer de voiture, il existe des excursions (foodie) au départ des grandes villes de la péninsule qui permettent d’avoir un petit aperçu des villages perchés en un jour : c’est possible au départ de Pula, au départ de Porec, au départ de Rovinj, ou encore au départ d’Opatija.

A quelle période visiter l’Istrie ?

La haute saison s’étend de juin à septembre. En dehors de cette période, la météo peut encore être très agréable mais beaucoup de choses ferment, surtout au niveau des restaurants et des activités touristiques comme les tours en bateau. Les prix des hébergements seront par contre plus abordables.

Où loger en Istrie ?

L’Istrie étant une péninsule de taille raisonnable, il est possible de choisir un point d’ancrage, ou un sur chaque côte, et de rayonner à partir de ceux-ci. Si vous ne souhaitez pas changer d’hôtel, ma recommandation est de prendre un hôtel à Rovinj (voir mon article dédié à Rovinj). Nous avons préféré une formule roadtrip, avec différents hébergements pour 5 nuits au total. Nous avons commencé par deux nuits dans la région d’Opatija (pas encore la région d’Istrie administrativement, mais géographiquement on se trouve déjà au nord de la péninsule, c’est donc une destination qu’on inclut souvent dans les tours de l’Istrie), puis 2 nuits à Rovinj, et enfin 1 nuit à Oprtalj pour explorer les petits villages du nord.

Manger en Istrie

Un des points forts de notre voyage en Istrie fut la gastronomie locale ! La péninsule est l’une des régions les plus gourmandes de Croatie. On y sent clairement l’influence italienne, ce qui est normal puisque l’Istrie était italienne jusqu’en 1947. Aujourd’hui, à côté des noms des villes et rues qui sont souvent encore bilingues, on retrouve encore toutes les traditions italiennes, avec un petit accent slave, dans cette région très foodie. Comme en Italie, l’agritourisme est très développé, et dans la campagne et les petits villages les repas « à la ferme » ne manquent pas. C’est la meilleure manière de découvrir les produits de l’Istrie : vins, charcuteries, fromages, et surtout la truffe. Par contre, si la truffe reste un produit de luxe en Italie, elle est très démocratisée en Istrie ! Même les petits restaurants mettent de la truffe (et souvent fraîche !) un peu partout dans leurs plats, pour un prix qui reste très raisonnable (c’est beaucoup moins cher qu’en Italie). La saison de la truffe noire s’étend de l’été à la fin de l’automne, suivie par la saison de la truffe blanche jusqu’à la fin de l’année.

Que faire en Istrie ?

Ci-dessous, vous retrouverez les différentes étapes de notre voyage en Istrie dans l’ordre dans lequel nous les avons visitées. En fonction du temps que vous avez, vous pouvez passer plus ou moins de temps dans l’une ou l’autre région. En ce qui nous concerne, voici comment nous avons organisé ce voyage au niveau temps :

  • Jour 1 : arrivée à Opatija
  • Jour 2 : visite de la Riviera d’Opatija
  • Jour 3 : trajet entre Opatija et Rovinj via Plomin, Labin, Pula et Bale
  • Jour 4 : visite de Rovinj (et un peu de détente à l’hôtel)
  • Jour 5 : Porec et les villages perchés du nord de l’Istrie
  • Jour 6 : Ucka Nature Park et continuation vers Zadar

Opatija

Notre voyage a commencé à Opatija, première station balnéaire de Croatie, datant du 19ème siècle. Très chic, la Riviera d’Opatija est connue pour ses villas et palaces de style Belle Epoque, pour son agréable Lungomare (splendide promenade en bord de mer sur plus de 10 km) et pour ses restaurants de fruits de mer.

Notre hôtel à Opatija (Lovran) : Draga di Lovrana (hôtel-restaurant étoilé, un vrai coup de cœur !) – Voir tous les hôtels à Opatija 

Mon article complet sur Opatija : Opatija, la Riviera chic et gourmande de Croatie

Kastav

Dans les hauteurs d’Opatija, j’ai beaucoup aimé le petit village de Kastav, qui offre de splendides vues sur la côte depuis les ruines de ses anciennes fortifications.

Notre hôtel à Kastav : l’Hôtel Kukuriku

Brsec

Ce petit village perché en bord de mer offre un véritable dédale de ruelles. Ce n’est pas le plus joli d’Istrie, mais il n’est pas du tout touristique et c’est vraiment agréable de s’y perdre.

Plomin

Sur le trajet vers Pula, nous nous sommes arrêtés à Plomin. Ce petit village borde le « fjord » de Plomin et a un charme fou. Une viste rapide mais très agréable.

Labin

Labin fut l’un de mes villages perchés préférés en Istrie : la vieille ville, installée au sommet d’une colline, possède des maisons aux façades colorées et des petites ruelles très photogéniques. L’architecture est un beau mélange d’éléments gothiques et Renaissance.

Pula

Pula est l’une des villes les plus touristiques d’Istrie. On y trouve un des plus grands amphithéâtres romains préservés, et le seul qui possède encore ses quatre tours ! Je vous conseille de vous garer au grand parking situé à côté de l’amphithéâtre et de commencer par la visite de l’amphithéâtre (qui peut se réserver en ligne).

Depuis l’amphithéâtre, vous pouvez ensuite explorer à pied les autres vestiges antiques de la ville. L’autre arrêt immanquable à Pula est son Forum, le cœur antique de la ville, avec le Temple d’Auguste, plus vieux bâtiment de Croatie (il se visite normalement mais était fermé lors de notre passage). Impossible de résister à l’attrait des terrasses qui bordent la place ! Ne manquez pas non plus d’admirer l’Arc des Sergii, une ancienne porte de l’époque romaine, et de monter jusqu’au fort vénitien datant du 17ème siècle pour des vues sympathiques sur Pula.

Durant l’été, il est aussi possible de faire de nombreuses activités en plein air au départ de Pula, comme une croisière pour observer les dauphins au coucher du soleil, une excursion en bateau pour découvrir les îles du parc national de Brijuni, ou même une balade nocturne en kayak de mer !

Nous n’avons pas passé de nuit dans la région de Pula faute de temps, mais vous trouverez de nombreux choix d’hébergements abordables dans le coin – Voir tous les hébergements à Pula.

Vodnjan

Vodnjan, ou Dignano de son nom italien, est une petite ville historique avec un centre agréable aux ruelles datant du Moyen-Âge. Sympa pour un arrêt d’une heure ou deux, mais ça n’a pas été mon village préféré.

Bale

Bale, ou Valle en italien, est un autre petit village médiéval qui m’a beaucoup plus ! Installée sur une petite colline, la vieille ville est très pittoresque, avec ses petites ruelles ombragées et ses jolis bâtiments religieux.

Rovinj

Rovinj fut ma destination coup de cœur en Istrie. Cette ville historique, dont la vieille ville est installée sur une presqu’île, a su garder un charme fou. On y trouve une multitude d’adresses sympas et un front de mer très agréable.

Nos hôtels à Rovinj : nous avons passé une nuit dans la vieille ville à l’hôtel The Melegran et une nuit côté plages au Resort Amarin. Voir tous les choix d’hébergements à Rovinj.

Mon article complet sur Rovinj : Visiter Rovinj, la Perle de l’Istrie en Croatie

Poreč

Autre ville historique installée sur une péninsule face à l’Adriatique, Poreč est connue pour les mosaïques byzantines de sa Basilique Euphrasienne, classée à l’UNESCO, qui m’ont beaucoup rappelé celles de Ravenne. La visite est payante mais agréable (on peut découvrir plusieurs parties du complexe de la basilique, pas juste les mosaïques).

Même si la vieille ville de Poreč a moins de charme que Rovinj à cause de ses (trop) nombreuses boutiques touristiques, on y retrouve tout de même de jolies maisons de l’époque vénitienne, et des ruines romaines perdues en plein milieu de la ville (les ruines du temple de Mars et Neptune), ce qui est quand même assez insolite. La promenade en bord de mer, qui permet de faire le tour de la vieille ville, est quant à elle beaucoup plus agréable !

Nous n’avons pas passé de nuit près de Porec, mais si vous voulez y faire une étape, j’avais repéré le BO Hotel Palazzo, un hôtel avec piscine et jacuzzi au cœur de la vieille ville, avec vue sur l’Adriatique. Voir tous les hôtels à Poreč.

Višnjan

Nous n’avons fait qu’un arrêt rapide à Višnjan, autre petite ville médiévale avec une jolie place principale.

Motovun

Motovun est le plus célèbre des villages perchés d’Istrie. On a commencé par le découvrir de loin, depuis l’un des nombreux établissements d’agrotourisme de la région, le Agroturizam Spinovci Tikel. Outre la jolie vue sur Motovun, c’est l’endroit parfait pour découvrir la grande spécialité de la région, la truffe, dans des plats de pâtes très copieux. Les prix sont très raisonnables. En agritourisme, mieux vaut toujours prévenir de votre visite pour vous assurez des horaires d’ouverture.

Après avoir repris une route panoramique jusqu’à Motovun, nous sommes montés au sommet de la vieille ville perchée, entourée de remparts médiévaux. A la haute saison, il faut laisser sa voiture en bas et prendre une navette gratuite (ou monter à pied pour les plus courageux). Comme il n’y avait pas de navette lors de notre visite, on a pu monter plus haut, et arriver au cœur de la ville en quelques minutes de marche. Si le village est très photogénique, il est assez petit et se visite rapidement. On y trouve une place principale, et un chemin de ronde qui permet d’avoir de belles vues sur les environs. Il y a aussi de nombreux petits restaurants et cafés pour faire une pause : un des restaurants, Konoba Mondo, est très réputé et était d’ailleurs passé dans l’une des émissions d’Anthony Bourdain, exploit toujours commémoré par une photo bien mise en avant sur la façade du restaurant.

Si vous avez envie de vous faire plaisir avec une très belle adresse, vous trouverez aussi à Motovun l’un des plus beaux hôtels d’Istrie, le Roxanich Winery & Design Hotel (chambres à la décoration très originale, infinity pool, restaurant gastronomique, dégustations de vin,…).

Et si vous venez à la bonne saison, sachez qu’il est aussi possible de participer à une chasse à truffe avec chien dans la forêt de Motovun. J’avais déjà fait cette activité en Italie (où ça coute plus cher) et c’est vraiment quelque chose que je vous recommande si vous ne l’avez jamais fait !

Groznjan

Groznjan, ou Grisignana en italien, est l’un des villages que j’ai préféré en Istrie ! Le village a un charme fou, avec ses petites ruelles pavées pittoresques, parsemées d’ateliers d’artistes et d’artisans, et de quelques petits B&B à prix modiques.

Buje

Nous avons également fait un arrêt rapide à Buje, autre village perché d’Istrie, pas très facile d’accès.

Oprtalj

Oprtalj, ou Portole en italien, est un petit village pas très touristique, mais c’est là où nous avons passé la nuit, dans un petit appartement au cœur de la ville, une annexe récente du B&B Palazzo Angelica. Le bâtiment principal possède une piscine extérieure qui doit être très agréable durant l’été ! On a beaucoup aimé cet endroit hors des sentiers battus.

Le parc naturel d’Ucka

Au nord de la péninsule d’Istrie se trouve une chaîne de montagnes. Pour en découvrir une petite partie, le Ucka Nature Park possède plusieurs sentiers plus ou moins longs. Pas facile de trouver en français (ni même en anglais) beaucoup d’informations sur ce parc. Nous avons opté pour l’un des sentiers qui semblaient les plus populaires : le canyon de Vela Draga. Pour découvrir ce canyon vert, un petit sentier éducatif (qui permet d’en apprendre plus sur la géologie du secteur) traverse un environnement boisé jusqu’en bordure du canyon, qui offre une splendide vue. J’avais lu qu’il était possible de descendre ensuite dans le bas du canyon, mais le sentier semblait fermé lors de notre passage, nous avons donc rebroussé chemin à partir de ce point. Cette partie de la balade est rapide mais vaut le coup pour la vie ! Pour trouver le point de départ, cherchez « Vela draga parking » sur Google Maps.

 

Notre voyage en Croatie a ensuite continué en direction de Zadar : à découvrir au prochain épisode !

 

Texte et photos : Emmanuelle Hubert & Kevin Berger

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.