(Re)découverte du Skrei à l'Ambassade de Norvège

Gastronomie

(Re)découverte du Skrei à l’Ambassade de Norvège

Par  | 

Il y a quelques temps, est arrivée dans ma boîte aux lettres une invitation un peu particulière (ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit un carton d’invitation aussi officiel !): « Son Excellence Monsieur Niels Engelschiøn, Ambassadeur de Norvège en Belgique, et Madame Maria Grimstad De Perlinghi, Directrice France du Centre des produits de la mer de Norvège » m’invitaient en effet à venir (re)découvrir le Skrei, cabillaud d’exception venu de Norvège, au cours d’un repas (qui se révéla tout aussi exceptionnel) dans la résidence de l’ambassadeur de Norvège à Bruxelles. En tant que voyageuse gourmande, une telle invitation ne pouvait pas se refuser, d’autant plus que le skrei est un poisson que j’appréciais déjà beaucoup, et qui est devenu un incontournable des restaurants gastronomiques depuis quelques années. Je vous emmène donc dans l’univers du skrei !

skrei_norvege (15)

Une petite présentation de la bête est peut-être nécessaire, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce poisson haut de gamme qu’est le skrei. Le skrei est donc un cabillaud, qui a la particularité d’avoir une chair très ferme, d’une couleur blanc nacré, tout en restant tendre et très savoureux. En plus d’être très fin, le skrei est également très bon pour la santé, grâce à sa teneur élevée en protéines, vitamines et minéraux. De plus, le skrei est exclusivement pêché en Norvège entre janvier et mars, période durant laquelle il descend de la mer de Barents (skrei vient du mot viking skrida qui veut dire « j’avance ») à travers les fjords pour venir se reproduire en Norvège, dans l’archipel des îles Lofoten (pour une vue à 360° de ce petit coin de paradis, c’est ici). C’est ces efforts pour arriver jusque là, ainsi que son alimentation particulière durant sa descente, qui lui donnent cette chair si blanche. Cela peut paraître assez étrange que ce poisson soit pêché durant sa période de reproduction, mais c’est cette même méthode de pêche que les pêcheurs norvégiens utilisent depuis des siècles (le 10ème siècle, dit-on), la pêche restant durable car on ne pêche qu’un pourcentage limité de tous les cabillauds adultes. Dernière chose: vous ne trouverez jamais de skrei surgelé, car pour pouvoir recevoir cette appellation, il doit rester frais du moment où il est pêché jusqu’à destination finale !

skrei_norvege (5)

skrei_norvege (8)

skrei_norvege (2)

skrei_norvege (4)

skrei_norvege (6)

Le skrei est donc un produit noble qui peut se déguster de nombreuses manières, comme nous l’a encore prouvé ce délicieux repas à l’Ambassade de Norvège. Au menu: Trio de skrei (tartare de skrei au radis, cèleri et pommes vertes, croquette de brandade de skrei, toast de pain de  skrei tiède et quenelle de fromage aux herbes et raifort ), Filet de skrei rôti en croute d’herbes au chorizo sur une crème de panais et jeunes pousses d’épinards, Coulis de cresson, Carpaccio de poires aux épices accompagné d’une glace au pain d’épices et d’un brownie au chocolat, Coulis de poires au vin rouge (et non, pas de skrei dans le dessert! 😉 )

skrei_norvege (1)

skrei_norvege (10)

skrei_norvege (14)

skrei_norvege (16)

A noter au passage une très bonne découverte pendant le repas, le vin qui accompagnait le dessert: le Muscat Bleu Domaine du Chenoy, un vin… belge !

Tout ça m’aura bien donné envie d’aller découvrir ces eaux miraculeuses de l’archipel des Lofoten et d’y manger le plat national norvégien à base de skrei: le Skreimølje, moins gastronomique mais encore plus typique !

Pour plus d’information sur le skrei, direction le site du Centre des Produits de la Mer de Norvège.

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *