Que faire dans le Parc Naturel Régional du Pilat près de Lyon ?

Lors de notre dernier voyage en France, nous avons découvert une destination nature située à moins d’une heure de route de Lyon : le Parc Naturel Régional du Pilat. Situé le long de la Vallée du Rhône, le parc du Pilat est la destination parfaite pour une escapade nature : nous n’y avons passé que deux jours, mais vu la foule d’activités proposées dans le parc (randonnées, oenotourisme, vélo et autres activités outdoor), on peut y passer beaucoup plus de temps. Le Pilat peut être également une bonne étape pour un trajet jusque dans le sud de la France depuis la Belgique ou le nord-est de la France. Si votre trajet passe par Lyon, ce n’est qu’un petit détour : le Pilat est proche des grands axes, tout en étant ultra calme et relaxant – l’étape parfaite !

Visiter le Parc Naturel Régional du Pilat

Nous avons passé un long weekend gourmand dans le Pilat en juillet dernier. La météo étant un peu capricieuse, nous avons malheureusement du limiter nos activités extérieures, mais nous avons tout de même eu un bel aperçu de ce territoire riche et varié qu’est le Parc Naturel Régional du Pilat. Comme tous les Parcs Naturels Régionaux, on retrouve au Pilat une volonté de préserver le territoire via un tourisme durable, très orienté sur la nature et le terroir.

La particularité de ce parc, qui englobe un territoire de plus de 500 kilomètres carré autour du massif montagneux du Pilat et s’étend sur deux départements (la Loire et le Rhône au nord), est vraiment sa variété de paysages et de climats. Depuis le Rhône, on entre d’abord dans le Pilat Rhodanien (qui doit son nom au fleuve), caractérisé par ses vignes, ses arbres fruitiers (surtout des pommiers), son climat plus doux et ses petits villages aux airs du sud. On prend ensuite rapidement de la hauteur pour arriver dans la région des Crêts du Pilat, où les montagnes culminent à 1432 mètres, soit plus de 1000 mètres de différence depuis le Rhône, en quelques kilomètres seulement ! Derrière les Monts du Pilat, on trouve enfin une zone de hauts plateaux (le Haut-Pilat), où l’on trouve des tourbières et des forêts de sapins qui font presque penser aux Vosges.

Au niveau culturel, on ressent une similitude avec leurs voisins ardéchois (le parc est limitrophe avec l’Ardèche) au niveau de l’accueil et de la mentalité axée sur le partage, la préservation du territoire et les alternatives au tourisme de masse.

Voici un petit aperçu de nos visites lors de ces quelques jours dans le Parc du Pilat.

Le village de caractère de Malleval

Un des plus beaux villages du Parc Naturel Régional du Pilat est sans aucun doute le charmant village médiéval de Malleval, anciennement fortifié, et aujourd’hui entouré par les vignobles vertigineux du Pilat Rhodanien, où sont produits deux célèbres AOC, le Saint-Joseph et le Condrieu. Vous aurez le plus beau point de vue sur le village depuis le Belvédère de Malleval sur la D79.

Cerise sur le gâteau : en juillet et en août, une visite guidée gratuite du village est organisée tous les jours à 17h au départ de l’office de tourisme de Malleval ! Durant la visite, vous pourrez notamment découvrir un ancien grenier à sel, la « maison du pendu », les vestiges du château et la petite église dont l’origine remonte au 11ème siècle. Pour une petite randonnée sympa (que nous n’avons pas eu le temps de faire), vous pouvez également descendre jusqu’à la cascade du Saut de Lorette depuis le village.

Malleval est aussi un village d’artistes : vous y trouverez les œuvres et la galerie d’Emma, artiste utilisant du matériel recyclé pour ses œuvres colorées et… un tourneur sur bois qui réalise des baguettes magiques à la Harry Potter (Baguettes Morgul) !

Malleval n’est pas le seul village de caractère du Pilat : si vous avez un peu plus de temps que nous, n’hésitez pas non plus à visiter notamment Sainte-Croix-en-Jarez (construit autour d’un ancien monastère) et Pélussin (le chef-lieu du parc, avec son château médiéval).

Les vignobles du Pilat

Les vignobles du Pilat, situés dans les Côtes du Rhône septentrionales, produisent des vins très réputés et des grands crus, avec en particulier 3 AOC haut de gamme : Condrieu, Côte-Rôtie et Saint-Joseph. Vous découvrirez vite le pourquoi du nom « Côte-Rôtie » : les coteaux abruptes bordant le Rhône ont été façonnés avec des terrasses et murets, formant des paysages incroyables, et souvent très ensoleillés (c’était sans compter sur l’été 2021 qu’on connaît tous ;-) ). Evidemment dans de telles conditions, les vendanges sont ici entièrement manuelles, avec parfois l’aide de chevaux ou mules, et ce depuis l’antiquité, puisqu’on a retrouvé des traces très anciennes de la culture de la vigne dans la région.

De nombreux vignobles et caves se visitent dans le parc du Pilat, en particulier entre Ampuis et Condrieu, où vous trouverez une succession de domaines (et également les vignobles en terrasse les plus impressionnants), mais aussi plus haut dans le Pilat Rhodanien. Lors de notre petit voyage, nous avons eu l’occasion d’en découvrir deux, mais vous trouverez la liste complète des vignerons du Pilat ici.

Le Caveau du Château à Ampuis

Un des meilleurs endroits pour découvrir les vins de la Vallée du Rhône, grâce à leur gamme de vins très variée et qualitative, est le Caveau du Château à Ampuis (de la Maison E. Guigal – Château d’Ampuis). Nous avons participé à une dégustation de vins qui nous a permis de découvrir les 3 AOC principaux de la région : Condrieu, Saint-Joseph et Côte-Rôtie.

La Côte-Rôtie, l’AOC incontournable du Pilat connue dans le monde entier, est un vin fin et élégant, réalisé avec comme cépage principale la Syrah, et jusqu’à 20% de Viognier. Son aire d’appellation est très limitée puisqu’il s’agit uniquement des communes de St-Cyr-sur-Rhône, Ampuis et Tupin-et-Semons, pour une surface de production totale de seulement 240 ha. Si celui du Château d’Ampuis est excellent, notre coup de cœur de la dégustation a été pour la cuvée des Vignes de l’Hospice, un Saint-Joseph produit à… Tournon-sur-Rhône en Ardèche. Coïncidence suprême : nous nous étions justement baladés dans ces vignes la semaine précédente lors de notre voyage dans les Gorges du Doux en Ardèche ! En effet, l’appelation St-Joseph est plus vaste et est d’ailleurs majoritairement sur le territoire ardéchois, avec au total 1250 ha, dont 300 ha dans le Pilat sur les communes de Chavanay, Saint-Pierre-de-Boeuf et Malleval. En version rouge, le Saint-Joseph est également produit à base de Syrah, tandis qu’en blanc, on utilise les cépages Marsanne et Roussane en mélange.

Bref, j’ai vraiment été impressionnée par ces vins : on est sur du haut de gamme, et ça se sent ! A noter également que le Caveau du Château possède également un petit musée autour du vin, tout nouveau et accessible à tous.

Le Domaine Gaillard à Malleval

Après notre visite de Malleval, nous avons été visiter le Domaine Gaillard dont les vignes s’étendant dans les hauteurs du village. Ce domaine familial produit lui aussi une belle variété de vins de la Vallée du Rhône et au-delà : on y retrouve les AOC Condrieu, Côte-Rôtie et Saint-Joseph, mais aussi des vins de pays avec les IGP Marsanne, Rousanne, Chardonnay ou encore Muscat, et ils possèdent également des vignes dans le sud de la France (que nous n’avons pas goûté).

Après la visite des caves et la dégustation de vins, il est également possible de se balader librement dans les vignobles : un petit parcours en libre accès permis d’en découvrir plus sur les différents cépages de la région, avec de belles vues sur Malleval en contrebas.

Randonner dans le Parc Naturel Régional du Pilat

Avec 560 km de sentiers pédestres balisés, les randonneurs seront comblés dans le parc du Pilat ! Dans le secteur des Crêts du Pilat, nous avons eu l’occasion de faire une belle petite randonnée facile jusqu’à la Chapelle Saint-Sabin depuis l’Auberge de Vert’Anes (dont je vous reparle plus bas dans mes bonnes adresses). Le chemin de randonnée passe par les restes de ce qui serait une ancienne murailles celte. La chapelle aurait en effet été installée sur un ancien lieu de culte païen qui était entouré par une enceinte. Mais les sites mégalithiques du Pilat restent entourés de mystère : les légendes et vérités historiques semblent s’entremêler ici. Quoi qu’il en soit, depuis la chapelle, qui se situe à 1120 mètres d’altitude, on peut admirer l’un des plus beaux points de vue panoramiques sur le parc du Pilat.

Vous trouverez ici d’autres randonnées immanquables dans le Pilat que nous aurions adoré faire avec un peu plus de temps. Le Sentier des Crêts du Pilat semble être un des circuits les plus populaires et offre notamment des vues sur les Alpes et les sommets d’Ardèche.

Où manger et boire un verre dans le Parc Naturel Régional du Pilat ?

Le Parc du Pilat possède également de nombreux produits locaux qui devraient ravir les gourmands : charcuteries, fromages (la Rigotte de Condrieu), miel, fruits… Pour manger (et boire) local, voici quelques bonnes adresses découvertes durant notre voyage.

L’Auberge de Vert’Anes

Mon restaurant coup de coeur dans le parc du Pilat fut l’Auberge de Vert’Anes à Veranne, dans les hauteurs du parc. Cette petite auberge avec une vue incroyable propose une cuisine française nostalgique : tout est fait maison, essentiellement à base de produits locaux, et les terrines et desserts sont servis à table en entier, et on se sert comme on veut ! Ca m’a vraiment rappelé les voyages de mon enfance. Le menu complet à l’ardoise avec entrée, plat, fromage, dessert est à 25€. En entrée, les charcuteries maison, tout comme la terrine et le mini saucisson brioché maison eux-aussi étaient incroyables. Et que dire de la quenelle à la bisque de homard en plat : la tradition dans toute sa splendeur ! Le gratiné de volaille à la fourme de Monbrison était aussi excellent. Et après un petit fromage frais, on s’est régalé d’un copieux flanc aux oeufs et caramel. Il y a également la possibilité de dormir sur place dans des hébergements insolites, en yourte mongole ou en roulotte (69€ pour 2 personnes, petit-déjeuner compris). Pour digérer, ne manquez pas de faire la petite randonnée jusqu’à la Chapelle Saint-Sabin dont je vous parlais plus haut.

Le Château de Bobigneux

Le Château de Bobigneux à Saint Sauveur en Rue est une autre superbe adresse gourmande du Parc du Pilat. Encore une fois, le rapport qualité-prix est incroyable dans ce restaurant local situé dans un petit château entouré d’un joli parc (et d’une terrasse qui doit être très agréable quand il fait beau). Le midi, vous avez le choix entre le menu de saison à 26,5€ les 3 services (mention spéciale pour le feuilleté aux pleurotes à la crème de ciboulette) et le lunch 3 services de la semaine à 16€, qui proposait notamment un excellent tatin d’aubergines au miel en entrée (il y avait aussi une salade avec les haricots verts du jardin), et en plat un très bon suprême de poulet aux mousserons de Bobigneux et pommes hérisson. Bref, un pur plaisir !

L’Auberge de Lupé

Située dans le joli village de Lupé, L’Auberge de Lupé propose une cuisine du terroir avec notamment de grands plateaux de charcuteries et fromages. Les desserts à base de châtaigne rappellent l’Ardèche voisine !

La Brasserie du Pilat

Le Parc du Pilat possède également une sympathique microbrasserie où vous pouvez vous arrêter pour déguster quelques unes de leurs bières 100% bio sur leur terrasse face aux champs. Située à Saint-Julien-Moulin-Molette, juste à côté de la frontière ardéchoise, la Brasserie du Pilat propose également des visites guidées.

Où dormir dans le parc du Pilat ?

Le Parc du Pilat étant très campagnard, vous y trouverez peu d’hôtels mais beaucoup de charmantes petites chambres d’hôtes et B&B. Nous en avons testé deux lors de notre voyage.

Les Chambres d’hôtes Le Grand Noé

Nous avons passé notre première nuit dans le Pilat à la chambre d’hôtes Le Grand Noé à Roisey. Celle-ci se situe en pleine campagne, entourée de pommiers, et offre quand il fait beau (raté pour nous !) de très belles vues sur les Alpes. Le petit-déjeuner est très copieux et permet de découvrir plein de produits de la région : miel, confitures, praline rose…

Centre agroécologique de la Rivoire

Nous avons passé notre deuxième nuit aux chambres d’hôtes du Centre agroécologique de la Rivoire à Saint Julien Molin Molette. Cet hébergement durable a une vraie démarche écologique, avec notamment des panneaux solaires pour l’eau chaude, du chauffage au bois issu des forêts du domaine, et l’utilisation des légumes bio du potager et de produits locaux pour le petit-déjeuner et pour les tables d’hôtes (nous avons bien mangé le soir avec leur « repas façon traiteur », fait maison et que nous avons juste eu à réchauffer). D’autres activités ont également lieu sur place (maraîchage, boulangerie, pépinières, stages en permaculture…).

 

J’ai été invitée par l’Office de Tourisme du Pilat à découvrir cette région mais mon opinion reste, comme d’habitude, entièrement indépendante.

Texte et photos : Emmanuelle Hubert & Kevin Berger

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.